Alain YVER

Alain YVER

EDWARD WESTON

EDWARD WESTON





"Je ne vois aucune raison d'enregistrer l'évidence"



site officiel
//www.edward-weston.com/

//fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Weston

//www.studio-plus.fr/art-photographique/edward-weston-1886-1958.html



Edward Weston (24 mars 1886 à Highland Park en Illinois - 1er janvier 1958 à Big Sur (Californie)) est un photographe américain, co-fondateur du groupe f/64. La majeure partie de son travail a été effectuée en utilisant une chambre photographique de 8Å~10 pouces.

Jusqu'au début des années 1920, Weston préfère utiliser son objectif anachromatique, s'inscrivant ainsi dans une tendance « flou artistique ». Mais il s'oriente vers une nouvelle esthétique (« straight photography » ou « photographie pure »). Ce changement fut renforcé par sa rencontre avec Alfred Stieglitz, Charles Sheeler et Paul Strand. « La précision au lieu de l'interprétation ». En 1932, il fonde avec Ansel Adams le groupe f/64 qui devient un haut lieu de la « photographie pure ».

Biographie et œuvre

Le photographe Edward Weston est considéré comme un pionnier et comme l'un des artistes au parcours le plus logique de la « franche photographie » américaine.

En 1902, il reçut de son père son premier appareil-photo pour son 16e anniversaire, un Kodak Bull's-Eye #2, et commença à prendre des photographies dans les parcs de Chicago et à la ferme de sa tante. Weston rencontra rapidement le succès et le Chicago Art Institute exposa ses photographies un an plus tard, en 1903. En 1906, Weston alla en Californie, où il décida de s'installer et de poursuivre une carrière dans la photographie. Il épousa Flora May Chandler en 1909, avec qui il eut quatre fils : Chandler (1910), Brett (1911), Neil (1914) et Cole (1919). En 1911, Weston ouvrit son premier studio photographique à Tropico, Californie (maintenant Glendale) et écrivit, pour plusieurs magazines de grande diffusion, des articles concernant ses méthodes peu conventionnelles de faire du portrait.
Portrait de Margrethe Mather et d'Edward Weston par Imogen Cunningham (1922)

Un tournant se dessina entre 1921 et 1922 dans le travail photographique de Weston. Il prenait de plus en plus de plaisir à expérimenter, recherchait des motifs abstraits, des angles de prise de vue et des conditions d'exposition originaux, photographiait des fragments de nus et de visage et commençait à préférer à l'objectif anachromatique la netteté de la lentille convergente. Mais l'année 1922 marqua une période de transition pour Weston, renonçant au pictorialisme en faveur de la photographie pure. Lors d'une visite chez sa sœur May à Middletown, dans l'Ohio, il réalisa ses premières photos industrielles des aciéries Armco. C'est à partir de ce moment que Weston ne fit plus que des photographies nettes et piquées avec une très grande précision. Son changement de style fut renforcé de manière déterminante par sa rencontre avec les photographes Alfred Stieglitz, Charles Sheeler et Paul Strand, dont il fit la connaissance cette même année à New York.

En 1923, Weston quitta sa famille et partit avec l'un de ses fils et avec son associé professionnel et romantique, Tina Modotti, dont le rapport avec Weston provoqua beaucoup de remous dans les médias. Ils exploitèrent tous les trois un studio de portrait jusqu'en 1926. Weston noua des contacts avec des intellectuels et artistes mexicain comme Frida Kahlo et Diego Rivera qu'il photographia. À côté du portrait, Weston se spécialisa dans le nu et la nature morte (notamment des objets de l'artisanat mexicain). Il parcourut tout le pays à la recherche de clichés réalistes, de formes dépouillées et sobres.

En 1927, après sa rupture avec Tina Modotti, Weston s'installe à Carmel sur la côte pacifique de la Californie. Il vit et travaille dans une maison en bois, prend des clichés de la côte rocheuse, de coquillages et de légumes (poivron n°30 en 1930 est l'une des plus célèbres).

Après quelques expositions de ses travaux à New York, il cofonda le groupe f/64 en 1932 avec Ansel Adams, Willard Van Dyke et d'autres. f/64 se rapporte à la plus petite ouverture du diaphragme d'un appareil-photo de grand format, elle donne la profondeur de champ maximum, rendant la photographie très nette du premier plan au dernier plan. Cela correspond à la théorie de la photographie pure que le groupe a adoptée en réponse au pictorialisme qui était toujours en vogue alors.

Selon le manifeste du groupe, « les membres du groupe f/64 croient que la photographie, comme forme d'art, doit se développer le long de lignes définies par les réalités et les limites du médium photographique, et doivent rester indépendante des conventions idéologiques de l'art et de l'esthétique d'une période et d'une culture antérieurs à la croissance du médium lui-même. »

En 1937, la Fondation John-Simon-Guggenheim attribua à Weston une bourse, la première donnée à un photographe. En 1937, il épousa son aide, Charis Wilson, avec qui il vivait depuis 1934 (ils divorcèrent en 1946). La même année, il obtint une seconde fois la bourse Guggenheim. Il parcourut l'ouest américain avec sa seconde épouse et photographia les paysages de la Vallée de la Mort. Dans le même temps, il eut plusieurs contrats d'exclusivité et édita plusieurs livres, certains avec Wilson, entre autres une édition du recueil de poèmes de Whitman Leaves of Grass, illustrées avec ses photographies. Il a également produit quelques photographies couleur avec Willard Van Dyke en 1947. À partir de 1946, Weston collabora à plusieurs recueils de ses photographies avec le critique Nancy Newhall.

Le Center for Creative Photography de l'Université d'Arizona à Tucson conserve les archives du travail d'Edward Weston, c'est-à-dire plusieurs milliers de négatifs et des centaines de tirages.

Maladie

Frappé de la maladie de Parkinson, Weston a fait à ses dernières photographies à la Réserve d'État de Point Lobos en 1948. L'année 1952 voit la publication d'une brochure pour le 50e anniversaire de son travail, imprimée par son fils Brett. En 1955-1956, il désigna Brett et Cole Weston, et l'épouse de Brett, Dody Warren, pour tirer sous sa surveillance les 800 négatifs qu'il considérait comme les plus importants.

Edouard Weston est mort dans sa maison de Wildcat Hill à Carmel-by-the-Sea, Californie, le 1er janvier 1958, à l'âge de 71 ans.

Il a laissé un journal détaillé qu'il a complété régulièrement du milieu des années 1920 à 1934, et qui donne un aperçu très intime de sa vie personnelle, de ses idées sur la photographie, et de ses méthodes de travail. Weston est généralement reconnu comme l'un des plus grands artistes photographiques du XXe siècle.









Edward Weston (1886-1958)
Par Michel Lecocq

" L'image existe dès que le photographe appuie sur le déclic."
Edward Weston

Comment parler d'Edward Weston sans évoquer ses relations parfois tumultueuses avec les femmes. Comment montrer une œuvre photographique incontournable dans le monde de

l'image sans s'appesantir sur les périodes d'exaltations amoureuses de l'artiste responsable de ce travail, comme si chaque femme lui inspire une approche photographique similaire certes mais personnelle jusqu'à atteindre la plénitude et la maîtrise parfaite. Edward Weston a vécu tout cela avec passion jusqu'à ce que la maladie le rattrape.

" Avant les femmes "

Edward Weston est né le 24 mars 1886 à Highland Park, dans la banlieue de Chicago. Sa mère meurt 5 ans plus tard et bien que son père se soit assez vite remarié, le jeune Edward se tournera alors vers sa grande sœur May de neuf ans son aînée, elle fait en quelque sorte son éducation.

mt_expandSon père, cependant, ne l'oublie pas pour autant. En 1902, ce dernier lui fait cadeau d'un appareil photo KODAK bull's eye n°2, c'est le déclic. Dès son retour de vacances, Edward en profite alors pour s'acheter, avec son argent de poche, un appareil plus sérieux : un 5x7 d'occasion. Il ne le quittera plus pendant de longues années.

L'année suivante, il obtient son diplôme de fin d'études secondaires et s'exerce assidûment à réaliser de nombreux clichés à tel point qu'il décroche la même année sa première publication dans la revue " camera and darkroom ".

1906 est l'année de son voyage en Californie, où vit sa grande sœur tant aimée, c'est le coup de foudre. Il décide alors de s'installer définitivement dans la région mais se demande quoi faire afin d'assurer son indépendance. Il se tournera alors définitivement vers la photographie, univers artistique qu'il commence à quelque peu maîtriser.

" Flora "

mt_expandLes débuts sont bien évidemment modestes mais le talent est là et surtout les femmes. Il rencontre à Los Angeles, Flora Chandler, jeune fille de bonne famille qui ne semble pas a priori subjuguée par l'homme, finalement à ses yeux peu sérieux et surtout très pauvre.


Edward décide alors de retourner à l'école à chicago : il choisi la " Illinois Collège of Photography ". Il y reste 6 mois et devient alors officiellement photographe professionnel… Il retourne à Los Angeles riche de ce bagage technique et de beaucoup de promesses.

Edward et Flora se marient le 30 janvier 1909 et le couple s'installe dans la banlieue de Los Angeles, à Tropico. Au début de leur vie commune, Edward n'a pas d'autre choix que de s'embaucher dans un studio photographique où il réalise à longueur de journées, tirages et retouches. Ce travail ne l'intéresse pas et très vite, dès 1911, il s'installe à son propre compte…

Travailleur acharné, il explore inlassablement tout l'univers de la photo en s'attachant à correspondre aux critères et aux modes de l'époque, en particulier le picturalisme. Edward se fait ainsi un nom et les récompenses, les citations et les médailles viennent concrétiser ces années de dure labeur : cinq de ses photos sont par exemple sélectionnées en 1914 pour le salon international de Londres.

Il gagne de l'argent certes mais n'est pas riche pour autant et la lassitude peu à peu s'installe. Père de quatre garçons nés entre 1910 et 1919 : Chandler, Brett, Neil et Cole ; il souhaite rompre avec cette vie bourgeoise et conventionnelle et désire enfin plus que tout prendre des risques.

" Tina "

mt_expandEdward découvre le cubisme et arrête définitivement salons et expositions dès 1916 ; il se cherche mais n'arrive pas à donner l'impulsion nécessaire à sa création… C'est une femme qui l'aidera à franchir le pas : Margaret Mather d'abord, une vieille connaissance photographique et maîtresse d'une semaine, elle l'initie à la vie de bohème des artistes californiens puis ce sera Tina Modotti : actrice de second plan au début des années 20.

Leur relation, plus engagée et sérieuse, amène Edward à réévaluer ses rapports avec Flora et à envisager un départ de la maison familiale. Au cours de l'année 1922, quelques clichés exposés à l'académie des beaux arts de Mexico par les soins de Tina, alors au chevet de son mari mourant, remportent un vif succès et le conforte dans son désir de quitter Flora.

C'est dans ce contexte qu'il entreprend alors un voyage de réflexion seul, d'abord dans l'Ohio pour voir sa sœur puis à New York ou il rencontre Stieglitz, Sheeler et Strand : les acteurs de la " révolution photographique ". Edward est un homme nouveau. En juillet 1923, il part sans aucun état d'âme au Mexique avec Tina et son fils aîné Chandler.

A Mazathlan, entre deux fêtes, Edward travaille énormément… Il s'applique notamment à produire des portraits de grande qualité qui par la suite feront sa renommée. L'exubérance dans le travail est toutefois entrecoupée de vives dépressions. Outre l'argent qui fait défaut, ces enfants lui manquent énormément et l'amour encore intact pour Flora le culpabilise. L'expression de cette culpabilité prend la forme d'un journal intime commencé déjà sans grande prétention en 1917, il ne le quittera pas pendant les douze ans à venir (entre 1922 et 1934).

Fin 1924, Edward regagne la Californie accompagné de son fils, désireux de connaître à nouveau les joies de la vie familiale et des soirées entre amis mais la déprime est au rendez-vous de plus belle : conséquence de relations quelques peu tendues avec Flora. Dans ce contexte particulier, les maîtresses sont également toujours présentes mais cela ne lui apporte pas non plus le bonheur. Par contre, à l'inverse de sa vie sentimentale, son génie créatif est à son apogée.

Il en profite alors pour repartir, cette fois ci avec Brett, au Mexique en 1925 pour retrouver Tina. L'inspiration est toujours présente prenant un tournant parfois abstrait très particulier. Mais le Mexique est un pays difficile voire dangereux, une commande photographique de Anita Brenner sur l'art populaire et décoratif à travers le pays se transforme très vite en un cauchemar sans fin et Edward a bien du mal à terminer ce travail pourtant abordé avec enthousiasme.

" intermède "

mt_expandFatigué, il quitte définitivement Mexico et Tina fin 1926 pour retrouver Flora en Californie dans un semblant de vie familiale entrecoupée d'expériences extra-conjugales régulières.

La page mexicaine tournée, il entreprend d'explorer d'autres domaines de la photo qui prendront la forme d'étonnantes natures mortes de coquillages en 1927 puis les années suivantes : de poivrons, de vases brisés, de racines d'arbres ou de légumes divers…. En 1928, il fait également un cours voyage dans le désert Mojave dans le but simplement de s'imprégner de l'univers du paysage et des ambiances que ce type de photos peut dégager, c'est un essai.

Les années 30 sont alors " ses années triomphales ", les natures mortes font la place à d'autres images de " Point Lobos " près de Carmel où il s'est installé depuis 1929, d'abord en gros plans puis sous la forme de paysages magnifiés et visionnaires.

Les expositions reprennent un peu partout aux Etats-Unis, notamment en 1930 à New York et ses relations avec les gens du métier changent. Il devient le maître à penser d'une nouvelle génération de photographes. Un de ces élèves, Willard Van Dyke, crée dés 1929, autour de la personnalité d'Edward, le groupe F/64. Imogen Cunningham et Ansel Adams sont alors de la partie autour d'un concept simple : l'image existe dès que le photographe appuie sur le déclic.

" Charis "

Edward rencontre par l'intermédiaire du groupe : Sonia Noskowiak, jeune étudiante en photographie. Elle devient très vite sa maîtresse. Leur relation durera 5 ans. Sonia lui offre plénitude et équilibre tant au niveau de sa vie privée qu'au niveau artistique mais également paradoxalement lui permet de rencontrer une autre femme qui sera un élément déterminant dans son œuvre à venir et dans sa vie : Charis Wilson, la belle poétesse de 20 ans.

L'année 1932 est l'année de la sortie de son premier livre de photo : " the art of Edward Weston " sous l'impulsion de Merle Armitage responsable de la division sud-californienne du " public works of art project ".

En 1934, Edward quitte ainsi Sonia pour Charis. Commence alors une longue période d'intense activité photographique fortement inspirée par la beauté sincère de Charis. Il réalise alors de très nombreux clichés de nus artistiques, sans doute les meilleurs de sa carrière.

Très impliqué aussi par la carrière de Edward, Charis le pousse à concourir pour le " Guggenheim Fellowship ", prestigieux prix artistique qu'il remporte. Edward reçoit ainsi la première bourse Guggenheim jamais accordée à un photographe… Entre 1937 et 1939, le couple en profite pour partir sur les routes américaines et pour réaliser de nombreux clichés accompagnés de chroniques de voyages très informelles. Ils en profitent également pour se marier en 1939 suite au divorce de Edward et Flora et pour s'installer à Wildcat Hill, maison construite par son fils Neil.

Ce précédent voyage initiatique donne naissance à une œuvre photographique de grande qualité : " california and the west ". Le succès rencontré par cette première œuvre très originale, grâce à son ami Merle Armitage, amène un autre éditeur à proposer au couple une adaptation très libre du roman de Walt Whitman : " Leaves of Grass ". Ce travail, au début entrepris dans la bonne humeur, est hélas interrompu par la guerre qui oblige Edward et Charis à rentrer en Californie… Les relations dans le couple se détériorent alors et ils finissent par divorcer en 1945.

" Après les femmes "

C'est pour Edward la fin d'une décennie merveilleuse qui lui aura apporté un immense soulagement tant au niveau artistique que sentimental… En 1946, une rétrospective Weston est organisée au musée d'art moderne de New York, Edward en profite pour rendre visite à l'un de ses fils qui découvre alors un père étonnamment fatigué et affaibli. Edward prend son ultime photo aidé de ses fils Brett et Cole en 1948 - Rocs et Galets - à " Point Lobos " , la maladie de Parkinson le rongeant inexorablement… Il s'éteint, face à l'océan pacifique, à l'aube du jour de l'an 1958.

Imaginons l'œuvre d'Edward Weston en l'absence de péripéties sentimentales et amoureuses et nous pouvons aisément comprendre l'importance que les femmes ont eue sur l'évolution de ses images tout au long de sa carrière. Pas simplement muses, elles ont parfois été instigatrices de nouvelles recherches et orientations. Edward Weston est, grâce à cela, l'un des plus grands photographes de notre temps malgré les souffrances endurées.

Il a élevé la photographie alors secondaire à un niveau de professionnalisme rarement atteint faisant d'un support sans valeur, un art à part entière. Il a exploré la photo dans des domaines et à l'aide de techniques que peu de photographes ont osé utiliser donnant également une impulsion nouvelle à la création tant au niveau du picturalisme que du cubisme et même de l'abstraction. Il a enfin su revenir à des images plus simples et qui sont aujourd'hui à l'origine de sa très grande renommée. Edward Weston est à ce titre un photographe incontournable.

EDWARD WESTON en 17 dates :

24 mars 1886 : naissance de Edward Henry Weston à Highland Park - Chicago
1902 : Edward reçoit son premier appareil photo : un KODAK bull's eye n°2
1907 : Edward suit les cours de " l'Illinois College of Photography "
1909 : Installé en Californie, Edward épouse Flora Chandler
1923 : Après un voyage dans l'Ohio et à New York, Edward s'installe à Mexico avec sa maîtresse Tina Modotti
1926 : Après un deuxième voyage au Mexique, Edward quitte la vie mexicaine et Tina
1928 : Edward s'installe à Carmel près de " Point Lobos " en Californie
1929 : Edward rencontre le photographe Sonia Noskowiak, ils vivront ensemble 5 ans
1930 : Edward réalise sa première exposition personnelle à New York
1932 : sortie du premier livre de photographies d'Edward Weston : " the art of Edward Weston "
1934 : Edward rencontre Charis Wilson et en tombe follement amoureux , ils s'installent à Santa Monica (Californie)
1937 : Edward reçoit la bourse Guggenheim, bourse auparavant jamais accordé à un photographe, elle lui sera également consenti l'année suivante.
1939 : Edward épouse Charis Wilson suite au divorce d'avec Flora Chandler
1940 : publication de " california and the west " : livre de Edward Weston et Charis Wilson
1944 : Edward et Charis se séparent, le divorce est prononcé l'année suivante
1948 : Edward, souffrant de la maladie de Parkinson, réalise ses derniers clichés
1958 : Edward meurt le 1er janvier à Wildcat Hill

EDWARD WESTON en 4 livres :

- Edward Weston, formes de la passion de Térence Pitts 1995 - Editions du Seuil
- Edward Weston de Edward Weston 1998 - Editions Könemann
- Edward Weston de Térence Pitts 1999 - Editions Taschen
- Edward Weston : 1886 - 1958 de Térence Pitts 2004 - Editions Taschen

EDWARD WESTON sur la toile :

//www.edward-weston.com/

C'est le site officiel où nous retrouvons, bien sur, l'œuvre de Edward (quoique incomplète… dommage) mais également les photos de Brett et de Cole. Le site est bien tenu, nous pouvons simplement regretter qu'il n'y ait pas de partition française.

Pour en savoir plus sur l'auteur de cette rubrique :

Chronique par Michel Lecocq
Photographies d'auteur
Site : //www.imago-michel.com/
E-mail : contact@imago-michel.com



















10/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres