Alain YVER

Alain YVER

LE TIRAGE A L'OEUF

LE TIRAGE A L'OEUF







LE TIRAGE A L'OEUF ENTIER

//www.photogramme.org/textes/oeuf.htm

Il s’agit d’une variante du tirage à la gomme que je perfectionne depuis maintenant plus d'un an. Voici donc le fruit de mes recherches.
L'oeuf est une substance parfaite pour le tirage pigmentaire : sa viscosité naturelle le rend aisé à étendre au rouleau et sa résistance à l'abrasion à l'état insolubilisé est très forte (ce qui n'est pas le cas de la gomme arabique). La variante "inventée" par moi-même fonctionne "en théorie" sans multicouche et sans transfert. J'ai bien dit "en théorie" car il faut avouer qu'il s'agit d'un procédé très difficile à réaliser.
Comme vous l’avez appris, l’albumine fait partie de la famille des colloïdes, au même titre que la gélatine ou que la gomme arabique. L'oeuf est donc susceptible d’être utilisé comme composant d’une solution photosensible.

L'émulsion photosensible
L’émulsion se compose d’un oeuf entier, de bichromate d’ammonium et de pigment. Battez un oeuf entier énergiquement puis filtrez-le à l’aide d’un fin tamis. Pesez. Supposons, pour le cas de figure, que celui-ci fait 50 g, ou 50 ml. Ajoutez-y 2-3 g de pigment (oxyde de fer noir par exemple) et 18 g de bichromate d’ammonium. On peut travailler au bichromate de potassium mais l’expérience montre que le tirage obtenu est moins contrasté. Vous remarquerez que le bichromate n’est pas utilisé en solution car la solution serait alors trop liquide. Étendez comme pour un tirage à la gomme et sécher dans l’obscurité complète. Cette dernière opération est assez longue. Exposez puis mettez le tirage dans de l’eau au moins 2 heures avant le dépouillement.

Le dépouillement
Il faut utiliser des techniques qui sont fortement abrasives car l'oeuf non exposé à tendance à adhérer au support.
De plus il faut TRES bien encoller son papier au préalable, afin d'éviter que tout l'oeuf reste sur l'image. J'encolle à du 15% de gélatine 140% bloem. Pour le dépouillement j'ai voulu automatiser quelque peu ce processus et j'utilise un pistolet à peinture de marque Wagner. Ce pistolet produit un fin brouillard d'eau pulvérisée mécaniquement. Il s'agit d'un appareil électrique, ce qui évite les crampes du pulvérisateur manuel et qui assure une relative homogénéité de dépouillement.

Unicouche et couchage
Il est évident que ce procédé peut être fait en multicouche, à l'instar du tirage à la gomme. Mais vu le fait que l'image adhère fort il y a moyen de faire de l'unicouche. Il faut alors augmenter sérieusement la quantité de pigment, afin que la densité du couchage définisse la densité des noirs les plus profonds. En d'autres termes si vous souhaitez un noir d'encre pour vos noirs de l'image il faut que l'émulsion couchée soit très logiquement noir d'encre.
Le couchage est très problématique. Si vous pratiquez du multicouche, ce problème se pose beaucoup moins car 1 couche sur 8 ratée n'est jamais qu'1 couche sur 8. Par contre en unicouche, 1 ratée sur 1 ... Je n'ai pas tellement de conseils à donner, si ce ne sont ceux déjà prodigés pour le tirage à la gomme : travailler avec un rouleau, étaler la solution le plus finement possible.







Le tirage à l'oeuf entier
Introduction

Il s’agit d’une variante du tirage à la gomme que je perfectionne depuis maintenant plus d'un an. Voici donc le fruit de mes recherches.

L'œuf est une substance parfaite pour le tirage pigmentaire : sa viscosité naturelle le rend aisé à étendre au rouleau et sa résistance à l'abrasion à l'état insolubilisé est très forte (ce qui n'est pas le cas de la gomme arabique). La variante "inventée" par moi-même fonctionne "en théorie" sans multicouche et sans transfert. J'ai bien dit "en théorie" car il faut avouer qu'il s'agit d'un procédé très difficile à réaliser.

Comme vous l’avez appris, l’albumine fait partie de la famille des colloïdes, au même titre que la gélatine ou que la gomme arabique. L'oeuf est donc susceptible d’être utilisé comme composant d’une solution photosensible.

L'émulsion photosensible

L’émulsion se compose d’un œuf entier, de bichromate d’ammonium et de pigment.
- Battre un œuf entier énergiquement puis le filtrer à l’aide d’un fin tamis. Peser.
- Supposons, pour le cas de figure, que l'œuf fait 50 g, ou 50 ml. Ajouter 2 ou 3 g de pigment (oxyde de fer noir par exemple) et 18 g de bichromate d’ammonium.
On peut travailler au bichromate de potassium mais l’expérience montre que le tirage obtenu est moins contrasté. Vous remarquerez que le bichromate n’est pas utilisé en solution car la solution résultante serait trop liquide.
- Étendre comme pour un tirage à la gomme et sécher dans l’obscurité complète. Cette dernière opération est assez longue.
- Exposer puis mettre le tirage dans de l’eau au moins 2 heures avant le dépouillement.

L'émulsion photosensible

L’émulsion se compose d’un œuf entier, de bichromate d’ammonium et de pigment.
- Battre un œuf entier énergiquement puis le filtrer à l’aide d’un fin tamis. Peser.
- Supposons, pour le cas de figure, que l'œuf fait 50 g, ou 50 ml. Ajouter 2 ou 3 g de pigment (oxyde de fer noir par exemple) et 18 g de bichromate d’ammonium.
On peut travailler au bichromate de potassium mais l’expérience montre que le tirage obtenu est moins contrasté. Vous remarquerez que le bichromate n’est pas utilisé en solution car la solution résultante serait trop liquide.
- Étendre comme pour un tirage à la gomme et sécher dans l’obscurité complète. Cette dernière opération est assez longue.
- Exposer puis mettre le tirage dans de l’eau au moins 2 heures avant le dépouillement.

Dépouillement

Il faut utiliser des techniques qui sont fortement abrasives car l'œuf non exposé à tendance à adhérer au support.

De plus il faut veiller, avant de coucher l'émulsion sur le papier, à ce que le papier soit très bien encollé, afin d'éviter que l'émulsion photosensible ne pénètre dans la fibre du papier et ne donne un tirage empâté.  J'encolle donc mon papier afin de le rendre imperméable. L'émulsion reste à la surface du papier et ne pénètre pas dans sa structure. Pour ce faire j'encolle avec une solution de gélatine 120 bloem - eau. Proportions :15 grs de gélatine dans 100ml d'eau chaude."

Pour le dépouillement j'ai voulu automatiser le processus et j'utilise un pistolet à peinture de marque Wagner. Ce pistolet produit un fin brouillard d'eau pulvérisée mécaniquement. Il s'agit d'un appareil électrique, ce qui évite les crampes du pulvérisateur manuel et assure une relative homogénéité de dépouillement.
Monocouche et couchage

Il est évident que ce procédé peut être fait en multicouche, à l'instar du tirage à la gomme. Mais vu le fait que l'image adhère fort il y a moyen de faire de l'unicouche. Il faut alors augmenter sérieusement la quantité de pigment, afin que la densité du couchage définisse la densité des noirs les plus profonds. En d'autres termes si vous souhaitez un noir d'encre pour vos noirs de l'image il faut que l'émulsion couchée soit très logiquement noir d'encre.

Le couchage est très problématique. Si vous pratiquez du multicouche, ce problème se pose beaucoup moins car 1 couche sur 8 ratée n'est jamais qu'1 couche sur 8. Par contre en unicouche, 1 ratée sur 1 ... Je n'ai pas tellement de conseils à donner, si ce ne sont ceux déjà prodigués pour le tirage à la gomme : travailler avec un rouleau, étaler la solution le plus finement possible.

//www.galerie-photo.com/tirage_oeuf_entier.html


          

    
    



15/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres