Alain YVER

Alain YVER

ANGUS STONE

ANGUS STONE








http://angusstone.com/


http://www.facebook.com/AngusStoneOfficial

http://www.youtube.com/watch?v=Cmv7Y0fbVpQ

http://www.youtube.com/watch?v=s0gJPPDa1ro

http://www.dailymotion.com/video/xtotpv_angus-stone-bird-on-the-buffalo-official-video_music#.UZdE6Ou3xsM

écouter l'album
http://mybandmarket.com/blog/2012/10/broken-brights-le-nouvel-album-dangus-stone-en-ecoute-integrale/





Angus Stone - Broken Brights




Sans sa sœur, Angus Stone signe un beau disque de folk bucolique.
Il y a peu, sa soeur Julia, moitié d’Angus & Julia Stone, publiait un album solo sur lequel elle déroulait un beau dialogue avec Benjamin Biolay. Sans elle, Angus emprunte lui aussi une route en solitaire avec ce Broken Brights qui possède le charme des disques de Neil Young avec ses ballades paisibles, ses refrains amples et ses guitares calmes (River Love, Bird on the Buffalo). Enregistré aux quatre coins du monde, le disque porte en lui l’amour d’Angus pour les milieux naturels. En Inde, le musicien a vécu dans une petite cabane. Dans les Alpes suisses ou sur la côte australienne, il s’est inspiré de la sauvagerie du paysage pour composer. De ces expériences, il fait naître un disque au charme rustique (Clouds Above). Et n’en oublie pas pour autant la douceur sensuelle qui caractérisait les albums de son duo : la chanson Broken Brights pourrait être une petite soeur de Big Jet Plane.

http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/angus-stone-folk-bucolique/






Angus Stone

Angus Stone, né le 27 avril 19861, est un chanteur et musicien australien. Il est le frère de la chanteuse et musicienne Julia Stone avec qui il fonde le groupe Angus & Julia Stone en 2006.
Après deux albums écrits avec sa soeur, il sort son premier album solo en 2009 sous le nom de Lady of the Sunshine2.
Son second album Broken Brights3 sort en 2012.

    1.    ↑ « Biographie» [archive], sur lacoccinelle.net, consulté le 5 octobre 2012
    2.    ↑ « Lady of the Sunshine» [archive], sur indierockforum.com, consulté le 5 octobre 2012
    3.    ↑ «Broken Brights» [archive], sur sensationrock.net, consulté le 5 octobre 2012

http://fr.wikipedia.org/wiki/Angus_Stone







ANGUS STONE, Broken Brights

 On pensait que Angus et Julia Stone était indissociables. Il semblerait que le duo ait décidé de prouver le contraire en cet an de grâce 2012.
Alors que Julia Stone fait des infidélités à son frère en s'acoquinant à Benjamin Biolay le temps d'un duo et en offrant une nouvelle production solo (By The Horns), l'aîné s'est penché lui aussi sur un album personnel. Un premier disque solo d'Angus avait déjà vu le jour il y a trois ans sous le pseudonyme de Lady Of The Sunshine. Cette fois-ci, la notoriété aidant certainement, il assume son nom pour offrir un album naviguant entre titre folk et indie, un album qui transpire le goût et l'influence des illustres maitres du genre. On a déjà pu entendre Bird On The Buffalo, un titre folk-rock dans lequel résonne un riff de guitare plein de distortion, qui immédiatement fait penser à Neil Young. La voix si particulière d'Angus est très vite reconnaissable, même si par moment le phrasé et le chant nasal est très proche de Dylan (Apprentice Of The Rocket Man). Mais à côté de ça, le chanteur hirsute démontre qu'il a une véritable patte pour écrire d'efficaces chansons aux arrangements plutôt bien fichus.
Ainsi l'album commence avec River Love, une folk song aux accents celtiques. The Wolf And The Butter se rapproche plus de ce que notre homme a pu faire avec sa soeur, bien qu'étant un véritable titre aux senteurs boisées, plânant au son de l'harmonica. Il en est de même à l'écoute de Monsters, qui n'est pas sans rappeler The Beast, première piste de A Book Like This. Ici, tout le morceau est porté par un air de banjo, instrument qui prend vie entre les mains du barbu. On peut dire qu'avec lui, le banjo vit... Be What You Be est un titre surprenant aux influences tribales, une vraie réussite.
On parlait de Neil Young il y a quelques lignes. Stone nous offre une ballade rock digne du Loner avec Only A Woman. S'inscrivant en longueur, elle est ponctuée par un solo de guitare toujours en mode "distortion". Ce côté rock qui fait aussi son apparition sur la compo sombre It Was Blue, style dans lequel on avait jamais entendu Angus et où celui-ci fait accompagne une guitare saturée par des cordes angoissantes.
Si on voulait tenter la comparaison entre l'album du frère et celui de la soeur, on pourrait dire que Broken Brights est plus équilibré. Angus Stone sert un album solo certes très référencé, c'est indéniable. Mais celui-ci révèle le talent certain de l'ainé, qui le place en digne héritier des grands maitres folk-rock.

http://www.sensationrock.net/article-angus-stone-broken-brights-105390884.html






Angus Stone – Broken Brights
par luzycalor le 26 octobre 2012

Des intonations nasales dylaniennes, quelques riffs de guitare façon Neil Young, cheveu hirsute et gueule d’amour à la Kutcher (Ashton), Angus Stone nous embarque avec Broken Brights sur le chemin de sa mélancolie. Sur quelques interminables routes poussiéreuses australiennes jonchées de plantes épineuses et autres chardons emportés par le vent, ou encore -rien à voir- au sommet de quelques montagnes péruviennes au son de la flûte de pan. En tout cas, le chanteur nous emmène loin dans son « road trip » et cette fois sans…Julia!
Son album (bientôt disponible) -que j’ai eu la chance d’écouter en totalité- puise autant dans des courants folk et country que dans du rock indé punchy. Ballade douce, plaintive, aérienne le titre éponyme a tout d’une madeleine…de Proust même si mes préférences vont clairement à The Blue Door, souvenir d’enfance des westerns matés en famille, à It Was Blue plus sombre et plus rock, ou encore au solo de guitare de Only a Woman.
Si Broken Brights contient l’essence de ce qu’il cherchait depuis longtemps, Angus Stone nous entraîne aisément, avec cet album, dans son monde intime, onirique et nostalgique tiré de son pèlerinage au quatre coins du monde.

http://www.luzycalor.com/2012/10/angus-stone-broken-brights/






Angus Stone 
Broken Brights
Publié le 14 novembre 2012 · par Tom

Après la sortie du deuxième album solo de sa soeur Julia avec qui il forme le superbe duo Angus & Julia Stone, l’Australien l’imite avec Broken Brights, seconde escapade musicale solo d’Angus Stone après un premier essai sous le nom de Lady Of The Sunshine en 2009.
Si vous avez un tant soit peu parcouru le blog, vous vous serez rapidement rendu compte que cette famille australienne, ô combien talentueuse, avait, à plusieurs reprises, attiré notre attention. Outre le charme de Julia, il faut reconnaître que la famille Stone nous offre régulièrement quelques moments touchants, de Big Jet Plane à For You en passant par And The Boys ou Silver Coin... La lignée originaire de la côte Est australienne a ce quelque chose qui émeut, bouleverse ou apaise selon l’humeur.
Angus et Julia, après une longue tournée internationale avaient convenu de s’accorder un break pour vaquer, chacun de leur côté, à leur activité solo. Julia a été la plus rapide avec la sortie en mai dernier de By The Horns qu’elle joue actuellement au public qui vient l’applaudir lors de sa tournée. Au même moment, son frère cette fois, balançait sur la toile le clip du premier single de ce second opus qui met en scène sa petite amie, la (très) charmante Isabel Lucas. Bird On The Buffalo s’affichait immédiatement en rupture avec ce à quoi nous étions habitués par les Stone. Feu la douceur habituelle, feu la guitare acoustique, bonjour aux apparitions rocks maîtrisées de la gratte électrique d’Angus. Une belle surprise en somme qui laissait présager d’un nouvel album détonnant avec son passé musical.

Bird On The Buffalo | Angus Stone
Disponible en France depuis le début du mois, Broken Brights est une longue ballade rock/blues/folk de 13 titres (et même 16 pour nous Français, puisque le disque s’est vu greffer 3 morceaux supplémentaires en passant la frontière). Angus, grand amoureux de la France, est l’un de ces artistes que l’on imagine aisément solitaire, en phase avec la nature et en quête des valeurs les plus simples de la vie tel Christopher McCandless, héros du livre de Jon Krakauer et du film de Sean Penn, Into The Wild. Avec ses cheveux mi-longs de surfeur australien, son look baba cool et sa barbe épaisse, Angus inspire la tranquillité et la bienveillance. Il le revendique souvent, son amour de la nature est à la base de ses compositions et lui insuffle un sentiment de liberté qu’on retrouve immédiatement dans ses titres (prenez pour exemple le plus célèbre d’entre-eux, Big Jet Plane).

Tout au long de la galette, Stone nous offre quelque chose de très reposant, aux antipodes du stress quotidien d’une société qui en dépasse plus d’un. Proche de l’univers de Neil Young, Buffalo Springfield et autre Canned Heat, Angus nous dresse sa vision de la liberté à travers des titres qui prennent souvent leur essence autour d’une simple guitare acoustique accompagnée de quelques instruments mais sans fioritures particulières. C’est le cas d’Apprenctice Of The Rocket Man, The Wolf And The Butler, Clouds Above ou River Love, très joli morceau qui introduit l’album.

Monsters | Angus Stone
Si quelques chansons se rapprochent vite des titres estampillés Angus et Julia (Monsters, Wooden Chair et l’excellente Broken Brights), Angus s’est également permis de titiller des sons plus rocks symbolisés par Bird On The Buffalo, assurément l’un des titres de l’album tout comme Only A Woman, longue balade rock/folk avec son petit solo de guitare qui va bien, It Was Blue beaucoup plus dark et End Of The World avec ses claviers à la Doors.
Parmi les trois morceaux bonus offerts aux Français, Angus a réservé un slam sur fond de didgeridoo à Napoléon, un titre en l’honneur d’une vieille Merco et une reprise qui m’a beaucoup plu d’Happy Together, vieux morceau de The Turtles.
Un album homogène, aussi conforme à sa personne que surprenant, voilà comment l’on pourrait succinctement définir le second album d’Angus Stone. A l’aise dans son style musical si particulier développé avec sa soeur, Angus nous surprend également en sortant des sentiers battus pour se lancer dans des styles moins “propres” et plus pêchus. Un style qui finalement lui va très bien et qui met en avant les qualités d’auteur/compositeur du jeune homme. En somme, un album bien sympathique qui pourrait faire un cadeau de Noël idéal.
Sachez enfin qu’Angus se produira en France en janvier prochain et sera le 31 janvier en concert à la Laiterie de Strasbourg ! Pour plus d’informations, retrouvez son site officiel et sa page Facebook.

http://dedalesonore.fr/chroniques/angus-stone-broken-brights/




20/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres