Alain YVER

Alain YVER

ALAIN BASHUNG ET CHLOE MONS Cantique des cantiques

Cantique des cantiques







//www.youtube.com/watch?v=jI1p4lC0ATw

//www.youtube.com/watch?v=U1TAPtsSq6E

//www.deezer.com/fr/album/41940

Lire la suite: //www.greatsong.net/PAROLES-ALAIN-BASHUNG,CANTIQUE-DES-CANTIQUES,100313760.html

//www.greatsong.net/PAROLES-ALAIN-BASHUNG,CANTIQUE-DES-CANTIQUES,100313760.html







Cantique des cantiques (album)

Le Cantique des cantiques est un E.P. (album court) de Alain Bashung et Chloé Mons, paru le 5 novembre 2002 chez Dernière bande. Alain Bashung et Chloé Mons avaient créé ce titre de plus de 25 minutes à l'occasion de leur mariage en 2001, sur une musique de Rodolphe Burger et sur la base d'une nouvelle traduction du « Cantique des cantiques » de la Bible par l'écrivain Olivier Cadiot.

//fr.wikipedia.org/wiki/Cantique_des_cantiques_%28album%29








Alain Bashung - Cantiques des Cantique

Dernière Bande (Unltd) -

Sur le papier, le concept a de quoi faire peur : Alain Bashung et sa nouvelle épouse interprétant dans une église, pour leur mariage, une lecture à deux voix d'un texte biblique, sur un tapis musical gentiment offert par un vieux pote. Sauf que le pote en question s'appelle Rodolphe Burger, par ailleurs éditeur du [...]

Sur le papier, le concept a de quoi faire peur : Alain Bashung et sa nouvelle épouse interprétant dans une église, pour leur mariage, une lecture à deux voix d'un texte biblique, sur un tapis musical gentiment offert par un vieux pote. Sauf que le pote en question s'appelle Rodolphe Burger, par ailleurs éditeur du disque sur son nouveau label Dernière Bande. Sauf que le texte biblique est le Cantique des cantiques, superbe chant d'amour composé de huit poèmes empreints d'une sensualité plutôt rare dans les écrits religieux. Sauf, enfin, que l'adaptation est signée Olivier Cadiot, romancier et auteur de théâtre singulier, déjà croisé en compagnie de Burger sur le maladif Samuel Hall de l'album Fantaisie militaire. Et le miracle, puisque de religion il s'agit, opère : pendant vingt-sept minutes, les voix de Chloé Mons et de Bashung se répondent à la perfection sur des paroles d'une beauté lumineuse, souvent limpides ("Contour des cuisses comme un collier/Fait à la main par un artiste"), parfois étranges ("Pourquoi voulez-vous regarder la Sulamite ?"). La musique, boucle lente et hypnotique ponctuée d'un court solo d'harmonica, enveloppe le texte plus qu'elle ne l'accompagne. Dès la première écoute, et tout au long des suivantes, la calme splendeur de cet ovni musical balaie les craintes : dans la foulée de L'Imprudence, Bashung ne succombe pas une seconde à l'impudeur. A la neuvième minute, une phrase résume l'ensemble : "Quand tu parles, c'est magnifique."








Parole Cantique Des Cantiques

Interprète :Alain Bashung
musique de Rodolphe Burger
« Cantique des cantiques » de la Bible par l'écrivain Olivier Cadiot.


Chapitre 1.- Poème des poèmes

 

1. Poème des poèmes qui est à Shelomo. Cant1

2. Il me baisera des baisers de sa bouche; oui, tes étreintes sont meilleures que le vin.

3. À l'odeur, tes huiles sont bonnes, ton nom est une huile jaillissante; aussi, les nubiles t'aiment.

4. Tire-moi derrière toi, courons!

Le roi m'a fait venir en ses intérieurs.

Jubilons, réjouissons-nous en toi!

Mémorisons tes étreintes mieux que le vin! Les rectitudes t'aiment.

5. Moi, noire, harmonieuse, filles de Ieroushalaîm, comme tentes de Qédar, comme tentures de Shelomo.

6. Ne me voyez pas, moi, la noirâtre: oui, le soleil en moi s'est miré.

Les fils de ma mère ont brûlé contre moi; ils m'ont mise gardienne de vignobles.

Mon vignoble à moi, je ne l'ai pas gardé!

7. Rapporte-moi, toi que mon être aime, où tu pais, où tu t'étends à midi; car pourquoi serais-je comme affublée, auprès des troupeaux de tes amis?

8. Si tu ne le sais pas pour toi, la belle parmi les femmes, sors pour toi sur les traces des ovins; pâture tes chevreaux aux demeures des pâtres.

9. À ma jument, aux attelages de Pharaon, je te compare, ô ma compagne!

10. Tes joues sont harmonieuses dans les pendeloques, ton cou dans les gemmes.

11. Nous ferons pour toi des pendeloques d'or, avec des pointes d'argent.

12. Le roi encore sur son divan, mon nard donne son odeur.

13. Mon amant est pour moi un sachet de myrrhe; il nuite entre mes seins.

14. Mon amant est pour moi une grappe de cypre, aux vignobles de 'Éïn Guèdi.

15. Te voici belle, ma compagne, te voici belle aux yeux palombes.

16. Te voici beau, mon amant, suave aussi; aussi notre berceau est luxuriant.

17. Les cèdres sont les poutres de nos maisons; nos lambris, des genévriers.

 

Cant2

Chapitre 2.- Lotus des vallées

 

1. Moi, l'amaryllis du Sharôn, le lotus des vallées.

2. Comme un lotus parmi les vinettiers, telle est ma compagne parmi les filles.

3. Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon amant parmi les fils.

4. Je désirais son ombre, j'y habite; son fruit est doux à mon palais.

5. Il m'a fait venir à la maison du vin; son étendard sur moi, c'est l'amour.

6. Soutenez-moi d'éclairs, tapissez-moi de pommes: oui, je suis malade d'amour.

7. Sa gauche dessous ma tête, sa droite m'étreint.

8. Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, par les gazelles ou par les biches du champ, n'éveillez pas, ne réveillez pas l'amour avant qu'il le désire!

 

Va vers toi-même

 

8. La voix de mon amant! Le voici, il vient!

Il bondit sur les monts, il saute sur les collines.

9. Il ressemble, mon amant, à la gazelle ou au faon des chevreuils...

Le voici, il se dresse derrière notre muraille!

Il guette aux fenêtres, il épie aux treillages!

10. Il répond, mon amant, et me dit: Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même!

11. Oui, voici, l'hiver est passé, la pluie a cessé, elle s'en est allée.

12. Les bourgeons se voient sur terre, le temps du rossignol est arrivé, la voix de la tourterelle s'entend sur notre terre.

13. Le figuier embaume ses sycones, les vignes en pousse donnent leur parfum.

Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même!

14. Ma palombe aux fentes du rocher, au secret de la marche, fais-moi voir ta vue, fais-moi entendre ta voix!

Oui, ta voix est suave, ta vue harmonieuse.

15. Saisissez pour nous les renards, les petits renards, saboteurs de vignobles! Nos vignobles sont en pousse.

16. Cant3Mon amant à moi, et moi à lui, le pâtre aux lotus.

17. Jusqu'à ce que le jour se gonfle, s'enfuient les ombres,

fais volte-face, ressemble pour toi, mon amant,

à la gazelle ou au faon des chevreuils, sur les monts de la rupture.

 

Chapitre 3.- Noces

 

1. Sur ma couche, dans les nuits, j'ai cherché celui qu'aime mon être.

Je l'ai cherché, mais ne l'ai pas trouvé.

2. Je me lèverai donc, je tournerai dans la ville, dans les marchés, sur les places.

Je chercherai celui qu'aime mon être. Je l'ai cherché mais ne l'ai pas trouvé.

3. Les gardes qui tournaient dans la ville m'ont trouvée. « Celui qu'aime mon être, l'avez-vous vu? »

4. De peu les avais-je dépassés que je trouvai celui qu'aime mon être.

Je l'ai saisi et ne le lâcherai pas avant de l'avoir fait venir à la maison de ma mère, dans l'intérieur de ma génitrice.

5. Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, par les gazelles ou par les biches du champ, n'éveillez pas, ne réveillez pas l'amour avant qu'il le désire!

6. Qui est celle qui monte du désert, comme palmes de fumée, encensée de myrrhe et d'oliban, de toutes les poudres du colporteur?

7. Voici le lit de Shelomo, soixante héros sont autour de lui, des héros d'Israël;

8. tous armés d'épée, initiés à la guerre, chaque homme son épée sur sa cuisse, contre le tremblement des nuits.

9. Cant4Le roi Shelomo s'est fait un palanquin en bois du Lebanôn.

10. Il fait ses colonnes d'argent, sa tapisserie d'or, ses montants de pourpre, son intérieur tapissé d'amour par les filles de Ieroushalaîm.

11. Sortez, voyez, filles de Siôn, le roi Shelomo,

le nimbe dont sa mère l'a nimbé le jour de sa noce, le jour de la joie de son coeur!

 

Chapitre 4.- Viens avec moi

 

1. Te voici belle, ma compagne, te voici belle!

Tes yeux palombes à travers ton litham; tes cheveux tel un troupeau de caprins qui dévalent du mont Guil'ad;

2. tes dents tel un troupeau de tondues qui montent de la baignade; oui, toutes jumelées, sans manquantes en elles.

3. Tes lèvres, tel un fil d'écarlate, ton parler harmonieux; telle une tranche de grenade, ta tempe à travers ton litham;

4. et telle la tour de David, ton cou, bâti pour les trophées: mille pavois y sont suspendus, tous les carquois des héros.

5. Tes deux seins, tels deux faons, jumeaux de la gazelle, pâturent dans les lotus.

6. Avant que le jour se gonfle et s'enfuient les ombres, j'irai vers moi-même au mont de la myrrhe, à la colline de l'oliban.

7. Toi, toute belle, ma compagne, sans vice en toi.

8. Avec moi du Lebanôn, fiancée, avec moi du Lebanôn, tu viendras!

Tu contempleras de la cime d'Amana, de la cime du Senir et du Hermôn, des tanières de lions, des monts de léopards!

9. colombeTu m'as incardié, ma soeur-fiancée, tu m'as incardié d'un seul de tes yeux, d'un seul joyau de tes colliers.

10. Qu'elles sont belles, tes étreintes, ma soeur-fiancée, qu'elles sont bonnes tes étreintes, plus que le vin!

11. L'odeur de tes huiles plus que tous les aromates!

12. De nectar, elles dégoulinent, tes lèvres, fiancée!

13. Le miel et le lait sous ta langue, l'odeur de tes robes; telle l'odeur du Lebanôn!

14. Jardin fermé, ma soeur-fiancée, onde fermée, source scellée!

15. Tes effluves, un paradis de grenades, avec le fruit des succulences, hennés avec nards;

16. nard, safran, canne et cinnamome avec tous les bois d'oliban; myrrhe, aloès, avec toutes les têtes d'aromates!

17. Source des jardins, puits, eaux vives, liquides du Lebanôn!

18. Éveille-toi, aquilon! Viens, simoun, gonfle mon jardin!

Que ses aromates ruissellent!

Mon amant est venu dans son jardin; il mange le fruit de ses succulences.

Lyrics powered by musiXmatch.com









BASHUNG

A l'image d'un chanteur désinvolte et déconneur a succédé un Bashung bien plus grave, bien plus sérieux, quasi stoïcien, et plus crédible. Une sorte de dandy fuligineux, le vieil Indien, élégant et taciturne, du livret de « L'imprudence ». Gentleman ténébreux, Baudelaire cheyenne. On devine quelque chose de sombre et de gothique sur la pochette de « L'imprudence ». Ce masque crispé, quasi hiératique, ce regard ailleurs, ces traits anguleux, cette sobriété vestimentaire. On a l'impression que le chanteur n'a pas souri depuis des siècles. Il y a eu un relookage total de son personnage à partir de 1991. Une sorte de mise en abîme de ses textes. Ses anciens fans ont dû se demander ce qui se passait, ce qui lui arrivait. Comme un robot qui voudrait qu'on le réactualise. « Donnez-moi de nouvelles données »… Toutefois, le personnage reste insaisissable. Le faux petit loubard de 1979 est devenu une sorte de poète masqué. Il a d'ailleurs enregistré un double CD, avec Sapho, une anthologie de la poésie française, il y lit des poèmes anciens. Bashung est un être à part, enfermé dans sa tour d'ivoire. Il y vit en retrait. Ce n'est pas quelqu'un que l'on verrait facilement chez Drucker ou chez Ardisson. Il fuit les talk-shows, les mondanités, les futilités. Ce n'est pas son monde. C'est l'un des plus grands chanteurs actuels.



Né en 1947, ce jeune Alsacien monta à Paris pour réussir dans le show-biz. Il y connut toutes les déroutes, toutes les galères, les 45 tours ratés, ceux qui ne marchent pas, les tournées de seconde zone. Il écrivit une chanson pour Noël Deschamps, qui eut un petit succès. Vers 1973, il s'occupa de la carrière de Dick Rivers, qui battait de l'aile, un rocker yéyé en pleine période glamour.

La période Rivers : leçon d'éclectisme.
Bashung rencontre Rivers. Il va l'accompagner plusieurs années. La carrière solo de Dick Rivers fut des plus erratiques. « On a juste l'âge », en 1962, était une resucée de « C'est pas sérieux » des Chats Sauvages, son ancien groupe. « Baby John » et son harmonica western, c'est un style qui ne laisse pas indifférent le jeune Alain. « A Séville » a carrément des ambitions à la Gershwin, ou du moins une orchestration music-hall, très loin du rock des pionniers, ou de celui des Chats. Dick Rivers se la joue un peu Frank Sinatra ou Elvis Vegas. Bashung saura s'en souvenir. « J'en Suis Fou » est une adaptation des Beatles (« Love Me Do »). Une seconde reprise, « Things We Said Today », sera transcrits sous un titre soigné « Ces mots qu'on oublie un jour ». Cela tient peu la route. C'est toujours une erreur de vouloir s'en prendre aux Beatles. Il est des forteresses inexpugnables. Bashung plus tard, osera s'attaquer à Dylan, aux Moody Blues. Dick reprend aussi les Moody Blues, première période. « Va-t-en » (1965) était bien plus dans ses cordes («Go Now »). Cette adaptation a un côté "soul", avec son piano entêtant, ses chœurs féminins. « Frappe de Toutes Tes Forces » est une chanson de bagnard, de crime passionnel. « Mister Pitiful » (1966) est une première incursion du côté du rythm'n'blues. Il s'agit d'un titre d'Otis Redding. C'est l'histoire d'une déchéance : "le roi du cinéma muet", à cause de sa prodigalité, est devenu clochard. Le texte annonce certaines chansons de Nino Ferrer comme « Le Millionnaire ». Dick se cherche, c'est évident, ratissant large, essayant tous les genres, alternant ballade western, Mersey beat, shadowserie, folkerie, passant du folk british à la « guimauve », au r'n'b endiablé... Rivers, avec ses hoquets, s'efforçait de glapir comme le Presley de Sun, de RCA Records. Ses chuintements sont restés célèbres. Avant « Joséphine », Bashung ose Rivers. Cet éclectisme ne le laissera pas indifférent. Il lui écrit, entre autres, « Marilou ».
Romans photos (1977)
« C'est la faute à Dylan » est l'un des rares titres dont on se souvienne. Dylan a succédé à Rousseau et à Voltaire dans la chanson de Gavroche. Bashung se forge une identité de Titi parisien new look. « Je suis cowboy à Paname, oui, mais c'est la faute à Dylan ».
Bergman
Né en 1945, plus vieux que Bashung, Bergman se fit connaître, dès 1967, comme parolier des Aphrodite's Child, un groupe de variétés pop rock, d'origine grecque, qui avait voulu renouveler le succès de Procol Harum, « A Whiter Shade of Pale », avec « Rain And Tears », dont la mélodie était plus ou moins pompée sur le célèbre canon de Pachebel, organiste et claveciniste allemand du XVIIème siècle. « Rain and tears are the same ». La pluie et les larmes, c'est du pareil au même… Avec Bashung, ils collaborent dès 1975.
Roulette russe (1979)
Il s'agit d'un album nettement sous l'emprise de Bergman. C'est Bashung tout entier à Bergman attaché. Le titre fait allusion au suicide. Mais le suicide lui-même est problématique. Les somnifères, c'est bon « pour les riches »… « Je fume pour oublier que tu bois » fait allusion au suicide, mais d'une façon « crapoteuse ». Le chanteur veut se noyer d'un coup de chasse d'eau, suicide sordide et peu réaliste ! Humour noir de rigueur. Une mélodie désabusée, un solo de fiddles. Les sons des violons se croisent.
« Station service » parle de petits boulots « Je suis comme un pape au volant de ma caisse ». Mais le chanteur a renoncé à son emploi de pompiste. « Aujourd'hui je n'ai plus les mains sales, plus personne pour me faire du mal »
« Elsass Blues » évoque l'Alsace de l'enfance, vaguement autobiographique : « J'suis tout seul près de la frontière, celle qui vous faisait si peur hier. Dans mon coin, on ne faisait pas de marmot, la cigogne faisait tout le boulot ». Il y interpelle un bohémien.
« Y a un Yéti » est une sorte de sketch, qui met en scène deux vigiles obtus, xénophobes, d'anciens miliciens reconvertis dans la surveillance des grands magasins. Ils ont repéré un voleur à la tire « qui gaule une cassette d'Eric Charden ». Il faut déjà en avoir envie !
« Guru, tu es mon führer de vivre » se moque des thérapies de groupes : « J'm'éclate au riz complet, je me fais cuire mes carottes. Après la douche, on se paie l'autocritique ». Les chansons ont un côté BD à la Gérard Lauzier (« Tranches de vie »). « Guru » contient un solo d'orgue intéressant.
Dans « Milliards de nuits dans le frigo », l'exagération rend l'attente, l'ennui, la solitude, ou l'obsession sexuelle : « Milliards de nibards sous des blouses, comment veux-tu que je dorme ? ». Ce thème de l'insomnie reviendra sur « Gaby » (« J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries »). Le chanteur y est réifié. Il n'est plus qu'un vieux reste de repas, oublié dans le réfrigérateur. Il se demande s'il n'est pas périmé. « Je ne veux pas finir comme un petit suisse, qu'on balance dans un sac de plastique »…
« Pas question que je perde le feeling » parle d'un dragueur dans sa voiture. « Bijou, Bijou » est une chanson de rupture, « le temps, ça pourrit tout ». Le premier couplet renvoie à la pochette du disque. La belle est endormie et son amant la quitte. « Bijou, Bijou » est assez intimiste, avec ses arpèges de guitare, cette voix feutrée.
« Les petits enfants » est un texte court et cruel, sur les accidents qui coûtent la vie aux gamins. On les voit tomber par la fenêtre, mais au ralenti. C'est l'une des chansons les plus personnelles de l'album. Bashung la reprendra en 1995 sur « Confessions publiques », un de ses meilleurs « live ». « Toujours sur la ligne blanche » fait semblant d'évoquer l'autoroute, mais on sait bien que ça parle surtout de cocaïne. Le pouvoir de la vitesse reviendra sur « C'est comment qu'on freine ? ». La vie va à toute allure. Lors de la réédition en CD, on y a intégré « C'est la faute à Dylan », qui figurait initialement sur « Romans photos » (1977). Il y cultive une image de voyou ou de loubard un peu paumé, pas très intéressante, assez stéréotypée. Il fait référence à Zim, mais n'est pas Dylan qui veut. « Rebel » sur « Pizza » reprendra cette image de loulou désinvolte, avec l'humour en plus.

Vertige de Gaby
On crut en lui, on lui versa même un salaire, mais le succès se faisait attendre. Il ne vint que très tardivement, avec une chanson drôle et décalée, « Gaby », après quatorze ans de galère. « Gaby » sortit fin 1979, mais ce fut un des tubes de l'été 1980. Bashung avait alors 33 ans. On ressortit « Roulette Russe » à l'occasion, dont l'écriture avait commencé dès 1977 (« Bijou, Bijou »). « Gaby » se vendit à un million d'exemplaires, jackpot. L'excellente allusion à Charles Trénet et à la pollution : « Tu veux que j'te chante La Mer ? Le long, le long, le long des golfes pas très clairs »…
« Gaby », fin 1979, c'était l'époque de « Message in a Bottle », de The Police, de l'émergence d'une nouvelle scène et d'une nouvelle décennie, des premiers succès de Téléphone (« Elle s'appelait fait divers »).
Dans « Gaby », Boris Bergman démarque, habilement et de loin, un couplet de « Stuck inside of Mobile with the Memphis Blues Again », de Dylan : « Aujourd'hui c'est vendredi et je voudrais bien quand même sortir, encore finir chez Wanda et ses sirènes ». « Honky-tonk lagoon ». Bergmann s'est nourri de Dylan, d'Alphonse Allais. Il se veut le nouveau Lanzmann, un Roda-Gill bis, et croit s'être trouvé un nouveau Dutronc en la personne de Bashung, un Dutronc décalé, les amarres brisées. C'est un parolier hors pair mais il vampirise sa créature, on sent qu'il le manipule, et Bashung finira par se lasser de ce petit jeu. Il mettra fin à cette collaboration pesante, cette fausse osmose, qui l'empêchait peut-être d'être lui-même.
Le chanteur est passé de la roulotte du saltimbanque au cirque Zavatta. Sa petite entreprise ne connaît plus la crise (celle-là, elle était inévitable). L'artiste de seconde zone devient une star d'avant-garde, un chanteur respecté. Bayon, le féroce critique de Libé, n'a pas de mots assez forts pour lui rendre hommage. Il le porte aux nues. Bayon contribue beaucoup à ce succès grandissant. Ce ne sont pas des papiers de complaisance, ce sont de vrais articles de fan. Sans arrêt des chroniques de soutien, au moindre film, à la moindre tournée. Bashung fait l'acteur. « Le cimetière des voitures », d'Arrabal. Pas un chef-d'œuvre. D'autres suivront.

Pizza (1981).
Puis ce fut « Pizza » en 1981, toujours en collaboration avec Boris Bergman, une première face très homogène, bien servie par un bon groupe. L'espace de deux chansons, on croit au miracle. On tient un nouveau Dylan. Bashung retrouve le son et la verve de « Blonde on Blonde » sur « Vertige de l'amour », et surtout sur « Rebel », cette désinvolture suprême, cet humour décapant et distancié qui caractérisaient les deuxième et troisième faces de « Blonde on Blonde », des morceaux comme « Absolutly Sweet Marie », « Leopard Skin Pill Box Hat ». « J'ai nettoyé la cheminée de Ramona, je suis parti avant que senora me dise merci ». Certaines phrases incongrues, certaines anecdotes sont tout à fait dans la lignée de celles du vieux Zim, « J'apprenais au ménate le pont de la rivière Kwaï », mais parfois ces lueurs restent fugitives…

Vertige de l'amour
Le narrateur parle de lui comme d'un robot défectueux : « Mes circuits sont niqués, depuis y a un truc qui fait masse, le courant peut plus passer ». On trouvait déjà le thème de la machine défectueuse et consciente du problème dans le « 2001 » de Stanley Kubrick. Thème qui reviendra plus tard, dans « Fantaisie militaire » : « Malaxe le cœur de l'automate ». Mais déjà Bergman/Bashung passe à autre chose : « Non mais t'as vu ce qui passe ? Je veux le feuilleton à la place ». « Vertiges de l'amour » parle de l'imminence de la guerre : « Mon légionnaire attend qu'on le shunte, et la tranchée vient d'être repeinte ». Les tendances suicidaires, liées au stress : « Si ça continue, je vais me découper suivant les pointillés ». Il y a aussi les fameux proverbes, à la façon de Dylan: « Cœur transi reste sourd aux cris du marchand de glaces ».
Dans « Rebel », les phrases à double écoute : « Tu es allé revoir le Fils du Sheik ». C'est à la fois le titre d'un film, mais il peut s'agir d'une périphrase, qui signifierait : « Tu es allé revoir ce Maghrébin ». « Rebel » est une de ses meilleures chansons. Eloge de la désinvolture suprême : « Après trois babies, c'est l'heure de se zoner. Demain, j'ai une attaque de train ». Le refrain est en sabir franco-espagnol : « yé n'en peu plu ».
« Retours » préfigure les calembours à la Jean Fauque : « Faut pas m'accuser de réception ». « Fan », en revanche, fait un peu trop Pierre Péret. Bergman cède à la facilité. « Elle est roulée comme un pneu neuf » c'est à peine meilleur que « t'es belle comme un tracteur »… Dans « ça cache quekchose », ce vers définitif : « Ma bignole lit Rock&Folk » Serait-ce la revue des concierges ?

Play Blessures (1982)
Ses nuits d'ivresse lui firent rencontrer Gainsbourg. Ils décidèrent d'écrire ensemble. Mais l'album fut trop expérimental pour rencontrer le succès populaire, et Bashung, papillon de nuit, faillit s'y griller les ailes. Il se perdit dans le désert de Gaby (« J'croise aux Hébrides »). Dans « C'est comment qu'on freine », une belle image d'obsession sexuelle : « Regarde où j'en suis, je tringle aux rideaux ». La vie est une machine lancée à deux cents à l'heure qu'on a du mal à contrôler. C'est toujours le thème de la ligne blanche. Les scènes de ménage deviennent des « scènes de manager ». Bergman n'est présent que sur deux textes.

Figure imposée (1983)
Parolier : Pacal Jacquemin. Une seule chanson signée Bergman, « Poisson d'avril ». C'est un album mineur. Bashung se cherche. Aucune mélodie ne s'impose vraiment. Dans « Pyromane », « le duc n'en fait qu'à sa guise ». Mais il est plus grand mort que vivant. « Les sentiments d'Anne-Lyse » n'ont plus rien de freudien…

Passé le Rio Grande (Barclay, 1986)
« Passé le Rio Grande » montre un Bashung en bandit mexicain du cinéma muet, bien qu'on lise « Passe le riz aux grandes ». Dans « Malédiction », les jeux de mots se font plus lourds. « Et tu caresses ton personnel pour éviter que les bonnes causent ». Dans « Madame rêve », une bonne exploitation de l'expression « un foudre de guerre ». « Madame rêve de foudre et de guerre ». On retrouve un Bashung formaté pour les média, genre Dutronc rocker. En fait, ni un Dutronc rocker, ni un Antoine post punk, ni un nouveau Nino Ferrer, mais quelqu'un de cette famille-là, une sorte d' « Helvète underground ». « Est-ce que tu tapines en bourg ? » (L'arrivée du Tour). Les jeux de mots fusent, mais on sent le néant derrière tous ces calembours, le cœur n'y est plus. On sent comme un grand vide. Remets-moi Johnny Kidd. Ce sont des jeux de mots pour lutter contre la nuit, pour pallier l'angoisse, le mal être, le vide. La collaboration avec Bergman va cesser, ces deux-là ne s'entendent plus. Trop de virées nocturnes. Bashung y perd son âme, sa santé. Les anciens complices se découvrent ennemis. Bergman était un peu son mauvais génie. Exit Bergman.
Sur « S O S Amor », les fins de mois difficiles deviennent des « faims de toi difficiles », et les conquistadors se décomposent ainsi : « Tu m'as conquis, j't'adore ». Mais les petites astuces grivoises ont mal vieilli (« des fois ça veut pas rentrer »). Belle conclusion : « Quant à ma prochaine victime, elle est sous ton nez ». Les paroles sont signées Bashung/Golemanas

Novice (1989)
Album de transition. Bergman est encore là, mais voici Jean Fauque. « Bombez le torse, bombez ». Etrange été…

Osez Joséphine (1991).
Jean Fauque s'impose. En fait, il est là dans l'ombre, discret, attendant son heure. Depuis longtemps, c'est le vieux copain de la star, le compagnon de toutes les galères d'autrefois. Il a participé à toutes ses odyssées, tous ses périples. Ils ont fait la cour à des murènes. Ils ont connu l'époque des vaches maigres, les années 70. Normal qu'ils connaissent aussi celle des vaches grasses. Jean Fauque, qui était habilleur, éclairagiste, intendant, homme à tout faire (comme l'était Bashung vis-à-vis de Dick Rivers dans les années 1973-1976) est promu co-parolier. Il écrit des textes que Bashung remanie, enrichit, élague. On faxe et on re-faxe. Et c'est l'époque des grands albums, « Osez Joséphine » (1991), « Chatterton » (1994), Fantaisie militaire (1998), L'imprudence (2002). On sait la force de certains tandems dans l'écriture rock, Lennon/McCartney, Jagger/Richards, à un moindre degré Dutronc/Lanzmann. Un Bashung bien plus grave va émerger de cette collaboration. Bien sûr, l'humour est toujours là, mais discret, presque en filigrane. Exit le punk dont la rate se dilatait un peu trop, l'estomac qu'était pas droit. C'est un Bashung satirique et hiératique qui s'avance, un Buster Keaton rock, respectable et respecté. Le tandem Bashung/Fauque est plus intéressant que le tandem Bashung/Bergman. Bashung s'était acoquiné avec un noctambule, un viveur. Mais le chanteur ne trouvait rien au bout de ces nuits de dérive, il y perdait son temps, cette vie-là ne lui convenait pas. Le timide Jean Fauque devient son bras droit, son mentor. De formation classique, brillant latiniste, helléniste, Jean Fauque au départ n'a rien à voir avec le rock. C'est un amoureux de la chanson française, des mots. Il connaît par cœur Brassens et même Guy Béart, Charles Trénet (dans la boue…). Il se délecte des romans de Boris Vian, même des plus arides, comme « L'Automne à Pékin ». Jeune, c'est déjà un lettré, un versificateur. Il écrit des chansons, les interprète. Monte à Paris, tente sa chance dans la publicité. Il rencontre Bashung, devient son compagnon de galère. Il a suivi l'évolution du chanteur, sa montée en puissance, l'aisance que procure l'argent. La collaboration avec Jean Fauque sera bien plus cool, car si Jean Fauque a une riche personnalité et un peu d'exubérance, c'est avant tout un timide et un introverti. Jamais sa personnalité n'empiète sur celle des autres. Il sait écouter et sait intervenir.
Jean Fauque et Alain Bashung ont l'air de considérer des expressions toutes faites ou de simples patronymes comme des mots-valises. Ils lisent « osez » dans « Joséphine ». Ils étirent « des ombres chinoises » (« des ombres s'échinent à me chercher des noises »). Ils donnent un sens moral à un adjectif descriptif, le détournent du contexte (« un paysage désolé de n'être pas resté »). Ils s'amusent à creuser le langage, à le disloquer, pour l'aimanter davantage, donnent un sens plus pur aux maux de l'attribut….
Dans « Osez Joséphine », surgissent des maximes, à la fois évidentes et pleines de non-sens : « Rien ne s'oppose à la nuit, rien ne la justifie ». « Usez l'usurier ». La légèreté des astuces fauquiennes: « et que ne durent que les moments doux ». Dans « J'écume », « Au large les barges se gondolent », « Ici on jouit au clapotis du bord de mer dans mon jacuzzi ». Mais c'est le « jacuzzi » d'Emile Zola. Dans « J'écume », les allitérations en [k] : « On se débecte, et les mouettes se délectent de nos anecdotes » rappellent plus ou moins Gainsbourg, dont le chanteur fut plus ou moins l'élève ou le compagnon de cuites. C'est un lyrisme détaché et désabusé à la Gainsbarre. On songe bien sûr à « Sous aucun prétexte », écrit pour Françoise Hardy : « Tu mis à l'index nos nuits blanches nos matins gris bleu, mais pour moi une explication vaudrait mieux ».
« Happe » cherche à désorienter l'auditeur : « Tu vois ce convoi qui s'ébranle, non tu vois pas, tu n'es pas dans l'angle ». Enregistré à Memphis. Un souffle romantique traverse cette chanson : « Les vents de l'orgueil, peu apaisés », le langage se fait précieux, alambiqué, mais les allégories ne sont guère heureuses : « Des romans-fleuves asséchés où jadis on nageait ». Tout ça pour dire que l'amour est mort.
« Blue eyes crying in the rain » est une reprise de Tim Rose.
"Kalabougie" mélange vantardise et dévalorisation : "Je suis celui qui luit, qui vous éblouit, qui a des éclairs, tous les bicentenaires". La phrase : « J'ai dansé sous des pluies diluviennes » sent son Zim ou son Rimbaud.
« She Belongs To Me », justement, est une reprise de Dylan, un extrait de "Bringing It All Back Home" (1965). Bashung y nasille à souhait, mais une telle reprise ne s'imposait guère. C'est un hommage au vieux maître, mais un hommage surnuméraire. Shelton écrivait à propos de ce texte : "C'est peut-être Dylan qui a inventé l'anti-chanson d'amour. Il rend les coups aux femmes qui l'ont blessé, déçu ou fait marcher. Le premier couplet contient en germe le titre du futur film de Dylan, « Don't Look Back », lui-même emprunté à un blues de John Lee Hooker. Les paroles amères sont ici couchées dans une mélodie douce et chaude et le phrasé est décontracté. Les broderies de la guitare électrique et de l'harmonica donnent de la tendresse à cette chanson amère". Bashung y prend une voix de clone.
Autre reprise, le titre des Moody Blues, « Nights in White Satin », que Léo Ferré avait plus ou moins plagié dans « C'est extra », un slow qui devint un « tube ». Il s'agit d'un extrait de l'album « Days of Future Passed », l'un des albums les plus indigestes qui soient, pompeux, pompier et prétentieux. Mais « Nights in White Satin » reste une belle chanson, avec son mélotron, ancêtre du synthé, l'une des deux seules à sauver du naufrage, avec « Tuesday Afternoon ». La version de Bashung fut enregistrée à Bruxelles. Elle ne s'impose pas.
Dans « Volutes », tout sur terre lui paraît vain. Derrière le jeu de mots de « volutes » (« vos luttes partent en fumée ») se cache un pessimisme fondamental. On pourrait parler de pirouettes mélancoliques. Ces jeux de mots à froid cachent un profond stoïcisme, une certaine fermeté d'âme.

Chatterton (1994)
« A perte de vue » ouvre le champ des possibles. « Des filles à lever, des défis à relever, des prix décernés à tes yeux » (des yeux forcément cernés…). Toujours le thème du robot ou du monstre de Frankenstein : « plus de boulons pour réparer la brute épaisse ». L e champ des possibles, des initiatives, mais aussi la peur de la routine : « A perte de vue, du déjà vu, du déjà vécu ». Des jeux de mots pleins de finesse : « Ce paysage désolé de n'être pas resté ». On passe du sens descriptif à la valeur morale de l'adjectif. D'autres jeux de mots sont moins subtils. Un néon fait une belle enseigne, mais « Que m'enseigne ce néon ? ».
« Que n'ai-je » a des allures d'Apollinaire. Que n'ai-je appris la luge ? » Les jeux sur les sifflantes et les chuintantes : « En Ecosse des gosses écossent des chimères en chair et en os ». Mais « Elvire » peut laisser froid. Le texte paraît trop abscons, c'est vite lassant. « Un âne plane » a tout d'un poème surréaliste : « Un âne plane autour des tours de Notre-Dame ».
« Après d'âpres hostilités » évoque l'inconstance féminine, l'humiliation : « Après d'âtres hostilités, tu me prenais la main (….) C'était quand je voulais, où je voulais, je n'étais plus la risée ».
Le narrateur est réifié dans « J'avais un pense-bête » : « Je ne sais plus où tu m'as rangé, où tu m'as mis. M'aurais-tu cédé contre un CD ? »
« A Ostende, je tire au stand ». Il ne retient d'une plage de Belgique qu'une fête foraine fictive. C'est le pouvoir des toponymes. On n'est pas loin des vers équivoqués d'Alphonse Allais ou de Victor Hugo : « Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime, galamment de l'arène à la tour Magne, à Nîmes ». D'ailleurs on est sûr que la référence à Allais plairait beaucoup à Jean Fauque... « A Ostende » reprend le thème dylanien de « Stuck Inside of Mobile with the Memphis Blues Again » : on n'est jamais bien là où l'on est (naît), l'herbe est toujours plus verte de l'autre côté de la vallée : « A Ostende, j'aime Gibraltar, à Ostende, j'aime, Epinal, à Oslo, j'aime Agadir ». Quand on est en Suède, on regrette le Maroc, et réciproquement. « A Java, j'aime la Villette ». En Russie, on voudrait le Portugal : « En Ukraine, j'aime le fado ». Des jeux de mots basés sur des glissements phonétiques : « Et je pleure mon collyre, ma colère »
Mine de rien, ce lyrisme emprunte à Alfred de Musset : « Flottes hippocampes, droits comme des i », cela rappelle la fameuse « Ballade à la lune » : « C'était dans la nuit brune, sur le clocher jauni, la lune, comme un point sur un i ».
Les souvenirs sentimentaux restent lapidaires. Cette retenue dit la pudeur : « A Ostende j'ai la hantise de l'écharpe qui s'effiloche à ton coup ». On a l'impression que le texte est né d'un souvenir raconté, qu'on n'en a gardé qu'un tout petit détail, on n'a pas voulu laisser émerger le reste.
« Ma petite entreprise », contient de belles formules, sur un rythme reggae, presque des sentences : « La vérité m'épuise ». Ce fut un grand succès.
« J'passe pour une caravane » est une chanson quasi géniale, très mélancolique, un peu country, avec sa « slide guitar » omniprésente. « Des ombres s'échinent à me chercher des noises » est une variation sur « des ombres chinoises », une lecture d'une vieille expression intrigante. Le récit est elliptique. Cette histoire de « vasistas », on n'en saura pas plus. « M'obnubiler, pourquoi ? Pour un vasistas… Loin du réconfort ». L'évocation des rapports conflictuels reste évasive, « des coups de lattes, un baiser ». « Je passe sous silence mes avatars, j'passe sur tes frasques ». Sans oublier ce superbe paradoxe de photographe : « Le plus clair de mon temps dans ma chambre noire ». « Mes élans me courent et m'entraînent vers d'autres riveraines » fait songer à cette phrase de « Villes II » : « Et les élans se ruent dans les bourgs ».
« L'apiculteur » s'occupe de drôles de ruches : « Fières sont les ouvrières, le jour en tailleur, le soir en guêpières ».
« J'ai longtemps contemplé » évoque la timidité de celui qui marche tête baissée, mal assuré : « J'ai longtemps contemplé tibias et péronés ». Bel album enregistré à Bruxelles.

Confessions publiques (1995)
C'est un « live » intéressant. Il reprend surtout des morceaux récents extraits d' « Osez Joséphine » et de « Chatterton », avec quelques concessions à ses anciens tubes, « Gaby », « Vertiges »….

Fantaisie militaire (1998)
Bel oxymore. Le titre, semble-t-il, est en rapport avec les morceaux de bois flottant qui figurent une carabine stylisée, à la surface d'un marécage couvert de lentilles d'eau, au dos du livret du CD. Le verso présente un Bashung « Ophélie », un noyé qui flotte au milieu des lentilles d'eau, comme une sorte de nénuphar, ou un poisson rouge suicidaire. Le chanteur ne se noie plus dans sa chasse d'eau comme au temps de « Roulette russe » Sa noyade est devenue plus romantique, stylisée, esthétisante.
Dans « Mes prisons », titre à la Verlaine, le captif se fait du souci pour son geôlier, « J'me fais du mouron pour le maton ». Les paroles en sont hermétiques, blindées comme un coffre-fort, presque trop métaphoriques. Bashung nous perd sous ses brassées d'images. Ses textes sont des pirouettes, des « private jokes » réservées aux seuls initiés.
« Elle a jonché d'orchidées l'enfer de ma marelle », sur « Ode à la vie », fait allusion au jeu de l'enfance. On dessine la marelle à la craie, avec son enfer et son paradis. On saute sur les cases à pied joint. Il ne faut pas mordre la ligne blanche Encore cette ligne blanche.
« Samuel Hall », par contraste, multiplie les détails réalistes, prosaïques : « J'suis parti à 15 heures trente » Pourquoi cette précision, sinon pour dérouter? « Elle achète une livre et demie de viande hachée, haricots en boîte, plus chips ».
Une phrase du « Pavillon des lauriers » se détache : « Je veux rester fou ». Elle sonne comme un manifeste. « Un grain de toute beauté »… Surgit soudain un certain lyrisme oublié : « J'adresse aux rivières des lettres de brume, les anniversaires, j'ai l'air dans la lune » On dirait du Syd Barrett, période « Arnold Layne », « See Emily Play ».
Dans « Aucun express », le corps de la femme est comme un fleuve : « J'ai longé ton corps, épuisé ses méandres ». Eluard n'est pas loin. Le paradis est remis à plus tard : « Aucun walhalla ne vaut le détour ».
Dans « La nuit je mens », la plus fameuse de l'album, un mythomane raconte sa vie. Il s'est rêvé en archéologue pratiquant la plongée sous-marine (« voleur d'amphores au fond des criques »), en saboteur (« dynamiteur d'aqueducs »), en tête brûlée (« on m'a vu dans le Vercors sauter à l'élastique »), bien que le vert corps et les préservatifs ne soient pas très loin.
« J'ai fait la saison dans cette boîte crânienne » rappelle Dutronc, « pianiste dans une boîte à Gand »…
« Fantaisie militaire » est une chanson un peu triste, sur l'absence de l'amour : « Soldat sans joie, déguerpis, l'amour t'a faussé compagnie ». Le chanteur y prend une voix navrée, un ton désabusé.
« 2043 » parle de la Belle au Bois dormant, sur une mélodie assez lancinante, un bon travail de percussion.
Dans « Sommes-nous » la fin de l'enfance est évoquée d'une façon magistrale : « Seul m'ont laissé mes jouets par milliers ». Allusion à la scie de Noël, interprétée par Tino Rossi « Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel, avec tes jouets par milliers, n'oublie pas mon petit soulier »). L'hyperbole y regagne toute sa force.
« Sommes-nous » est un de leurs plus beaux textes. C'est totalement hermétique, mais une telle beauté, une telle vérité s'en dégage que même si l'on ne comprend pas tout, on se sent comblé. « Sommes-nous la sécheresse, sommes-nous la vaillance, ou le dernier coquelicot ? » D'autant plus que la mélodie, l'interprétation, les musiciens (les Valentin) et l'arrangement sont impeccables. « Sommes-nous des gonzesses, sommes-nous de connivence ? » Ces absurdités sonnent comme autant de questions d'ordre métaphysique. « Sommes-nous la noblesse, sommes-nous les eaux troubles, sommes-nous le souvenir ? »
« Angora » est également une belle chanson, très courte, mais efficace. « Angora, montre-moi où vont les vaisseaux maudits » L'homme moderne est impuissant face aux catastrophes écolo : « Les pluies acides décharnent les sapins, j'y peux rien ». Il se réfugie dans l'imaginaire : « J'crains plus la mandragore, j'crains plus mon destin, j'crains plus rien ».
Edith Fambuena et Jean-Louis Pierot, des Valentin, cosignent quelques mélodies. Bashung a apprécié leur travail chez Daho et sur « Bastille Day ».

Climax (2000)
Live. Même sa reprise des « Mots bleus » de son pote Christophe est très spéciale, très personnelle. Il bute sur les mots, sur le début de la phrase « je lui dirai, je lui dirai… » Il n'ose pas lui dire les mots bleus…

L'imprudence (2002)
Sur « Tel », on passe d'Attila à Othello, car les noms se ressemblent, des paronymes. Un proverbe à la Dylan émaille cette chanson : « Laisse le vent du soir décider ». Sont évoqués (et invoqués) Machiavel, Abel Gance, Guillaume Tell, Perceval, Casanova, Harvey Keitel. Quels points communs entre un penseur politique de la Renaissance, un cinéaste de l'ancien temps, deux héros de la fable, un séducteur du XVIIIème siècle et un acteur américain ? Des noms jetés au hasard ?… Non. Le dénominateur commun, c'est le suivant. Tous ces gens-là ont commis une « imprudence »… Guillaume Tell, avec sa pomme, aurait pu tuer son fils. Othello, le Maure de Venise, personnage shakespearien, a été victime de sa jalousie infernale. Perceval a évité de poser des questions sur la cérémonie du graal. Mais Abel Gance a-t-il commis une erreur en tournant son monumental Napoléon Bonaparte, ou s'agit-il d'une simple cheville ? Est-il là juste pour la rime, avec « éloquence » ? En tout cas, la musique est superbe, majestueuse. On sent l'influence de Wagner. L'arrangement des cordes est ici remarquable. La succession de Léo Ferré est largement assurée, mais pas le vieux Léo, bougon et antipathique, plutôt le Léo de Hurlevent. « Devant l'obstacle, on se révèle »…
« Faites monter » met en scène un chimiste, un alchimiste ou un sorcier. « Dans ma cornue, j'ai versé six gouttes de ciguë, un peu d'espoir, ça d'épaisseur ». Les choses se précisent, il s'agit d'un alchimiste : « Du fond de la boutique monte un cantique, un hymne à l'amour aurifère, ébullition, réaction ». Bashung dans la nuit de l'œuvre. Le refrain nous plonge en pleine préparation du Grand Œuvre : « Faites monter le mercure ». Mais cet alchimiste ne s'intéresse pas à l'or (« et les pépites, jetez-les aux ordures »). L'emploi des sifflantes rend l'amertume (« Quelle autre solution que dissoudre »). Un harmonica hante cette chanson.
Dans « J'me dore », on relève des jeux de mots surréalistes, à la Desnos, période Rrose Sélavy : « un missile a élu domicile à l'hôtel de l'oiseau-lyre ». Figure du monde à l'envers, le soleil a cédé la place au sous-sol des abbayes et aux pierres du ciel : « J'me dore à la poussière des météores, désormais j'me dore à la poussière des monastères ».
« Mes bras » a des accents à la Gainsbourg, malgré son titre à la Bécaud. « Pour l'amour d'une conasse », petite misogynie datée. Les sifflantes et les paronymes sont de sortie : « J'étais censé t'encenser », les gros jeux de mots aussi : « Sauve-toi, sauve-moi, et tu sauras où l'acheter le courage ». Le chanteur aime une femme vampire : « J'étais censé t'extraire le pieu dans le cœur qui t'empêchait de courir ». La mélodie en est mélancolique, le ton désabusé.
Dans « La ficelle », le chanteur est mal entendant, ce qui dit le vieillissement : « Des sonates à mon sonotone ». On y relève une ambiance médiévale, tout un champ lexical du château fort (« Par la meurtrière guette l'ennemi », « Dussé-je boire l'eau des douves »)…
Dans « Noir de monde », les anges sont inquiétants : « Des archanges aux blanches canines ». Cette dentition les diabolise. « L'irréel » est plein d'hallucinations déroutantes : « Continents à la dérive, qui m'aime suive, gouffres avides, tendez-moi la main ». Un peu comme chez Rimbaud (« déplacements de races et de continents, je croyais à tous les enchantements »). Le chanteur n'est pas à l'article de la mort, mais « à l'article de l'amour ». Cependant ses projets semblent irréalisables : « un jour j'irai (…) voir à quoi s'adonne la madone ».
« Jamais d'autre que toi » prend des accents à la Manset : « Plus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agrandit », « et moi seul, seul, seul, comme le lierre fané des jardins ». C'est un véritable poème en prose, un gouffre de solitude. Le texte est dit, n'est pas chanté, ce qui le rend encore plus confidentiel.
« Est-ce aimer » fait allusion à ce que Gaston Bachelard appelait le complexe d'Empédocle, l'union avec le feu : « S'il suffisait de s'offrir au premier volcan venu ». « Le dimanche à Tchernobyl » semble répondre ironiquement au « Dimanche à Orly » de Gilbert Bécaud. « Dans la foulée » a l'air d'une transposition involontaire du « Stairway To Heaven » de Led Zeppelin : « Elle voulait gagner le paradis, elle avait le miracle facile ». « Marie-Jo s'en est allée inhaler les parfums de l'indolence ». Un beau vers amusant rend l'indifférence, le dégoût des voyages : « L'Acropole me laisse de marbre ». Antoine chantait bien, autrefois, Athènes sous la pluie, et s'en désolait. « Dans la foulée » est un très beau texte.

Le Cantique des cantiques (2002)
La même année, Alain Bashung se marie et enregistre des extraits du « Cantique des Cantiques », attribué à l'Ecclésiaste, et non pas à Julio Iglesias, comme le disait ingénument une de mes élèves de troisième… Il l'enregistre avec Chloé Mons, sa compagne. Musique de Rudolphe Burger.

Des textes qui brillent comme des diamants noirs (« Sommes-nous »…), des jeux de mots supérieurs qui prennent parfois une vraie dimension poétique. « Je passe pour une caravane, pour un chien qui n'en démord pas », « je passe de SAS en SAS », qui rend l'errance du cosmonaute, du cyber individu, « loin du réconfort »… Dans la lignée de Robert Desnos, de Benjamin Péret, de Jacques Prévert, de Boris Vian. On l'imagine reprendre certaines strophes du recueil « Je voudrais pas crever ». De tous ces textes il se dégage l'image d'un être fuyant comme une ombre, en manque d'affection et d'informations (« donnez-moi de nouvelles données »), mais distant comme un fantôme derrière des km de brume. On n'en a jamais totalement fini avec Bashung, on a dans nos bottes des montagnes de questions, où subsiste encore son écho…

Bon, mais c'est pas tout, faut que j'y aille. C'est l'heure de me zoner… Demain j'ai une attaque du train…

//www.pointscommuns.com/alain-bashung-commentaire-musique-49865.html


12/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres