Alain YVER

Alain YVER

L S F

LSF  (langue des signes français)




EN TOUT PREMIER LIEU

A VOIR ABSOLUMENT, LE CLIP " GAFFE À TOI " VOICI QUELQUES VERSIONS, APRÈS ÇA, PLUS LA PEINE DE ME DIRE : " OUI, E, JE SAVAIS PAS, E, TOUT ÇA, J' ÉTAIS PAS AU COURANT, NANANI, NANANA, JE NE SAVAIS PAS OU L' TROUVER... TOUT ÇA, DES CHICHIS KOI....
CE CLIP FAIT EN LANGUE DES SIGNES POUR LES SOURDS ET MAL ENTENDANTS S'ADRESSE À TOUT LE MONDE, SANS EXCEPTION. IL PARLE DU SIDA, CE VIRUS QUE L' ON A TENDANCE À OUBLIER UN PEUT TROP VITE. QUELQUES CHIFFRES POUR NE PAS OUBLIER QUE CETTE MALADIE TUE TOUJOURS, ET CE PROPAGE.


ALORS, GAFFE À VOUS...


JE REMERCIE TOUTES LES PERSONNES QUI ONT TRAVAILLÉES SUR CE CLIP  J' ADORE CE TEXTE, LA MUSIQUE, C'EST INFINIMENT VIVANT !!!!!!!! C'EST UNIVERSEL.

ENCORE BRAVO EMMA POUR CE TEXTE.

http://gaffe-a-toi.over-blog.com
http://www.myspace.com/gaffeatoi
http://www.autoprodmusic.com/artistes/
http://fr.youtube.com/watch?v=Rk8Da9GTzpU
http://www.dailymotion.com/GaffeaToi/video/12696279


GAFFE À TOI EN

VERSION ALLEMANDE
http://www.dailymotion.com/GaffeaToi/video/13682894

VERSION ESPAGNOL
http://www.dailymotion.com/GaffeaToi/video/x883pv_cuida-de-ty_music

VERSION ANGLAISE
http://gaffe-a-toi.over-blog.com/article-27657689.html

QUAND MÈME ! PAS TROP TÔT LA VERSION ITALIENNE !!!!!
http://gaffe-a-toi.over-blog.com/article-27659844.html

GAFFE À TOI AU QUÉBEC
http://www.surdite.org/

EN MALGACHE
http://www.dailymotion.com/GaffeaToi/video/15376594

EN CH' TI
http://www.dailymotion.com/user/GaffeaToi/video/x958yb_tintion-a-tguiffe_music

EN CORSE
http://www.dailymotion.com/user/GaffeaToi/video/x97hni_sfidati-y_music

EN NEERLANDAIS
http://www.dailymotion.com/user/GaffeaToi/video/x9amwz_let-je-op_music

EDITION MONICA COMPAGNYS
http://www.monica-companys.com/





INSTITUT BAGUER

http://www.institutgbaguer.fr/accueil.html



 


SITES POUR LES SOURDS ET MAL ENTENDANT,

ILS SONT TOUS BIEN FAITS.



IVT (international visual théâtre)
http://www.ivt.fr/edition/edition_V1.htm


indispensable pour apprendre la langue des signes, 1600 signes 26€ ma bible.


ÉCOLES POUR SOURDS, CENTRES D'INFORMATIONS, COURS DE LSF, INTERPRETES, RENCONTRES. TRÈS BON SITE, PAR RÉGION, NOMBREUX LIENS.
http://www.languedessignes.com/principal.htm


LSF SUR LE WEB
PRATIQUE, HISTOIRE, CULTURE, RECHERCHE THÉMATIQUE VIDÉOS.
http://ufr6.univ-paris8.fr/desshandi/supl/projets/site_lsf/dico_lsf/thematique.php


RECHERCHER UN SIGNE. 491 SIGNES DISPONIBLES ICI.
http://www.lsf.univ-nancy2.fr/


LEÇON, LIVRES, CD, EXPRESSIONS, DICTIONNAIRE, ALPHABET, NOMBRES
http://www.lsfplus.fr/


CITÉ DES SOURDS ET MAL ENTENDANT
http://www.visuf.org/index.php


WEB SOURD, TRÈS COMPLET ÉGALEMENT
http://www.websourd.org/


PI SOURD, UN SITE SUISSE BEAUCOUP DE VIDÉOS, LE SITE EST VRAIMENT BIEN FAIT.
http://www.pisourd.ch/


WIKIPÉDIA
http://fr.wikipedia.org/wiki/Langue_des_signes_fran%C3%A7aise


LSF AU COLLÈGE
http://membres.lycos.fr/iris/E_R/R_pedagogie_en_LS/Langues/LSF/LSF_college.htm


CATALOGUE, LIVRES, HISTOIRE, DICO, BÉDÉ, DVD...
http://www.visucom.fr/index.php

ACADEMIE DE LA LANGUE DES SIGNES FRANÇAIS
http://www.languedessignes.fr/Academie_de_la_langue_des_signes_francaise-Francais


FRANCE 5  "L'OEIL ET LA MAIN "
http://www.france5.fr/oeil-et-main/archives/24195747-fr.php?page=2

L'HISTOIRE DES SOUDRS

http://hids.free.fr/


http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_sourde


http://www.dgpc.fr/lsf/histoire-de-la-lsf.html


Quand l'esprit entend : histoire des sourds-muets
http://biblio.iut.univ-lille3.fr/Record.htm?idlist=2&record=799612451789



La considération portée sur les sourds varie selon cultures. Chez quelques peuples dans l'Antiquité, la surdité est une honte, une affliction qu'il faut cacher. Chez les Egyptiens et surtout les Perses, « leur destinée est l'objet de la sollicitude religieuse du peuple. On regarde leur infirmité comme un siège visible de la faveur céleste. ». Dans les villages africains du Sud Sahara et dans les tribus indiennes, la surdité n'est pas un handicap majeur pour l'intégration (le sourd peut être chef du village).

En Europe, depuis PLATON, on pense que quelqu'un qui ne parle pas ne peut pas raisonner. Il y a selon lui une corrélation étroite entre parole et raison. ARISTOTE, son disciple, en déduit que les sourds sont donc « irrémédiablement ignorants », inéducables.

Les « sourds-muets » sont isolés. Il existe sans doute des conventions gestuelles dans les familles de sourds. Le sourd appartient à la vie communautaire, mais au même titre que les fous, les débiles, les « idiots du village ». Il ne reçoit que peu d'information, et ce lorsqu'elle lui est spécialement adressée.

La pensée majoritaire est qu'ils ne sont pas capables d'élaborer une langue par eux-mêmes. Pourtant au XVIème siècle, MONTAIGNE observe qu'ils « ont besoin des alphabets des doigts et grammaire en gestes » lorsqu'ils communiquent. On peut en déduire que les sourds sont déjà regroupés en communauté, bien avant le XVIème siècle.

Les personnes qui s'intéressent aux sourds n'ont que peu d'écho. Parmi eux, on peut citer St JERÔME et St AUGUSTIN à la fin du IVème siècle. D'après St AUGUSTIN, « ce vice même (la surdité) empêche la foi ».









HISTOIRE DE L'EDUCATION DES ENFANTS SOURDS EN FRANCE


Dès 1760, l'abbé de l'Epée souligne l'importance de la communication gestuelle dans l'enseignement de l'enfant sourd. Il privilégie la connaissance du français écrit par rapport à l'articulation et n'hésite pas, pour ce faire, à recourir au langage gestuel. Sa méthode met surtout en valeur les ressources de la vision.

1797. C'est dans le contexte du projet de Condorcet sur l'organisation générale de l'instruction publique – conçue comme un devoir de justice imposé par l'intérêt général de la nation – que l'institution nationale des sourds-muets de Paris est créée. Les préceptes de l'abbé de l'Epée y sont appliqués.

hier.gif (8918 octets)

1827-1889. 1ère rupture avec les préceptes de l'abbé de l'Epée – l'enseignement de la parole articulée prend une place croissante dans le programme scolaire. Il s'agit de changer le sourd en entendant. Parfois, des médecins tentent des actes médicaux " audacieux ". Ainsi le Dr Baudelocque n'hésite pas à trépaner les cranes pour ouvrir un passage au son.

1889 – 1976. La langue des signes est interdite. Les priorités s'orientent résolument vers la méthode dite " orale pure ". Au tournant du XXème siècle, le foisonnement des recherches scientifiques et l'essor des nouvelles technologies sont mis au service de l'articulation. Dans une même optique, certaines méthodes plus récentes recourent au geste non comme moyen d'échange proprement verbal mais pour favoriser la compréhension du message oral (langage parlé complété) ou l'émission de la voix (méthode verbo-tonale).

Depuis 1976, la langue des signes a retrouvé en partie ses titres de noblesse et son enseignement, dans certaines écoles, est associé à celui du français dans le cadre d'une pédagogie bilingue.

CORPS ET COMMUNICATION

Qu'elle soit verbale ou non-verbale, orale ou gestuelle, la communication exige la mise en mouvement du corps. Mais tout mouvement du corps n'est accepté ou valorisé par la société que s'il correspond à des choix culturels ou éthiques. L'histoire de l'éducation des enfants sourds montre que ces choix ont varié selon les époques et, avec eux, les objectifs et les méthodes pédagogiques qu'ils ont déterminés.

LA PLACE DU CORPS DANS L'EDUCATION DE L'ENFANT SOURD

 La peur de la suractivité corporelle :

C'est par l'usage de l'intégralité de son corps que le sourd entre en communication avec avec son entourage : position des mains et des bras dans l'espace, expressions du visage, mouvements de la tête et des épaules, etc…

Cet engagement total du corps dans la communication peut parfois susciter l'inquiétude de l'interlocuteur confronté à cette suractivité corporelle, le corps du sourd semblant échapper aux règles communément admises de comportement en société.

Malgré les idées novatrices de l'abbé de l'Epée qui soulignait l'importance des signes gestuels et de la communication visuelle, dès le début du XIXème siècle, au moment où la vague de puritanisme se répand sur les sociétés européennes, le corps de la personne sourde est progressivement contraint par une organisation stricte.

CORPS ET DISCIPLINE SCOLAIRE

aujourdhui.gif (10045 octets) Dès l'ouverture de l'institution de Paris, la discipline devient un souci majeur des administrateurs. L'organisation de l'espace et l'occupation du temps sont voués à la constitution d'une " solide moralité ". Les pulsions sexuelles, plaisirs ou " perversions ", doivent être domptées. Dans les dortoirs, les cloisons entre les lits sont supprimés, aucun obstacle ne devant faire barrage au regard des surveillants.

Tout au long du XIXème siècle, les élèves sont organisés en compagnie militaire, chaque classe ayant son sergent et chaque section de classe son caporal. Tous portent un uniforme obligatoire.

CORPS ET HYGIENE

Parallèlement, le corps des enfants sourds devient l'objet d'une surveillance quotidienne de la part de la médecine. Des traitements hydrothérapiques sont prescrits à l'ensemble des élèves. Cette utilisation s'apparente aux rites de regénération et de renaissance : l'eau dissout les impuretés, réduit les déformations et les infirmités et permet un retour à la nature.

Le régime alimentaire est particulièrement surveillé car l'on considère qu'il permet le traitement de " l'infirmité " ainsi que le développement physique et intellectuel des élèves.

CORPS ET EDUCATION PHYSIQUE

Dès son introduction en 1818 au sein de l'institution de Paris, la gymnastique est une pratique au service de l'éducation morale de l'écolier sourd.

Les " gymnasiarques ", tel le colonel Amoros, prétendent inventer des méthodes de gymnastique qui fortifient le corps et permettent la répression des déviations sexuelles.

La gymnastique est aussi une pratique qui s'appuie sur l'utilisation du chant, préparant l'éducation de la voix et de la parole. A partir de 1880, cet objectif devient prioritaire : parler présuppose le développement des capacités ventilatoires. L'importance des exercices respiratoires s'atténuera à partir de 1947.

ORIGINALITE DE LA LANGUE DES SIGNES

L'originalité de la langue moderne est que sa structure corporelle et spatiale est radicalement différente de celle, linéaire, des langues parlées.

Elle possède son propre système lexical, sa façon de représenter les concepts sémantiques et de combiner les mots selon des règles grammaticales particulières. La langue des signes combine 3 éléments :

  • La forme ou configuration de la main

  • L'endroit où le signe est formé

  • Le mouvement de la main

Dans certaines situations, les sourds peuvent utiliser des " mimiques ", des gestes " non linguistiques ", semblables à ceux qui accompagnent les conversations des entendants.

demain.gif (8265 octets)

Cependant, les sourds qui " signent " font une distinction très nette entre les signes de la langue et les " mimiques ".

Même les néologismes, bien qu'ils s'inspirent souvent de la mimique, se conforment rapidement aux normes de la langue gestuelle.

La langue des signes possède la même propriété fondamentale que toute langue parlée c'est à dire la possibilité de générer un nombre infini d'énoncés à partir d'un nombre fini de signes et de règles qui les gouvernent.

Si l'enfant sourd de naissance est entouré de parents qui utilisent le langage des signes, il va maîtriser ce langage avec la même rapidité qu'un enfant entendant la parole.

Comme les enfants entendants, qui commencent la production de la parole par la production de syllabes (le babillage), les enfants sourds produisent un babillage manuel qui présente une organisation de type syllabique.

Des enfants entendants dont les parents sourds utilisent la langue des signes développent parallèlement un babillage verbal et par signe, comme tout jeune bilingue exposé dès sa naissance à deux langues parlées.








LIVRES...

http://l.s.e.free.fr/romans.htm


UN MAGNIFIQUE TÉMOIGNAGE

Emmanuelle Laborit est une actrice française, directrice de l'International visual théâtre. Née sourde le 18 octobre 1971, Emmanuelle Laborit est la petite-fille du scientifique Henri Laborit (1914-1995). Elle n'a connu la langue des signes qu'à l'âge de 7 ans. Son livre autobiographique "Le cri de la mouette" retrace ses souvenirs d'enfance, son adolescence difficile et le début de son parcours d'adulte autonome. Elle a reçu le Molière de la révélation théâtrale en 1993, pour son rôle dans "Les enfants du silence". Elle est la première comédienne sourde à avoir reçu, en France, une telle récompense. Elle devient aussi l'ambassadrice de la langue des signes en France. Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.




LE CRI DE LA MOUETTE

Auteur : Emmanuelle LABORIT
Editeur : Robert Laffont
Collection : Vecu
Type : Biographie
Genre : Témoignage
ISBN : 2221076737
Année de parution : 1994
Nombre de pages : 216


Résumé :

"J'ai poussé des cris, beaucoup de cris. Parce que je voulais m'entendre et que les sons ne me revenaient pas.
Mes appels ne voulaient rien dire pour mes parents. C'étaient, disaient-ils, des cris d'oiseaux de mer. Alors, ils m'ont surnommée la mouette.

Et la mouette criait au-dessus d'un océan de bruits qu'elle n'entendait pas, avec la sensation d'être enfermée derrière une énorme porte, qu'elle ne pouvait pas ouvrir pour se faire comprendre des autres."
Lorsque Emmanuelle Laborit a sept ans, elle découvre la langue des signes. Le monde s'ouvre enfin. Elle devient une petite fille rieuse et "bavarde".

A l'adolescence, pourtant, tout bascule. Aux désarrois de son âge s'ajoute la révolte de voir nier l'identité des sourds. Emmanuelle ne peut plus concilier l'univers des entendants et le sien. Elle se referme, dérive, se perd dans des expériences chaotiques. Mais, lucide et volontaire, elle réagit et choisit de se battre : elle réussit à passer son bac, lutte pour faire reconnaître les droits des trois millions de sourds français, puis s'impose magistralement au théâtre dans "Les Enfants du silence".

Le cri de la mouette est le témoignage d'une jeune fille qui, à ving-deux ans, a déjà connu la solitude absolue, le doute et le désespoir, mais aussi le bonheur, la solidarité et la gloire.
http://www.surdite.net


Extrait

J'ai décidé de ne plus rien faire en classe. J'en ai marre de leurs cours, marre de lire sur des lèvres, marre de m'escrimer à faire sortir des grincements de ma voix, marre de l'histoire, de la géo, même du français, marre des professeurs découragés qui n'en finissent pas de m'engueuler, marre de moi au milieu des autres. La réalité me dégoûte un peu. Alors je décide de ne plus la regarder en face. Je fais ma révolution.

Passer ma vie à l'école, c'est ridicule. Les heures les plus importantes de ma vie se perdent en prison. J'ai l'impression qu'on ne m'aime pas, que je n'arrive pas à suivre. Et que tout ça ne sert à rien.

L'avenir est quelque chose de mystérieux. Je ne sais pas ce que c'est. Je ne veux pas savoir. Je e dis : "On va mettre ça de côté, en attendant."

Et en attendant, je rêve de voyages, de randonnées illimitées, de voir du pays, d'autres cultures, d'autres gens. Je rêve de vie. Je n'écoute pas. Même les erreurs, j'ai envie de les connaître. On a beau me dire : "Attention à ci, attention à ça… tu vas faire des erreurs."

A treize ans, je suis contre le système, contre la manière dont les entendants gèrent notre société de sourds. J'ai le sentiment d'être manipulée, on veut effacer mon identité de sourde. Au lycée, c'est comme si on me disait :

"Il faut que ta surdité ne se voie pas, il faut que tu entendes avec ton appareil, que tu parles comme une entendante. La langue des signes, ce n'est pas beau. C'est une langue inférieure…"

C'est essentiellement contre cette stupidité que ma révolte gronde. Je l'ai entendue toute mon enfance ; je me suis tue, jusqu'au moment où cette sorte de colère a éclaté.

A treize ans, j'explose. Je suis contre tout. Je veux mon monde à moi, ma langue à moi, et que personne ne s'en mêle.

La surdité est le seul "handicap" qui ne se voit pas. On voit les gens en fauteuil roulant, on voit que quelqu'un est aveugle, ou mutilé, mais on ne voit pas la surdité, alors les autres rêvent de l'effacer, puisqu'elle n'est pas visible. Ils ne comprennent pas que les sourds n'aient pas envie d'entendre. Ils nous veulent semblables à eux, avec les mêmes désirs, donc les mêmes frustrations. Ils veulent combler un manque que nous n'avons pas.
Entendre, je m'en fous ! Je n'en ai pas envie, ça ne me manque pas, je ne sais même pas ce que c'est. On ne peut pas avoir envie de quelque chose qu'on ignore. (Pages 95-96)

 

Critique/Presse :

"Dans « Le cri de la mouette », Emmanuelle Laborit nous écrit un récit qui témoigne de sa lutte, en tant que sourde, pour entrer dans le monde des entendants.

C'est en pensant aux difficultés qu'elle a vécues qu'elle a eu l'idée d'écrire un livre. Elle donne aussi aux trois millions de sourds l'espoir de sortir de leur désarroi dans un monde qui n'accepte pas la différence.

.Pour moi, Ce livre est très instructif car il nous apprend à mieux réagir devant un sourd. L'auteur de ce livre nous montre aussi que les sourds ne veulent pas tous devenir entendants. Cela, beaucoup de médecins et de familles ne le comprennent pas. A travers ce livre, on apprend que les sourds ont non seulement besoin des entendants mais aussi de leurs semblables, car le monde des entendants semble trop étriqué."
Christine Frederickx.










Le cri de la mouette
(Pocket, 2003, 212 pages)

C'est le récit autobiographique des 20 premières années de sa vie, depuis sa naissance juqu'à la découverte de sa surdité par ses parents, sa révolte d'adolescente et sa scolarité jusqu'à son succès au théâtre dans "Les enfants du silence". Elle ne suit pas une chronologie rigoureuse du point de vue temporel mais plutôt du point de vue émotionnel. La surdité est pour elle une découverte tardive, tout comme la découverte de sa propre individualité, on assiste à un véritable éveil, au jaillissement impétueux du désir de communiquer.

Le personnage qui entre en irruption dans ce livre m'a beaucoup touchée, fougueuse, rebelle, convaincue et surtout intègre. Les années d'enfance derrière ce mur d'incommunicabilité sont difficiles à appréhender, ses peurs loin de celles des entendants, pourtant elle nous fait bien partager ses sentiments d'alors. La révolte de l'adolescente est écrite par une jeune femme de 22 ans qui, si elle a réglé quelques comptes avec ce mal-être propre à cet âge, ne s'en exprime pas moins avec le langage des jeunes gens. J'en ai apprécié l'enthousiasme et la rage d'exprimer mais le manque de maturité de certains passages m'a déconnectée de sa réalité, ce n'est tout simplement pas mon espace temps. Il en reste cependant une rencontre agréable avec une jeune femme au caractère bien trempé.





Moi, Armand né sourd et muet , Au nom de la science, la langue des signes sacrifiée Yves Delaporte, Armand Pelletier


Le Mot de l'éditeur : "Moi, Armand né sourd et muet"

Né dans une période sombre de l'histoire des sourds, Armand, menuisier bressan, aujourd'hui père de quatre enfants sourds et grand-père de sept petits-enfants sourds, construit une vie d'homme libre.
Ce récit s'inscrit dans un tragique destin : en 1880, charité chrétienne et science se sont liguées pour interdire aux sourds leur langue. L'ombre de ce crime s'étend sur la majeure partie du siècle suivant. Pendant cent années s'accumulent les preuves de leur infériorité linguistique. Infériorité anthropologiquement fausse. Les signes qu'ils continuent, envers et contre tout, à se transmettre sont décrits comme pauvres, ambigus, incapables d'abstraction. Ce qui linguistiquement est absurde. La pensée scientifique devient paranoïaque. Au nom de la science, un terrifiant obscurantisme a nié leur humanité et a prétendu résoudre la question par la chirurgie. " Que fait donc la science aux hommes ? " s'est exclamé un sourd-muet : c'est à une réflexion critique sur la raison scientifique qu'est aussi convié le lecteur. 








Belle du silence



Brenda Costa
Témoignage

Résumé : Sourde et muette de naissance et… top model international

Elle n'entend rien mais comprend tout, lisant « couramment » sur les lèvres en portugais (sa langue natale), en anglais et, dans une moindre mesure, en diverses autres langues. N'ayant aucun repère auditif, elle ne s'exprime qu'en sons étranges et rares bribes de phrases… Et malgré cela, la voici, à vingt-deux ans, top model international ! Il est vrai qu'elle est magnifique, mais cela ne suffit pas dans le monde exigeant de la mode. Alors ? Un miracle ? Non : le fruit du courage et de l'obstination.
Il y a d'abord les parents, qui travaillent deux fois plus pour lui offrir les soins d'un orthophoniste réputé, refusant d'enfermer leur fille dans un ghetto pour malentendants. Brenda n'apprendra pas le langage des signes mais celui des bouches qui lui parlent. Elle fréquentera des écoles « classiques », affrontant la cruauté des enfants qui finissent pourtant par l'aimer et la suivre, tant son aptitude au bonheur et sa détermination à faire oublier son handicap se révèlent contagieuses… Plus tard, jeune femme, elle s'appliquera à vivre « comme les autres ». Elle aimera et sera aimée, et réalisera son rêve de petite Brésilienne dorée au soleil de Rio – devenir mannequin – au-delà de toute espérance.
Belle du silence : un combat presque jovial, une relation mère-fille sans égal qui est pour beaucoup dans cette réussite, et une leçon d'espoir.

18 €








Quand les sourds nous font signes de Marguerite BLAIS

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur
Par ces portraits de personnes sourdes, Marguerite Blais nous introduit dans une culture mal connue de notre société malgré le fait qu'elle y joue une part active. Elle bouscule les concepts inculqués concernant la normalité et provoque une réflexion sur les différences dans notre société. "Quand les sourds nous font signe" est une chance unique de créer un rapprochement entre les sourds et les entendants.
Broché 15 x 23 - 200 pages

Biographie de l'auteur
Passionnée par la communication, Marguerite Blais a fait carrière tant à la radio qu'à la télévision comme artiste et animatrice. Dévouée, elle n'hésite pas à s'engager socialement, animant de nombreux Téléthons et en acceptant d'être porte-parole de plusieurs causes. Depuis 1996, elle dirige la Fondation du Maire de Montréal pour la jeunesse. Elle est membre du Conseil d'Administration de la Fondation des Sourds du Québec. Elle est aussi membre du Centre Québécois de la Déficience Auditive, auquel elle remettra ses droits d'auteur sur les ventes du présent ouvrage. Détentrice d'une maîtrise en communication, elle rédige présentement sa thèse doctorale.












La belle de fontenay de Jean Bernard POUY

Gallimard, Série Noire, 1992, 236 p.

Pour les ignorants, dont je fais partie, La Belle de Fontenay, c'est une variété de patates, que l'on connaît aussi sous le nom de Hénaut. Verte, délicieuse, très ferme à la vapeur, se récolte à partir de juin. Mais cependant très fragile, nécessite du boulot. Voyez, l'ignorance est déjà chose du passé.

La raison de cette introduction potagère, c'est la passion de Enric Jovillard, le narrateur de ce livre. Enric a la soixantaine, célibataire, pas d'enfants, et jardinier compréhensif, sensible et attentionné. Fils de révolutionnaires espagnols, il a été naturalisé français durant sa jeunesse et a retenu de ses parents en prônant l'anarchie. Pas l'anarchie des punks bidon, la vraie anarchie, l'anarchie pour La Cause, celle qui était prête à tuer, en 68. Jovillard a mangé sa part de coups sur la gueule, a toujours servi la contrepartie à ces coups, a fait de la prison, a appris à se battre, à manier les armes. Et une balle qui lui effleura la tête l'a laissé sourd-muet, maintenant étranger au monde des « zorros » (oraux) et de la musique. Il n'a jamais appris le langage des signes et ne communique, uniquement lorsque c'est nécessaire, que par petits papiers, des mots griffonnés dans un carnet, sur un papier qui traînait là, ou encore sur la nappe du restaurant, qui finit inévitablement noircie de pattes de mouche. Et Enric ne supporte pas les fautes d'orthographe.

Ainsi, lorsqu'un après-midi, alors qu'il a les mains plantées dans la terre, la police débarque au jardin, sans tenir compte des radis qu'elle écrase et des salades qu'elle botte, immobilise brutalement Enric et va renverser un gros bidon d'eau dans lequel on retrouve le corps d'une jeune fille de dix-sept ans, pas de doute que Jovillard est le premier suspect. Cette fille, il la connaît très bien. Laura, qui venait passer des après-midi au jardin, à prendre du soleil, avant de partir en déposant un baiser sur son front. Laura, avec qui il échangeait des livres pour ensuite en discuter. Une relation simple et saine où aucun ne demandait plus que ce qui lui était donné.

Enric est emmené au poste brutalement, le sort qu'on réserve aux pépés mateurs de belles jeunesses. L'interrogatoire qui s'ensuit est un morceau d'anthologie. Jovillard est cinglant, baveux, uniquement par écrit. Et sans fautes. Les policiers, habitués à leurs man--uvres d'intimidation verbale, sont déstabilisés. Et ça donne le ton au reste du roman. Jovillard va mener son enquête muette dans l'entourage de Laura et par le fait même brasser le fond de l'étang pour faire remonter la merde à la surface. Et il va encore manger sa ration de coups, tant de la part des polices que de mystérieux agresseurs masqués. Les pauvres, ils pensaient s'attaquer à un vieux sourdingue. Fallait pas le fâcher.

Enquête non conventionnelle menée par un personnage des plus attachants, La Belle de Fontenay est mon premmier roman de Pouy, un incontournable de roman noir français. Y'a pas à dire, ça vaut la peine de s'y mettre.

(Originalement publié le 27 février 2008)







le silence de la mule

Mais quel est donc ce secret que Jeanne alias la Mule garde dans son silence ? Sait elle ou se trouve l'or des Rolandier ? C'est ce mystère qu'Antoine Rolandier essaiera de découvrir en "humanisant" la sauvageonne. Une pauvre fille sourde et muette, violentée, humiliée, abusée. Rendue à l'état d'animal à cause de ces maltraitances. Elle a été l'unique survivante de l'incendie du Moulin du Gué et par l'affection qu'elle liait à Paul le grand père, elle était au courant des secrets de famille.
Antoine qui veut reconstruire le moulin va oeuvrer de patience, percer les mystères et la carapace défensive de Jeanne. Avec la complicité de Blaise - le fils de Jeanne -, il va lui apprendre à lire et écrire... Mais cela sera t'il suffisant pour découvrir ou se cache l'or des Rolandier utile à la reconstruction du moulin familial ?

Gilbert Bordes a écrit un roman fort et bouleversant. D'une lecture aisée, facile on entre facilement dans son roman dès les premières pages et on ne lache plus Jeanne, Blaise et Antoine. On souffre avec Jeanne, on se met facilement à la place d'Antoine qui essaie de trouver des solutions pour aider cette pauvre femme. Un roman au suspens implacable jusqu'au bout, jusqu'à la dernière ligne !










ÉCOUTE MES LÈVRES
JANA NOVOTNY HUNTER

Résumé de la quatrième
Depuis toujours, l'institut des jeunes sourds de Californie est régi par une règle tacite : les signeurs et les oralistes ne se mélangent pas. Certains ont choisi d'utiliser la langue des signes pour communiquer, alors que les autres parlent et lisent sur les lèvres... Mis à dix-sept ans, Cathy commence à s'interroger sur le bien-fondé de cette règle. Dans un an, elle quittera la cité des sourds pour entrer à l'université ; elle doit apprendre à communiquer avec les " entendants " si elle ne veut pas être exclue de leur monde. Pour cela, Cathy la signeuse est prête à devenir une oraliste, malgré la désapprobation de Bee, sa meilleure maie, et l'agressivité des autres signeurs. Mais quand elle tombe amoureuse de Joey, un oraliste, c'est la cité des sourds toute entière qu'elle doit affronter...


Contenu

Récit des questionnements de Cathy sur l'opposition féroce entre signeurs et oralistes, sur ce qu'elle va devenir en tant qu'adulte handicapée dans une société où sa place est loin d'être assurée, Ecoute mes lèvres est un roman sensible et touchant sur le monde peu connu des sourds. Révélant l'aversion que peuvent éprouver un certain nombre des sourds envers les "entendants" qui les ignorent le plus souvent quand ils ne les rejettent pas, le texte nous en apprend beaucoup sur la façon dont ces personnes vivent avec leur handicap. Le récit à la première personne permet de se mettre vraiment à la place de Cathy et au-delà de la question du langage à choisir, nous prouve que les émois et les sentiments sont les mêmes à l'adolescence, qu'on entende ou pas ! L'auteur, dont le frère et la soeur, sourds eux-même, ont choisi des modes de communication différents, réussit à nous faire ressentir avec brio les questionnements de son héroïne. Un bon roman !


Intérêt pédagogique

" Je suis sûr que tous les enfants adoreraient s'initier à ce langage aérien, secret, farceur, aussitôt effacé, eux qui ne vivent qu'au présent.", Je reprends les propos de Paulou dans Ecoute mon coeur de Janine Teisson pour inviter les collègues à utiliser cet intéressant roman en cours en proposant en parallèle un cours de langue des signes et une discussion sur le sujet afin de sensibiliser les élèves à ce handicap si courant : 500 000 personnes dans notre pays !

On pourra faire lire Ecoute mon coeur de Janine Teisson qui donne une idée des débuts de cette opposition entre oralistes et signeurs au XIXème.

Liens


Une petite bibliographie sur la surdité dans la littérature jeunesse sur le site de l'émission L'oeil et la main sur France 5










LA VIE SILENCIEUSE DE MARIANNA UCRIA
de Dacia Maraini

L'histoire de Marianna, jeune noble de Palerme, sourde-muette, destinée comme ses soeurs au mariage ou à prendre le voile. Protégée par sa grand-mère, entourée de l'amour d'une mère taciturne, aimée de son grand-père, elle est forcée d'épouser à treize ans le vieux duc Pietro, son oncle. Mère de trois enfants, elle apprend le langage des signes avec l'aide d'un précepteur français. A la lecture des nouveaux philosophes, elle s'enflamme pour les grandes idées, lutte contre l'injustice et la misère et affirme sa féminité, son identité et sa sensualité.


Critique/Presse :

Dacia Maraini retrace, en romancière d'une rare sensibilité, la vie silencieuse de Marianna Ucrìa, héroïne volontaire qui cherche à comprendre son destin et découvre l'amour après des années de solitude affective. Comme les images de vieux tableaux oubliés, elle fait surgir la vie d'une femme en quête de sa liberté dans un univers qui glisse, splendidement, irrévocablement, vers son déclin… Quatrième de couverture de l'édition Robert Laffont de septembre 1999

Avec ce roman (dont je n'ai lu que l'édition italienne de Rizzoli), Dacia Maraini, déjà reconnue et célébrée dans l'Italie tout entière pour la singularité de son œuvre, a incontestablement trouvé sa place parmi les plus grands noms de la littérature italienne contemporaine, dans la noble lignée de Verga, d'Elsa Morante ou de Tomasi de Lampedusa... Angèle Paoli

Petite remarque perso : Mariana porte un lourd secret dans son silence. Trop lourd pour que son esprit s'en souvienne même si son corps, dans sa mémoire de chair, n'a rien oublié. Jeune fille de la noblesse sicilienne, elle va prendre époux selon le voeu de sa famille et avoir des enfants, conformément à ce que l'on attend d'elle. Pourtant, son mutisme et sa surdité l'obligent à écrire et l'incitent à fréquenter assidûment la bibliothèque de monsieur l'oncle-mari dans laquelle elle va faire entrer les grands penseurs de ce siècle. Lentement, elle va prendre conscience de sa condition, de sa caste et de toutes les rigidités sociales qui la contraignent, jusque dans ses sentiments les plus intimes. Il lui faudra toute une vie pour apprendre à aimer et pour gagner une liberté qu'elle n'aurait jamais pu envisager. Désormais, le silence n'est plus un enfermement, mais une ouverture sur le monde.

Dacia Maraini rend superbement l'ambiance de cette période de transition où les idées nouvelles se frayent un chemin parmi les esprits les plus éclairés. Les portraits sombres d'ancêtres, dans la profondeur des maisons, tentent de conserver l'ordre établi, mais la couleur surgit, comme elle surgissait déjà lorsque Marianna, enfant, l'apprivoisait sur ses toiles naïves...







Autobiographies

Brouhaha - Georges Knaebel , Analyse d'une surdité

Editions Recherches. 240 pages

Ce livre est le bilan des effets d'une surdité de perception tardivement diagnostiquée. L'auteur mêle à la relation de ses expériences souvent traumatisantes l'analyse minutieuse des situations affrontées et des solutions qu'il met alors en ¦uvre. Dans sa lutte quotidienne et épuisante pour « entendre-comprendre » les autres et « combler les blancs » de leurs mots, il tisse son propre système de perception. Par-delà la solitude et l'angoisse, il réinvente sa participation au monde, il s'y fond, non sans jouissance. Il y crée.

Georges Knaebel est né en 1949. Enfance en Lorraine. Études de sociologie, doctorat en urbanisme. Voyages en Afrique et en Amérique latine. Trilingue, féru de traduction. Séjours de recherche à l'université fédérale de Bahia, au Brésil. Enseignant à l'Institut d'urbanisme de Paris (université Paris XII ­ Val-de-Marne).

En vente à la boutique SOURDCOM


Fleurs du silence - Catherine Maury

Editions ARDDS. 150 pages. 2001.

Avec Fleurs du silence, Catherine Maury nous donne une nouvelle version de son récit autobiographique, un témoignage rarissime sur la surdité acquise à l'âge de 28 ans, la façon de la surmonter et de retrouver la joie de vivre.

En vente à la boutique SOURDCOM


Je suis né deux fois - Joël Chalude

Editions AUTRES TEMPS. 176 pages. 2002

L'acteur a son double mais l'homme, lui, reste simple, même s'il est multiple. Chalude luit et chaloupe au centre de ces différentes vies, il se balade au coeur de toutes les émotions sans le savoir toujours, en devinant avec instinct et précision les événements qui l'entourent et le détournent pour revenir sans cesse vers le besoin de comprendre ce qui se passe chez eux, ceux-là même qui restent derrière son dos, sachant très bien ce qu'ils font.

En vente à la boutique SOURDCOM


Le cri de la mouette - Emmanuelle Laborit

Editions Robert Laffont, Collection Vécu. 217 pages. 1994.

Emmanuelle raconte son parcours dans sa jeunesse: sa découverte de la langue des signes, ses périodes difficiles, son combat pour la reconnaissance de la langue de signe et des droits des sourds. Son rôle de Sarah dans "Les enfants du silence" est recompensé par un Molière.

En vente à la boutique SOURDCOM


Mon Royaume est silence - Marie Landon

Editions Pierre Tequi. 160 pages. 1991.

Témoignage écrit de Marie Landon, éducatrice spécialisée devenue sourde à l'âge de sept ans.


Voyage dans le monde des sourds - Joëlle Lelu-Laniepce

Editions Favre. 163 pages. 1985.

Fille entendante de parents sourds, Joëlle Lelu-Laniepce a appris depuis son plus jeune âge la LS.F. Pour répondre aux éternelles interrogations sur les sourds, elle nous invite à faire avec elle un voyage dans le monde des sourds, celui de son enfance.

Bandes dessinées

Léo, l'enfant sourd - Yves Lapalu

Editions ARDDS. 62 pages. 1998.

Une bande dessinée dont le héros est un enfant sourd, par un professionnel des arts graphiques, lui-même né-sourd. Un dessin d'allure classique et des couleurs soignées au service d'une ironique tendresse.

En vente à la boutique SOURDCOM


Enquête à quatre mains - DomaS

Editions Le Verseau. 1998.

Cette bande dessinée est en langue des signes. Les héros de cette B.D sont, Ambre, une jolie fille sourde et Arno, pêcheur marseillais qui veut aider Ambre et qui n'hésite pas apprendre la langue des signes. Durant l'histoire d'une enquête, Arno fait des progrès en LSF.

En vente à la boutique SOURDCOM


Sourd, cent blagues Tome 2 - Texte de Marc Renard
Dessins d'Yves Lapalu

Editions ARRDS. 65 pages. 2000.

Des bandes dessinées..toutes sourdement mise en boîte par des auteurs orfèvres en la matière : ils sont eux-mêmes sourds ! Il ne s'agit pas de se moquer des sourds, mais de rire avec eux et, ainsi, de mieux les connaître à travers ces anecdotes, drolatiques dont la plupart sont aussi incroyables que vraies.

En vente à la boutique SOURDCOM


Les sourdoués - Dessins de Sandrine Allier

Editions ARRDS. 65 pages. 2000.

"Sourd, cent blagues", le petit traité pour rire non pas des sourds avec eux, est épuisé... Sandrine en a traduit les textes en images.

En vente à la boutique SOURDCOM

Biographies

L'abbé de l'Epée - Maryse Bézagu-Deluy

Editions Seghers. 349 pages. 1990.

Histoire de l'abbé de l'Epée, prêtre janséniste durant le XVIIIème siècle. Fondateur de la première école gratuite pour les sourds, en appliquant une conception de la langue des signes.


Bien des choses de ma part - Frédérique GRANIER

Editions CHRISTIAN. 195 pages. 2002.

Une émouvante correspondance à une voix d'un jeune homme prisonnier, lui donne envie de lui répondre et elle imagine un joli dialogue de "voix entrecroisées", liées à jamais par les liens du sang, et dont les racines s'enfouissent dans la région de Clermont- l'Hérault.
C'est le récit d'une enfant mal aimée, si sensible et attachante par sa surdité, dont la générosité et le courage lui permettront de traverser ses épreuves sans faiblir, avant de devenir à son tour gardienne de la mémoire de sa famille.
Née en 1948, Frédérique Granier a suivi une formation d'enseignante auprès d'enfants sourds.

En vente à la boutique SOURDCOM

Communication

Le corps et la métaphore dans les langues gestuelles - Danielle Bouvet

Editions L'Harmattan. 137 pages. 1997.

Danielle Bouvet, docteur en linguistique, analyse le mode de production de plus d'une centaine de signes de la LSF et remarque que les métaphores indexées sur le corps ont une place importante dans l'élaboration des signes abstraits.


La lecture labiale - Jeanne Garric

Editions ARRDS. 224 pages. 1984.

Par une professionnelle de la surdité et spécialiste reconnue de la lecture labiale, ce traité réunit une pédagogie inédite et une réédition révisée et complété de la technique analytique de lecture sur les lèvres. Une infographie soignée et en couleur facilite l'apprentissage.

En vente à la boutique SOURDCOM

Dictionnaires

Fruits-Légumes - Monica Companys

Editions Monica Companys. 112 pages.

Un dictionnaire Français-LSF sur le thème de la nourriture, avec les dessins de Yves Lapalu.

En vente à la boutique SOURDCOM


Couleurs - Monica Companys

Editions Monica Companys. 36 pages.

Un dictionnaire Français-LSF sur le thème des couleurs.


Dictionnaire La langue des signes française - IVT

Ellipses, Edition Marketing. 3 tomes. 1988.

Complet, avec historique et grammaire (1er tome), des signes en image avec leur signification.

En vente à la boutique SOURDCOM


Dictionnaire 1200 Signes - Monica Companys

Editions Monica Companys. 128 pages. 1998.

1200 signes, conçu pour trouver rapidement la traduction en signes d'un mot français.

En vente à la boutique SOURDCOM


Dictionnaire technique de poche Langue des signes française -J-F Labes

Editions Publications. 187 pages.

Dictionnaire facile à transporter et où on peut trouver 500 signes les plus utilisées avec des explications sur la conception de chacun d'eux.


Fais moi un signe - Monica Companys

Editions Monica Companys. 32 pages. 1998.

Un mini-livre de poche pour découvrir les sourds et les signes -format : 10x10cm. 32 concepts en LS

En vente à la boutique SOURDCOM


Un animal...des animaux - Monica Companys

Editions Monica Companys. 140 pages. 1999.

Un dictionnaire pour enfants sur le thème des animaux. 160 signes d'animaux et 100 concepts scientifiques en LSF.

Education

Développement et éducation des enfants sourds - Tadeusz Galowski

Editions le Fil rouge. 202 pages. 1994.

Ouvrage écrit par un professeur de psychologie qui s'intéresse aux problèmes psychologiques et éducatifs posés aux parents, aux enseignants et spécialistes travaillant avec les enfants sourds. Les expériences de l'auteur sont comparées aux données décrites dans diverses publications.

Essais

Des yeux pour entendre - Oliver Sacks

Editions Seuil. 234 pages. 1990

Histoire des Sourds dans le monde, Oliver Sacks, professeur de neurologie américain célébre pour plusieurs ouvrages, essaie de nous montrer que la surdité peut nous apprendre à tous, sourds et entendants, sur notre condition d'êtres parlants. Il nous montre que les sourds ont une autre façon de pratiquer le langage, "une autre manière d'être humain".


Mal entendre au quotidien - Marie-Lise Bargues

Editions Odile Jacob. 185 pages. 1992

Marie-Lise Bargues est médecin et journaliste médical. Elle participe depuis de nombreuses années aux mouvements associatives de personnes sourdes et malentendantes. L'auteur expose avec précision, clarté et simplicité les différents types de handicap et toutes les modalités de prise en charge. C'est avec chaleur qu'elle décrit la vie des malentendants.


Planète des sourds - Monica Companys

Editions Monica Companys. 80 pages.

Un livre pour connaître le monde des sourds. Pourquoi parlent-ils comme ça? Que peuvent-ils faire? Comment faut-il leur parler? ....Chaque page porte sur un thème et on y découvre 4 nouveaux signes. Chacun des signes est expliqué. Des exercices en LSF sont proposés.

En vente à la boutique SOURDCOM


Quand les mains prennent la parole - André Meynard

Editions ERES. 207 pages. 1995

André Meynard, psychanalyste, s'interroge sur la surdité, en particulier sur lea "gestuelle langagière" interdite depuis un siècle et qu'on découvre petit à petit.

En vente à la boutique SOURDCOM


Ecrits sur la langue des signes française - Paul Jouison

Editions L' Harmattan. 250 pages. 1995

Paul Jouison (1948-1991), éducateur spécialisé d'enfants sourds, s'est intéressé de près à la langue des signes découverte dans les années 70. Convaincu par l'idée de WC Stokoe selon laquelle les langues des sourds possèdent, comme les langues orales, plusieurs niveaux d'articulation. Jouison s'est appliqué à appréhender et à décrire dans sa totalité la langue des signes (LSF). C'est un des premiers à avoir travaillé sur des vidéos de discours en LSF. L'analyse, image par image de ces vidéos, lui a montré que la LSF n'implique pas seulement les mains mais aussi le corps. Ce livre est le résultat de ses travaux sur la LSF rassemblés après sa mort en 1991 des suites de leucémie.

En vente à la boutique SOURDCOM


"Mes enfants sourds" Langue française et intégration, le pari du langage parlé complété - Annie Boroy

Editions L' Harmattan.

Militante du LPC, Annie Boroy retrace avec humour dans un style très vivant son parcours de mère de deux enfants sourds à la personnalité très différente, et nous fait vivre ses angoisses, ses interrogations et surtout son combat incessant pour une meilleure réussite scolaire et sociale de ses enfants. Elle nous dit devoir beaucoup au LPC, ni l'isolement auquel conduit la langue des signes. Bref au travers de sa profession de foi en faveur de l'intégration scolaire, Annie Boroy nous fait partager une expérience dans laquelle beaucoup de parents peuvent se reconnaître.

En vente à la boutique SOURDCOM

Histoire

Dans les silences et la fueur de l'Histoire - Maryse Bézagu-Deluy

Editions Lespée. 63 pages. 1993

Au cours du XVIIè siècle, la situation des sourds et muets évolue. Pourtant, innombrables sont encore les sourds qui vivent alors dans les conditions misérables, considérées comme des "imbéciles" ou des "fous".

Diffusion : Mouvement Des Sourds de France, 40 avenue Gabriel Péri, 93400 SAINT-OUEN.


Le langage des sourds - Christian Cuxac

Editions Payot. 206 pages. 1983

Ouvrage consacré à l'histoire de l'Education des Sourds. Christian Cuxac nous aide à comprendre comment et pourquoi la langue des signes est interdite dans les institutions spécialisées. Il nous invite à réflechir à la mise en place d'une nouvelle politique et à ses moyens.

Quand l'Esprit entend - Harlan Lane

Editions Odile Jacob. 505 pages. 1991

Ouvrage qui relate l'Histoire des Sourds en Europe et en Amérique depuis l'abbé de l'Epée jusqu'au congrès de Milan. L'Histoire d'un combat pour la reconnaissance des droits, de la langue des signes pour les Sourds.

Psychologie

Psychologie de la surdité - Benoit Virole

Editions DeBoeck Université. 1996</



13/12/2008
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres