Alain YVER

Alain YVER

JULES RENARD

JULES RENARD





Biographie & œuvres
http://sya.geneal.free.fr/biogr_renard.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Jules_Renard

Félix VALLOTTON - Jules RENARD. La Maîtresse. Histoires Naturelles
Publié le 03 février 2009 par Bruno Leclercq
LIVRE ILLUSTRÉ
http://www.paperblog.fr/1551321/felix-vallotton-jules-renard-la-maitresse-histoires-naturelles/




BIOGRAPHIE



Pierre-Jules Renard, dit Jules Renard, né à Châlons-du-Maine (Mayenne) le 22 février 1864 et mort à Paris le 22 mai 1910, est un écrivain français.

C'est un peu par hasard qu'il naît en Mayenne : son père y travaillait à ce moment-là à la construction du chemin de fer.

Il a vécu tout ce qu'il a écrit. Dans ses œuvres ou dans son Journal, il écrit tout ce qu'il vit, pour ne pas le dire ni le laisser paraître. Il écrit aussi pour briller et ne plus douter de lui-même, car ses parents ne l'ont guère aimé. Et bientôt, à ses inquiétudes s'en joint une autre : la peur de trahir la vérité par l'emploi des mauvais mots ou de trop de mots. Pendant une grande partie de sa vie, une question l'obsède : faut-il préférer l'exactitude d'une phrase ou la beauté poétique d'une image ?

C'est aussi une mine d'informations sur la vie littéraire. Le succès n'est pas pour tout de suite. Il habite début 1888 l'Hôtel des Étrangers, 24 rue Tronchet, près de sa fiancée qui habite 44 rue du Rocher (la rue du Rocher sera son adresse parisienne jusqu'à sa mort en 1910). Son mariage améliore sa situation financière.

Lorsqu'en 1889 de jeunes écrivains fondent le Mercure de France, Renard est un des principaux actionnaires. Il est élu maire de Chitry-les-Mines le 15 mai 1904 et membre de l'Académie Goncourt en octobre 1907, grâce à Octave Mirbeau, qui a dû menacer de démissionner pour assurer son succès. Il est mort d'artériosclérose à l'âge de 46 ans.

On accuse Jules Renard de misogynie car il a écrit dans son Journal (1905) « Les femmes cherchent un féminin à "auteur" : il y a "bas-bleu". C'est joli, et ça dit tout. À moins qu'elles n'aiment mieux "plagiaire" ou "écrivaine" ».






BIOGRAPHIE


Sa jeunesse, "un grand silence roux", à Chitry-les-Mines (Nièvre), est malheureuse. Souffre-douleur, Jules Renard est le cadet de trois enfants et en garde un complexe d'infériorité. Il trouve son énergie dans la littérature, après avoir renoncé à l'Ecole Normale Supérieure. Après des années de misère, il se marie et produit des poèmes, des nouvelles et de petites pièces de théâtre et son célèbre "Poil de carotte". Il fréquente les cafés littéraires et collabore à de grands journaux parisiens.

Jules Renard puise son inspiration dans la campagne nivernaise où il essaie de séjourner le plus fréquemment possible. Ses portraits sont incisifs, ironiques et parfois cruels. Dans "Histoires Naturelles" (1896), il humanise les animaux et animalise les hommes. Il milita pour le pacifisme et l'anticléricalisme qui apparaît notamment dans La Bigote. Souvent irreligieux, il confie dans son journal : "J'ai l'esprit anticlérical et un cœur de moine".

Son journal (1897 à 1910, mais publié en 1925) est certainement son chef d'œuvre, fait d'introspection, d'ironie, d'humour et de nostalgie. C'est aussi une mine d'information sur la vie littéraire.

Jules Renard fut maire de Chitry en 1904 et membre de l'Académie Goncourt en 1907. Mort d'artériosclérose, il est enterré civilement.








BIOGRAPHIE

La vie de Jules Renard ne comporte que très peu d'éclats. Ce qui fait son intérêt c'est au contraire la façon dont l'auteur a pu tiré parti de ce matériau en apparence banal. Le débuts de sa vie sont sans surprise : une enfance campagnarde entre Châlons-en-Mayenne où il est né et la Nièvre, à Chitry-les-Mines. De bonnes études à Nevers et la "montée" à Paris avec le projet, vite abandonné, de préparer l'école noramle supérieure. C'est le parcours presque normal d'un provincial doué qui se tourne bientôt vers la littérature.

Après son mariage en 1888, il travaille à un roman, fréquente les milieux littéraires et publie à compte d'auteur un recueil de vers. A la fin de 1889, il fonde avec d'autres souscripteurs le Mercure de France et y fait paraître plusieurs textes. Les années 1890 sont pour lui le temps fort de sa carrière. D'abors parce qu'il collabore désormais régulièrement à des grands journaux parisiens. Ensuite parce que sortent à cette époque les grands livres de Jules renard : L'Ecornifleur (1892) où il raconte l'histoire d'un littérateur parasite, Poil de Carotte (1894), où il se souvient de son enfance.

Bientôt, la vie de Jules Renard se partage entre la Nièvre et Paris, où il fait monter plusieurs pièces, dont Poil de Carotte dont le version théâtrale obtient un énorme succès en
1900.

Retiré dans la Nièvre, mais toujours considéré comme une grande figure du Paris littéraire, il meurt, atteint d'artériosclérose, à quarante ans, laissant un Journal inédit (1925-1927) commencé vingt ans plus tôt et qui est probablement le chef-d'oeuvre de Jules Renard.









Œuvres


Œuvres romanesques

Portrait de Jules Renard
par Félix Valloton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

    * Crime de village (1888)
    * Sourires pincés (1890) Texte en ligne
    * L'Écornifleur (1892) Texte en ligne
    * La Lanterne sourde (1893) Texte en ligne
    * Coquecigrues (1893)
    * Deux fables sans morale (1893)
    * Le Coureur de filles (1894)
    * Histoires naturelles (1894) Texte en ligne
    * Poil de carotte (1894) Texte en ligne
    * Le Vigneron dans sa vigne (1894) Texte en ligne
    * La Maîtresse (1896) Texte en ligne
    * Bucoliques (1898)
    * Les Philippe (1907)
    * Patrie (1907)
    * Mots d'écrit (1908)
    * Ragotte (1909)
    * Nos frères farouches (1909)
    * Causeries (1910)
    * L'Œil clair (1913)
    * Les Cloportes (1919)

Théâtre

    * La Demande (1895)
    * Le Plaisir de rompre (1897) Texte en ligne
    * Le Pain de ménage (1898)
    * Poil de Carotte (1900)
    * Monsieur Vernet (1903)
    * La Bigote (1909)
    * Huit jours à la campagne (1912) Texte en ligne



Journal

    * Journal, 1887-1910 (1925) Texte en ligne
    * Leçons d'écriture, Les Éditions du Sonneur (2008)

Livres illustrés

    * L'Écornifleur (1892), gravures originales de Jacques Boullaire. Les Bibliophiles de France, Paris (1955).








CITATIONS




    On peut être un méchant cérébral ; on ne doit être bon que de fait.

cerebral, cerebral, doit, doit, etre, etre, fait, fait, mechant, mechant, peut, peut,

    Dès qu'on nous embrasse, il est bon de prévoir tout de suite l'instant où nous serons giflés.

embrasse, instant, nous, prevoir, serons, suite, tout,

    Quelle intéressante contradiction ! Écrivain, vous méprisez la foule ; député, vous ne vous fiez qu'à elle.

contradiction, contradiction, depute, depute, ecrivain, ecrivain, elle, elle, fiez, fiez, foule, foule, meprisez, meprisez, quelle, quelle, vous, vous,

    La guigne ne s'acharne que sur la bêtise.

betise, betise, guigne, guigne,

    Le secret d'écrire aujourd'hui, c'est de se méfier des mots dont le sens est usé et d'une syntaxe qu'on a mal apprise.

aujourd, aujourd, dont, dont, ecrire, ecrire, mefier, mefier, mots, mots, secret, secret, sens, sens,

    Si d'une discussion pouvait sortir la moindre vérité, on discuterait moins.

discussion, discussion, moindre, moindre, moins, moins, pouvait, pouvait, sortir, sortir, verite, verite,

    L'idéal du calme est dans un chat assis.

assis, calme, chat, dans, ideal,

    A la fin d'une longue discussion, nous arrivâmes à conclure qu'au fond il n'y rien de plus particulier qu'une idée générale.

conclure, discussion, fond, idee, longue, nous, particulier, plus, rien,

    Le monde appartient à ceux qui se lèvent de bonne heure, jusqu'à l'heure où les autres se lèvent.

appartient, autres, bonne, ceux, heure, jusqu, levent, monde,

    Croire humain ce qui ne nous est que particulier, voilà la grande erreur.

croire, croire, erreur, erreur, grande, grande, humain, humain, nous, nous, particulier, particulier, voila, voila,

    Croire humain ce qui ne nous est que particulier, voilà la grande erreur.

croire, croire, erreur, erreur, grande, grande, humain, humain, nous, nous, particulier, particulier, voila, voila,

    Les bêtises qu'entend dire un tableau de musée, mais les horreurs qu'entend peut-être un cadavre.

betises, cadavre, dire, entend, etre, horreurs, mais, musee, peut, tableau,

    Le feu de la cheminée, ce petit théâtre où les flammes gesticulent comme des acteurs affairés.

acteurs, acteurs, affaires, affaires, cheminee, cheminee, comme, comme, petit, petit, theatre, theatre,

    Ceux qui ont le mieux parlé de la mort sont morts.

ceux, mieux, mort, morts, parle, sont,

    Qui sait si chaque événement ne réalise pas un rêve qu'on a fait, qu'a fait un autre, dont on ne se souvient plus, ou qu'on n'a pas connu ?

autre, autre, chaque, chaque, connu, connu, dont, dont, evenement, evenement, fait, fait, plus, plus, realise, realise, reve, reve, sait, sait, souvient, souvient,

    Un cheval tombe, le cocher aussi. Voilà ce que c'est que de vouloir monter sur le siège !

aussi, aussi, cheval, cheval, monter, monter, siege, siege, tombe, tombe, voila, voila, vouloir, vouloir,

    Sous prétexte que la perfection n'est pas de ce monde, ne gardez pas soigneusement tous vos défauts.

defauts, gardez, monde, perfection, pretexte, soigneusement, sous, tous,

    Vous vous préoccupez d'être relus ? Tâchez donc, d'abord, d'être lus.

abord, abord, donc, donc, etre, etre, vous, vous,

    Produire beaucoup, ne publier que le meilleur.

beaucoup, beaucoup, meilleur, meilleur, produire, produire, publier, publier,

    Il était si laid que, lorsqu'il faisait des grimaces, il l'était moins.





Le Journal de Jules Renard
 Publié le 04 décembre 2008 par  Amaurywat

est inépuisable. Il devrait être le livre de chevet pour nombre de lecteurs, petits et grands. A chaque page, au jour le jour, l'auteur de Poil de Carotte, nous tient en haleine, par son aspect ironique, humoristique ou nostalgique. Et ce monument littéraire de la fin du XIX° siècle peut certainement être encore d'actualité. C'est à des extraits de ce Journal que nous convie Agnès Rosensthiel. L'auteur de Mimi Craca, qu'on de ne présente plus, a relevé dans le Journal de Jules Renard, les extraits qui parlent des deux enfants de l'auteur. Ainsi le petit garçon Pierre, que l'on surnomme Fantec, et sa petite fille, Marie, appelée Baïe par son frère, dialoguent, se posent des questions de leurs âges, batifolent dans le jardin. Agnès Rosensthiel a d'abord su restituer cette "atmosphère fin de siècle", à la campagne, digne successeur des Malheurs de Sophie. Mais le mordant et l'ironie de l'écrivain sont toujours présents. En bon observateur, Jules Renard note, avec tendresse et réalité, les comportements de ces deux chérubins et leurs propos mi-surréalistes mi-légers. On rit de leurs jeux, de leurs réflexions, de leurs observations étonnées, sur les animaux, les nuages ou la forêt. On s'amuse de leur naïveté, mais aussi de leur logique. Curieux de tout, Jules Renard note avec délicatesse les phrases de ses deux enfants. Un petit livre de poésie et d'humour, pour tout les amoureux de la littérature. Un petit album à retenir.
Georges-André Vuaroqueaux










Le "journal" de Jules Renard

«Je ne m'embête nulle part, car je trouve que, s'embêter, c'est s'insulter soi-même.»

J'ai commencé à lire le fameux journal de Jules Renard. Si on y trouve un esprit affûté et critique sur tous les sujets touchant à la vie culturelle, à la littérature, à la philosophie, cela engendre un certain malaise dés qu'il parle de sa vie domestique et surtout de sa vie familiale. Jules Renard reste "Poil de Carotte", il appelle sa mère "Madame Lepic" et lui voue une haine sans bornes qui ressemble souvent à une grande passion amoureuse dévorante. Il en fait des cauchemars terrifiants et scandaleux qu'il expose dans ses notes. De plus, Jules Renard parlant de ses domestiques et de la vie quotidienne de sa maison familiale est détestable. C'est un bourgeois propriétaire qui se met en fureur, une fureur noire, dés que ses serviteurs ont l'audace d'aborder la question d'une augmentation, qui les traite avec un mépris très antipathique. Pourtant il se dit républicain, voire socialiste, écrivant une nouvelle pour le premier numéro de l'"Humanité", "la vieille". On m'objectera peut-être que c'est propre à tout le monde, que chaque esprit a sa dialectique interne. Cela dit, ça n'enlève rien à son talent ni à son style car il en a un, puissant et incisif. J'aime beaucoup le récit de la soirée chez Sarah Bernhardt qui ne craint pas le ridicule visiblement, la grande actrice jouant les reines d'Egypte de pacotille, allongée sur une peau d'ours. Les invités ont la trouille de ses animaux de compagnie, deux pumas très affectueux avec les homems de poids présents tout comme deux énormes dogues aux pieds de leur hôtesse. Il est parfois injuste avec certains auteurs comme Oscar Wilde, pointant parfaitement à d'autres endroits les faiblesses de l'un ou de l'autre. Il admire Barbey d'Aurevilly et contrairement à ses contemporains qui portent Zola aux nues, il trouve ce dernier beaucoup trop moralisateur finalement ; là-dessus je le rejoins. Ce qui est curieux, c'est qu'on le classe un peu vite parmi les écrivains naturalistes, réalistes et un rien secs alors qu'il est finalement noir et presque gothique, révolté et romantique. Ce bourgeois positiviste a de temps à autres des fulgurances anarchistes, des envies d'envoyer tout promener, femme, enfants et propriétés pour les beaux yeux d'une "grisette" croisée dans la rue.







L'écornifleur, de Jules Renard
Publié le 21 janvier 2009 par Bagnoud

Jules Renard écrit au scalpel. Il tranche dans le gras. Pas de descriptions, pas d'explications psychologisantes, une guerre totale aux clichés. Pas un mot de trop.
C'est ce qui lui a permis, son sens de la formule, de devenir l'un des grands fournisseurs de citations de toute la francophonie. C'est notre Oscar Wilde à nous. Des citations pour la plupart tirées de son Journal, concis et bourré de formules qui font mouche comme les cartouches d'une bande de mitrailleuse.
On se souvient de son Poil de carotte, qui raconte son enfance. Dans l'Ecornifleur, c'est le récit d'une relation qu'il a entretenue à 23 ans avec un couple.
Il? Je sens les contre-sainte-beuviens (voir ici et ici ) dresser le doigt. « Ne confondez pas le personnage et l'auteur. » Pourtant, on peut, si on en croit le médiocre article qui lui est consacré dans wikipédia.  qui affirme que Jules Renard a pris le sujet de ses livres dans son existence.
Dans le roman en tout cas, Henri, le héros, a réussi à s'insinuer petit à petit dans une famille bourgeoise niaise. Le mari M. Galbrun voulait lui faire écrire un volume sur l'ameublement. La femme est plus âgée que lui mais jolie. Tous deux l'ont emmené à la mer, à Barfleur, où ils ont pris logement chez un pêcheur, Alix.
Henri écrit des vers, se fait passer pour un poète, s'invente un arrière-fond de rencontre de célébrités littéraires, d'actrices, de bohème et de futur grand homme. En réalité, il pense à deux choses : savourer cette période de parasitisme avec ces êtres si niais et si bons, puis devenir l'amant de la femme, une sorte de Bovary en plus bête. Enfin, il le veut et il le craint. C'est un peu par devoir qu'il entreprend l'épouse, et il est un peu affolé quand il voit qu'elle se montre finalement prête à l'adultère. Là-dessus, la nièce arrive, qui tombe amoureuse de lui, et ça se finit par un dépucelage avant qu'Henri ne s'enfuie lâchement en faisant des promesses à tous.
C'est cinglant, plein d'humour, de vacherie et d'autodérision. On aime bien finalement tous ces personnages, ces deux bourgeois en quête de respectabilité, leur nièce, Henri l'écornifleur, c'est-à-dire le pique-assiette, qui se laisse finalement prendre à ses propres pièges maladroits et mener par ses entreprises. Tous sont un peu pathétiques, mais le livre refermé, on se dit que tout compte fait, on ne vaut pas mieux, pris comme on l'est dans la grande fraternité des imbéciles, telle en tout cas que l'épingle l'œil implacable de Renard. Citation : « Il a vécu tout ce qu'il a écrit. »


26/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres