Alain YVER

Alain YVER

JEAN-BAPTISTE PERROT

JEAN-BAPTISTE PERROT










//jbperrot.net/

//www.facebook.com/jbperrot

//www.youtube.com/watch?v=ueF-yJ2PyQk






ARTISTES / Jean-Baptiste Perrot

Le projet « FOULE » explore l'ambiguïté d'agissement de l'individu (singularité) dans la foule (masse). Les sujets se trouvent pris dans un effet de masse, tout le monde semble agir dans le même sens, la même direction. Dans le même temps, l’algorithme qui interprète les données du capteur produit des aberrations chromatiques qui singularisent chacune des personnes. L’individu reprend son identité et peut agir en conscience. 

Le point de vue du photographe est d’une clarté saisissante : il nous confronte à des images qui déconcertent, dérèglent, le notre. Il donne forme à une nouvelle réalité et nous incite à remettre en question les normes. 

Ne cherchez pas l’erreur, semble-t-il nous dire. Et pourtant, au début, il y en a une : un capteur défectueux qu’on trouve dans une série d’appareils photo d’une certaine marque. Un accident (il aurait fait le bonheur des Surréalistes) qui dérègle les images produites et que Perrot transmute en œuvre d’art photographique.

//www.galeriew.com/spip.php?rubrique101







Jean-Baptiste Perrot
Mon havre ou l'objectivation d'un passé
www.galeriealb.com

«L'objectivité d'un passé» est un travail sur les enjeux de la représentation et de la disparition. A travers un grésillement visuel, une image hypnothique, les écarts entre vérité et artifice, figuration et abstraction, souvenirs intimes et mémoire collective sont traités. Le flou questionne notre «déterminisme environnemental» ; que reste t il de cet environnement qui nous a construit. Un jeu d’illusion, un enjeu d’illusion ...








JEAN-BAPTISTE PERROT

«Trace de famille» et «Schéma directeur» sont des séries sur les enjeux de la représentation et de la disparition. A travers un grésillement visuel, une image hypnothique, les écarts entre vérité et artifice, figuration et abstraction, souvenirs intimes et mémoire collective sont traités; un enfilage de milliers de perles de verre, contrecollées sur aluminium, un ensemble de dessins qui s’appréhende comme un répertoire de panoramas à double enjeu. La représentation abstraite du monde donne à percevoir sa part invisible, émotionnelle. La figuration, elle, va permettre d’appréhender sa part matérielle, concrète. « Il faut repartir d’une particule élémentaire et reconstruire cette réalité; rebâtir le point, la ligne, le plan, le volume».

//www.galeriealb.com/project/jean-baptiste-perrot/






Jean-Baptiste Perrot, artiste français, 39 ans

 Qui est ce visionnaire qui s'interroge inlassablement sur la portée et l'intentionnalité de son oeuvre?
 Jean-Baptiste, un nom de prophète, à l'image de celui qui tisse et défait le réel. Qui joue et compose avec les codes et les conventions qui lui sont imposées.
 "Chaque projet cherche à décrypter un peu plus en avant les tenants d’une prise de décision.  Agit-on selon notre propre libre arbitre ? Où commence le déterminisme ? Sommes nous les sujets de contraintes inaliénables?" Telles sont les questions que se pose Jean-Baptiste Perrot lorsqu'il aborde sa propre création, s'interrogeant incessamment sur la question de l'intention chez l'artiste.

//www.franceinter.fr/emission-toute-toute-premiere-fois-jean-baptiste-perrot-artiste-francais-39-ans







"Mon Havre", l'hommage du photographe Jean-Baptiste Perrot à sa ville natale
Publié le 20/02/2012

L'artiste plasticien Jean-Baptiste Perrot, basé à Paris, rend hommage à sa ville natale du Havre. Il présente une série de photographies qui mettent en valeur la vie qui émane de cette ville.
Par Marie Pujolas

Il utilise une technique très personnelle pour prendre des photos qui paraissent floues mais qui donnent en fait une dynamique aux sujets immobiles. Façon pour lui de dire que la ville dans laquelle il a grandit n'est pas figée dans le temps mais en perpétuel mouvement.

//www.francetv.fr/culturebox/mon-havre-lhommage-du-photographe-jean-baptiste-perrot-a-sa-ville-natale-82416







Jean-Baptiste PERROT

«"Notre vie est ponctuée de choix, professionnels ou personnels, dont nous sommes plus ou moins les décideurs, les « auteurs ». « Echangeur » est vue comme une mise en situation à l'intersection d'une route... Jean-Baptiste PERROT pose ses interrogations à travers un travail artistique spécifique, tant dans le choix des visuels représentés que dans la structure même de ses interfaces : reliefs entre photo, peinture, sculpture, superpositions de tôles en acier, brillantes ou mates, en perforations décalées, séparées les unes des autres pour donner l'effet cinétique de profondeur, qui fait vivre l'ensemble.»

//flanepourvous.blogspot.fr/2009/03/expo-jean-baptiste-perrot.html






Jean-Baptiste Perrot

Collaboration avec Jean-Baptiste Perrot pour réaliser des tirages au traceur à ligne à l'aide de marqueurs à embout large chargés d'encre colorée. Ce prototype est le résultat de 8 impressions successives avec différentes couleurs, incluant le blanc.

//www.atelierboba.fr/jean-baptiste-perrot






Jean-Baptiste Perrot
Dimanche, 10 Mai 2009Lucie Benhamou Art - Portraits

Le plasticien Jean-Baptiste Perrot expose Mercredi 13 Mai au Lavoir Moderne Parisien. Sa rencontre avec Artistik Rezo remonte à quelques années déjà. Retour sur un artiste humaniste dont les oeuvres modernes reflètent la quête perpétuelle de l'impalpable.
Jean-Baptiste Perrot navigue entre son atelier de Montreuil et son appartement à paris. Son salon est le refuge de ses œuvres : elles sont accrochées au mur ou encore enroulées dans des protège-documents, ses productions partagent sa vie au quotidien.
 
Aujourd'hui artiste accompli de 37 ans, sa jeunesse ne laissait guère supposer qu'il s'incrirait dans le cercle très fermé des prosélytes de l'art moderne.
 
Né en Normandie, il découvre Paris à seulement l’âge de 25 ans, lors de son service militaire. Un de ses amis l’emmène parfois se divertir admirer quelques galeries et c’est à travers ces visites furtives que Jean-Baptiste Perrot découvre sa vocation. Lui aussi est sensible à des flashs esthétiques et des délires visuels, lui aussi se sent empreint d’une connexion de pensée et de pratique qui peut se traduire par de l’art.
 
Devenu cadre consultant en informatique à 28 ans, il vit dans une petite pièce où il commence à bricoler : travaillant à la récupération d’objets, le jeune homme achète quelques tubes de peinture... Cette créativité en pleine expansion devient une échappatoire à son autre vie trop rationnelle.
 
Autodidacte, ses premiers contacts avec l’art sont spontanés. De même qu’il n’a qu’une culture instinctive du milieu, Jean-Baptiste Perrot adopte sa création à sa propre pratique. Le support de ses premières toiles est un simple carton plume, son pinceau est alors une canette de soda, percée et remplie de peinture, qui accrochée par un fil se dévide docilement.
 
Quelques mois après ses premières ébauches, il montre sa modeste collection à ses proches et sur de chaleureuses recommandations, présente son dossier à un centre culturel de Paris. Sa carrière est lancée : il obtient un Prix du Jury en 2002, puis un Prix du Public en 2004. C'est à cette époque qu'il rencontre Nicolas Laugero - actuel Président d'Artistik Rezo - qui, charmé par le créateur, l'assure de son vif soutien.
 
Depuis fin 2007, Jean-Baptiste Perrot se consacre uniquement à son travail d'artiste et profite de ce temps plein pour se nourrir de conférences, d'expositions et de lectures qui démultiplient sa création.
 
Equilibre, Traces de Famille, Schémas Directeurs, Echangeurs et Accident, les séries du plasticien sont toutes à contempler avec un sage discernement. Au-delà des supports saisissants comme les tôles d'acier et l'assemblage de perles de verre, au-delà de la pureté des lignes et des rematérialisations spectaculaires de la réalité se cachent métaphores subtiles et pensées complexes.
 
Chaque œuvre cherche en fait à décrypter une prise de décision. Agit-on selon notre propre autonomie ou suivant des contraintes ? Où commence le déterminisme ? Qu'est-ce qui fait l'homme ? Est-ce bien le réel dans toutes ses sophistications que l'on capture si facilement avec un simple appareil photo ? Des réflexions quasi philosophiques que le plasticien concrétise à l'aide de ses projets artistiques.
 
Jean-Baptiste Perrot s'attarde à décortiquer les choses, il les déshabille tout en les personnifiant avec brio pour tenter de nous faire pénétrer sa vision du monde.
Quelles sont vos racines, réelles ou imaginaires ?
Mes racines imaginaires, je ne pense pas en avoir. Mes racines réelles, ce que j'ai vécu jusqu'à ce jour.
En quoi aimeriez-vous vous réincarner ?
Je ne sais pas répondre à l'idée même de réincarnation. Pour moi, la vie après la mort ne se réalise qu'au travers des influences, et des incidences de nos actions lors de notre passage sur Terre et qui perdurent après notre mort.
Quelle partie de l'être ou du corps vous fascine le plus ?
Le tout, c'est l'assemblage de l'ensemble des parties de l'être ou du corps qui donne un équilibre et qui provoque une fascination chez moi.
Avez-vous une phrase fétiche ?
"Chaque artiste, en tant que créateur, doit exprimer ce qui lui est propre [...] et, en tant que fils de son époque, est tenu d'exprimer l'esprit de son époque". Kandinsky
Quels artistes aimez-vous ?
Gerhard Richter avec un tableau en particulier a été une véritable révélation, sa capacité à mêler abstraction pure et hyper-réalisme me laisse admiratif. J'apprécie aussi le travail de Xavier Veilhan, Kader Attia, Didier Marcel (exposé actuellement à La Force de L'Art 02) ou Vim Delvoye qui sont plutôt des artistes "à installations" : leurs oeuvres dépassent le cadre d'un tableau.

//www.artistikrezo.com/art/portraits/jean-baptiste-perrot-expose-au-lavoir-moderne.html







Par Marguerite Pilven

Jean Baptiste Perrot travaille essentiellement à partir d'archives familiales qu'il traite d'abord sur ordinateur avant de les reproduire avec des perles.

Ce travail qu'il réalise depuis 2003 mêle réflexion sur la mémoire et questionnement sur le statut de l'image et du souvenir. 
Perrot altère une première fois ces photographies de famille par un procédé informatique les réduisant à l'état de traces d'images, auxquelles il redonne ensuite corps avec des perles de verre. 

L'image finale procède donc de cette curieuse alchimie qui mêle la technique artisanale et lente d'enfilage des perles à l'imagerie informatique. Perrot reconstitue la photographie en une surface vibrante, où la perle colorée a remplacé le pixel, et redessine l'image tout en pointillés. La forte présence de la trame brouille sa définition et la déforme au point de la faire ressembler à une transmission télévisée défectueuse. Ce recouvrement de la photographie originale la met en fait à distance.

//www.paris-art.com/marche-art/Jean-Baptiste%20Perrot/Jean-Baptiste%20Perrot/4449.html







L’échangeur de Jean-Baptiste Perrot
 Publié le lundi 15 novembre 2010

«  Echangeur », une série inédite d’un artiste contemporain havrais : Jean-Baptiste Perrot, sera présentée du 2 au 22 décembre 2010, à l’Espace Oscar Niemeyer (entrée face au cinéma Le Volcan) en partenariat avec la Ville du Havre.
L’exposition sera inaugurée le 2 décembre prochain .
La série « Echangeur » se constitue d’oeuvres inspirées d’images du Havre. Elle repose sur une technique d’assemblage de 4 tôles en acier perforées, sorte de relief à la croisée du tableau et de la sculpture.
 
Jean-Baptiste Perrot
Né en 1972, Jean-Baptiste Perrot a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans au HAVRE.
Aujourd’hui, il vit et travaille à Paris. Après avoir exposé différents projets dans de grandes villes comme Paris, New-York, Londres, Singapour et Buenos Aires… il souhaite, pour son retour en tant qu’artiste dans sa ville natale, présenter une série emblématique du Havre. Jean-Baptiste Perrot retrouve ici un thème de prédilection autour du questionnement sur la part du libre arbitre et du déterminisme dans les choix.
Il pose effectivement des questions devenues essentielles dans cette société du toujours plus fort, toujours plus vite, qui ne prête attention à rien : Agit-on selon notre propre libre arbitre ? Où commence le déterminisme ? Sommes-nous les sujets de contraintes inaliénables?

Le projet « Echangeur » s’inscrit dans une première démarche visant à s’interroger sur le libre arbitre. Notre vie est ponctuée de choix, professionnels ou personnels, dont nous sommes plus ou moins les décideurs.
Le projet « Echangeur » est vu comme une mise en situation, à l’intersection d’une route.
Mais ce changement de voie, est-il contraint ou pleinement guidé ?

//www.lecourrierdes2rives.fr/actu/par-ville/le-havre/1614-lechangeur-de-jean-baptiste-perrot.html











25/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres