Alain YVER

Alain YVER

LE BAUHAUS

LE BAUHAUS


http://fr.wikipedia.org/wiki/Bauhaus

tout sur le BAUHAUS
http://www.chez.com/archive/dossiers/bauhaus.htm
http://www.sciences-sociales.ens.fr/forma/agreg/hss2001/logement/galerie/bauhaus.html

L'Histoire du Bauhaus
http://www.arte.tv/fr/bauhaus/L-Histoire-du-Bauhaus/772012.html

Le Bauhaus et ses sites à Weimar et Dessau
http://whc.unesco.org/fr/list/729

MUSÉE DE BERLIN
http://www.berlin-en-ligne.com/artsdeco.php

schlemmer
http://www.olats.org/pionniers/pp/schlemmer/schlemmerbauhaus.php

kandinsky
http://www.cnac-gp.fr/musee/fondsphoto-kandinsky/themes.htm

ARCHITHECTURE ET OBJETS DU BAUHAUS
http://art.and.facts.site.free.fr/Site/3principalestendancesetecoles/31lanonfiguration/311lesdifferentsmouvments/31113bauhaus.html



LE FONDATEUR ( WALTER GROPIUS )



Gropius, Walter (1883-1969)

Architecte, designer, urbaniste et professeur américain d'origine allemande dont l'œuvre s'inscrivit dans une optique rationaliste et sociale, et qui fonda le Bauhaus en 1919.

L'enseignement du Bauhaus fut fondé sur les thèses de Gropius qui prônait l'alliance de l'art et de la technique. Mis en pratique dans les propres bâtiments de l'architecte, ce principe eut un grand retentissement sur l'architecture moderne.

Gropius étudia l'architecture à Munich et à Berlin. De 1907 à 1910, il collabora avec le pionnier allemand de l'architecture fonctionnelle Peter Behrens puis, en 1911, rejoignit le Deutscher Werkbund. Avec Adolph Meyer, Gropius réalisa l'usine Fagus à Alfeld an der Leine (1910-1911) et l'usine modèle de l'exposition du Werkbund à Cologne (1914); ces deux créations le rendirent célèbre à travers l'Europe. À l'issue de la Première Guerre mondiale, Gropius fonda à Weimar, en 1919, le Bauhaus, école qui résultait de la fusion de l'Académie des beaux-arts et de l'École des arts décoratifs et au sein de laquelle il imposa une nouvelle approche de l'enseignement artistique. Sensibilisés aux contraintes de la production et ayant acquis la connaissance des matériaux et des techniques, les étudiants du Bauhaus devaient être à même de révolutionner le design moderne. Lorsque l'école fut transférée à Dessau en 1925, Gropius fit participer élèves et enseignants à l'élaboration des plans du futur bâtiment. Celui-ci fut caractérisé par la simplicité de sa forme, l'absence de décoration et une importante utilisation du verre.

Gropius fut directeur du Bauhaus jusqu'en 1928. Par la suite, il se consacra à des projets d'urbanisme et réalisa la célèbre cité de Berlin Siemensstadt (1928). Opposé au régime nazi, il quitta l'Allemagne en 1934, puis, après quelques années passées en Grande-Bretagne, s'installa aux États-Unis où il enseigna l'architecture à l'université Harvard (1938-1952) et défendit les principes du Bauhaus. Après avoir travaillé avec Breuer (résidence des ouvriers de New Kensington, 1941) et Wachsmann, Gropius fonda en 1946 une agence, The Architects Collaborative (TAC), qui réalisa de nombreux projets importants, dont le Harvard University Graduate Center (1949) à Cambridge dans le Massachusetts et l'ambassade américaine à Athènes (1960). Gropius construisit également l'immeuble de la Pan Am (1963) à New York en collaboration avec l'architecte américano-italien Pietro Belluschi.

 





Le Bauhaus

école allemande d'architecture et d'arts appliqués créée par l'architecte Walter Gropius en 1919 à Weimar. Son influence sur l'architecture moderne, sur les arts industriels et graphiques ainsi que sur les décors de théâtre fut immense. Née de l'union de l'académie des beaux-arts et de l'école des arts décoratifs, le Bauhaus avait pour principes fondateurs ceux de William Morris, artiste et écrivain britannique du XIXe siècle, et du mouvement Arts and Crafts : l'art se devait de répondre aux besoins de la société et la distinction entre les beaux-arts et la production artisanale était désormais jugée caduque. L'école soutenait également que l'art et l'architecture devaient savoir s'adapter tant aux nécessités qu'à l'influence du monde industriel moderne, et que la qualité d'une création dépendait de l'harmonie entre l'esthétique et la technique. C'est pourquoi le Bauhaus proposait non seulement des classes de sculpture, de peinture et d'architecture mais aussi des cours d'arts décoratifs, de typographie, d'arts appliqués à l'industrie et au commerce ainsi que des cours consacrés à la symbolique formelle.

Le style Bauhaus, connu aussi sous le nom de style international, se caractérisait par l'absence d'ornements et de façades ostentatoires ainsi que par l'harmonie entre le fonctionnalisme et les moyens artistiques et techniques de fabrication.

En 1925, le Bauhaus fut transféré à Dessau dans un ensemble de bâtiments conçus par Walter Gropius assisté de professeurs et d'élèves de l'école. Construit en verre et en béton, l'édifice illustre un fonctionnalisme rigoureux, dans un langage architectural proche du néoplasticisme. Le style Bauhaus, alimenté par des recherches sur les thèmes urbains et sociaux, devint alors plus strictement fonctionnel et adopta une utilisation plus radicale des matériaux de base à l'état brut. Les enseignants comptèrent parmi eux de grandes figures de l'art et de l'architecture du XXe siècle : les peintres Paul Klee, Wassily Kandinsky, Lyonel Feininger, Oskar Schlemmer et László Moholy-Nagy (également photographe) ainsi que les architectes Hannes Meyer et Mies van der Rohe. Certains élèves de l'école devinrent eux-mêmes professeurs comme le peintre Joseph Albers et l'architecte Marcel Breuer.

En 1930, Mies van der Rohe fut nommé à la direction du Bauhaus, déplacé à Berlin en 1932. Lorsque les nazis fermèrent l'école en 1933, ses principes et son travail étaient connus dans le monde entier. Bon nombre de ses membres émigrèrent aux États-Unis, dont László Moholy-Nagy qui fonda à Chicago le New Bauhaus (1937-1938) plus tard rebaptisé Chicago Institute of Design. Les valeurs et les principes du Bauhaus dominèrent l'art et l'architecture des États-Unis pendant des décennies et contribuèrent en grande partie à l'avènement du style international.












Le Bauhaus  Editions Place des Victoires

Auteur : Jeanine Fieder
Editeur : Place des Victoires
Date parution : le 07/12/2006 - ISBN : 2844591078
Nombre de pages : 639
Dimensions (Larg. Haut. Epais.) : 298 x 257 millimètres
Poids : 3.3 Kg
Format : Relié
Langue : Français



Résumé :

Près de quatre-vingt dix ans après sa fondation en 1919 et malgré une brève histoire de quatorze ans interrompue par les nazis, le Bauhaus fascine toujours par sa vitalité. Foyer du renouveau radical de la vie quotidienne, le Bauhaus devint sous la République de Weimar le catalyseur d'attitudes entièrement neuves à l'égard de l'existence. Gropius, Mies van der Rohe, Klee ou encore Kandinsky et Moholy-Nagy, pour ne citer que les plus connus, ont mené une expérience visant à rassembler des positions artistiques contraires à l'esprit académique et à les intégrer dans une approche pédagogique non conventionnelle. Origines et influences, vie quotidienne à l'école, œuvres et personnalités, formations et ateliers, théories. Cet ouvrage exhaustif présente toutes les facettes d'un mouvement à la fois éclectique et parfaitement cohérent. Puisant aux sources les plus variées et riche d'une iconographie en partie inédite, Bauhaus est le fruit de la collaboration de plus d'une trentaine de spécialistes.












Le bauhaus, un courant d'influence allemande sur le design et la pensée

Au détour d'une... Lecture par Hisaux AKA Xia, à 14:05 - Ajouter un commentaire

Une lecture vraiment intéressante, j'avoue que je ne connaissais pas du tout le Bauhaus avant la lecture de cet ouvrage. J'ai survolé plus que rapidement les idées via le livre l'architecture moderne, du coup, cela m'a donné envie d'en savoir plus. Pour être simple, le Bauhaus est un Institut d'arts et de métiers fondé en 1919 à Weimar (Allemagne) par Walter Gropius. Il est devenu par extension (et suite à des restructurations) un courant artistique concernant, notamment, l'architecture et le design, mais aussi la photographie et la danse.

Le Bauhaus est une "école d'art et de design" qui ne se voulait pas être une école mais plutôt un centre d'échange de connaissances. Il y avait des maîtres et des apprentis. Chaque création devait être travaillée pour être vendable. Un courant de pensée qui vogue entre libéralisme et communisme. C'est ce qui a entre autre fait peur aux nazis qui en feront fermer les portes en 1933.

Pour finir sur ce petit descriptif, sachez que le Bauhaus a eu une influence déterminante sur tout le monde artistique et les objets qui nous entourent. De grands noms de l'art, de l'architecture, de la peinture ou du design d'avant-garde y sont passés comme "professeurs" Paul Klee, Wassily Kandinsky, Ludwig Mies Van der Rohe, Johannes Itten ou Walter Gropius. La plupart des bâtiments qui nous entourent, le graphisme de nos journaux, le dessin de nos appareils électriques et de nos meubles sont pour une large part tributaires du travail effectué par le Bauhaus. Ma note : 8/10 pour la découverte et la qualité de ce livre.



Auteur : Frank Whitford
Editeur : Thames & Hudson
Date de parution : septembre 2006
Collection : Univers De L'art, numéro 1
Nombre de pages : 216 pages
Format : 15 cm x 21 cm
Illustration : Illustrations couleur
















Moholy-Nagy et le Bauhaus

Cet exposé a été écrit dans le cadre d'un cours d'histoire de la photographie de Mme Françoise Denoyelle (maître de conférence à l'E.N.S. Louis Lumière).

Bauhaus de Dessau © J.C. Tardivon 1998



Résumé

Laszlo Moholy-Nagy (1895-1947), d'origine hongroise, est sans doute un des plus grand photographe de ce siècle. Il est célèbre pour ses expérimentations du medium.

D'abord peintre, Moholy-Nagy , influencé par le constructivisme, choisit la photographie pour son intrinsèque modernité. Il est déjà connu quand Walter Gropius le nomme professeur à l'atelier "métal" du Bauhaus à Weimar en 1923. Le Bauhaus tente alors de concilier l'art et l'industrie.

C'est surtout à Dessau que l'engagement de Moholy-Nagy pour la photographie aura son retentissement le plus important. Il encourage ses élèves à expérimenter la photographie sous toutes ses formes (par exemple les photogrammes, la "photoplastik", la "typophoto"...), il écrit plusieurs textes très importants (dont Peinture, photographie, film en 1925).

Mais la situation se dégrade en Allemagne. En 1928, Moholy-Nagy et Walter Gropius choisissent de quitter le Bauhaus. L'arrivée des nazis au pouvoir, dans les municipalités puis au Reichstag, bride fortement les élans rénovateurs du Bauhaus. Finalement, le Bauhaus ferme en 1933.

Moholy-Nagy émigre d'abord en Angleterre puis aux Etats-Unis. Il tente de fonder un "New Bauhaus" à Chicago, en 1937, mais à cause de problèmes de financement cette expérience fait long feu. Il meurt en 1946.














Le Bauhaus de Chicago



L'œuvre pédagogique de Lászlo Moholy-Nagy
Alain Findeli
Préface de Frank Popper.
Introduction de Frank Popper



    Lászlo Moholy-Nagy


    Si l'ouverture du Bauhaus à Weimar en 1919 constitue indéniablement un évènement marquant pour l'enseignement de l'art, de l'architecture et du design au XXe siècle, sa fermeture brutale en 1933 demeure l'une des illustrations les plus tragiques des rapports parfois conflictuels qu'entretient un tel enseignement avec l'autorité politique en place.

Perquisitionner et mettre des scellés sur le bâtiment, limoger et exiler les professeurs, prononcer l'autodafé de leurs œuvres, incarcérer des étudiants, tous ces actes ne parvinrent pas à anéantir le précieux héritage. À quelques reprises, on tenta de renouveler, ailleurs, l'expérience. Parmi ces tentatives, la plus importante, pour avoir été la plus directe et la plus complète, est indiscutablement celle de Chicago. Elle fut l'œuvre de Walter Gropius, le fondateur même du Bauhaus en 1919, et surtout de László Moholy-Nagy, son plus fidèle collaborateur. C'est l'histoire de sa fondation en 1937 et de ses dix premières années d'existence sous la direction de Moholy-Nagy, jusqu'à sa mort en 1946, que relate cet ouvrage.










Schlemmer et le Bauhaus


Directeur de l'atelier de peinture murale, 1920-1922
Directeur de l'atelier de sculpture sur pierre, 1921-1929
Directeur de l'atelier de sculpture sur bois, 1922-1926
Responsable de la scène du Bauhaus, 1923-1929

Schlemmer rédigea un manifeste devant faire partie d'un pamphlet de promotion du Bauhaus, à l'occasion de la première exposition du Bauhaus à Weimar en 1923. Après avoir évoqué la situation politique et artistique de l'époque d'après-guerre, Schlemmer y affirme que le Bauhaus est le point de ralliement de ceux qui croient dans le futur et désirent construire la " cathédrale du socialisme ". Craignant que cette expression ne soit interprétée défavorablement, le conseil du Bauhaus, à qui Schlemmer n'avait pas soumis son texte pour approbation, estima qu'il convenait, avant de le distribuer, de retirer du pamphlet la partie contenant ce manifeste. Toutefois, les quelques copies de la version non expurgée qui se retrouvèrent dans les mains du public occasionnèrent de virulentes attaques contre le Bauhaus. Certes le contexte politique est alors des plus tendus, l'Allemagne sort humiliée, désarmée et ruinée d'une longue guerre, la Ruhr est toujours occupée. L'année 1919 qui commença en Allemagne par la répression de l'insurrection de la Ligue spartakiste (devenu un mois plus tôt parti communiste allemand) et l'assassinat de Rosa Luxembourg fut celle de la fondation du Bauhaus à Weimar ainsi que celle de la fondation par Lénine la IIIe Internationale, qui se fixe dès lors comme but d'exporter la révolution russe.

Schlemmer affirme dans son manifeste que le Bauhaus est la première école où les forces créatrices des Beaux-arts doivent exercer leur influence de leur vivant, il n'est plus question d'attendre la postérité car c'est dans l'enthousiasme d'aujourd'hui que se construit le monde de demain. Les métiers d'art des divers ateliers doivent stimuler les beaux-arts et se fondre avec eux dans l'architecture conçue en tant qu'œuvre d'art totale, mettant ainsi fin à l'académisme avili autant qu'à l'artisanat vétilleux. Cet idéal n'est pas nouveau et, par ailleurs, beaucoup des styles tentent maintenant de s'imposer, écrit Schlemmer. Il estime aussi que la nouvelle beauté sera déterminée par la confrontation des idées, car une école qui s'anime autant qu'elle anime son entourage reflète nécessairement les secousses politiques et intellectuelles de son temps.

L'histoire du Bauhaus se confond ainsi, selon Schlemmer, avec celle de l'art contemporain. D'abord, une période de romantisme ardent, en tant que rébellion contre le matérialisme et la mécanisation, c'est-à-dire de crise spirituelle caractérisée par le repli dans l'inconscient, le mysticisme et le mystérieux. Une période de rejet de l'esthétique classique qui encourage la recherche de l'infini dans le sentiment que propose l'art exotique, nègre, naïf, enfantin ou celui de l'aliéné. Ensuite, une période Dada, l'atmosphère s'allège, on jongle avec les paradoxes. Enfin, arrive une troisième période, d'influence américaine : la raison et la science sont les pouvoirs suprêmes de l'homme, l'ingénieur, les mathématiques, la structure et la mécanisation en sont les éléments. Les phénomènes modernes sont d'acier, de béton, de verre et d'électricité ; l'argent et le pouvoir les commandent. Le miracle de l'abstraction est produit par la vitesse des matériaux rigides, la dématérialisation de la matière et l'organisation de la matière inorganique. Ce sont là, suivant les lois de la nature, les réalisations de l'esprit dans la conquête de la nature. Par contre, suivant les lois du capital, c'est le travail de l'homme contre l'homme, conclut enfin Schlemmer.

Bien que la conception de l'idéal du Bauhaus de Schlemmer corresponde assez précisément à celle de Gropius, il était davantage préoccupé par la question de l'abstraction et par une recherche artistique formelle que par la nécessité d'arriver à une production utilitaire et fonctionnelle. Si la confrontation des idées a eu une incidence sur le style Bauhaus, les positions étaient parfois extrêmes et irréconciliables. Pour Schlemmer, l'artisanat et la production en atelier sont choses du passé.

Journal, novembre 1922 :

"Je ne crois pas dans le métier d'artisan. Nous ne pouvons raviver les métiers du Moyen Age, pas plus que l'art du Moyen Age, ni même en fournir un équivalent moderne approximatif. Les développements modernes l'ont rendu désuet. À l'ère de la machine et de la technologie, l'objet d'art fait à la main serait un produit de luxe pour le riche, sans base populaire ni racine chez le peuple. L'industrie offre maintenant ce que les métiers d'art offraient auparavant (ou elle le fera une fois son développement complété), c'est-à-dire des objets fonctionnels et solides faits de matériaux authentiques. De même en ce qui concerne l'architecture. Les progrès technologiques nous ont mené à des innovations audacieuses. Un exemple magnifique est la maison de campagne de Frank Lloyd Wright".

Schlemmer s'intéresse aux nouveaux matériaux et procédés pour ce qu'ils offrent à l'art, et l'art est étranger à la question d'utilité. Il incorpore les nouveaux matériaux de l'art (verre, fer, cuivre, plexiglas) à ses costumes et non dans des objets utilitaires usinés.

© Marc Boucher & Leonardo/Olats, février 2004











Au Bauhaus 1921–1933


En mars 1921, la monographie de Wilhelm Hausenstein Kairuan oder eine Geschichte vom Maler Klee und von der Kunst dieses Zeitalters marque l'édition du livre le plus important consacré jusqu'à cette date à l'artiste Paul Klee. Le 13 mai, Paul Klee entre en fonction au Bauhaus et commence son activité universitaire avec un « atelier de composition ». Maître de la forme, il dirige l'atelier de reliure.

En 1922, Paul Klee remplace Johannes Itten à la tête de l'atelier du travail de l'or, de l'argent et du cuivre. Il échange ce cours à l'automne avec Oskar Schlemmer contre l'atelier de peinture sur verre.

1923 Publication d'un essai de Paul Klee sur les manifestations organisées durant la semaine du Bauhaus
« Wege des Naturstudiums ».

1924 Première exposition Paul Klee aux USA, organisée du 7 janvier au 7 février par Katherine S. Dreier dans les locaux de la Société Anonyme, New York. Sur l'initiative d'Emmy (Galka) Scheyer, fondation le 31 mars du groupe d'artistes « Die Blaue Vier » (les quatre bleus) qui exposent principalement aux USA. Outre Paul Klee, font partie de ce groupe Lyonel Feininger, Wassily Kandinsky et Alexey Jawlensky. Paul et Lily Klee passent les mois de septembre et octobre en Italie, plus précisément en Sicile. Suite à d'importantes pressions politiques, la direction du Bauhaus annonce le 26 décembre la fermeture de l'école de Weimar pour le mois d'avril de l'année suivante.

En mars 1925, le Conseil municipal de Dessau décide de reprendre le Bauhaus. En octobre paraît le Pädagogisches Skizzenbuch de Paul Klee, second volume d'une série de publications du Bauhaus dirigées par Walter Gropius et László Moholy-Nagy. Paul Klee résilie le contrat de représentation générale passé avec Hans Goltz et intensifie ses relations d'affaires avec Alfred Flechtheim, propriétaire de deux galeries du même nom à Berlin et Düsseldorf. Du 21 octobre au 11 novembre, Paul Klee expose pour la première fois en France dans la galerie parisienne Vavin-Raspail. Certaines de ses œuvres sont également présentées à la première exposition consacrée au surréalisme à la galerie Pierre de Paris.

Le 10 juillet 1926, la famille Klee déménage à Dessau où elle loge avec Wassily et Nina Kandinsky dans l'une des trois maisons de deux appartements construites par Gropius pour les professeurs du Bauhaus.

Paul Klee enseigne au Bauhaus à partir d'avril 1927
où il anime le cours « Atelier libre de peinture », appelé aussi
« Classe de peinture libre », et assure à partir d'octobre la formation artistique des tisseuses. A la fin de l'été, il se rend à Porquerolles et en Corse.

En février 1928, Paul Klee publie dans le magazine bauhaus un article intitulé « Essais précis dans le domaine de l'art ». Hannes Meyer est le nouveau directeur du Bauhaus. Le 17 décembre, Paul Klee part en Egypte pour un voyage de quatre semaines financé par la Société Klee – une association de collectionneurs soutenant Paul Klee et fondée en 1925 par le collectionneur de Braunschweig Otto Ralfs.

1929 Paul et Lily Klee passent leurs vacances d'été en France et en Espagne. Il entame ensuite les négociations pour une chaire de professeur à l'Académie d'Etat des arts de Düsseldorf. Paul Klee est au sommet de sa gloire et est considéré en Allemagne comme l'un des artistes les plus en vue au niveau international. Le Museum of Modern Art de New York, la Nationalgalerie et la Galerie Alfred Flechtheim de Berlin organisent de grandes expositions pour le 50e anniversaire de Paul Klee.

Le 1er juillet 1931, Paul Klee prend ses fonctions de professeur à l'Académie de Düsseldorf. Il conserve son appartement de Dessau jusqu'en avril 1933 et loue une chambre à Düsseldorf. Il passe l'été avec sa femme en Sicile.

Sur injonction des nazis, le Conseil municipal de Dessau décide de fermer le Bauhaus en 1932








Johannes Itten



Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Johannes Itten, né le 11 novembre 1888 et mort le 25 mai 1967 à Zurich, est un peintre suisse.
Johannes Itten, Farbkreis (1961)

Johannes Itten, Farbkreis (1961)

Il fut l'un des professeurs du Bauhaus de 1919 à 1923. Il prit dès son arrivée une influence majeure sur l'enseignement de cette institution. Il dirigea les enseignements ayant trait à la forme. Il fut contesté en raison de ses méthodes d'enseignement empreintes de la pratique de la religion zoroastriste dont il était un fervent pratiquant...

Livres 

  • Art de la couleur, livre d'étude sur les couleurs

Liens externes 


LA MÉTHODE DE JOHANNES ITTEN SERAI FAUSSE !? VOIR LES EXPLICATIONS ICI http://www.ipsi.fraunhofer.de/Kueppersfarbe/fr/theorie41.html








Maîtres et professeurs 
















20/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres