Alain YVER

Alain YVER

ARMAN

ARMAN





SITE OFICIEL




LES OEUVRES D' ARMAN DANS LES JARDINS DU PALAIS ROYAL

accumulations à la WARHOL
et accumulations à la ARMAN




Biographie Arman

Arman fut l'un des artistes membres de l'école de Nice, et l'un des cofondateurs du groupe des Nouveaux Réalistes. Son père, antiquaire à Nice et artiste amateur, lui apprend la peinture et la photographie. Très jeune, il rencontre Yves Klein, avec lequel il parcourt l'Europe et prend des cours de judo.

Dès les débuts de sa carrière, tout en poursuivant sa pratique de la peinture abstraite, Arman fait de l'accumulation d'objets une part significative de son œuvre, dont les résonances sont multiples dans l'après-guerre, marquée par la consommation de masse. Les « Accumulations », séries d'objets identiques du quotidien, ont pour contrepartie les « Poubelles », collections d'objets de rebus.

Cette utilisation d'objets « réels » dans le processus de création implique pleinement Arman dans le mouvement des Nouveaux Réalistes, qu'il fonde en 1960 aux côtés d'Yves Klein, César, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, etc., et qui inspirera fortement le Pop Art américain.

Dans les années 60, Arman développe un nouveau concept, celui de la création via la destruction. Les « Colères », objets (notamment des instruments de musique) découpés ou écrasés, mettent en relief la beauté du chaos et obtiennent un grand succès, au même titre que les « Combustions » ultérieures.

Par la suite, l'artiste s'installe à New York, et, en 1973, devient citoyen américain. Il poursuit ses Accumulations, jusqu'à créer en 1982 un monument de vingt mètres de haut, Long Term Parking, formé de soixante voitures prisonnières d'une chape de béton, aujourd'hui à la Fondation Cartier à Jouy-en-Josas.

Arman est décédé l'année dernière (2005) à New York, à l'âge de 77 ans.
Personnalités associées à Arman

Personnalités Similaires

Yves Klein,  Jean Tinguely,  Niki de Saint-Phalle,  César,  Jacques Villeglé,  Martial Raysse





ARMAN L' ÉCOLE DE NICE


Après avoir suivi les cours de l'Ecole des Beaux-Arts,  et obtenu le diplôme de l'Ecole du Louvre, Arman prend  conscience de la "facticité de toute peinture au chevalet"  et commence une aventure centrée sur l'objet. Il fixe  sur ses toiles des empreintes de cachets, de divers tampons,  de lettres d'imprimerie et expose en 1957 à la galerie  La Roue (Paris)
Le peintre s'aperçoit alors que tous les objets peuvent  remplacer ses pinceaux : C'est l'époque des Allures  d'objets qu'il expose à Milan en 1959, et sur lequel  J. Brisso réalise un film avec une musique de  Pierre Scheaffer. Des objets tels qu'une bille de verre, des  ressorts de matelas, des galets etc... sont  imprégnés de pigments colorés et mis  en mouvement sur la toile où ils laissent des traces.

Parfois, il projette violemment ces objets sur la toile:  Ce sont alors des Colères d'Objets,  (exposition à milan en 1960), ou  Colères d'Arman. Elles tombent sous la forme de violoncelle ou de moulin à  café, sur un panneau de bois , comme un corps  disloqué précipité du sixième  étage sur le pavé d'une cour. Mais Arman n'en  veut ni à la musique ni à personne. S'il conserve  le cadavre et l'expose comme tel, c'est afin que son précieux geste ne soit perdu.  En 1959, Arman accomplit son grand geste en s'appropriant les "Poubelles", pour ce qu'elles sont en soi et en les mettant en vrac. Il s'aperçoit aussi du pouvoir étrange de l'Accumulation d'un même objet dans une cuve.

Ces idées particulières commencent à se répandre et à trouver de magnifiques réalisations avec Cesar et ses compressions.

A la mort d'Yves Klein, c'est Arman son compagnon d'enfance, qui prit sa succession à la tête de l'Ecole de Nice.






30/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres