Alain YVER

Alain YVER

BARRY WHITE

BARRY WHITE


LA VOIX LA PLUS SUBLIME DES ANNÉES  70 , 80, & POUR LES SIÈCLES À VENIR. À ÉCOUTER / BARRY WHITE GOLD (29 TITRES AU TOTAL DONT LES MEILLEURS POUR 15€)
BARRY WHITE THE COLLECTION (16 TITRES POUR 9€) BARRY WHITE LET THE MUSIC PLAY (12 TITRES POUR 7 €) & POUR FINIR, BARRY WHITE GREATEST HITS (10 TITRES 14€) LE TOUT EN NEUF BIEN SUR, POUR L' OCCAZE, ENCORE MOIN CHER. VOILÀ, AVEC çA,JE NE M' INQUIETE PLUS. À VOIR LES ARTICLES & LES LIENS / DANS  "SOUL "






SITES
http://members.chello.nl/p.klein6/

UNE VIDÉO ICI, 4' 02 PAS LA VOIX DE BARRY, MAIS BON QUAND MÊME.
http://www.dailymotion.com/video/x6kzu_barry-white-love-unlimited-orchestr

VIDÉOS DE BARRY CETTE FOIS AVEC LA VOIX
http://www.youtube.com/results?search_query=BARRY+WHITE&search=Search

UNE CURIOSITÉ
http://www.teepik.com/video_ext-1641-gollum-possede-par-barry-white.html

DES TONES DE SITES
http://fr.mongenie.com/search.asp?Keywords=Barry%20White






Nationalité : américaine
Naissance : 12 Septembre 1944
Mort le : 04 Juillet 2003
Genre musical : Soul

Biographie Barry White


Ahh Barry White ! Qui n'a jamais tenté d'emballer le beau gosse – ou son pendant féminin - du lycée sur l'une de ses langoureuses chansons ? Assurément pas grand monde, tant il est difficile de résister à l'extrême sensualité des mélodies de ce poids lourd (dans tous les sens du terme) de la soul.
Avant d'atteindre la bagatelle des 160 kg, Barry White naît le 12 septembre 1944 à Galveston au Texas. 6 mois plus tard sa famille émigre dans le ghetto de Watts à Los Angeles. Son enfance est partagée entre la musique - il commence le piano à l'age de 5 ans et devient organiste de l'Eglise Baptiste du coin à 10 - et la rue où il ne se prive pas de quelques bêtises.

A 14 ans, Barry à la bonne idée de muer, et d'un filet fluet il passe à une voix de basse impressionnante, rauque et suave. Passionné de musique dès la naissance, il amasse une jolie collection de disques et va même jusqu'à en voler chez ses voisins, « seulement les meilleurs » confia t'il plus tard. Malheureusement, sa mauvaise conduite l'amène en prison, il n'a que 16 ans. A peine sorti, on lui propose en septembre 1960 de poser sa voix hors du commun sur le premier 45 tours des Upfronts, petit groupe vocal méconnu. Le disque ne fait pas grand bruit mais Barry White est désormais sur d'une chose : sa vie, ce sera la musique.

Pendant plusieurs années Barry exerce sa voix sur scène, apprend à jouer de plusieurs instruments et apprend le job de producteur. C'est sous cette étiquette qu'il exerce tout d'abord, arrangeant et composant de nombreuses chansons pour les autres, notamment pour le groupe exclusivement féminin Love Unlimited au sein duquel il rencontre Glodean James qui deviendra sa femme en 1974. A la recherche d'un interprète masculin pour l'un des titres qu'il à en stock, Barry est finalement convaincu par son entourage d'exploiter le don de la nature qu'est sa voix.

White sort son premier album « I've got so much to givee » en 73 dont le single éponyme marche bien, suivi d'un second la même année « Stone Gon' » qui est un gros succès. L'année suivante il rempile avec « Can't get enough » d'où sont extraits les tubes « Can't get enough of your love, babe » et « You're the first, the last, my everything » qui se classent premiers et deuxième des charts. Jusqu'à la fin des 70's Barry White, prolifique – presque un album par an ! - enchaîne les tubes, parmi lesquels les inoubliables « Let the music play » et « Just the way you are » qui en font le roi incontesté de la chanson d'amour façon disco-soul.

L'arrivée des années 80 marque une baisse de régime du Maestro, victime du déclin de la soul et du disco et surtout très éprouvé par la mort de son frère, assassiné. Le rythme de ses sorties se fait moins frénétique, ses succès deviennent plus sporadiques. Barry White se rappelle tout de même au bon souvenir de chacun au milieu des 80's avec le titre « Change » et revient sous le feu des projecteurs avec l'album annonciateur « Barry White – the man is back » (1989) puis « Put me in your mix » en 1991.

Le crooner noir sort ses deux derniers albums en 1994 (« The icon is love ») et 1999 (« Staying Power ») où il collabore avec les stars actuelles de la musique black comme Puff Daddy, assurant sa propre relève. Souffrant de diabète, d'hypertension et d'insuffisance rénale du fait notamment de son importante surcharge pondérale, Barry White s'éteint le 4 juillet 2003. Il restera comme le larynx le plus incroyable que la musique noire ait connue.






Les anecdotes


Merci Ally !
Sa carrière se trouve curieusement relancée par la série télévisée 'Ally McBeal' où sa chanson 'You're the first, the last, my everything' passe régulièrement. Barry White prête également sa voix à son personnage dans la série des Simpsons.

Déclic
C'est en 1960, alors qu'il purge une courte peine de prison pour vol, qu'il entend la chanson d'Elvis Presley 'It's now or never'. C'est alors qu'il décide de se consacrer à la musique.


En une nuit
Dans une interview pour le magazine 'Ebony', il raconte que c'est en l'espace d'une nuit que sa voix a mué pour prendre son timbre grave inimitable. Sa mère et lui sont d'abord terrifiés par sa profondeur.

Sa femme
La chanteuse Linda Glodean James, une des trois voix féminines du Love Unlimited Orchestra, a été sa femme pendant plus de vingt ans.

Record
Barry White a vendu près de 100 millions d'albums de son vivant.








INTERVIEW

 Barry White est romantique mais ne perd pas de vue la vie des siens

A l'occasion de la sortie d'un double CD, la star américaine nous ouvre son coeur et, chose rare, parle de politique sans mâcher ses mots.

BARRY WHITE refuse le statut de sex-symbol que lui collèrent les médias dans les années soixante-dix, quand il était au zénith de la gloire. En revanche, il revendique une vision romantique de l'amour et voue un culte à la femme. « Dans le cas général, les femmes sont plus romantiques que les hommes. Mais certains d'entre nous le sont profondément, nous confie-t-il. Dans une société régie par l'argent, le sexe et le pouvoir, j'assume ma prédilection pour le romantisme. Je n'ai jamais parlé de sexe dans mes chansons, mais d'amour, dans lequel je crois profondément. »

Une compilation de deux CD, « Love forever » (Sony), rassemble 28 odes à l'amour. Idéale pour câlineries. Entre des ballades comme « Love Song », « Don't forget », « She's everything to me », « Beware » et « You're my high », s'épanouissent les chansons rythmées de dance music (« le fameux « It ain't love, Babe », « Sheet Music »...). Dans « Change », un titre enregistré en 1983, il met en garde contre une évolution incontrôlée de la technologie et encourage les jeunes à s'éduquer et à développer leur conscience. « America » demande pourquoi le peuple doit quémander sa liberté, alors que l'Amérique proclame un idéal de justice. La réalité est tout autre. Les gens souffrent et ont faim.

Malgré le succès, le « maestro » veille à préserver son indépendance à l'égard du show-business. Ses préoccupations sont beaucoup plus urgentes que l'image dans laquelle certains ont tenté de l'enfermer. « Merci pour ces questions inhabituelles », nous a-t-il dit à la fin de cette précieuse interview.

Etes-vous issu d'une famille aisée ou des classes moyennes ?.

Ni l'un ni l'autre. Je suis né dans une famille pauvre, extrêmement pauvre. Vous avez sûrement entendu parler des insurrections de Watts, l'an dernier. Je viens de là.

Quel contact avez-vous gardé avec ce milieu ?

Je suis resté très proche des plus démunis. J'essaie d'apporter ma contribution.

Comment ?

En fournissant une aide financière, en donnant mon temps et mon esprit. Je soutiens beaucoup d'organisations de jeunes. Je suis actif dans ma communauté et je le demeurerai car de nombreux jeunes des ghettos pauvres sont des génies. Ils n'ont pas eu la chance de faire des études, mais certains s'en sortiront mieux que des diplômés qui se retrouvent au chômage. Mon destin, c'est la musique. Un jour, je me suis réveillé, à quatorze ans, et ma voix avait changé. Cela a choqué mon entourage. Je n'y ai pas prêté attention jusqu'à l'âge de vingt-sept ans, où j'ai découvert que j'avais une voix spéciale et que je pouvais l'utiliser à travers des messages positifs.

A un moment de votre vie, vous avez sombré dans la délinquance...

Oui, j'ai commis de mauvaises actions de onze à seize ans. C'est alors que j'ai été arrêté et incarcéré. Derrière les barreaux, j'ai réfléchi et décidé de changer de cap. Dès ma libération, j'ai enregistré un disque avec un orchestre. Beaucoup de mômes de mon âge se retrouvaient en prison, commettant des délits, des meurtres... Je n'ai pas voulu en arriver là. Mon frère a fini comme ça. J'ai eu la force de choisir une autre route.

Quels ont été vos héros ?

Des hommes comme Martin Luther King, Malcolm X, Mohammed Ali... Ils ont accompli de grandes choses et m'ont profondément marqué.

Et Paul Robeson ?

Bien sûr, il m'a beaucoup influencé aussi. Malheureusement, peu d'entre nous savent encore qui il était. C'est la faute de la communauté noire. En effet, nous devons rendre hommage de nous-mêmes à nos héros. Nous avons trop tendance à attendre que les Blancs érigent une statue en mémoire de Paul Robeson, Mohammed Ali ou toute autre personnalité qui a contribué à la grandeur de l'Amérique. Si un enfant noir ne connaît pas Paul Robeson, ne le blâmez pas et ne condamnez pas la société blanche. Mais accusez la communauté noire.

Comment avez-vous réagi aux révoltes de Los Angeles ?

Je n'ai nullement été surpris. C'était déjà arrivé en 1965. Je faisais partie du soulèvement populaire. Je volais. La police m'a tiré dessus. Je courais. Cela a recommencé en 1992. La différence entre les émeutes de 1965 et de 1992, c'est que, lors des derniers événements, ce n'était pas seulement les Noirs qui se sont rebellés, mais aussi les Latinos américains, les Juifs... Toutes les races confondues disaient au gouvernement : « Ne croyez pas que seuls les Noirs en ont marre de vos magouilles. Nous aussi. » Ce n'est pas fini. D'autres révoltes risquent d'éclater dans les mois à venir, en attendant un autre verdict.

Comment analysez-vous la situation en Afrique ?

Je suis africain avant tout. L'Afrique est dans mon coeur, dans tout mon être. Je sais qu'il y a, là-bas, des dirigeants aussi corrompus que ceux des Etats-Unis. Tant que nous n'aurons pas éliminé la corruption, aucun peuple ne pourra progresser. Ils finiront tous comme en Amérique : à genoux. Les Etats-Unis sont actuellement dans une situation dangereuse, sur tous les plans, économique, spirituel et mental. Les gens n'ont plus confiance dans leurs gouvernants. Ils veulent prendre en main leur vie.

RECUEILLIS ET TRADUITS

PAR FARA C.






Barry White


Le chanteur est décédé le 4 juillet à Los Angeles, il avait 58 ans. Il souffrait d'insuffisance rénale et de problèmes d'hypertension depuis plusieurs années. Il avait été hospitalisé en septembre dernier et était en attente d'une greffe de rein.Plus connu pour ses succès disco dans les années 1970, Barry White était aussi un grand chanteur de Rythm & Blues. il avait obtenu deux Grammy awards en 2000 pour son titre Staying Power.

Né le 12 septembre 1944 à Gavelson au Texas,il a passé une grande partie de son enfance à Los Angeles. Il avait expliqué en 1990 dans une interview à Ebony magazine que sa voix avait mué en une seule nuit. Un vol de pneu l'avait conduit en prison pour 5 mois, alors qu'il avait 16 ans. Il avouait que cet épisode l'avait conduit a s'investir dans la musique pour essayer de changer sa vie. Il avait tout d'abord rejoint un group de soul, les Upfronts, avec qui il avait enregistré 6 titres. En 1972 il vendait 3 millions de single Walking in the rain With the One I loveet, l'année suivante, I'm Gonna Love You just a Little More Baby atteignait le 3 ème rang au hit parade du R&B. Après avoir enregistré une douzaine d'albums dans les années 1970, sa carrière déclina un peu dans les années 80 pour reprendre avec son album "The Icon Is Love" en 1994, et celui de 1999 Staying Power, dont le morceau titre lui permis d'obtenir 2 awards.



08/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres