Alain YVER

Alain YVER

BUCKSHOT LEFONQUE

BUCKSHOT LEFONQUE







//www.dailymotion.com/video/xtp5q_buckshot-lefonque-music-evolution_music

//www.youtube.com/watch?v=SMrKGkKdKYU


//www.deezer.com/fr/artist/7385



Buckshot LeFonque

 États-Unis
Genre musical
Fusion
Années actives
1990-1997
Labels
Sony Music, Columbia Records

Buckshot LeFonque était un projet musical du groupe de Branford Marsalis qui a existé de 1994 à 1997. Après avoir joué avec Sting, Miles Davis et d'autres artistes, il fonda ce groupe afin de créer de nouvelles sonorités en mélangeant le jazz, le rock, la pop, le rhythm and blues et le hip-hop.
Deux albums furent produits, Buckshot LeFonque (1994) (avec notamment plusieurs titres en collaboration avec DJ Premier) et le suivant, Music Evolution (1997) (avec Frank McComb au chant). D'autres collaborateurs à ce projet furent le frère de Branford Marsalis, Delfeayo Marsalis et le rappeur Uptown (de Dope On Plastic fame) connu aussi comme 50 The Unknown Soldier.
Le nom de Buckshot LeFonque était le pseudonyme du saxophoniste de jazz Julian Cannonball Adderley.

Discographie
Albums
    •    1994: Buckshot LeFonque (Sony Music)
    •    1997: Music Evolution (Columbia Records)

//fr.wikipedia.org/wiki/Buckshot_LeFonque





Buckshot LeFonque

Groupe américain de jazz et de fusion fondé en 1994 à New York autour de Branford Marsalis.
En reprenant le pseudonyme du saxophoniste Cannonball Adderley lors de l'enregistrement de l'album de Louis Smith, Here Comes Louis Smith (1958), Branford Marsalis voulait, en fondant ce groupe où se côtoient rappers de Harlem, D.J. de San Francisco et percussionniste parisien, se permettre de faire de la musique de danse tout en restant un musicien de jazz respecté par son entourage. Fort du principe que les musiques noires forment un tout, il prouve ainsi que la séparation entre jazz, rock, funk et rap est une aberration. Le premier disque, sorti en 1994, tout en fondant ce qu'on appellera ensuite la fusion, laisse sceptique ; le deuxième, Music Evolution, en 1997, plus abouti, montre qu'il ne s'agit pas simplement d'un gadget pour l'ancien saxophoniste de Sting.

//www.larousse.fr/encyclopedie/groupe-musical/Buckshot_Lefonque/155433





buckshot lefonque  "music evolution " 1997
L'avis de la rédaction :

Sonnez trompettes, sonnez saxophones et trombones à coulisses, scratchez platines enflammées, voici le second (et malheureusement dernier) album de Buckshot Lefonque. " Here We Go Again " donne le ton, et il est bon ! Une intro de deux minutes 26 secondes pour se préparer psychologiquement à en prendre plein la tête.
Avec leur talent, le jazzman et le DJ attaquent fort avec" Music Evolution ". Composé à la fin des années 1990, l'empreinte hip-hop se fait plus poignante que dans l'opus précédent. Ne pleurez pas, les solos de cuivres sont toujours au rendez-vous. Alléluia. Le temps n'est plus à la retenue. " James Brown (part 1 & 2) " laisse les deux artistes s'exprimer tour à tour. Les cuivres sonnent (encore et toujours), les scratch contre-attaquent, la guitare garde la distance, les samples de voix jouent aussi le jeu (" Bonus Track ", " Jungle Groove "). On notera tout de même que dans cette seconde collaboration, le piano se fait plus présent (" Samba Hop ") et ce n'est pas pour nous déplaire tant cela accentue la touche jazzy de l'album.
Pour le reste les pistes alternent entre voix passionnées entourées de notes profondes et langoureuses (" Another Day ", " Weary With Toil ", " Phoenix ", " Better Than I Am ") et hip-hop teinté de groove plus ou moins calme (" Black Monday ", " Samba hop ", " My Way ").
Si le premier album de Buckshot Lefonque nous a fait découvrir de nouveaux horizons musicaux et à su rapprocher avec délicatesse deux styles a priori assez éloignés, ce second album affermit cette position. Les musiciens sont moins en retenue que dans leur album précédent. Les empreintes du hip-hop et/ou du jazz sont plus affirmées. Un album quasi-parfait, aboutit. On regrettera juste que ce soit le dernier...

Alphy
//www.trip-hop.net/album-2221-buckshot-lefonque-music-evolution-sony-music.html





Buckshot Lefonque: Buckshot Lefonque - 1994 -

L'avis de la rédaction :

Tendez l'oreille, écoutez ces cuivres et ces voix. Découvrez enfin le mélange quasi-parfait entre jazz, hip-hop et électro. Buckshot Lefonque c'est la réunion de Branford Marsalis, grand Jazzman et de DJ Premiere. Le cocktail explosif qu'ils nous proposent méritait, mérite encore et méritera toujours une ovation.
Pendant pas loin d'une heure, jazz, groove, funk, rock, hip-hop s'enchevêtrent. Les solos de saxophones, de trompettes, de guitares fusent. Les basses tremblent, les cessions de scratch se multiplient. Il serait facile de ne rien dire sur cet album tellement tout est bon. Cependant cela serait irrespectueux.
" I Know Why The Caged Bird Sings " tient plus du morceau de jazz pur que d'un morceau d'électro-jazz. Une voix lisant le poème éponyme de Maya Angelou sur laquelle viennent se greffer des solos de saxophones. " Aint' It Funny " ressemble pour sa part à un morceau de Maria Carey. Et, quitte à faire dans la mixité, voilà que déboulent une nouvelle fois des solos de saxo (" Some Cow Fonque ") suivis de près par un morceau de Dj-ing, de vrai trip-hop rappelant un certains Deadringer. On va peut être s'arrêter là pour les influences. Ah, non ! On pourrait aussi penser au groupe Rage Against The Machine lors de l'écoute de " No pain, no gain".
Dans ce premier album, il y en a pour tous les goûts et c'est de cette diversité que cet album tire sa force. Rarement culture jazz et culture hip-hop ont été aussi bien marié. Un Must Have. Quant à ceux que la répétition des mots " jazz " et " solos de saxophones " pourraient freiner alors un conseil, jeter vous sur cet album, vous les entendrez différemment...
Alphy

//www.trip-hop.net/album-2064-buckshot-lefonque-buckshot-lefonque-sony-music.html





Concert - Jazz - Buckshot LeFonque
Par Lachaud Martine, publié le 12/06/1997

Ni jazz, ni R&B, ni funk, ni rap, leur musique fait fi des catégories. Les Buckshot LeFonque (pseudonyme utilisé par Cannonball Adderley quand il enregistra sur l'album d'un ami sans l'autorisation de sa maison de disques) sont des fous de son et des musiciens de haute volée. Coachés par le saxophoniste et compositeur Branford Marsalis, ils arrivent en France avec les titres de leur deuxième opus, Music Evolution (Columbia/Sony), où l'explosif Jungle Grove laisse entendre des saxophones ébouriffants, où le somptueux morceau-titre rend hommage aux grands anciens, de Satchmo à Cab Calloway, où James Brown-Part 1 & 2 combine avec brio funk, jazz et rap, et où, curieusement, on découvre de craquantes ballades fleur bleue, le swing insouciant de Marsalis, une élégante tirade de l'acteur Laurence Fishburne (My Way [Doin'It]).

//www.lexpress.fr/informations/concert-jazz-buckshot-lefonque_623114.html


























03/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres