Alain YVER

Alain YVER

ED HARDY

ED HARDY


20130205-063741-pm.jpg



http://www.tattoocitysf.com/

https://www.facebook.com/edhardy

http://www.youtube.com/watch?v=b7VAmi8xWCU

http://www.youtube.com/watch?v=9cfoF3xBiYM

http://www.newvideo.com/docurama/ed-hardy-tattoo-the-world/





Don Ed Hardy, né en janvier 1945 à Newport Beach, est un artiste américain connu par son travail sur le tatouage et la marque Ed Hardy basée sur celui-ci.
Élève du San Francisco Art Institute et diplômé d'un Bachelor of Fine Arts, il a travaillé auprès de l'artiste tatoueur Sailor Jerry.
Il a participé à l'adaptation du tatouage traditionnel japonais dans la culture américaine.







Audigier et Ed Hardy, le récit d’un succès


En 2004, Christian Audigier, le plus américain des entrepreneurs français, aperçoit dans la vitrine d’une boutique de Los Angeles un tee-shirt représentant une tête de tigre tatouée réalisée par Ed Hardy. Audigier qui, après avoir créé puis quitté Von Dutch se retrouve orphelin de toute marque, a le sentiment que le travail d’Hardy pourrait séduire un large public. Il contacte immédiatement le célèbre tatoueur de San Francisco.
 
Un succès fulgurant
Ed Hardy est séduit par la proposition d’Audigier qui lui propose de réaliser 2 000 dessins différents à partir de ses travaux de tatoueurs. Il se met au travail, au départ sans toucher d’argent. Ses têtes de mort colorées, bouledogues moribonds, grenades vert pomme, diables et Geishas trouvent immédiatement preneurs. Déclinés en tee-shirts, sweat et vestes, ils envahissent les rues de la ville puis du pays. Ed Hardy touche des royalties sur la vente de chaque t-shirt. L’impact visuel du style très urbain d’Hardy séduit bien sûr un public de jeunes citadins fans de Hip-Hop et branchés par la culture tatouage. Audigier et Hardy inventent ensemble le tattoo wear.
 
Une stratégie payante
Comme pour Von Dutch, Audigier parvient à faire connaître sa marque grâce à une stratégie de placement des produits auprès des célébrités. Madonna est la première conquise et porte fièrement les réalisations d’Hardy à la une des magazines. Les ventes explosent et rapportent beaucoup. Les coûts de fabrication sont moindres, le prix de vente très élevé : jusqu’à 150 dollars pour un t-shirt, soit une marge de 90%. En deux ans, les ventes s’installent à 5 millions de vêtements par an. Une vraie success story. Qui ne s’arrête pas là.
Car les deux hommes comprennent que leur collaboration peut dépasser le prêt à porter. Audigier et Hardy investissent les secteurs du vin, des arts ménagers (pour ne citer qu’eux) et réalisent bien sûr quantité d’accessoires de modes (sacs, étuis pour Iphone, etc.)… qui, eux aussi se vendent comme des petits pains.
 
L’après Audigier
En 2011, Christian Audigier décide de revendre sa marque phare à Iconix pour 62 millions d’euros, mais Ed Hardy continue à occuper l’espace de la mode avec ses réalisations toujours plus extravagantes. Ed Hardy Tattoo Clothing reste la référence du tattoo wear et a inspiré bon nombre de tatoueurs qui, à leur tour, se sont mis à en produire.








Ed Hardy:

decryptage d'une success story française aux Etats Unis
02/10/2009
Le phenomène Christian Audiger.


Je me pencherais désormais souvent sur des success stories françaises ou pas.Mon premier cobaye sera le styliste français et sa griffe Ed Hardy. Oui je parle bien de Christian Audiger, l'homme qui dépense 450 000 euros de champagnes pour ses fêtes tropeziennes si flambantes.

Après avoir reservé 3500 m2 au dernier salon de la mode à Las Vegas, "Magic", signant au passage une trentaine de millions de dollars de commande, l'Avignonnais se lance à la conquête de la France. Et voit les choses en grand. En effet pour l'ouverture début septembre de son nouveau show room parisien, il a reussi à reunir le Tout Paris de la mode. Interviews à la chaîne, autocars customisés à ses couleurs dans toute la ville, stand gigantesue au salon français Who's Next.

Au total son plan médias à englouti 2 millions d'euros pour marteler son message, ce qui n'est pas du au hasard car après avoir conquis l'Amérique et une bonne partie du monde, Audiger veutn enfin triompher en France. Et il ne semble pas en douter car derrière la caricature, destinée à la télé, du playboy éternellement bronzé et ami des stars se cache un redoutablet et detéerminé homme d'affaires. Un bosseur qui, en moins de 4 ans a su developpé un ensemble de marques répresentant aujourd'hui 500 millions de chiffres d'affaires et presque 20 % de rentabilité! Decryptage de son plus plus beau succès, Ed Hardy, ligne de vetêments insipré de de l'éshétique du tatoo (tatouage) aprés la réussite mondiale de sa 1 ère marque, Von Dutch et de ses techniques de marketing hors norme.


Ed Hardy, sa griffe fétiche depuis 2004 représente aujourd'hui plus de la moitié du chiffre d'affaires d'Audigier Brand Management, la holding, propriété à 100 % de Christian Audigier.

L'histoire de la marque ressemble à un conte de fées, version Hollywoodienne, le jour où Christian Audigier découvre, dans une très petite boutique de Los Angeles, un tee-shirt avec un tatouage de tigre très coloré. A l'époque, il n'est pas vraiment inconnu dans la cité des Anges, avec le lancement de Von Dutch. Mais à la suite d'une dispute avec le propriétaire de la marque, il se retrouve sans travail et sans argent. Il est pressé de trouver un nouveau business et séduit par le style du dessin, il prend contact avec son créateur, le maître tatoueur de San Francisco Don Ed Hardy et lui propose de décliner et développer ses milliers dessins - têtes de mort, dragons, tigres, etc. - sur des vêtements, en échange de royalties. Le tattoo wearest né alors. Audigier travaille selon la légende dans son garage, avec sa femme, Ira, et son neveu, Vincent qui s'ocuppe de la gestion de la production. N'ayant pas de fonfs propres, il mise sur 3 produits, les moins chers à fabriquer et qurtout les plus lucratifs : tee-shirts, qu'il fait fabriquer à Los Angeles, et les vestes à capuche et les casquettes, dont il délocalise la production en Chine

Pour créer dubuzz autour de sa griffe, il adopte le celebrity wear, autrement dit le placement gratuit de produits auprès de célébrités.Une des 1 ères à succomber est Madonna . A la une de tous les magazines people, la chanteuse arbore un tee-shirt ou une casquette Ed Hardy. Mais en bon homme de marketing, Audigier va faire mieux: mettre en scène sa propre vie, et notamment ses anniversaires afin de devenir à son tour une star. Et étonnemment cela semble marcher car dans la rue, il vole parfois la vedette à son voisin Antonio Banderas. Banko !


http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/10/02/1723434_ed-hardy-decryptage-d-une-success-story-francaise-aux-etats-unis.html



19/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres