Alain YVER

Alain YVER

LAURENT CHÉHÈRE

LAURENT CHÉHÈRE

Laurent-CHEHERE-1.jpg



http://www.laurentchehere.com/laurentchehere.com/www.laurentchehere.com.html

https://www.facebook.com/pages/LAURENT-CHEHERE-PHOTOGRAPHY/227415527312252

portfolio
http://www.laurentchehere.com/laurentchehere.com/PORTFOLIO.html




8e60ae193da6937f65fb066c3aded620.jpg


Le photographe Laurent Chéhère a fait un travail de manipulation photographique d’une précision et d’un réalisme exceptionnel. Dans cette série, il met en scène une série de maison et bâtiments plus ou moins vétustes, planants dans les airs. La lumière est douce, l’atmosphère presque poétique et on ne s’en lasse pas.

http://www.spanky-few.com/2012/06/01/laurent-chehere/





Les photographies de Laurent Chéhère !


Découverte du jour, Laurent Chéhère photographe parisien qui ne l’a pas toujours été ! En effet, il a travaillé pendant 14 ans dans des grandes agences de publicité et il a même été primé à de nombreuses reprises ! Aujourd’hui, il se concentre donc sur l’image même si on sent bien que son esprit créatif habite toujours ses clichés…


http://houhouhaha.fr/laurent-chehere



 


Laurent Chéhère

Laurent Chéhère est un photographe français. Après avoir travailler dans la publicité pendant plusieurs années il s'accorde du temps pour voyager à travers le monde. C'est à ce moment là qu'il décide de changer de voie et prend goût à la photographie.
Voici une série particulièrement attachante : Flying Houses, des maisons volantes sorties de leur contexte urbain. Une véritable invitation au voyage, sensible et poétique.


Rédigé par Lou






Flying Houses – Laurent Chéhère

Du 25 octobre au 8 décembre 2012


Laurent Chéhère. En mixant photographie traditionnelle et manipulation numérique, sa série surréaliste Flying Houses élève l’architecture à un niveau jamais vu. L’artiste isole des bâtiments de leur contexte urbain et les libère de leur environnement étouffant. Les maisons volent ainsi dans les nuages, tels des cerfs-volants.
Inspiré par une vision poétique du vieux Paris et par le célèbre court-métrage Le Ballon rouge d’Albert Lamorisse, Laurent Chéhère a parcouru les quartiers de Belleville et de Ménilmontant en posant son regard sur leurs maisons typiques et « fatiguées ». Les images de l’artiste saisissent une lévitation inattendue : maintenues au sol par des mains invisibles, comme autant de ballons retenus par des fils, ces anciennes bâtisses flottent dans le ciel, glissant sur la surface, elles nous dévoilent leur beauté cachée. Certaines maisons volantes sont ornées de linge qui sèche ou de pots de fleurs, d’autres emportent enseignes et commerces fuyant les flammes d’un incendie… Toutes semblent retrouver une seconde vie. Déracinées de leur ville natale, elles partent vers de nouveaux cieux. Vraie invitation au voyage et métaphore de la fugacité du monde, la série Flying Houses de Laurent Chéhère nous plonge dans un univers onirique et mouvant plein de gaîté et d’humour.
Laurent Chéhère (Paris, 1972) est un ancien publicitaire plusieurs fois primé et un voyageur infatigable. De Shanghai à Valparaiso, de la Paz à Bamako ou de Lhassa à Bogota, il nourrit son imaginaire et nous livre son regard sur le monde. Il aime explorer les villes, les banlieues, les pays comme il aime explorer tous les champs de la photographie, du reportage à l'image conceptuelle.
Laurent Chéhère a exposé la série Flying Houses à Dock-en-Seine Cité de la Mode et du Design en juin 2012, où il a remporté le Prix Spécial. La série est présentée en Chine au Festival International de photographie de Pingyao 2012.


http://www.picto.fr/2012/flying-houses-laurent-chehere/





Flying Houses de Laurent Chehere
By Damien 14 juin 2012

Laurent Chehere est un grand voyageur. Passionné par la photographie depuis toujours, ses nombreux voyages nourrissent son imaginaire et nous livrent un regard différent sur le monde.

De son intérêt pour l’architecture et les idées décalées lui est venue cette série Flying Houses. Dans ces maisons qui volent, on peut voir selon lui une métaphore du voyage et une vision poétique de ces maisons qui sont fatiguées, sortant de l’anonymat de leur rue pour nous montrer leur beauté caché.

C’est vrai qu’en imaginant ces maisons collées les unes aux autres, on a du mal à voir l’intérêt photographique. Mais avec cette mise en valeur en apesanteur, ces bâtisses retrouvent une seconde vie, déracinées de leur ville natale et partant vers de nouveaux cieux.

Nous avons demandé à Laurent si cette déraie était inspirée du film Là Haut de Walt Disney, mais il semblerait que non. Son influence vient du film qui l’a sans doute inspiré, c’est le « Ballon rouge » d’Albert Lamorisse en 1956 et « le Chateau Ambulant » de Myazaki en 2004.

Pour la technique, Laurent Chehere a d’abord shooté tous les éléments dont il avait besoin sous la même lumière : façades, fenêtres, cheminées, graffitis, etc et ensuite il les a assemblé. Laurent utilise un Canon 5D Mark II pour ses photos.

Si vous souhaitez découvrir son travail, sachez qu’il est exposé avec d’autres photographes à la Biennale des Créateurs d’Images à Dock-en-Seine jusqu’au au 30 juin et une exposition personnelle est prévue pour la fin de l’année à Paris.
http://phototrend.fr/2012/06/flying-houses-de-laurent-chehere/


 

 

Les maisons volantes de Laurent Chéhère


le 27 octobre 2012
par Froggista
Flying Houses. (Crédit: Laurent Chéhère / Galerie Paris-Beijing)


♪ ♫ Our house in the middle of… the sky! ♪ ♫ aurait pu chanter Madness, en découvrant la série « Flying Houses » de Laurent Chéhère. J’ai eu un gros coup de coeur en découvrant les clichés de ce photographe parisien de 40 ans sur le site du Time. Bien sûr, j’ai tout de suite pensé à Là-Haut, le film d’animation de Pixar (vous aussi, non?). Difficile en effet de ne pas mettre en relation la maison ambulante de Carl Fredricksen (le héros du dessin animé) et ces demeures flottant au milieu des nuages, avec pour seule attache des câbles électriques. Ces habitations créées à partir de photos de bâtiments abandonnés affichent une nostalgie pleine de poésie. On aurait presque envie de monter dedans
Où avez-vous déniché ces maisons?
Paris, sa banlieue et dans ma tête. Toutes ces maisons qui volent sont le fruit de mes promenades dans les quartiers populaires de la capitale. J’habite Ménilmontant, où je suis né, et c’est un endroit très riche. On fait le tour du monde en deux rues. J’ai tenté de sortir ces maisons tristes de l’anonymat de la rue, pour les aider à raconter leur histoire, vraie ou fantasmée. Je me suis intéressé aux roms de banlieue attendant les CRS, aux africains dans ces immeubles insalubres prêts à s’enflammer, à un cirque gitan en bord de périphérique et un cinéma X sordide du Pigalle des années 1970, autant qu’à un gentil pavillon à papa. Cette série est aussi un clin d’oeil au film Le Ballon Rouge (tourné à Ménilmontant en 1956 par Albert Lamorisse) et à Hayao Myazaki (Le Château Ambulant).
Qu’est ce qui a été le plus difficile dans la réalisation de vos montages?
Le cirque était compliqué parce qu’il a fallu photographier des éléments séparés (chapiteau, câbles, bâches, linges…) dans la même lumière. Ca prenait logiquement plus de temps. Ce n’est pas un habitat, mais c’était plus intéressant de l’utiliser comme une grande yourte qui rassemble les gens du voyage dans leur errance, plutôt que de choisir une simple roulotte.
A quoi ressemble votre maison idéale?
J’habite dans un vieil immeuble parisien, au sixième étage, sans ascenseur. Alors ma maison idéale, je l’imagine volante… mais avec un loyer divisé par deux


http://blogs.lexpress.fr/styles/froggista/2012/10/27/les-maisons-volantes-de-laurent-chehere/


 



16/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres