Alain YVER

Alain YVER

CHARLES DUCHAUSSOIS

Charles Duchaussois



http://legrandvoyage.chez-alice.fr/

http://www.myspace.com/charlesduchaussois

http://duchaussois.ifrance.com/


Né le 27 janvier 1940 , il reçoit à l'âge de quatre mois et huit jours, un matin de 1940, un éclat d'obus dans l'œil lors d'un bombardement. Cela le laissera borgne, un détail souvent évoqué dans son roman. Vers l'âge de 20 ans, il décide de partir dans le sud de la France après un ras le bol de la région parisienne. Après différents larcins, escroqueries et multiples séjours en prison, il part au Liban rejoindre un ami. Ici commence "Flash ou le grand voyage".

Nous sommes en 1969 et en pleine effervescence hippie, de Marseille à Beyrouth, d'Istanbul à Bagdad, en passant par de longs séjours en Inde, en bateau, à pied, en voiture, Charles peu à peu se rapproche de Katmandou, le haut lieu de la drogue et des hippies. Son voyage commence un peu par hasard au Liban, avec le trafic d'armes et la récolte du haschisch. Le but à atteindre est Katmandou. Son parcours sera progressif d'un point de vue géographique mais également en termes de découverte des drogues, car c'est cela que raconte Charles Duchaussois dans son livre. Il ira si loin dans la dépendance qu'il offre au lecteur un regard vraiment objectif sur son aventure avec des exploits mais également de cuisants échecs. Il est rapatrié sanitaire à Paris le 10 janvier 1970, après six mois d'une descente aux enfers progressive et quasi totale : la toute fin de son séjour tire à la folie, et ce n'est qu'in extremis que Charles échappe plusieurs fois à la mort. A son retour, il enregistrera le récit de son aventure sur 18 bandes magnétiques, envoyées aux éditions Fayard en décembre 1970. Une aventure dont on peut parfois se demander si elle n'oscille pas entre réalité et folie, jalonnée de folies, de morts et d'excès. Ce roman haut en couleurs nous donne aussi une vision forte et souvent dérangeante "de l'intérieur" de la vague hippie des années 70 et brise ainsi quelques idées reçues.

Après "Flash" : jusqu'à fin novembre 1970, il lutte sans succès contre la drogue (époque évoquée dans la postface du livre), aidé de Jocelyne, une française rencontrée à Katmandou et qui l'a rejoint. Charles et Jocelyne ne parviennent pas à sortir de cet univers et continuent de se droguer, jonglant entre petits boulots, raids dans les pharmacies parisiennes, crises de démence et cures de désintoxication. Début 1971, ils s'installent en Suisse, à la Chaux de Fonds. Le 3 novembre 1971, naît leur fils Krishna-Romain (en hommage au boy que Charles avait à Katmandou et à un ami de Charles resté vivre au Koweït). Début 1972 c'est la rupture, Charles veut encore voyager (en Amérique du sud) mais Jocelyne désire se stabiliser pour élever Krishna-Romain.

Charles repart vivre à Paris. Il se remarie en 1974, et a un autre enfant . Ils se sépareront en 1977. Fin 1978, une tragédie intervient et Charles est emprisonné. Divorcé en 1983, il rencontre Fernanda et se remarie la même année (pour la troisième fois) dans la région parisienne. Il divorce en 1986.

Atteint d'un cancer des poumons qui se généralisera, Charles Duchaussois décèdera le 27 février 1991 à l'hôpital Saint-Michel de Paris.

Monsieur S., directeur des pompes funèbres le reconnaîtra et lui permettra ainsi d'être inhumé dans le cimetière intercommunal de Valenton (Val-de-Marne. Il y repose dans une sépulture à l'abandon avec deux frères à ses côtés.








Flash de Charles Duchaussois



Charles Duchaussois n’est pas un ecrivain. Et pourtant il nous compte de manière magistrale dans ce récit autobiographique, ses pérégrinations dans le monde des junky, qui vont l’entrainer de Marseilles à Katmandou en passant par Beyrouth, Istanbul, Bénarès, ... Charles Duchaussois est un réscapé miraculeux de l’enfer de la drogue.

L’un des interêts de ce roman provient des descriptions fascinantes que fait l’auteur sur le milieu qu’il a cotoyé pendant des mois ; au fur et à mesure des pages, le lecteur sombre peu à peu avec lui dans son calvaire. Mais comment s’en tirera il ?

Un roman qui vous prend aux trippes - à découvrir -
4eme de converture  : De Marseille au Liban, d’Istanbul à Bagdad, de Bombay à Bénarès, en bateau, à pied, en voiture, Charles peu à peu se rapproche de Katmandou, le haut lieu de la drogue et des hippies. Sa route est jalonnée d’aventures extraordinaires. A Beyrouth, il s’associe à des trafiquants d’armes, il participe dans les montagnes du Liban à la récolte du haschich. A Koweït, il dirige un night-club. Au Népal, il devient pendant quelque temps le médecin et le chirurgien des paysans des contreforts de l’Himalaya. C’est enfin l’épisode de Katmandou et l’évocation saisissante de l’univers des drogués : l’opium et le haschich qui font "planer", le "flash" de la première piqûre, le "grand voyage" du L.S.D. Jamais peut-être un homme, sauvé in extremis, n’était allé aussi loin et avait pu retourner pour dire ce qui se passe tout là-bas.

"A Bernard Touchais, qui m’a arraché cette confession








Biographie
Charles Duchaussois est né le 27 janvier 1940 et décédé le 27 février 1991. Le roman biographique Flash ou le Grand Voyage tiré de son histoire a été un succès d'édition. Né le 27 janvier 1940 de parents diplomates, il reçoit à l'âge de quatre mois et huit jours, un matin de 1940, un éclat d'obus dans l'oeil lors d'un bombardement. Cela le laissera borgne, un détail souvent évoqué dans son roman. Vers l'âge de 20 ans, il décide de partir dans le sud de la France après un ras le bol de la région parisienne. Après différents larcins, escroqueries et multiples séjours en prison, il part au Liban rejoindre un ami. Ici commence Flash ou le grand voyage. Nous sommes en 1969 et en pleine effervescence hippie, de Marseille à Beyrouth, d' Istanbul à Bagdad, en passant par de longs séjours en Inde, en bateau, à pied, en voiture, Charles peu à peu se rapproche de Katmandou, le haut lieu de la drogue et des hippies. Son voyage commence un peu par hasard au Liban, avec le trafic d'armes et la récolte du haschisch. Le but à atteindre est Katmandou. Son parcours sera progressif d'un point de vue géographique mais également en termes de découverte des drogues, car c'est cela que raconte Charles Duchaussois dans son livre. Il ira si loin dans la dépendance qu'il offre au lecteur un regard vraiment objectif sur son aventure avec des exploits mais également de cuisants échecs. Il est rapatrié sanitaire à Paris le 10 janvier 1970, après six mois d'une descente aux enfers progressive et quasi totale: la toute fin de son séjour tire à la folie, et ce n'est qu'in extremis que Charles échappe plusieurs fois à la mort. A son retour, il enregistrera le récit de son aventure sur 18 bandes magnétiques, envoyées aux éditions Fayard en décembre 1970. Une aventure dont on peut parfois se demander si elle n'oscille pas entre réalité et folie, jalonnée de folies, de morts et d'excès. Ce roman haut en couleurs nous donne aussi une vision forte et souvent dérangeante de l'intérieur de la vague hippie des années 70 et brise ainsi quelques idées reçues.




29/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres