Alain YVER

Alain YVER

DANIEL DARC (TRIBUTE)

DANIEL DARC (TRIBUTE)


Capture d’écran 2014-02-01 à 22.08.10.jpg




http://maximeantonin.com/#!/daniel_darc_tribute/

http://fluctuat.premiere.fr/Musique/News/Daniel-Darc-parrain-posthume-du-rock-francais-3813914

http://hivmusic1.bandcamp.com/album/tribute-to-daniel-darc-taxi-girl

https://www.facebook.com/events/674701089213135/

http://www.axesscode.com/mindphaser/viewtopic.php?t=21205&start=0&sid=f64d7a7632455c0f25e173f7775fdfec

 

FAN DE DARC

https://www.facebook.com/pdolpha/about




08 02 2014 – Tribute To Daniel Darc & Taxi Girl
Au point éphémère 200 Quai de Valmy de 21h à 2h


soirée de présentation de la compilation Tribute To Daniel Darc & Taxi Girl publié récemment sur le jeune label Unknown Pleasures Records en hommage à Daniel Darc et son groupe new wave qui a eu une carrière fulgurante dans les années 80.
Lors de cette soirée vous pourrez entendre les reprises de la compilation jouées ce soir là en live :






Le Mot de l'éditeur : Tribute - Inclus 45 tours collector


DANIEL DARC nous a quitté le 28 février 2013, laissant derrière lui une oeuvre à la fois évocatrice et terriblement émouvante, parsemée de tubes intemporels. De la new wave de Taxi Girl aux chansons minimalistes de sa carrière solo le chanteur de Taxi Girl aura marqué toute une génération du sceau des poètes maudits. Avec sa gueule atypique de junkie stellaire, Daniel aura simultanément tutoyé les astres et le caniveau. Fils de Paname et de ses trottoirs jonchés de rêves brisés il sera pour longtemps encore la voix des perdants magnifiques comme celle des écorchés vifs de vies trop ordinaires. Après un court passage en prison il entame un chemin initiatique qui le mènera jusqu'à sa propre rédemption. Il trouve la foi en cours de route devenant un lecteur assidu de la Bible dont il ira même jusqu'à chanter le Psaume 23 dans son album Crève Coeur. Tourmenté, déchiré, claudiquant -ses flirts avec l'alcool et la drogue ne l'ayant pas laissé totalement indemne, l'interprète d' "Aussi belle qu'une balle" ou plus récemment « La pluie qui tombe », chantera la solitude et la désespérance avec la justesse de ceux qui se sont penché au bord du gouffre. On l'a pensé guéri de ses addictions, débarrassé de ses démons, inspiré par l 'amour et la grâce. De ce parcours de chanteur écorché jonché de plumes d'anges déchus, Daniel a tiré la substantifique moelle dont sont fait les grands écrivains: Jeu de la douleur et des expériences chimiques qu'il exprimera au fil des mots et toujours sur le fil du rasoir.C'est au travers de ces mots là, maux de tête et maux du coeur que nous avons trouvé l'inspiration de cet hommage musical à un artiste dont l'oeuvre est unique dans le paysage musical français. Vieux compagnons de route pour certains des musiciens qui ont repris un de ses titres sur ce Tribute, nous pourrons entendre l'écho de son souffle via des interprétations parfois fidèles, souvent alchimiques de ses chansons revues par d'ex-membres d'Indochine, Madinkà, Complot Bronswick, End Of Data, Norma Loy ou des Tétines Noires. A leurs côtés d'autres artistes plus récents mais non moins fans de ce qu'ont incarné Daniel Darc et son groupe Taxi Girl depuis les années 80 jusqu'à nos jours: une forme de poésie pop made in France. Ne cherchez plus le garçon, il est là parmi nous et pour toujours. Écrit par Pedro Peñas Robles et Eva Peel (Tsugi Magazine)

http://musique.fnac.com/a6606129/Daniel-Darc-Tribute-Tribute-Inclus-45-tours-collector-CD-album#ficheResume





Présentation détaillée du projet


Ces reprises sont un hommage fait avec les sentiments et l'émotion qui anime tous ceux et celles qui ont un jour été touchés par les textes et la musique de ce grand artiste tourmenté.
Faites tourner auprès de vos amis fans de Daniel Darc et Taxi Girl et faites connaitre ce bel objet/disque annoncé pour le 30 novembre à seulement 500 exemplaires dont 250 uniquement seront distribués à la vente.
Merci à tous les groupes, graphistes et amis  qui se sont joint à ce Tribute qui n'aurait pas pu exister sans eux !
 A la famille et aux ayant droits n'ayez crainte, les choses seront faites dans les règles de l'art sans que quiconque en tire profit excepté celui des fans qui par le biais de ces reprises vont pouvoir redécouvrir la portée mystique des paroles de Daniel Darc et les mélodies lumineuses de Mirwais, Laurent Sinclair ou Frederic Lo entres musiciens.
 Ceci est une initiative de fans pour des fans, en dehors de tout esprit mercantile, la fabrication de l'objet en lui même (CD digipack + 45 tours blanc) a couté la totalité de la souscription et nous avons du monter un petit label underground pour le mener à bien.
 http://hivmusic1.bandcamp.com/album/tribute-to-daniel-darc-taxi-girl
 
 01.FILIP C. la pluie qui tombe 03:47
02..RHIZOME pitchipoi hotel 05:10
03.ADAN & ILSE cherchez le garçon 04:03
04.DAMS & HERREN p.a.r.i.s 05:00
05.NOEL MATTEI & DOMINIK NICOLAS les armées de la nuit 3.35
06.ELECTROSEXUAL aussi belle qu'une balle (feat. Emmanuelle5 & Magritte Jaco) 5.42
07.PEOPLE THEATRE feat. EVA PEEL je suis deja parti 03:51
08.DEAD SEXY paris 03:22
09.FLOWERS INDUSTRY feat. HIV+ serais je perdu 03:33
10.TORSO nijinski 07:20
11.JVNE the rain which falls feat.Violatina 04:40
12.COMPLOT je me souviens 04:00
13.HIV+ & LES MODULES ETRANGES monna 04:36
14.FOLLOW ME NOT nijinski 03:04
15.GARCON mannequin 05:17
16.OCCULTE psaume 23 05:30
17.LES CHIENS MAUDITS le seul garçon sur terre 03.18


http://www.kisskissbankbank.com/tribute-a-daniel-darc-et-taxi-girl





Tribute to Daniel Darc & Taxi Girl (2013 – financement participatif)
Par Killer Queen Lundi 14 octobre 2013

Cher Daniel Darc,
Commençons par le début : le 28 février dernier, tu a pris la tangente pour de bon, nous laissant dans une détresse choquée, le souffle court et l’œil mouillé.
Au-delà de la douleur et de l’abandon, se pose toujours dans ces moments-là la question de l’héritage. Et il y a de quoi faire : écorché vif, jusqu’au boutiste, tu as mené ta vie et ta musique au bord de tous les précipices. Figure de proue du groupe Taxi Girl, pionniers français d’un savant mélange punk électro rock, à cheval entre la mèche enjôleuse de dandy en plateau télé et les veines tranchées dans un acte désespéré sur scène, on pourrait dire que tu as su rebondir ensuite. Sauf que les bonds, ce n’était pas ton truc. De saut, tu ne connaissais que le grand. Et tu l’as fait mille fois. Dans les errances de la came, de toutes les cames, dans l’encre poinçonné sous ta peau et sur le papier, dans la nuit crade et les petits jours filandreux, dans l’art.
C’est précisément cela, ta poésie et ta musique, que l’on retrouve là. Pedro Peñas y Robles, Monsieur HIV+ entre mille autre vies, a fait naître cet album dont il est question aujourd’hui. Parce que bon, dans ce Tribute, on parle de toi, par toi, pour toi, alors autant que ce soit avec toi, aussi, un peu. Et Pedro, il a mis les deux mains dedans pour regrouper des réinterprétations multiples des temps forts de ta carrière. Ainsi, on va retrouver toute une équipe musicale qui, si elle n’est pas totalement inconnue (je pense au morceau « Les armées de la nuit », honoré par un ancien d’Indochine et un membre de Madinka), n’aura jamais les honneurs des radios qui osent encore s’appeler libres. Et après tout, on s’en fout. N’empêche, entre Jvne qui donne, au bord des larmes, une relecture anglophone flirtant avec Gainbourg de « La pluie qui tombe », Torso et sa reprise chaotique et tendue de « Nijinski », Electrosexual (tiens, Emmanuelle5, toi ici, comme le monde est petit…) qui s’empare de « Aussi belle qu’une balle », l’un des deux succès de Taxi Girl pour faire de la musique à danser sans tomber dans le grotesque, l’autre classique, l’inévitable « Cherchez le garçon » étant refroidi à l’azote jusqu’à l’effrayant par Adàn & Ilse derrière lesquels ne se cache pas tant que ça Pedro, et la new wave spectrale de People Theatre, on navigue en eaux mouvantes et émouvantes, mais jamais on ne se perd. Comme quoi, tu étais peut-être plus compris et entendu que tu ne l’auras jamais cru. C’est cela, la famille. Même ta mise en musique du Psaume 23 sera ici rendue, ironique et lugubre, par le groupe dont le nom même, Occulte, fera sourire jaune mégot le mystique en toi, petit enfant juif devenu athée farouche avant de se tourner avec une ferveur totale vers le protestantisme.
Bref, cet album, il est beau, vraiment. Et si tu pouvais, de là où tu es, dire à ceux et celles qui t’ont aimé d’aider à son financement, de faire partie de cette aventure, afin que cet hommage devienne tangible, éternel, vif, ce serait bien. Afin qu’il te ressemble. Afin qu’il te survive. Afin qu’il existe.
Salut Daniel. Repose en paix, comme on dit… J’aurais quand même aimé pouvoir t’embrasser.


http://www.lesimmortels.com/blog/chronique-musicale/6285/2013/10/14/tribute-to-daniel-darc-taxi-girl-2013-financement-participatif/





Tribute à Daniel Darc – Taxi Girl :
Posté par Sylvaïn Nicolino dans Musique, News 

Artiste : Daniel Darc, Taxi Girl
13 oct 13
 
Pedro (HIV+), initiateur du projet de reprises de Daniel Darc et Taxi Girl, écrit ceci :
« Après le décès de Daniel Darc j’ai monté cette compilation pour rendre hommage à ce personnage. Pas mal de groupes undergrounds, de musiciens des années 80 et d’autres plus récents venus d’horizons différents ont fait une cover assez personnelle d’un titre de Taxi Girl ou de Darc en solo. En sélectionnant ces dix-spet reprises j’ai voulu que nous survolions l’œuvre de cet artiste sans nous attacher à une époque ou un style en particulier. Il fallait rester honnêtes dans ces interprétations, je pense que c’est le cas comme le prouve par exemple cette cover des « Armées de la Nuit » de Taxi Girl que m’a envoyé Dominik d’Indochine :
http://hivmusic1.bandcamp.com/track/no-l-matte-dominik-nicolas-les-arm-es-de-la-nuit
Nous tenons à ce que ce projet aboutisse et nous cherchons donc des souscripteurs pour financer le pressage en CD de ce Tribute. Nous devons atteindre les 2000 euros et pour l’instant nous en sommes à 1458 € récoltés.
Il reste seulement treize jours avant clôture du projet sur kiss kiss bank bank. »


http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/tribute-to-daniel-darc-taxi-girl


http://www.obskuremag.net/news/tribute-a-daniel-darc-taxi-girl-souscrivez-vite/





UNKNOWN PLEASURES RECORDS PRESENT TRIBUTE TO DANIEL DARC & TAXI GIRL RELEASE PARTY

TRIBUTE TO DANIEL DARC & TAXI GIRL RELEASE PARTY

Après des années de rock et de pop, elle parcourt les scènes électroniques afin de rendre compte de l’actualité des cultures digitales. Côté production électronique, après un premier Ep Wonder sur la compilation French Electronic Underground, Eva Peel et son comparse Yann Richard sortent sous le nom de Theremynt, Space Control un album teinté de pop synth & space-disco.
DJ, Eva Peel se distingue par une sélection grand angle allant de disques vintage (new wave, psyché rock, surf, krautrock, B.0, covers & Edits) jusqu’aux dernières sorties actuelles avec un goût prononcé pour toutes les formes de productions électroniques déviantes .
Début 2013, Eva regroupe plusieurs artistes à la fois producteur de musique électronique ou créateurs visuels via le collectif Deviant Disco qui organise de nombreuses soirées à Paris et en Province. Elle prépare actuellement un nouvel Ep puis un second album avec Theremynt et sort une cover de P-a-r-i-s sur la compilation en Tribute à Daniel Darc.
Après 3 années passées sur les routes à la promotion de leur album Kamikaze, le groupe qui débuta à Los Angeles, s’est relocalisé à Berlin pour la réalisation de son nouvel opus. Influencé par leurs périples autours de la planète et par la nuit berlinoise, Dead Sexy trouve très vite la direction de “Rodéo Boys”, un tourbillon électrique qui mélange une fois de plus le meilleur des guitares rock’n’roll et de leurs penchants électroniques. Le résultat, un mélange détonant de « dirty beats » et de riffs hypnotiques, de tubes dancefloor et d’hymnes electro punk. Entre le tribute à la nuit berlinoise du Berghain (« Panorama »), le rock ascéré de “Lonesome Poupée” ou les retrouvailles avec la new wave (« Slow motion »), « Rodéo Boys » nous ouvre de nouvelles portes sur l’univers de Dead Sexy, une bande de Runaway Boys nourris au poison d’Iggy, de Ziggy et d’Alan V, à l’essence du punk, de la 808 et du 666…
Electrosexual est un compositeur et producteur français de musique électronique et réalisateur de vidéo-clips. Guidé par ses machines primitives et analogiques, Electrosexual développe un son électronique organique fait de basses masculines et de rythmes percussifs. Entre hymnes dancefloor, new wave et beats abrasifs, la musique d’Electrosexual se définit par un éclectisme affirmé et un goût pour l’underground. Après ses récents remixes pour les artistes Desireless, Noblesse Oblige, Transformer Di Roboter, Peaches & Ssion, Electrosexual prépare son premier album prévu pour début 2014.
Pedro aka HIV+ est un artiste, DJ et musicien, franco-espagnol sévissant dans la scène industrielle et electro dark depuis la fin des années 80. Résident du club Trolleybus à Marseille pendant la décennie des années 90 il fut également organisateur des soirées et festivals indus/hardcore ARMAGEDDON. En 2013 il monte son propre label Unknown Pleasures Records pour pouvoir publier le Tribute à Daniel Darc & Taxi Girl et celui de Noir Désir -Les Filles Du Désir- contenant des reprises du groupe par des filles.


http://quefaire.paris.fr/fiche/76439_unknown_pleasures_records_present_tribute_to_daniel_darc_taxi_girl_release_party





Daniel Darc, parrain posthume du rock français ?
07/08/2013


Six mois après sa mort, l’ancien taulier de Taxi Girl prend peu à peu sa place parmi les héros disparus et légendaires du rock français à travers une série d’hommages plutôt bien troussés. En attendant un album posthume dont les contours ne sont pas encore connus (compilation, chutes de studio, reprises par des jeunes pousses ou autre), Daniel Darc rules.

Disparu le 28 février 2013, dans des circonstances qui n’ont étonné personne et qui, avant son retour de 1994, faisaient partie de son ordinaire, Daniel Darc a incarné, pour le grand public, l’image d’un rock poétique et en lutte (timide) contre ses mauvaises influences. Entre la pop léchée de Taxi Girl pendant la 1ère moitié des années 80 (le groupe se sépare en 1986), et une vie alternant ensuite albums solo et passages à vide, Daniel Darc aura été un artiste à éclipse, connu autant pour sa musique que pour ses excès en tous genres. La voix est fragile et le restera. Les textes sont noirs, poétiques, inspirés. Entre la Ville, produit par Daho en 1988, et le magnifique Nijinsky, en 1994, Daniel Darc laisse passer la vie, ce qu’il fera à nouveau pendant dix ans jusqu’à Crève Cœur. Sa carrière est parsemée de chansons miraculeuses mêlant ses influences punk et une sensibilité qu’il est à quasi seul à posséder dans l’univers de la chanson française.

Avec sa mort, l’ange noir tend à prendre le pas, dans les mémoires, doucement sur un Bashung plus solide et qui aura eu une carrière beaucoup plus riche et finalement construite. Bashung l’alcoolo contre Darc le toxico. Il n’y aura pas de match mais deux traces majeures dans le rock d’hier et d’aujourd’hui que célèbrent à leur manière ces derniers jours, la jeune Berry qui peut se prévaloir d’avoir eu droit à la dernière prestation (et à la dernière offrande – une chanson) du maître sombre. Ses "Passagers" sont bien gentils. Darc fait une apparition dans le clip et donne à la jouvencelle un joli présent.
 
L’indispensable Matthieu Malon dont un nouvel album est annoncé pour le début d’année prochaine signe lui un bel hommage en chanson à son maître redécouvert. Ecarté d’un précédent travail car trop proche de l’univers Taxi Girl, son nouveau single (qui sort chez Monopsone) est une belle et grande chanson hommage, "à la manière de". Le titre reprend tout simplement la date de la disparition de Daniel Darc. La sobre pochette du single évitera aux mauvaises langues de parler d’opportunisme. L’Orléanais est irréprochable et n’a jamais eu besoin de surfer sur la vague pour (ne pas) faire parler de lui.  
 
Plus loin encore, le beau titre des manceaux d’Herissonic, les "Héros Perdus" évoque, comme on l’a déjà fait à plusieurs reprises, de bien belle manière, les rockeurs tombés pour la légende. Tout ceci est une histoire à dormir debout : les vivants, les morts, ceux qui chantent et ne chantent plus. Quelle différence ça fait ?
 
A chaque fois, on sent ici l’esprit de Darc qui respire, sourit et fait craquer ses os.
Par Benjamin Berton

http://fluctuat.premiere.fr/Musique/News/Daniel-Darc-parrain-posthume-du-rock-francais-3813914












DANIEL DARC - LE MEILLEUR DE (& PLUS)  
INEDITS & PARTICIPATIONS

"Daniel Rozoum, dit Daniel Darc, naît le 20 mai 1959 à Paris. En 1976, il reçoit, grâce au groupe punk anglais The Sex Pistols, un choc musical
qui va complètement bouleverser sa vie. En 1978, alors qu'il est au lycée Balzac à Paris, il rejoint le groupe Taxi Girl, fondé par quatre amis :
Mirwais Stass (guitares), Laurent Sinclair (claviers), Stéphane Erard (bassiste) et Pierre Wolfsohn (batteur).

Très influencé par le rock littéraire américain de Patti Smith et par l’attitude provocatrice des punks et d’Iggy Pop, Daniel Darc se lance à corps
perdu dans cette aventure artistique et humaine qui durera huit ans.Inédite en France, la musique de Taxi Girl doit autant au rock urbain et noir du
Velvet Underground qu’à la musique électronique de Kraftwerk. Grâce à ses prestations musicales sur le fil et à l’attitude jusqu’au-boutiste de son
chanteur (il s’ouvre les veines sur scène en première partie d’un concert de Talking Heads en novembre 1979), Taxi Girl acquiert très vite une
réputation sulfureuse qui fait hésiter les maisons de disques.

C’est finalement avec EMI qu’ils enregistrent en 1980 un premier simple "Mannequin" suivi par un deuxième "Cherchez le garçon". Cette chanson froide,
synthétique mais dansante, va connaître un immense succès dans l’Hexagone avec plus de 300.000 exemplaires vendus et impose le style Taxi Girl marqué
par la voix blanche de Daniel Darc et des synthés, très influencés par ceux de The Doors. Tout arrive très vite pour eux mais, trop de bruit,
de concerts et de drogues n’aident pas les membres de Taxi Girl à lutter avec leurs démons intérieurs. Le bassiste Stéphane Erard décide de quitter
le groupe et quelque mois plus tard, en juillet 1981, le batteur, Pierre Wolfsohn meurt d’une overdose de cocaïne.

En 1982, Taxi Girl sort son premier véritable album "Seppuku", produit par le bassiste des Stranglers Jean-Jacques Burnel. Pour l’occasion,
Daniel Darc s’est inventé un double, Viviane Vog, pour signer une partie de ses textes plutôt morbides (meurtres, dépression, suicides...)

Malgré des bonnes critiques et des prestations scéniques impressionnantes (le Casino de Paris en 1982 et une tournée française avec Indochine en
première partie), les ventes ne suivent pas et en avril 1983, Laurent Sinclair abandonne le trio. Taxi Girl publie en mai 1983 un mini-album
"Quelqu’un comme toi" et quelques simples jusqu’en 1986 mais le duo ne retrouve pas le succès de ses débuts et se sépare, épuisé.

Darc en solo
Seul, Daniel Darc a du mal à surmonter ses problèmes de dépendance à l’alcool et à la drogue mais la vie va mettre sur son chemin quelques bonnes fées.
La première s’appelle Jacno avec lequel il va réaliser son premier album solo, "Sous Influence Divine" qui sort en 1987 : huit titres qui tournent
autour du thème de l’amour impossible. Moins provocateurs, ses textes gagnent en poésie et en mélancolie mais l’album ne touche que les aficionados
et le grand public passe à côté malgré une reprise de Françoise Hardy, "Comment te dire adieu".  

En 1988, nouvelle rencontre, celle d’Etienne Daho qui produit "La Ville", une chanson plus apaisée et la même année, Daniel Darc enregistre "Parce que",
douze titres co-écrits avec l’anglais Bill Pritchard dont une reprise de Charles Aznavour ["Parce que"]: le courant passe à merveille entre ces deux
ultrasensibles et l’album, même s’il ne connaît qu’un succès d’estime, reste aujourd'hui une œuvre mythique et précieuse pour ses fans.

Fan de littérature, l’ex-chanteur de Taxi Girl publie aussi en parallèle quelques recueils de textes ("Mélancolie d’Edie" et "Energie dramatique
de la rue" en 1991, "A love supreme" en 1998 en hommage à une de ses idoles John Coltrane et "Le Drugstore du ciel" en 2000 ). Sur la recommandation
de Patrick Eudeline, il s’essaie à la critique musicale dans le magazine Best et traduit aussi quelques livres de William Burroughs.

Toujours démangé par la musique, Daniel Darc réitère l’expérience en 1994 avec "Nijinsky", deuxième album solo enregistré avec le groupe The Weird Sins
et réalisé par son ami du groupe Pure Sins, Georges Betzounis qui ne rencontre pas plus de succès que ses précédentes tentatives. Marqué par la déveine
commerciale, Darc enchaîne les collaborations diverses: textes pour Marie-France ou Marc Minelli, reprises ("She's so untouchable" de Johnny Thunders,
"Les Champs-Elysées" de Joe Dassin en compagnie de Bertrand Burgalat) et conseils aux groupes Diabologum et Brent.

2004 : "Crève cœur"
La fin des années 1990 le voit errant dans Paris, brûlé par une vie marquée par les abus (qui l'ont amené à faire quelques semaines de prison) et les
échecs commerciaux. La sortie du tunnel a lieu grâce encore à une rencontre en 2003 avec le compositeur Frédéric Lo qui lui propose d’écrire un texte
pour le nouvel album de la chanteuse Dani. Daniel Darc signe celui de "Rouge Rose" et mis en confiance par Lo, décide de prolonger l’expérience en
enregistrant douze nouvelles chansons composées par celui-ci.

Dédié au chanteur country Johnny Cash, décédé la même année, "Crève Cœur" sort début 2004 chez Mercury : le chant de Darc a mué vers un talk over très
gainsbourien et raconte avec un désenchantement et une sensibilité inimitables, des histoires d’amour, de rédemption et d’amitié. Cette fois-ci,
le succès est au rendez-vous: les médias célèbrent le retour d’un talent unique qu’on croyait perdu et le public succombe aux mélodies subtiles
("Je me souviens, je me rappelle", "Mes amis"] de Frédéric Lo. Emu par tous ces témoignages, Daniel Darc semble enfin avoir fait la paix avec ses
démons intérieurs: comme il l’a souvent dit, le rock lui a sauvé la vie.

Pour couronner ce grand retour, "Crève cœur" est élu Album révélation de l'année aux Victoires de la musique 2005. En mai de la même année,
Daniel Darc démarre sa tournée avec des passages en France, en Belgique et en Espagne. Jouant notamment au premier étage de la Tour Eiffel
à Paris en juin ! Il multiplie aussi les collaborations avec différents artistes : un duo avec Cali sur son album "Menteur", l'écriture de chansons
pour l'acteur Tcheky Karyo ou pour de jeunes chanteurs comme Elisa Tovati, Thierry Amiel et même Alizée.

2008 : "Amours suprêmes"
Du 11 au 18 janvier 2007, il accompagne Richard Kolinka, Raphaël, Alain Bashung ou encore Jean-Louis Aubert sur la tournée "Les Aventuriers d'un
autre monde". Puis il se penche sur son nouvel album, "Amours suprêmes", qui sort en janvier 2008. Le titre est un hommage à John Coltrane et son
célèbre "A love supreme".

Comme pour "Crève Cœur", il en a confié la composition et la réalisation à Frédéric Lo, qui semble déchiffrer mieux que personne la fibre artistique
de Daniel Darc. Musicalement, le disque est plus riche, les ambiances différentes d'un titre à l'autre. Pour les textes, Daniel Darc se montre toujours
aussi inspiré, entre fragilité et noirceur. Sur "Amours suprêmes", on retrouve des invités de choix : Alain Bashung pour un duo en anglais, "L.U.V.",
Robert Wyatt dans "Ça ne sert à rien", et la chanteuse de Cocoon, Morgane Imbeaud dans "J'irai au Paradis". Une tournée à travers la France est
organisée dès le mois d'avril.

Le 17 mai, il se produit à l'Olympia lors d'un concert très intense. On le retrouve aussi au Cabaret sauvage à Paris le 8 septembre 2009 dans le cadre
du festival Jazz à la Villette, ainsi qu'au Théâtre du Palace le 7 février 2011 pour un spectacle intitulé "Il sera une fois".

Daniel Darc rencontre le multi-instrumentiste et compositeur Laurent Marimbert, que lui a présenté le chanteur Christophe. A quatre mains, une série
de chansons sont créées rapidement, puis enregistrées dans la foulée. Une grande complicité artistique semble unir les deux hommes. Ce travail est
soutenu musicalement par des musiciens venus enregistrer live en studio. L'album "La taille de mon âme" sort en novembre 2011. Emprunt d'une poésie
noire, ce recueil de chansons est à l'image du chanteur, extrême, puissant, sensible, habité par la mort, mais aussi par une envie manifeste de vivre.
Le premier extrait de cet album s'intitule "C'est moi le printemps".

Daniel Darc donne deux concerts les 6 et 7 décembre au Collège des Bernardins à Paris. Il démarre ensuite au mois de janvier une tournée en France
qui le mène notamment sur la scène du Printemps de Bourges.

Mais le printemps aussi à une fin et l'hiver suivant, le 28 février 2013, Daniel Darc est retrouvé mort dans son appartement parisien. Un dernier
excès d'alcool et de médicaments l'emporte à jamais." (RFI Musique)

Titres 1 à 19: LE MEILLEUR DE [1H16] - Titres 21 à 39: BONUS "perso" [1H18]

01 - cherchez le garçon (Taxi Girl)
02 - aussi belle qu'une balle (Taxi Girl)
03 - Paris (Taxi Girl)
04 - je suis déjà parti (Taxi Girl)
05 - la ville (inédit)
06 - Nijinsky (version clown de dieu)
07 - les Champs Elysées (inédit)
08 - 18/12 (inédit)
09 - il y a des moments
10 - aimer à nouveau
11 - comment te dire adieu
12 - joyeux non-anniversaire (inédit)
13 - tournez, tournez
14 - le seul garçon sur terre
15 - she's so untouchable (inédit)
16 - pars sans te retourner
17 - toutes les filles sont parties
18 - ce qu'il y a dans tes yeux
19 - le feu follet

20 - Daniel Darc - Pas Pour Moi (On est pas là pour se faire engueuler)
21 - Daniel Darc - Rondeau (On Dirait Nino)
22 - Daniel Darc - Frédéric Lo - Promesses (Etienne Daho Tribute)
23 - Buzy (feat. Daniel Darc) - Comme des papillons
24 - Cali (feat. Daniel Darc) - pauvre garçon
25 - Nosfell (feat. Daniel Darc) - La Romance des Cruels (Torenzi Sev'ij)
26 - Opération S (feat. Daniel Darc) - Jeunesse éternelle
27 - Daniel Darc & Diabologum - Aussi belle qu'une balle
28 - Daniel Darc & Diabologum - Et si nous n'avions pas été là l'histoire aurait été la même mais racontée par d'autres
29 - Sons of Nusku (feat. Daniel Darc) - The room is ticking
30 - Alizée - Jamais Plus
31 - Marie France - Las, dans le ciel
32 - Polyphonic Size - Nosotros
33 - Elisa Tovati - Ca ne sert a rien d'aimer
34 - Marc Lavoine - Ne m'en veux pas de t'en vouloir
35 - Tchéky Karyo - Ce lien qui nous unit
36 - Thierry Amiel - Coeur sacré
37 - Alizée - Lonely List
38 - Marie France - Ne laisse pas le jour
39 - Polyphonic Size - Tomorrow

https://www.t411.me/torrents/daniel-darc-le-meilleur-de-39-titres-320kbps























































03/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres