Alain YVER

Alain YVER

ANDRÉ POUSSE

ANDRÉ POUSSE



DÉDÉ POUSSE ( PHOTO DU LIVRE : " Touchez pas aux souvenirs "

DÉDÉ POUSSE!!!! CETTE TÊTE VOUS DIT SANS DOUTE QQ CHOSE ??? DÉDÉ POUSSE, ENFIN, COUREUR CYCLISTE, PATRON D' BOITE DE NUIT, PATRON D' RESTAURANT, ACTEUR ETC... À LIRE : André Pousse TOUCHEZ PAS AUX SOUVENIRS / André Pousse J' BALANCE PAS, J' RACONTE. DES ANECDOTES À LA PELLE, VRAIMENT DRÔLE. SON SITE //andrepousse.free.fr/   VOIR AUSSI SUR CE BLOG, LES ARTICLES, LES PHOTOS ET LES LIENS SUR : ALBERT SIMONIN , MICHEL AUDIARD, ALPHONSE BOUDARD, AUGUSTE LEBRETON, JOSÉ GIOVANNI, QUE DU PLAISIR!!!!!!!!

son site

CINÉ

CINÉ


VOIR AUSSI SUR CE BLOG LES ARTICLES, LES PHOTOS ET LES LIENS SUR : ALBERT SIMONIN, MICHEL AUDIARD, ALPHONSE BOUDARD, AUGUSTE LE BRETON, JOSÉ GIOVANNI, QUE DU PLAISIR!!!!!!!!


A LIRE

        
Le Clan des Siciliens, Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, Elle cause plus, elle flingue, Flic Story, Quelques messieurs trop tranquilles, Les Egouts du paradis... sans oublier la récente série TV Frank Riva avec Alain Delon... André Pousse a marqué le cinéma français des années 60-70, alternant les rôles de flic (parfois) et de truand (souvent) aux côtés de Gabin, Ventura, Delon et les autres. II fut l'un des acteurs fétiches de Michel Audiard, servant de sa diction si caractéristique ses plus belles répliques. Mais la vie bien remplie d'André Pousse (quatre-vingt-cinq ans aujourd'hui) n'a pas commencé avec le cinéma et ne s'y arrête pas. II fut d'abord, avant-guerre, une figure légendaire du vélodrome d'Hiver, pour la plus grande joie des stars de la chanson (Piaf), du cinéma (Gabin) ou de la " truande " (Emile Buisson, Pierrot le Fou et autres Jo Attia). En 1950, il part faire fortune à Haïti, revient ruiné mais riche d'une expérience d'agent du FBI. En 1951, pour une " inoubliable parenthèse de six mois ", il est le compagnon d'Edith Piaf, puis devient imprésario pendant dix-sept ans (Henri Salvador, Line Renaud, Joséphine Baker...). En 1959, il découvre un petit jeune... Johnny Hallyday. En 1963, il lance la mythique Locomotive et, la même année, accepte un petit rôle dans D'où viens-tu, Johnny ?, commençant ainsi sa carrière d'acteur. Une vie sacrément remplie, pleine de rires, de rencontres et de drames, qu'il raconte dans ce livre passionnant de bout en bout.


              &





                              
André Pousse
Acteur Français
Né le 20 Octobre 1919
Lieu:Paris, France
Décéder le : 9 septembre 2005
Lieu: La Garde Freinet (Var)
Enfants: deux filles
Son père : commissaire de police d'origine catalane
Sa mère : une auvergnate


                        


 
1963 André Pousse fait sa première apparition au cinéma dans "D'où viens-tu Johnny?" film du réalisateur Noël Howard
 
1964 André Pousse est révélé dans le long métrage "Ne nous fâchons pas" aux cotés de Lino Ventura, Mireille Darc, Michel Constantin et Jean Lefebvre, film du réalisateur Georges Lautner
 
2004 André Pousse interprète "Étienne, dit "Le tatoué"dans le tv-film "Qui mange quand?" de Jean-Paul Lilienfeld aux cotes de Catherine Jacob, Julien Guiomar et Jean-Paul Comart
 
2005 André Pousse est mort le 9 septembre à La Garde-Freinet (Var), des suites d'un accident de voiture survenu la semaine derniere .André Pousse avait tourné dans plusieurs films de son ami Michel Audiard, Georges Lautne, Jean-Pierre Melville,José Giovanni et Jacques Deray, il avait connu de multiples emploie comme restaurateur, patron de boîte de nuit, animateur radio, acteur et impresario.



  


André Pousse meurt des suites d'un accident de voiture

Le comédien André Pousse est décédé le 8 août dernier des suites d'un accident de voiture. Piqué par une guêpe alors qu'il rentrait chez lui au volant de sa voiture, André Pousse a donné un brusque coup de volant, entraînant sa voiture dans un ravin après plusieurs tonneaux. Blessé à la tête et avec deux côtes cassées, André Pousse a néanmoins eu la force de rentrer chez lui, avant d'être conduit à l'hôpital de Saint-Tropez, où il est mort quatre jours plus tard. À 85 ans, André Pousse a eu un parcours aussi incroyable qu'exceptionnel. Alors qu'il se destinait à une carrière de menuisier, André Pousse se met au vélo sur les conseils d'un ami et, à 27 ans, devient champion cycliste. Plutôt bel homme, André Pousse est un grand séducteur et son chemin croise celui d'Edith Piaf, qui succombe à son charme et avec qui il va vivre huit mois. Devenu trop vieux pour le sport de haut niveau, André Pousse prend un temps la direction du Moulin-Rouge puis devient agent artistique. Il gère la carrière de stars confirmées comme Line Renaud, Henri Salvador ou encore Joséphine Baker, mais aussi de jeunes talents comme Michel Polnareff et Johnny Hallyday. C'est d'ailleurs aux côtés de Johnny qu'André Pousse fait ses débuts au cinéma en 1963 dans le film "D'où viens-tu Johnny ?". Pendant 20 ans, André Pousse tourne avec les plus grands réalisateurs français : Henri Verneuil pour "Le  clan des Siciliens", Georges Lautner pour "Quelques messieurs trop tranquilles", Jean-Pierre Melville pour "Un flic" et surtout Michel Audiard, son ami qui le met en scène dans "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages", "Elle cause plus, elle flingue" ou encore "Bons baisers…à lundi". S'il s'était retiré dans un petit village du Var depuis dix ans, André Pousse n'avait pas totalement abandonné le métier de comédien. Il a notamment joué dans le film de Jean-Marie Bigard "L'âme sœur" en 1998 et dans la série "Frank Riva" aux côtés d'Alain Delon. Depuis deux ans, André Pousse ne tournait plus et écoulait des jours paisibles et heureux auprès de sa femme Joss, un ancien mannequin de chez Dior qui partageait sa vie depuis 1968.





Dernier hommage à André Pousse

Le comédien André Pousse est décédé à la veille de ses 86 ans. il a succombé à un accident de voiture. Ce passionné de vélo à la gouaille parisienne aura tourné pour les plus grands réalisateurs, d'Henri Verneuil ("Le clan des Siciliens") à Georges Lautner ("Le Pacha"), et aura a nourri des amitiés légendaires avec Michel Audiard, Lino Ventura et Bertrand Blier. Ses obsèques ont eu lieu lundi.

Une vie bien remplie

C'est une gueule du cinéma français qui disparait. RTL avait annoncé la triste nouvelle vendredi (9 septembre) vers 15 heures : André Pousse est mort. Il allait fêter ses 86 ans. Selon son agent, joint par notre spécialiste cinéma Denis Girolami, l'acteur a succombé à son domicile de La Garde-Freinet. Il n'a pas survécu à un accident de la route survenu la semaine dernière. Ses obsèques ont eu lieu lundi (12 septembre) après-midi, en l'église du village varois.

Une carrière au cinéma sous la direction de grands réalisateurs, des amitiés légendaires. Né à Paris en 1919 et fils d'un commissaire de police, il a commencé par être ébéniste, puis mécanicien. Le moins que l'on puisse dire, c'est que sa vie bien remplie a démarré sur les chapeaux de roue. Il a commencé comme pistard au Vélodrome d'Hiver. Gabin, Delon, Piaf et Cerdan font alors partie de ses admirateurs. C'est là qu'il a côtoyé Michel Adiard qui pédale, lui, en amateur. Audiard qui fera de lui l'un de ses acteurs fétiches.


Il a découvert Johnny...

Avant de toucher au cinéma, André Pousse part faire fortune en Haïti et revient ruiné, mais avec une expérience d'agent du FBI. C'est ce qu'il raconte dans son autobiographie publiée récemment (J'balance pas, j'raconte !, aux Editions Pré aux Clercs, avril 2005). Il retrouve Edith Piaf à son retour, devient son amant, fait la connaissance de sa bande et de Charles Aznavour. Il sera ensuite impresario, notamment d'Henri Salvador et de Joséphine Baker. Quelques années plus tard, il découvre un petit jeune homme qui fera du chemin qui s'appelle Johnny Hallyday. Il lance ensuite la Locomotive, une boîte de nuit parisienne très connue.

C'est sur le tard qu'il tombe dans le cinéma. Il devient l'un des seconds rôles stars des années 60-70. Son physique et sa gouaille toute parisienne le cataloguent aussitôt dans les truands, les durs, les affranchis. On le voit aux côtés de Gabin, de Delon et de Ventura dans des films signés Audiard ou Lautner. Le plus connu est certainement "Le Clan des Siciliens". Citons aussi "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvaes" (1968) ou encore "Elle cause plus, elle flingue" (1972). Après sa carrière dans le cinéma, il s'était reconverti dans la restauration, dans le XVe à Paris, pendant plus de vingt ans. Ces dernières années, André Pousse, marié et père de deux filles, s'était éloigné de la capitale pour vivre dans le Sud de la France. Au cours d'une de ses dernières apparitions dans une fiction, le public avait pu le voir à la télévision au côté d'Alain Delon dans la série "Frank Riva" en 2003. André Pousse laisse beaucoup d'amis attristés.

Denis Girolami





Un argotier en moins :
mort d'André Pousse

Signalé par gb le 10/09/2005 - Vu 2333 fois
Le comédien André Pousse est mort ce vendredi

Vendredi 9 septembre 2005

PARIS André Pousse s'est éteint tôt vendredi à son domicile de La Garde-Freinet (Var), a-t-on appris auprès de son épouse. Celle-ci a précisé qu'il avait succombé à un accident de voiture survenu la semaine dernière. Il avait 85 ans.
Ancien cycliste à la gouaille toute parisienne, André Pousse avait tourné dans plusieurs films de Michel Audiard comme Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages (1968) ou Elle cause plus, elle flingue (1972). Il tourna aussi avec Jean-Pierre Melville (Un flic, 1972), Henri Verneuil (Le clan des siciliens, 1969), Georges Lautner (Fleur d'oseille, 1967) et José Giovanni (Les égouts du paradis, 1978).






Mort de l'acteur André Pousse dans le Var- 09.09.05

NICE (AFP) - L'acteur André Pousse est décédé vendredi matin à l'âge de 85 ans, à l'hôpital de Gassin (Var), a-t-on appris auprès de son entourage.
Le comédien vivait à la Garde-Freinet (Var), à quelques kilomètres de Saint-Tropez, depuis plusieurs années.

Cet ancien coureur cycliste, devenu un véritable personnage du cinéma français, avait tourné dans une cinquantaine de films, notamment dans "Le Pacha" et "Quelques messieurs trop tranquilles" de Georges Lautner, ou "Flic Story" de Jean-Pierre Melville.

André Pousse était l'acteur fétiche de Michel Audiard dont il utilisait le langage fleuri dans les films et dans la vie.

Homme aux multiples talents, ancien champion cycliste sur piste, il était passé de la piste au cinéma avec un premier film en 1963 "D'où viens-tu Johnny" avec Johnny Hallyday, qui débutait également.

Abonné aux rôles de "flingueurs" et de seconds couteaux avec sa gouaille et son argot de titi parisien, "Dédé" a joué des seconds rôles marquants dans une cinquantaine de films dont plusieurs Lautner: "Ne nous fâchons pas" (1965), "Fleur d'oseille", et "Le pacha" avec Jean Gabin (1967), "Quelques messieurs trop tranquilles" (1972) mais aussi des polars comme "Le clan des Siciliens" de Verneuil (1969), "Un flic" de Jean-Pierre Melville (1972), "Flic Story" de Jacques Deray (1975).

Il parlait l'Audiard dans le texte, l'ayant connu avant guerre au Vel'd'Hiv, avant de devenir vedette sur piste et sur deux roues. André Pousse a joué notamment dans "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages" (1968), "Une veuve en or" (1969), "Le drapeau flotte sur la marmite" (1971). Dans "Elle cause plus, elle flingue" (1972), il était le partenaire d'Annie Girardot et interprétait avec son flegme habituel un majordome, gilet rayé et chapeau melon vissé sur le crâne, lui qui dans la vie portait la casquette.

Pousse fut un des meilleurs spécialiste des Six jours cyclistes, avant de devenir imprésario de Joséphine Baker, Eddie Constantine. A cette époque, il eut une liaison avec Edith Piaf, qui décela ses talents de comédien, devint directeur artistique pour le Moulin-Rouge, créa La Locomotive, place Blanche. Parti faire fortune en Haïti, il a finalement trouvé "le métier d'acteur plus marrant", avant de se reconvertir dans la restauration, dans le XVème à Paris, pendant plus de vingt ans.

Le comédien, marié avec Jocelyne, s'était ensuite retiré à la Garde-Freinet (Var), à quelques kilomètres de Saint-Tropez, où il vivait depuis plusieurs années. Il est l'auteur de "Touchez pas aux souvenirs", préfacé par Alphonse Boudard (Laffont), et de ses mémoires "Je balance pas, je raconte", publiées en avril dernier.

Interviewé l'an dernier par France Soir, il disait n'avoir pas peur de la mort, étant "persuadé d'aller au paradis".

posté par Jamyloup



21/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres