Alain YVER

Alain YVER

DR DRE

DR DRE






//www.drdre.com/

//www.myspace.com/drdre

//www.deezer.com/fr/artist/763

//www.dailymotion.com/video/xhdda_still-d-r-e-dr-dre-feat-snoop-dogg_news#.UUH_ohkslo4





Dr. Dre

Surnom
Dre
Nom
Andre Romelle Young
Naissance
18 février 1965 (48 ans)
Compton, Californie
Activité principale
Producteur, rappeur
Activités annexes
Acteur
Genre musical
Rap west coast, G-funk, gangsta rap
Années actives
depuis 1986
Labels
Kru-cut record(1982/1987)
Ruthless Records (1987/1991)
Death Row Records (1991/1996)
Aftermath Entertainment (1996/...)
Site officiel
drdre.com

Dr. Dre, de son vrai nom André Romelle Young, est un producteur, rappeur, compositeur, acteur, arrangeur musical, beatmaker, entrepreneur, et un ancien DJ né le 18 février 1965 à Compton, dans la banlieue de Los Angeles.
Dr. Dre a largement contribué à populariser le gangsta rap, sa ville natale Compton et la culture hip-hop californienne en général. Il a produit une multitude d'artistes1 comme Snoop Dogg, Eminem, The Game, 2Pac2, Mary J. Blige, les Pussycat Dolls ou le pianiste Burt Bacharach1. Il est aussi très célèbre pour avoir été un des leaders du groupe N.W.A. à travers les trois labels Ruthless Records, Death Row Records et Aftermath Entertainment. Il est considéré par certains artistes tels que Nas et 50 Cent comme le plus grand producteur de hip hop de tous les temps3,4,5.
Dr Dre est également le créateur du G-Funk6. Il a été le premier producteur de hip-hop à recevoir un Grammy Award comme producteur de l'année en 20007,8. Son album solo The Chronic est certifié triple disque platine tandis que 2001 est six fois disque de platine aux États-Unis9.
World Class Wreckin' Cru
À 17 ans, après que sa mère lui ait offert une platine de DJ, il devient DJ dans le club The Eve AfterDark, il prend alors le pseudonyme « Dr J », en référence à son joueur de basket favori, Julius Erving. Au club, il rencontre son futur acolyte à la production, Antoine Carraby (DJ Yella). Peu de temps après il change son nom en Dr Dre, un mélange de son prénom et celui de Dr J, se référant à lui-même comme le Master of Mixology. En 1984, il intègre, en compagnie de DJ Yella et de sa sœur, Mona Lisa, le groupe électro-hop World Class Wreckin' Cru. Ses fréquentes absences de l'école mettent en péril sa position en tant que plongeur de son équipe de natation. Après sa deuxième année de lycée, il fréquente l'école des adultes de Chester High School à Compton, en suivant les exigences de sa mère pour lui obtenir un emploi ou pour poursuivre ses études. Après une brève participation à la radio du lycée, il abandonne pour de bon les cours pour pouvoir se concentrer sur la réalisation des compilations du groupe. Par la suite il commence à produire un grand nombre d'artistes de la scène locale : Ice-T, Coolio ainsi que le groupe CIA (le premier groupe de Ice Cube).
N.W.A.
En 1986, Dr Dre et Ice Cube collaborent ensemble pour enregistrer des chansons pour Ruthless Records, un label de rap local fondé par le rappeur et dealer Eric Wright (Eazy-E) et son manager Jerry Heller. Par la suite Eazy-E invite Dr Dre, Ice Cube, DJ Yella et Michel'le (petite amie de Dr Dre) à signer sur son label. C'est ainsi que se forme le groupe N.W.A., composé de Eazy-E, Dr Dre, Ice Cube, MC Ren, DJ Yella et Arabian Prince. L'année suivante, ils sortent en guise de premier album, la compilation N.W.A. and the Posse réunissant le groupe à d'autres artistes de la scène locale (The Fila Fresh Crew, Dr Rock, Ron-De-Vu, Fresh K).
En 1988, sort Straight Outta Compton, qui connaît une vive controverse notamment à cause du titre Fuck tha Police où le groupe dénonce le racisme et la violence des forces de l'ordre de Los Angeles. Tous les thèmes sont abordés : la violences des gangs (Gangsta, Gangsta), le racisme (Express Yourself) », la drogue (Dopeman) et les filles faciles (I Ain't tha 1). Straight Outta Compton tourne une page dans l'histoire du hip-hop en popularisant un nouveau genre, le gangsta rap. Un mois après la sortie de cet album, Dr Dre et DJ Yella produisent le premier album d'Eazy-E, Eazy Duz It. Après ces deux énormes succès, Dr Dre est chargé de produire tous les albums solo des artistes du label, dont : JJ Fag (Supersonic), Michel'le (Michel'le), The D.O.C. (No One Can Do It Better)10 et celui de Jimmy Z (Muzical Madness).
Death Row Records et The Chronic
Après l'album Efil4zaggin (1991), il revoit ses négociations avec Eazy-E et leur manager Jeryll Heller qui se soldent par un refus, ce qui conduit Dr. Dre à quitter le groupe en compagnie de D.O.C et de sa petite amie Michel'le. Par la suite, Dr. Dre s'associe avec Suge Knight pour monter son propre label, Death Row Records.
Le premier album de Dr. Dre, The Chronic sort en 1992 sur lequel apparaît pour la première fois Snoop Doggy Dog (aujourd'hui Snoop Dogg). Ce dernier fait alors partie du groupe 2-1-3 avec Warren G (demi-frère de Dre) et Nate Dogg (cousin de Snoop Dogg). Grâce aux singles Nuthin' But a 'G' Thang, Let Me Ride (qui fut primé par un Grammy Award8) et Fuck with Dre Day (où Dr. Dre règle ses comptes avec Eazy-E et Tim Dog11), l'album devient multi disque de platine9 et se place dans le top 10 des albums les mieux vendus aux États-Unis en 199312. Peu de temps après, Dre travaille sur l'abum Doggystyle de son protégé Snoop Doggy Dogg, l'album devient no 1 du classement Billboard 2009. En 1995, Knight demande à Dr. Dre d'annuler l'enregistrement de son nouvel album solo, The Chronic 2, pour permettre à toute l'équipe de travailler sur celui de leur nouvel artiste 2Pac. La chanson California Love était d'ailleurs prévue pour The Chronic 2[réf. nécessaire].
Aftermath Entertainment
Suite à son départ de Death Row Records, il décide de s'exiler à Philadelphie, où il sympathise avec le groupe The Roots, et rencontre de nombreux jeunes talents (Mel-Man, Last Emperor, Eve, Maurice Wilcher) ainsi que Scott Storch, ancien membre de The Roots.
De retour en Californie, il forme un nouveau label, Aftermath Entertainment. Sur la première compilation sortie fin 1996, Dr. Dre Presents... The Aftermath, il tente de changer son image avec Been There, Done That. L'album n'obtient pas un très grand succès, mais devient tout de même disque de platine13.
La découverte d'Eminem, un nouveau succès et 2001
Avec ce premier revers, les doutes viennent le hanter, d'autant que sa collaboration avec le supergroupe de Nas, The Firm, a également eu du mal à décoller. Dre est alors tombé sur la démo d'un jeune rappeur de Détroit du nom d'Eminem. Il le signe rapidement sur son label et ils enregistrent The Slim Shady LP, qui sort en février 1999 et connaît le succès14.
Quelques mois plus tard, Dr Dre sort son 2e album studio, 2001. Épaulé par Mel-Man à la production ainsi que de Hittman et Eminem pour l'écriture des textes, il a pu se concentrer sur la réalisation et la structure de l'album. Il fait également appel à beaucoup d'anciens partenaires pour réaliser des featurings. L'album remporte un grand succès, il se place no 2 du classement Billboard 20015, et devient multi disque de platine9. Sur le morceau Forgot About Dre, Dre répond à ses détracteurs[Lesquels ?] qui disaient sa carrière terminée en affirmant que lorsqu'un artiste n'arrive pas à vendre ses albums, c'est Dr Dre, le « docteur », qu'on lui conseille.
Pour fêter le succès de l'album, il organise une tournée de 45 dates en 2000, le Up In Smoke Tour, avec les rappeurs Snoop Dogg, Eminem, Nate Dogg, Xzibit et Ice Cube16.
L'après 2001
Après le succès de son album, il produit la quasi-totalité du deuxième album d'Eminem The Marshall Mathers LP (2000) et par la suite produit pour des artistes comme : Busta Rhymes, Jay-Z, Eve, Mary J. Blige, Gwen Stefani, Xzibit, Burt Bacharach, ...
En 2001, il est élu deuxième artiste derrière le groupe U2 ayant gagné le plus d'argent dans l'année17.
Eminem et lui découvrent ensuite 50 Cent et produisent son album Get Rich or Die Tryin'. Dre continue ensuite de produire les albums d'Eminem et collabore également à Buck The World de Young Buck.
En 2005, Dre produit notamment le morceau How We Do sur l'album The Documentary de son nouveau protégé The Game16. Dans une interview pour le magazine Rolling Stone en avril 2005, Kanye West a déclaré que Dr. Dre était l'un des plus grands artistes de tous les temps18 .
Detox
Dès 2004-2005, Dr Dre annonce qu'il sortira un dernier album personnel, intitulé Detox19. Lors des MTV Video Music Awards 2007 à Las Vegas, Dr Dre en entrant sur scène affirme « Detox is coming » (« Detox arrive »). Cette annonce fut faite aux côtés de Mary J. Blige qui lui rendait hommage pour sa carrière de rappeur et de producteur. Selon les récents dires de Snoop Dogg, Detox serait terminé et n'attend plus que Dr Dre finalise la tracklist pour sortir20.
Un premier clip extrait de l'album Detox est sorti, en décembre 2010, intitulé Kush, réunissant Dr Dre, Snoop Dogg et Akon (qui remplaça Nate Dogg, hospitalisé à cause d'une commotion cérébrale). En février 2011 sort un second extrait intitulé I Need a Doctor avec Eminem21
Fin novembre 2011, Dr Dre annonce dans une vidéo qu'il laisse tomber Detox pour une durée indéterminée. En effet, il préfère se consacrer à sa famille et aux artistes de son label, Slim The Mobster et Kendrick Lamar22.
En avril 2012, le Doc a organisé un concert au Coachella. Sur scène, il a chanté ses plus grands classiques comme Nuthin' But a "G" Thang, Forgot About Dre, Still D.R.E., The Next Episode et ses nouveaux morceaux, Kush et I Need A Doctor accompagné comme toujours par son acolyte Snoop Dogg, mais aussi Eminem, 50 Cent et Tony Yayo, Kurupt, Warren G, Wiz Khalifa et son protégé, Kendrick Lamar. Cet incroyable concert fut accompagné par de nombreux hommages, notamment celui de Nate Dogg, décédé le 15 mars 2011, Snoop Dogg a donc interprété ses quelques classiques du G-Funk accompagné par Warren G et Kurupt. Un autre hommage incroyable et improbable a été fait qui est celui de Tupac Shakur représenté sous forme d'hollogramme très réaliste interpretant Hail Mary et 2 of Amerikaz Most Wanted avant de disparaître de la scène du Coachella.
Dr. Dre et ses nègres littéraires
Le premier rôle de Dr Dre n'a jamais été véritablement rappeur. Il est clairement un producteur de musique en premier lieu. Ainsi il est courant qu'il fasse appel à des nègres littéraires (ghostwriters en anglais) qui lui écrivent ses textes.
Il est important de savoir que les livrets qui accompagnent les albums de musique américaine ne donnent habituellement pas le nom précis du parolier d'une chanson. En effet toute personne participant à une chanson est officiellement créditée comme auteur (writer), même s'il n'a rien à voir avec les paroles.
Pour ses textes, Dr Dre demande à des rappeurs de son entourage de s'en occuper comme il l'explique dans une interview du magazine américain Scratch23. C'est par exemple Jay-Z qui a partiellement écrit Still D.R.E..
Entrepreneur
En juillet 2008, Dr Dre a sorti ses casques audio, les Beats by Dr. Dre. Ils sont fabriqués par la société Monster24. Il a aussi prévu de se lancer dans les spiritueux avec le cognac Aftermath Cognac et la vodka Aftermath Vodka qu'il devrait sortir en même temps que son album Detox25.
Fortune
D'après le magazine Forbes, Dr Dre est avec plus de 260 000 000 $ (en 2011) [réf. nécessaire] le rappeur le plus riche du monde derrière Jay Z et Sean J. Combs. Il devance ainsi les rappeurs Birdman et 50 Cent. En 2011 selon le quotidien 20 minutes il aurait gagné 88 millions de dollars. Ce qui fait de Dr. Dre le chanteur ayant le plus rapporté de l'année 2011[réf. nécessaire]. Selon Forbes, il est premier du classement des célébrités du Hip-Hop les mieux payées en 2012 avec 110 000 000 $ devançant ainsi P Diddy et Jay-Z26.
Vie privée
En 1996 il se marie avec Nicole Threatt (ancienne femme du basketteur Sedale Threatt) avec qui il a eu un fils (Truth) en 1997 et une fille (Truly) en 2001. Il a aussi cinq autres enfants : Curtis alias Hood Surgeon avec Lisa Johnson né en 1981, Manaj27 née en 1985, Tyra née en 1987[réf. nécessaire], André Jr. (1988-2008) avec Janita Porter et Marcel qu'il a eu avec la chanteuse Michel'le en 1991.
Son fils, Andre Young Jr. a trouvé la mort le 23 août 2008 à son domicile, en Californie à l'âge de 19 ans, probablement d'une overdose d'opioïde (héroïne et/ou morphine)28.
Dr Dre est un supporter du club de football anglais de Liverpool. Il a expliqué que son intérêt pour ce club mythique date de sa collaboration avec le footballeur John Barnes à la fin des années 1980.
suite et notes ici

//fr.wikipedia.org/wiki/Dr._Dre






Dr Dre, le musicien le mieux payé de l'année 2012
Par Raphaël Bosse-Platière Mis à jour le 30/11/2012

Dr Dre est devenu plus qu'incontournable dans le rap américain et mondial.

L'artiste et producteur de hip-hop a gagné plus de 110 millions de dollars en douze mois. Il arrive devant Roger Waters (Pink Floyd) et Elton John.

Ses tubes comme Still Dre ne sont plus tout jeunes, et pourtant Dr Dre est encore le musicien qui a engrangé le plus d'argent en 2012, avec un total de 110 millions de dollars, selon un classement Forbes publié cette semaine. Rappeur phare de la «West Coast» (côte Ouest) américaine, Andre Romell Young de son vrai nom, a la mainmise sur le rap US. La liste des artistes qu'il produit est longue: Eminem, Snoop Dogg ou encore P.Diddy, Jay-Z, 50 Cent...
Mais selon le magazine américain spécialisé dans l'économie, ce sont surtout les ventes de casques audio estampillés «Beats by Dr Dre» qui lui assurent d'énormes rentrées d'argent. Le Californien aurait amassé «100 millions de dollars imposables» uniquement grâce à la vente de ces casques, vendus aux alentours de 250 € pièce.
Taylor Swift première des moins de 30 ans
Roger Waters, l'ancien bassiste et chanteur des Pink Floyd arrive en seconde position, avec 88 millions de dollars récoltés en 2012, notamment grâce à sa tournée «The Wall Live Tour». Elton John ne bouge pas par rapport à l'année dernière, et campe toujours sur la troisième marche du podium.
Les jeunes artistes sont également représentés dans ce classement, puisque Taylor Swift (22 ans) et Justin Bieber (18 ans) arrivent respectivement en 8e et 10e position. La chanteuse Rihanna pointe à la douzième place, juste devant Lady Gaga, treizième.
Le classement prend en compte les ventes d'albums, les recettes liées aux tournées et aux produits dérivés. Pour cette année, il prend en compte des chiffres récoltés entre les mois de mai 2011 et 2012.

//www.lefigaro.fr/musique/2012/11/30/03006-20121130ARTFIG00330-dr-dre-le-musicien-le-mieux-paye-de-l-annee-2012.php





Detox

Detox est le troisième album studio en solo du rappeur-producteur californien Dr. Dre et, selon ce dernier, sera son ultime album avant sa retraite en tant que rappeur1.
Cet album est annoncé depuis 2004, puis Dr. Dre prend la décision de ne pas le sortir pour se concentrer sur la production des albums des artistes de son label Aftermath Entertainment, jusqu'à la cérémonie des Vibe Awards où il se fait agresser2, et de ce fait, prend conscience qu'il doit sortir un ultime album avant de tirer sa révérence.
Sortie de l'album
Depuis 2004, la sortie de l'album est annoncée chaque année mais en vain, à chaque fois elle est repoussée, même en juin 2008 quand le rappeur Snoop Dogg déclare que l'album est quasiment terminé3, puis, ce fut au tour de nombreux autres rappeurs célèbres d'en faire de même notamment Eminem, The Game ou encore DJ Quik4.
En septembre 2008, lors d'une interview pour MTV, Bishop Lamont, le nouveau protégé de Dr. Dre, déclare que Detox sortira fin 2008 ou début 20095. Cependant, un nouveau contre temps fit son apparition, Andre Jr., le fils de Dr Dre, est retrouvé mort6, ce qui le bouleverse profondément mais, pour autant, ne le fait pas abandonner son projet.
Lors de la soirée de promotion du livre d'Eminem le 15 octobre 2008, le rappeur 50 Cent a déclaré que Detox sortira en janvier 20097. Pourtant, lors d'une interview pour un magazine, il déclare ensuite que Detox ne sortira pas avant 20118.
Dans une récente interview, The Game a pris la défense du « docteur » concernant le délai de sortie de l'album : « Je ne peux même pas décrire The Chronic et 2001, ce sont deux des plus gros classiques de la West Coast et même de tout le hip-hop, ils ont eux une renommée mondiale et quand ils sont sortis tout le monde était la à dire : « M*rde, mais y viennent d'où ses albums ! » ... Avec 2001, il a tout bouleversé, c'est comme s'il avait créé le soleil, la lune, les étoiles et la Terre en 7 jours, et c'est la même chose pour The Chronic ... Je suis comme vous, j'attends cet album avec une énorme impatience, Dre est un mec ultra-perfectionniste et ça tout le monde le sait, mais ce mec va nous pondre le plus gros classique de ces 10 dernières années, soyez-en sûrs ! »9
Le 4 avril 2010, lors de l'ouverture de la saison de baseball américaine, Dr Dre et Jimmy Iovine affirment que Detox sortira bien cette année, probablement à l'automne.
Le 16 juin 2010, un leak d'un chanson appelée Under Pressure avec Jay-Z est apparu. Cette chanson n'est pas mixée et n'a pas de refrain. Dr Dre a aussitôt déclaré dans un communiqué de presse officiel que « la chanson qui est sur Internet est une version incomplète sur laquelle je suis encore en train de travailler. Lorsqu'elle sera terminée, vous aurez des nouvelles de ma part. » (fr) Dr. Dre: Under Pressure Fuite sur le net sur NRJ.fr, 19 juin 2010. Consulté le 7 octobre 2010. Dre revient plus tard sur ses propos en disant que le titre ne sera finalement pas inclus dans l'album.
Début novembre, une source affirme que le 1er single officiel de Dr. Dre est en featuring avec Snoop Dogg & Akon et qu'il s'intitule Kush. La dernière collaboration de ces trois remonte à l'album de Snoop Dogg Tha Blue Carpet Treatment en 2006 pour le titre Boss Life. Le titre est produit par DJ Khalil. Le clip Kush réalisé par Joseph Kahn et tourné à Los Angeles, a été dévoilé le 10 décembre 201010.
Le second single de cet album intitulé I Need A Doctor a été dévoilé le 1er février 2011. On y retrouve Eminem et la chanteuse Skylar Grey. Il a été produit par le britannique Alex da Kid.
Dr Dre a confirmé sur Twitter que le morceau Die Hard, dont un extrait a été diffusé pendant championnat du monde de boxe opposant Manny Pacquiao à Shane Mosley, ne sera pas le prochain single mais fera bien partie de l'album11.
En janvier 2013, le rappeur Game prétend que Dr. Dre ne sortira jamais Detox12.
Concept de Detox
Pendant un moment, Dr. Dre avait l'intention que Detox soit un album-concept, c'est-à-dire d'un nouveau genre. Dans une interview pour MTV en 2002, il a déclaré : « Je ne parlerai plus de lowriders, de shit et tout ce qui va avec ... tout ce que je veux dire, c'est vécu. En fait, je suis fatigué d'entendre d'autres personnes en parler, pour vous dire la vérité ... le hip hop ne se résume plus qu'à ça ... »13
DJ Quik qui a passé quatre heures en studio avec Dre a déclaré : « C'est fou, il a perdu la tête ... Il a plus de 400 chansons enregistrés. J'étais là, pour quatre heures, et j'ai peut-être entendu 60 chansons ... tout ce que je peux dire, c'est que c'est du jamais vu, c'est incroyable. Ce mec est un perfectionniste, il peut sortir six ou sept albums Detox s'il veut. »

//fr.wikipedia.org/wiki/Detox






Dr. Dre :
Le rappeur fait une affaire et empoche 217 millions d'euros

News publiée Le Vendredi 12 Août 2011 à 23:18

Brillant businessman autant qu'incroyable producteur et rappeur, Dr. Dre va créer en 2008 une marque de casques audio, les meilleurs pour écouter de la musique. Ça a marché très fort dès le lancement et aujourd'hui il vient de vendre 51% de ses parts de la société Beats Electronics pour 217 millions d'euros.
Créée avec Jimmy Lovine, le patron d'Interscope, cette société appartient donc maintenant en majorité au taiwanais HTC, fabricant de smartphones. Jimmy et Dr. Dre gardent 49% des parts mais empochent le pactole !
Le communiqué de presse précise que "Beats Electronics continuera de travailler de manière autonome, toujours dirigée par Jimmy Lovine en tant que président et Luke Wood en tant que directeur général et poursuivra ses partenariats actuels avec notamment Monster Cable Products Inc., Hewlett-Packard and Chrysler Group LLC".

Dès l'automne, les technologies Beats seront intégrées dans les nouveaux téléphones HTC et avec cela il est sûr que le rappeur de 43 ans, qui s'apprête à sortir son troisième album Detox (attendu depuis 11 ans), va gagner encore plus d'argent.
L'année prochaine, en août 2012, on voit mal comment le classement des rappeurs les plus riches ne pourrait pas placer Dre en première position. Cette année, ce fut Jay-Z avec 37 millions de dollars...

//www.purepeople.com/article/dr-dre-le-rappeur-fait-une-affaire-et-empoche-217-millions-d-euros_a85428/1







Chronique utopique : Dr Dre- Detox
Written by Genono on 14 mai 2012

    C'est l'histoire d'un chroniqueur qui attend depuis une décennie, et qui n'y croit plus tellement. Chronique utopique d'un album tellement rêvé qu'il en devient réalité, le temps d'un article.

Dix ans. Dix ans que Dre nous ballade, entre sorties annoncées, repoussées, annulées. On ne sait même plus pourquoi la galette ne sort pas. Il y a encore quelques mois, Eminem annonçait qu'il avait écouté Detox, qu'il était terminé, qu'il allait bouleverser le monde de la musique comme l'ont fait The Chronic et Chronic 2001 en leur temps.
Et puis, un beau jour de ce mois de juin 2012, alors que le soleil hésitait encore à montrer ses rayons, la lumière est apparue. Et pas de n'importe quelle manière : Bercy, 20000 personnes attendant Jay-Z et Kanye West dans une salle surchauffée. Un organisateur un peu timide apparaissant sur scène, annonçant le retard des deux stars, et « une petite surprise pour patienter ». Sifflets prévisibles d'un public impatient. « The trone is mine». Le message sur l'écran géant est aussi énigmatique qu'intriguant. Un « Smoke weed everyday » qui résonne. Nate dogg apparait sur scène. Ou plutôt son hologramme. Il est accompagné de Tupac, puis de Easy E. En moins d'une minute, la salle a pris feu. Elle ne sait pas encore ce qu'il va se passer. Et pour cause : la surprise est de taille.
Les trois hologrammes disparaissent dans une explosion de couleurs. Une silhouette prend place au milieu de la scène. Dre est là. « The trone is mine » sera le premier titre dévoilé de Detox. Preuve de respect absolue de la part de Kanye et Jay-Z, qui rendent le trône à qui de droit.

Quelques jours plus tard, Detox tourne déjà dans toutes les voitures, dans tous les mp3. Inutile de revenir sur les records de ventes enregistrés. Arrêtons-nous sur le contenu du disque. Et quel contenu ! Quadruple-CD pour un total de 54 pistes (soit 48 morceaux complets + 6 interludes). Et Dre aime rappeler qu'avec 400 sons enregistrés, il aurait pu nous abreuver de classiques jusqu'à l'écœurement.
Alors évidemment, Dre n'est pas seul à remplir ces quatre heures de musique. Dans cette tracklist marquée par l'absence des premiers singles « Kush » et « I need a doctor», la liste des invités est longue, très longue, et les featurings sont idéalement répartis sur les quatre galettes : Eminem est présent sur 6 des 12 titres qui composent le CD1 (il se fend même d'un solo sous forme d'hommage, « The way he is»), plus Alicia Keys sur le surprenant « From L.A to N.Y.C » ; le CD2 est lui dédié aux participations nombreuses, avec des morceaux comprenant en moyenne 4 à 5 rappeurs (Kurupt, Devin the Dude, Ludacris, Daz Dillinger parmi les plus présents) ; le CD3 est quand à lui axé vieille école, avec Snoop Dogg présent sur tous les morceaux excepté le très personnel « Andre», où Dre s'appuye sur le refrain mélancolique d'une autre ancienne, Mary J. Blige ; enfin, le docteur se réserve les 10 pistes du CD4, collaborant avec divers producteurs, parmi lesquels l'excellent Roro, qui offre à Dre une outro concluant à la perfection cette décennie d'attente.

La première impression est celle d'un marathon musical, et on ne peut qu'être impressionné par la performance de Dre : le rythme ne retombe jamais, les seuls temps morts sont ceux (volontaires) imposés par les interludes. Le reste fait l'effet d'une véritable saga en plusieurs épisodes. Dre se fend même de références à quelques sagas célèbres : « Weed Skywalker » avec Devin the Dude et Snoop, ou encore « Doggfather Corleone». Référence littéraire également avec l'excellent « Dr Dre-kill and mister Hyde», ou Dre affronte ses démons et cette partie de lui-même qui a voulu le pousser à tout arrêter, et où il compare sa dépression à celle de Tony Soprano.
Les rues de L.A sont toujours très présentes dans l'univers du docteur, avec deux titres qui se répondent :  le presque mélancolique « Compton Legend», le très gangsta « Compton Streets». Les thèmes sont dans l'ensemble plus mûrs que par le passé : hormis « Mo' money mo' bitches», peu de traces d'irrespect à la gente féminine. Quelques histoires de gangs, un peu de drogue, mais jamais trop. Dre a vieilli. Ce qui ne l'empêche pas de révolutionner une troisième fois l'histoire du hip-hop, se permettant même de ressusciter 50 Cent, auteur de quatre prestations de haute volée, qui nous renvoient à ses meilleurs heures.

Alors, Detox, aussi bon que les deux précédents opus du docteur ? Difficile d'en juger aujourd'hui. La sortie inattendue, le format inédit, la puissance des prods, et l'aspect ultra-novateur de certains concepts, ont crée un électrochoc sans précédent dans l'histoire de la musique. Il faudra quelques mois pour comprendre si l'album tient sur la durée, s'il entre définitivement dans la catégorie « classiques intemporels ».
La suite ? Il serait logique de voir le docteur s'arrêter sur cette digne conclusion. Rien n'a encore été annoncé, même s'il se murmure qu'un nouvel album serait en préparation, avec une sortie prévue au printemps prochain. Ou dans une décennie.

//captchamag.net/2012/05/14/chronique-utopique-dr-dre-detox/







L'album "Detox" de Dr. Dre ne sortira pas

"Detox" de Dr. Dre ne sortira pas dans les bacs ni en 2011, ni en 2012. Annoncé par plusieurs titres et notamment le single "I Need A Doctor", son producteur préfère le laisser de côté pour se consacrer à sa famille.

« Je vais faire une pause pour un certain temps. »
Plus de six ans que Dr. Dre évoque son projet "Detox". La sortie de cet opus est annoncée chaque année pour être finalement reportée. Un single enregistré en featuring du rappeur Eminem et de la chanteuse Skylar Grey avait même été dévoilé en février dernier. Pourvu d'un clip à gros budget, "I Need A Doctor" augurait le meilleur, tout comme les titres "Kush" et "Die Hard". L'affaire a pourtant été classée sans suite. Les fans en venaient même à penser que "Detox" ne sortirait pas en 2011, ni en 2012, et peut-être même jamais. Les doutes devenus rumeurs sont confirmés par Dr. Dre lui-même qui vient d'annoncer que le disque "Detox" ne sortirait pas pour l'instant. Au cours de l'inauguration du premier magasin Beats by Dr. Dre, à Soho il y a quelques jours (Etats-Unis), le producteur a déclaré. « Je vais faire une pause pour un certain temps car je travaille dans la musique depuis maintenant vingt-sept ans. La plus longue période passée hors d'un studio, c'est seulement deux semaines. Je vais […] profiter de ma famille jusqu'à ce que je retrouve l'étincelle qui me donne l'envie de revenir » a-t-il déclaré pour "FaderTV". Mais Dr. Dre ne tire pas pour autant sa révérence. Gageons que "Detox" paraisse en 2013 ou 2014, soit treize ans après son dernier opus "2001" (1999).

 Regardez l'interview de Dr. Dre par "Fader TV" :
 //www.chartsinfrance.net/Dr-Dre/news-76689.html

Le rappeur Snoop Dogg s'est fait sa petite idée au sujet de ces reports multiples. Dans une interview accordée à "BBC" en mai, Snoop expliquait que Dr. Dre était en réalité très mal entouré. « Il a une très bonne éthique de travail, mais je vais le dire et je ne sais pas si ça va mettre un coup de pied dans la fourmilière : je pense qu'il est très mal entouré. » avait-il déclaré.

En France, il est vrai que l'on connait davantage Dr. Dre pour ses travaux avec Eminem. C'est lui qui l'a lancé en 1999 après avoir écouté sa première démo qui a donné lieu à "The Slim Shady LP" dont on se souvient encore. On lui doit également des productions de Gwen Stefani et Scorpion. La liste est longue, mais c'est autant ses activités parallèles qui ont fondé sa réputation. En plus d'être l'un des actionnaires majoritaires d'Interscope (l'une des plus importantes maisons de disques américaines), il a créé en 2008 des casques haute performance, les "Beats by Dr. Dre", qui sont fabriqués par la société "Monster". Ces appareils sont fréquemment utilisés dans les clips, ceux de Lady GaGa et Black Eyed Peas notamment.

Jonathan HAMARD

//www.chartsinfrance.net/Dr-Dre/news-76689.html






A propos de Dr Dre


Né le 18 Février 1965 à Compton, André Young grandit que dans les cités pavillonnaires de Compton, Los Angeles. Garçon sage de la famille, sa mère lui offre pour ses 18 ans un kit de DJ. Un déclic qui aura un impact important dans sa vie et surtout pour le Hip Hop dans globalité. Car c'est bien derrière ses manettes que depuis plus de 15 ans que Dr Dre gère sa carrière et celle de nombreux autres artistes ainsi que le rap tout entier. Histoire d'une légende vivante.

Durant les années 80, Dré emprunte de sobriquet Doctor Dre alors qu'il fait parti d'un groupe de funk de South Central, World Klass Wreckin Crew. En 1986, il rencontre Ice Cube et Eazy-E, celui qui venait alors de fonder son propre label Ruthless Records histoire de blanchir de l'argent sale, le trio formé sortant 'N.W.A & The Posse'. Les trois personnes ainsi que MC Ren et DJ Yella formèrent en 1988 la formation finale des Niggaz Wit Attitude et lâchèrent dans les bacs l'un des premiers gros disques de rap gangsta : 'Straight Outta Compton', où Dr Dre se situe entre la production et le rap. Sur des ambiances funky, les propos dérangent : gang, violence, drogue, salopes. Les personnalités haut placées tentent de faire taire le groupe qui génère un immense succès et font parler d'eux partout dans le monde à cause de leur chanson phare « Fuck Tha Police ». L'année suivante, Dre se décida de produire pour une nouvelle valeur sûre : The D.O.C., parrainé lui aussi par Ruthless Records.

Un peu jeunes et naïfs en dépit de leur reconnaissance, Ice Cube quitta le groupe en 1989, laissant les autres N.W.A. enregistrer sans lui en 1990 le successeur 'Efil4zaggin'. Dr Dre continue ses productions gonflées de funk californien mais tente lui aussi de quitter le groupe, sentant l'arnaque de leur manager Jerry Heller. Il rencontre alors en 1991 Suge Knight, un membre du gang des Bloods et ex-joueur de Football reconverti en baron rouge. Nul ne sait d'où venait l'argent qui a permit aux deux protagonistes de créer le mythique label Death Row Records. Menaçant, Suge aurait même dissuadé le manager des N.W.A. de laisser Dr Dre sous peine de le tuer.

Entre temps, Dré rencontre Snoop Doggy Dogg par l'intermédiaire de son demi-frère Warren G. Il lui convainc de rapper sur leur premier duo « Deep Cover » toujours en 1991, avant de l'inviter sur son premier album solo en 1992, le classique parmi les classiques 'The Chronic'. Grand album de la Westcoast, lançant une nouvelle vague sonore appelée G Funk, Dr Dre conquiert les charts et les ondes radios avec « Let Me Ride », « Dre Day » sur lequel il attaque Eazy-E et « Ain't Nuttin But A G Thang ». Le docteur pompe chez des groupes de funk de la côte ouest (Roger Troutman, George Clinton,…), ce qui a d'ailleurs permit à la Westcoast d'avoir une identité sonore propre avec la gangsta funk. Beaucoup d'artistes encore inconnus à l'époque se retrouvent sur 'The Chronic' : Dat Nigga Daz (Daz Dillinger), Kurupt, Nate Dogg,… L'année d'après, en 1993, il lance Snoop Doggy Dogg en solo gavant les fans de G Funk et vendant des millions de 'DoggyStyle', enrichissant leur label Death Row. Jusque 1994, il se retrouve à la production de bandes originales mythiques comme 'Above The Rim' ou mieux, 'Murder Was The Case' d'où est extrait « Natural Born Killaz » avec Ice Cube. En 1995, Dre permit à Ice un immense coup de pub pour son film Friday, en participant à la bande son sur « Keep Their Head Ringin' ».

C'est alors que 2Pac fait son apparition en 1996 et Dr Dre sentit le vent tourner en sa défaveur. Malgré le succès légué par l'hymne californien « California Love », derrière le rideau, Dré et Pac n'étaient pas vraiment copains à cause d'une histoire d'instrumentaux crédités à son nom (alors que c'était Daz Dillinger qui les produisaient). D'ailleurs, l'instrumental de « Cali Love » devait servir pour 'The Chronic 2'. Dre ne supporte plus la direction de Death Row mené par Suge Knigh et de plus, son protégé Snoop Doggy Dogg lui reprocha de ne pas participer à son procès. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase, et la moitié de Death Row Records quitta le label avec la moitié des gains, soit quelques centaines de millions de dollars. Cet argent va lui servir à monter son propre label chez Interscope : Aftermath. Une page de l'histoire de la Westcoast vient d'être tournée.

1996 et 1997, Dr Dre vit de productions singulières : Nas ("Nas Is Coming"), Blackstreet ("No Diggity"), Ras Kass ("Ghetto Fabulous"), … sans pour autant empocher le jackpot. D'ailleurs Nas eut l'idée avec les Trackmasters, et avec Foxy Brown, AZ et Nature, de faire produire par Dre le projet The Firm. Premier bide. Le docteur se chargea de produire une compilation regroupant Mel Man, RC, King Tee, sur 'Dr Dre presents The Aftermath'. Tout comme 'The Firm', les critiques furent mauvaises et seul le single « Been There Done That » sorti du lot. 2e bide et gros passage à vide. Cependant, un bon point fut marqué lorsque Dre fit la paix avec Snoop Dogg et lui produit le tube « Bitch Please », ce en 1999.

Aftermath patauge encore jusqu'à ce Dr Dre découvre une cassette avec un blanc-bec sur la pochette répondant au nom d'Eminem. Subjugué par les multiples talents de ce MC, il le signa direct en 1999 et dans le feu de l'action sort 'The Slim Shady LP' avec le succès qu'on lui connaît. Argent rentrant, Dr Dre se mit à travailler son véritable 2e album solo, 'Chronic 2001', sortit fin 1999. Le succès revient pour le docteur-producteur grâce des morceaux aussi inoubliables et accrocheurs que ceux de 'Chronic' premier du nom : « The Next Episode », « Still DRE », « Forgot About Dre »,... Mis à part Snoop Dogg, Nate Dogg, Eminem, les invités font parti bien entendu des meilleurs espoirs de la Westcoast : Kurupt, Xzibit, Knoc Turnal, Kokane, Six-2,… Classé classique.

2000 et 2001 furent des année chargées en consultations pour Dr Dre puisqu'il réalisa les albums de Snoop Dogg, Xzibit, son artiste Eminem, etc… Dre fit aussi avec Snoop sa première apparition sur grand écran avec 'The Wash', signant par conséquent la bande son, d'où sera extrait « Bad Intentions » avec sa nouvelle coqueluche Knoc Turnal. 2002, il trouve enfin une chanteuse r&b au talent certain, la perle rare, Truth Hurts et permit à cette ancienne cantatrice d'opéra un succès international avec « Addictive » (produit par DJ Quik). En featuring de cet extrait figure une légende de la côte Est, Rakim, sa nouvelle signature. Un album fut vite réclamé mais 'Oh My God' ne sortira jamais, à cause d'un Dr Dre trop perfectionniste. Toujours cette même année, il se rapproche d'une rappeuse qui avait déjà fait un 'stage' chez Aftermath : Eve. Il la recontacte et lui signe un tube, « Blow Ya Mind ». Pas de doutes, Dré est redevenu le top-producer, est sollicité par de nombreux rappeurs : Busta Rhymes, Jay-Z, DJ Quik…

Eminem devenant plus autonome, Dr Dre et lui prirent en main la charge de produire le rappeur le plus hot de New York : 50 Cent. La connexion Shady/Aftermath se forme et enfanta le premier album de Fifty : 'Get Rich Of Dye Tryin' qui fut un succès phénoménal grâce au hit « In Da Club » produit par Dr Dre en personne. Avec le G Unit, ceci formera le triangle infernal qui règne actuellement sur le rap game avec Def Jam. Toujours avide de trouver des talents, les signatures sur son label de Eve et Busta Rhymes (et l'éviction de Rakim et Truth Hurts sans compter Brooklyn et Joe Beast) ne lui suffisent pas : Dr Dre voudrait produire un rappeur originaire du même quartier que lui : Compton. C'est chose faite fin 2003, lorsqu'il signa The Game, l'ex-protégé de JT The Bigga Figga. En partenariat avec le G Unit pour le coup marketing, il balance ce jeune rappeur au sommet des charts avec des tubes tels que « Westside Story » et « How We Do ». Mis à part son nouveau poulain, Dr Dre produit aussi 'Encore' d'Eminem (sorti fin 2004), et 'The Massacre' de 50 Cent avec entre deux, 'The Documentary' de Game en 2005.

En parallèle de tout ça, Dr Dre songeait réellement à s'adonner uniquement à la production de ses artistes, et en contrepartie laisser le rap de côté. Mais lorsqu'il a failli se faire poignarder aux Vibe Awards en 2004, il changea d'avis pour se donner à fond sur 'Detox', son très attendu 3e album. Sans compter aussi les disques de Busta et Eve, ou mieux, ce dont rêve tous les fans : un disque pour Ice Cube et un album/duo avec Snoop Dogg.


Discographie 
Albums
The Chronic (1992), Chronic 2001 (1999), Detox (prévu fin 2005/début 2006)

Compilations et BO 
Above The Rim (1993), Murder Was The Case (1994), Dr Dre presents The Aftermath (1997), The Wash (2000)

Albums produits/coproduits 
N.W.A. - Straight Outta Compton (1988)
The D.OC. - Nobody Does It Better (1989)
N.W.A. - 100 Miles & Runnin EP (1989)
N.W.A. - Efil4zaggin (1990)
Snoop Doggy Dogg - Doggystyle (1993)
The Firm (1996)
The Slim Shady LP (1999)
Snoop Dogg - The Last Meal (2000)
Xzibit - Restless (2000)
Eminem - The Marshall Mathers LP (2000)
Truth Hurts - Truthfully Speaking (2002)
Eminem - The Eminem Show (2002)
Xzibit - Man VS Machine (2002)
50 Cent - Get Rich Or Dye Tryin (2003)
Eminem - Encore (2004)
The Game - The Documentary (2005)
50 Cent - The Massacre (2005)



//www.2kmusic.com/fr/artiste/drdre











15/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres