Alain YVER

Alain YVER

JAZZMATAZZ

JAZZMATAZZ








Voir aussi
http://jazz.blog4ever.com/blog/lire-article-78728-9813104-guru.html

http://jazz.blog4ever.com/blog/lire-article-78728-9808794-gang_starr.html

http://jazz.blog4ever.com/blog/lire-article-78728-9808794-gang_starr.html




VOL 1
https://www.youtube.com/watch?v=DYeAzLMq1r8



VOL 2
https://www.youtube.com/watch?v=H6w2eyJ9fl8



VOL 3
https://www.youtube.com/watch?v=OMnxgv_i1vM



VOL 4
https://www.youtube.com/watch?v=Y6qNjFQArsA







Maître de Cérémonie mythique du duo rap Gang Starr fondé à New York à la fin des années 80, Guru s'est surtout distingué par des activités de producteur tentaculaire, mélangeant rap et jazz, artistes américains et européens.


Ces projets, regroupés sous l'appellation "Jazzmatazz", sont nés en 1993. MC Solaar fait une apparition sur le volume 1, en duo avec Guru sur la chanson "Le Bien, le mal".
Guru se singularise par la conservation d'un son old-school caractéristique du hip-hop new-yorkais du début des années 90 ; une signature due en grande partie à son acolyte Dj Premier, avec qui il poursuit le projet Gang Starr jusqu'en 2003.
Qu'il invite Erykah Badu ou Jay Kay, les sessions Jazzmatazz sont des bijoux de subtilité, alliant aisément phrasé rap et atmosphères plus éthérées.
En 2007, Guru a sorti le "Jazzmatazz vol. 4: The Hip-hop jazz messenger: Back to the future". Les prophéties jazzy d'un Guru ne se démentent jamais… à l'oreille !


Né en 1966, Keith Elam alias Guru se fait connaître du public à partir de 1988 en tant que MC du groupe Gangstarr aux côtés de DJ Premier. Il est ainsi l'un des premiers rappeurs à comprendre et intégrer complètement la corrélation entre le rap et le jazz.
Cool jazz
Son débit lent et, somme toute, assez laconique s'intègre parfaitement bien avec ce style de rap cool. Néanmoins, il sera plus connu et respecté an tant que producteur grâce au projet Jazzmatazz (décliné en deux albums) et Jazzmatazz Streetsoul. Ces projets sont mijotés en compagnie du Français MC Solaar ().
Eclectisme et métissages
Ces albums lui permettent de se produire au côté des grands noms du jazz (Branford Marsalis) et de la soul (Isaac Hayes, Erykah Badu...). En 2005, Guru lance un projet plus personnel avec Version 7.0: The Street Scriptures, qui peut être considéré comme un véritable album solo. Jazzmatazz, Vol. 4: The Hip-Hop Jazz Messenger: Back To The Future sort en 2007, le concept Jazzmatazz reste bien présent et réunit toujours des artistes d'univers différents. Ici de Damian Marley à David Sanborn.
Lors d'un long combat contre le cancer, Guru tombe dans le coma. Il n'en réchappe pas et meurt deux mois après, le 19 avril 2010 à seulement 43 ans. La nation rap perd là l'une de ses plus grandes figures. 2013 Music Story Music Story

http://www.amazon.fr/Guru/e/B000AQ3DM6/ref=ac_dpt_sa_bio






Guru's Jazzmatazz – Take A Look At Yourself (ft. Roy Ayers) et Transit Ride (ft. Wynton Marsalis)

Guru, légende vivante du hip-hop, a failli tirer sa dernière révérence, lundi dernier. Victime d'une crise cardiaque qui l'a plongé dans le coma, il a fait une belle frayeur à pas mal d'amoureux de hip-hop dans le monde entier. Rassurez-vous, il s'est réveillé et reprend des forces.
Ancien leader du groupe Gang Starr, il s'est particulièrement distingué dans les années 90 avec trois albums exceptionnels, mélangeant jazz et hip-hop d'une main de maître. Premiers albums à pousser la logique aussi loin, les Jazzmatazz verront s'illustrer une tripotée de jazzmen d'exception, soutenu par le flow puissant et élégant du rappeur de Boston.
J'ai choisi deux extraits issus du Volume 1, paru en 1993. Take A Look At Yourself, avec l'un des artistes les plus samplés du monde, Dieu vivant du vibraphone, le génie Roy Ayers. Et puis Transit Ride, avec le prolifique Wynton Marsalis, un des plus brillant trompettistes encore vivant.
Ouvrant la voie au rapprochement entre deux genres musicaux cousins et donnant au hip-hop une légitimité et une crédibilité alors que le genre explose sur la scène






Guru est mort

Le grand rappeur américain, MC du duo Gang Starr, a été emporté par un cancer à l'âge de 43 ans.
PAR Marc Zisman | CHERS DISPARUS | 20 avril 2010

Guru est mort le 19 avril des suites d'un cancer. Considéré comme l'un des plus impressionnants MC de l'histoire du hip-hop, il était âgé de 43 ans. Indissociable de Premier, DJ et producteur texan aux idées novatrices avec lequel il formait le groupe Gang Starr, Guru (acronyme pour Gifted Unlimited Rhymes Universal) fut un véritable précurseur à plusieurs titres. Avec un flow solidement ancré dans la tradition rap pure et dure, il fut l'un des premiers à lorgner vers le patrimoine jazz, offrant un rap métissé dont son projet Jazzmatazz fut le fer de lance.

Né le 17 juillet 1966 à Roxbury dans le Massachussetts, de son vrai nom Keith Elam, Guru grandit dans la bourgeoisie de la côte est, son père Harry J. Elam étant le premier afro-américain à être nommé juge au tribunal municipal de Boston. C'est en 1987 qu'il lance avec DJ Premier la saga Gang Starr. L'association entre les deux hommes est instantanément magique. Premier construit des bandes sons aux samples épurés et atypiques sur lesquelles Guru pose des rimes osées avec un ton grave et faussement monotone.
Avec des albums comme Step In The Arena (1991), Daily Operation (1992) et Hard To Earn (1994), le duo entre dans le grand livre d'or du hip hop.
Mais parallèlement à Gang Starr, Guru conçoit un projet où rappeurs et vrais musiciens fusionnent rap, soul et surtout jazz. Le premier opus de cette expérience baptisée Jazzmatazz sort en 1993 et s'impose même en France grâce au titre Le Bien, le Mal sur lequel le rappeur américain croise le fer avec MC Solaar. Un single qui ne doit pas faire de l'ombre au reste de l'audacieux casting qui comprend le trompettiste Donald Byrd, les saxophonistes Branford Marsalis et Courtney Pine, le guitariste Ronny Jordan, le pianiste Lonnie Liston Smith, le vibraphoniste Roy Ayers et les chanteuse D.C. Lee, Carleen Anderson et N'Dea Davenport.
Guru enregistrera trois autres volumes de Jazzmatazz en 1995, 2000 et 2007, sans réitérer le coup de maître du premier volume.
En vingt ans de carrière, Guru n'aura guère chômé. Il fut surtout l'architecte avec Premier d'un rap n'ayant pas pris une ride et, 19 ans plus tard, Step In The Arena conserve sa force initiale. Il restera aussi comme le grand instigateur de ponts solides entre rappeurs et jazzmen.

http://www.qobuz.com/info/MAGAZINE-ACTUALITES/CHERS-DISPARUS/Guru-est-mort42308


01/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres