Alain YVER

Alain YVER

LES NOUVEAUX RÉALISTES du 28 mars au 2 juillet 2007 AU GRAND PALAIS

LES NOUVEAUX RÉALISTES


LE 27 OCTOBRE 1960, DANS L' APPARTEMENT  D' YVES KLEIN RUE CAMPAGNE PREMIÈRE (PARIS 14 ÈME), PIERRE RESTENY FONDAIT OFFICIELLEMENT LE GROUPE DES  " NOUVEAUX RÉALISTES " EN PRÉSENCE D' ARMAN, DE FRANçOIS DUFRÊNE, RAYMOND HAINS, YVES KLEIN, MARTIAL RAYSSE, DANIEL SPOERRI, JEAN TINGUELY ET JACQUES MAHÉ DE LA VILLEGLÉ. UN PEU PLUS TARD, NIKI DE SAINT-PHALLE, CHRISTO ET DESCHAMPS ALLAIENT REJOINDRE LE GROUPE. LE MANIFESTE DE FONDATIONÉTAIT FAIT EN SEPT COPIES SUR PAPIER BLEU MONOCHROME, UN MONOCHROME ROSE ET UNE FEUILLE DORÉE MONOCHROME. ( texte et photo du livre YVES KLEIN, chez Taschen)


//www.rmn.fr/nouveau-realisme/

//www.cnac-gp.fr/education/ressources/ENS-nouvrea/ENS-
nouvrea.htm

//fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_r%C3%A9alisme

//www.lesartistescontemporains.com/Courants/nouveaux_realistes.html





DÉCLARATION CONSTITUTIVE DU NOUVEAU RÉALISME



LE 27 OCTOBRE 1960, DANS L' APPARTEMENT  D' YVES KLEIN RUE CAMPAGNE PREMIÈRE (PARIS 14 ÈME), PIERRE RESTENY FONDAIT OFFICIELLEMENT LE GROUPE DES  " NOUVEAUX RÉALISTES " EN PRÉSENCE D' ARMAN, DE FRANçOIS DUFRÊNE, RAYMOND HAINS, YVES KLEIN, MARTIAL RAYSSE, DANIEL SPOERRI, JEAN TINGUELY ET JACQUES MAHÉ DE LA VILLEGLÉ. UN PEU PLUS TARD, NIKI DE SAINT-PHALLE, CHRISTO ET DESCHAMPS ALLAIENT REJOINDRE LE GROUPE. LE MANIFESTE DE FONDATIONÉTAIT FAIT EN SEPT COPIES SUR PAPIER BLEU MONOCHROME, UN MONOCHROME ROSE ET UNE FEUILLE DORÉE MONOCHROME. ( texte et photo du livre YVES KLEIN, chez Taschen)


La "Déclaration constitutive du Nouveau Réalisme", qui proclamera "Nouveau Réalisme nouvelles approches perceptives du réel", sera signée par Arman, François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely, Jacques de la Villéglé et Yves Klein dans l'atelier de ce dernier le 27 octobre 1960, sous les auspices du critique d'art Pierre Restany.




CHRONOLOGIE

1957
Mai : exposition « Loi du 29 juillet 1881 ou le lyrisme à la sauvette » d'affiches lacérées de Hains et de Villeglé, galerie Colette Allendy.
Mai-juin : séries d'expositions d'Yves Klein à Paris : « Yves Klein : propositions monochromes », galerie Iris Clert, Paris et à la galerie Colette Allendy : y présente monochromes bleus, sculpture-éponge bleue, sculptures, pigments purs…
Décembre : visite de Dufrêne et de Hains des entrepôts Bompaire, lieu de stockage de panneaux d'affichages et de palissades, où germent les projets d'œuvres : envers d'affiche, tôles galvanisées et palissades.

1958
Mars : parution de l'article de Villeglé « Des Réalités collectives » qui prépare l'idée d'appropriation, essentielle à la définition du Nouveau Réalisme.
Avril-mai : exposition de Klein, « La spécialisation de la sensibilité à l'état matière première en sensibilité picturale stabilisée », galerie Iris Clert, connue généralement sous le titre « Le vide ».

1959
Juin : exposition « Le lacéré anonyme » dans l'appartement de Dufrêne d'œuvres de Villeglé, Hains, Dufrêne et Anouj ; soirées pendant lesquelles Dufrêne donne un récital de Crirythmes.
Juillet : exposition des Méta-matics de Tinguely, machines à dessiner abstrait, galerie Iris Clert.
Octobre : première Biennale de Paris au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, qui apparaît comme la première manifestation collective du mouvement, repérée par la critique.

1960
Mars :
- retour du service militaire de Deschamps qui crée ses premières œuvres à partir de sous-vêtements féminins.
- présentation des « Anthropométries de l'époque bleue » de Klein, à la Galerie Internationale d'art contemporain de Paris.
- 17 mars : Tinguely présente une machine autodestructrice dans les jardins du Museum of Modern Art, à New York.
Mars-avril : exposition « Arman, Allures d'objets », toiles portant la trace du mouvement d'objets encrés projetés à la surface (galerie Saint-Germain).
Mai :
- exposition «Les Nouveaux Réalistes » à la galerie Apollinaire, Milan. Y participent Arman, Hains, Dufrêne, Yves 'le Monochrome', Villeglé, Tinguely. Le critique Pierre Restany signe la préface du catalogue.
- 16ème Salon de Mai : César présente pour la première fois 3 compressions d'automobiles : les « Trois Tonnes ».
Octobre :
- 25 octobre : exposition d'Arman « Le Plein » à la Galerie Iris Clert, contrepoint au Vide de Klein ; la vitrine est remplie de déchets.
- 27 octobre : signature de la déclaration constitutive des Nouveaux Réalistes chez Yves Klein, texte de Restany signé en 9 exemplaires par Klein, Arman, Villeglé, Hains, Dufrêne, Raysse, Spoerri, Tinguely et Restany. César et Rotella sont absents ; Niki de Saint Phalle, Deschamps et Christo participent un peu plus tard à des manifestations collectives du mouvement.

1961
Mai : exposition « À 40° au dessus de Dada » qui marque l'ouverture à Paris, de la Galerie J de Jeanine de Goldschmidt, épouse de Restany, et réunit les œuvres d'Arman, César, Dufrêne, Hains, Villeglé, Klein, Spoerri, Villeglé, Tinguely et de Rotella.
Juin : Restany organise à la Galerie Rive Droite, de Jean Larcade, l'exposition « Le Nouveau Réalisme à Paris et à New York », mettant en regard les œuvres des Nouveaux Réalistes et celles des Néo-Dadas américains.
Juin–juillet : exposition de Niki de Saint Phalle « Feu à volonté », durant laquelle le public est invité à tirer sur des reliefs.
13 juillet-13 septembre : « 1er festival du Nouveau Réalisme » à la Galerie Muratore de Nice et une série d'actions-spectacles à l'Abbaye de Roseland, propriété de Jean Larcade.
L'œuvre de Martial Raysse se désolidarise peu à peu de l'orthodoxie du groupe, délaissant les assemblages « d'objets trouvés » pour un style plus pictural, dans lequel les objets sont intégrés.

1962
Février-mars : première exposition à Paris de Mimmo Rotella, Galerie J, « Cinecittà ville ouverte ».
Mars : la troisième machine autodestructrice de Tinguely « Étude pour une fin du monde n°2 » est filmée par les caméras de la télévision NBC dans le désert du Nevada aux États-Unis.
Juin :
- 6 juin : Yves Klein meurt d'une crise cardiaque.
- 27 juin : Christo et Jeanne-Claude érigent, rue Visconti, un mur de bidons de pétrole, « Le Rideau de fer », allusion au mur de Berlin, en parallèle de leur exposition Galerie J.
Août-septembre : œuvre-parcours collective du « Dylaby » au Stedelijk Museum d'Amsterdam, un « Labyrinthe dynamique » auquel participent Tinguely, Raysse, Spoerri, Niki de Saint Phalle, Rauschenberg et Ultvedt.
Octobre-décembre : exposition « The New Realists » à la Sidney Janis Gallery à New York qui marque la naissance du Pop Art.

1963
Février: deuxième festival du Nouveau Réalisme à la Neue Galerie im Kunstler Haus, de Rolf Becker, à Munich avec la participation de Deschamps et de Christo.
Mars :
- exposition de Spoerri « 723 ustensiles de cuisine » à la Galerie J. À cette occasion, la galerie est transformée en restaurant, avec 'aux fourneaux le Chef Spoerri'.
- Hains présente « Le Néo-Dada emballé ou l'art de se tailler en palissade », un monumental cheval de bois emballé, au Salon Comparaisons au Musée d'art Moderne de la Ville de Paris.
Avril : Arman réalise ses premières « inclusions » en immergeant des objets dans la résine de polyester.

1964
Fin février : Christo et Jeanne-Claude établissent leur résidence permanente à New York. À l'hôtel Chelsea. Christo réalise le premier de ses Store Fronts (Devantures d'étalages)
Novembre-décembre : Raysse expose à la Alexandre Iolas Gallery de New York ses peintures 'Made in Japan'.

1965
Septembre : 4ème Biennale de Paris. Deschamps expose ses Bananes, des décorations militaires en grillage agrandies à des dimensions monumentales.
Octobre : exposition « Seita et Saffa » de Raymond Hains à la Galerie Iris Clert, boîtes d'allumettes géantes présentée l'année précédente à la Galerie Del Leone, à Venise, signées par des artistes fictifs Seita et Saffa, dont l'agent est Raymond Hains.
Octobre–novembre : Niki de Saint Phalle expose ses premières Nanas à la Galerie Iolas de Paris.
Décembre : le critique Alain Jouffroy présente « Les Objecteurs », exposition consacrée à des artistes utilisant des objets dans leur travail : Jean Pierre Raynaud, Daniel Pommereulle, Arman, Kudo, Spoerri.

1966
9 mars : présentation au Théâtre des Champs Élysées du ballet de Roland Petit « Éloge de la folie », avec les décors de Raysse, Tinguely et Niki de Saint Phalle.
Mai : César expose au 22ème Salon de Mai Le Pouce de 2 mètres de hauteur.
Juin-septembre : Niki de Saint Phalle, Tinguely et Ultvedt, sur l'invitation de Pontus Hulten, réalisent au Moderna Museet de Stockholm, la « Hon », un environnement-nana multicolore monumentale dans lequel se trouvent des installations ludiques.
Juin-octobre : Martial Raysse représente la France à la Biennale de Venise. Il obtient le prix David Bright, destiné à un artiste de moins de 45 ans.
Il rédige le texte « J'ai mille choses à classer… », exprime ses premières réticences vis-à-vis du monde de l'art, ce qui l'amène à prendre ses distances puis à rompre avec le groupe.

1967
Avril-octobre : « Expo 67 », exposition universelle de Montréal avec sur le toit du pavillon français Le Paradis Fantastique de Niki de Saint Phalle et Tinguely, et dans le pavillon des Accumulations de pièces d'automobiles d'Arman, premier résultat de sa collaboration avec la Régie Renault. Tinguely expose Requiem pour une feuille morte dans le pavillon Suisse.
Avril-mai : César montre au 23ème Salon de Mai, sa première Expansion en mousse de polyuréthane expansé orange.

1968
Mars : César réalise en public à la Tate Gallery de Londres des expansions qu'il découpe et dont il distribue les morceaux au public.
22 juin-20 octobre : Arman est sélectionné par Michel Ragon pour représenter la France à la Biennale de Venise, avec Dewasne, Kowalski et Schoeffer.
Juillet–septembre : Christo et Jeanne-Claude réalisent leur premier empaquetage d'édifice public, la Kunsthalle de Berne, lors de l'exposition « 50 Jahre Kunsthalle Bern : 12 Environments ».

1969
Janvier : Villeglé publie « L'affiche lacérée : ses successives immixtions dans les arts » dans la revue Leonardo.

1970
18 septembre : Spoerri ouvre la Eat Art Galerie au-dessus de son restaurant à Düsseldorf.
Octobre : exposition « Nouveau Réalisme 1960-1970 » à la Galerie Mathias Fels à Paris.
Novembre : troisième festival pour la célébration du 10ème anniversaire du Nouveau Réalisme à Milan, à l'initiative de Guido Le Noci, directeur de la Galerie Apollinaire, et de Pierre Restany. Les 27, 28 et 29 octobre, les artistes du mouvement réalisent des actions dans le centre-ville.

 © Réunion des musées nationaux






GRAND PALAIS: "LE NOUVEAU RÉALISME"


Jusqu'au 2 juillet, la galerie nationale du Grand Palais accueille l'exposition "Nouveau réalisme". Au programme : près de 200 oeuvres signées Yves Klein, César, Arman, Christo, Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle ou Daniel Spoerri, présentées au travers d'un parcours thématique aussi fascinant qu'instructif !

Né par réaction à la société de consommation, ce mouvement artistique, parfois considéré comme l'équivalent français du Pop Art américain, est apparu à la fin des années 50 et s'est épanoui durant une bonne décennie. Méconnu par la suite et souvent ignoré par le grand public, ce mouvement phare de la scène artistique française de l'après-guerre retrouve aujourd'hui ses lettres de noblesse grâce à une mise en valeur particulièrement réussie.

 
KLEIN, HAINS, VILLEGLÉ…

 L'exposition propose en effet de dévoiler au grand public la vitalité des actions et des oeuvres du "Nouveau Réalisme" grâce à la reconstitution et à la présentation de certains ensembles. Rassemblées en un parcours thématique et historique complet, les œuvres apparaîtront enfin clairement aux yeux des visiteurs. Ces derniers pourront saisir tous les apports et les spécificités de ce mouvement ainsi que les temps forts d'une histoire commune des artistes. Ils pourront in extenso redécouvrir les trajets personnels de chacun des créateurs : Klein, Hains, Villeglé, Tinguely, César, Arman, Spoerri, Raysse, Dufrêne, Rotella, Niki de Saint-Phalle, Deschamps, Christo, baptisés les "Nouveaux Réalistes" parce qu'ils ont intégré à leurs oeuvres des éléments de l'univers quotidien, urbain et industriel (palissades, barils, objets en plastique, détritus, voitures ou sigles de la circulation…). Vous pourrez donc venir admirer les compressions de César, les accumulations d'Arman, le décollage et lacération d'affiches de Hains et Villeglé, les assemblages d'objets récupérés en plastique de Raysse, les tableaux-pièges de Spoerri, les sculptures auto-destructives de Tinguely, les assemblages de Niki de Saint-Phalle…

 200 oeuvres exposées

 Outre les artistes directement rattachés au mouvement, l'exposition propose également de découvrir quelques pièces de créateurs proches et souvent liés aux membres officiels du Nouveau Réalisme : Raynaud, Pommereulle, Dietman, Malaval… font ainsi partie de cette famille recomposée.

Une exposition exceptionnelle qui met en scène la force créatrice de ces artistes qui ont su interpréter et sublimer notre quotidien.








du 28 mars au 2 juillet 2007

Le Nouveau Réalisme s'inscrit, de la fin des années cinquante au milieu des années soixante, dans un mouvement général de renouvellement des langages plastiques et des thèmes (Néo-Dada, Pop Art, Fluxus, groupe Zéro…) face à l'émergence d'une société industrielle et de consommation, en rupture avec l'immédiat après-guerre.

Klein, Hains, Villeglé, Tinguely, César, Arman, Spoerri, Raysse, Dufrêne, Rotella, Niki de Saint Phalle, Deschamps, Christo, baptisés de manière volontariste par le critique d'art Pierre Restany "Nouveaux Réalistes", multiplient manifestations collectives et "actions-spectacles". Ils intègrent à leurs œuvres des éléments de l'univers quotidien, urbain et industriel : palissades, barils, objets en plastique, détritus, voitures ou sigles de la circulation... Compressions de César, accumulations d'Arman, décollage et lacération d'affiches de Hains et Villeglé, assemblages d'objets courants en plastique de Raysse, tableaux-pièges de Spoerri, sculptures auto-destructives de Tinguely, Tirs de Niki de Saint Phalle... recèlent une véritable radicalité aujourd'hui oubliée.

Mouvement phare de la scène française artistique de l'après-guerre, Le Nouveau Réalisme en tant que mouvement n'a pas fait l'objet d'une grande exposition depuis plus de vingt ans (1960.Les Nouveaux Réalistes, Paris, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 1986). Si nombre d'artistes ont bénéficié depuis les années 80 d'une rétrospective (Martial Raysse, César, Arman, Tinguely, Hains, les affichistes…), leur rattachement à un groupe qui a su être présent et actif sur la scène internationale des années 60 (Etats-Unis, Italie, Allemagne), est aujourd'hui mal connu.

L'exposition, d'environ 180 oeuvres, propose de retrouver la vitalité des actions et des œuvres du nouveau réalisme grâce à la reconstitution ou la présentation de certains ensembles et la mise en place d'un parcours

thématique et historique permettant de saisir les apports et les spécificités de ce mouvement, ainsi que les temps forts de leur histoire commune. Elle se concentre sur une décennie - de 1958 aux années 1965/69 - qui voit la constitution du groupe et l'expression d'actions collectives - période extrêmement dense et vivante, ensuite recouverte par l'affirmation de trajets personnels.

Outre, bien évidemment les œuvres des treize acteurs directement rattachés au mouvement, quelques pièces d'artistes proches et souvent en contact avec ces derniers (les "Objecteurs" réunis par Alain Jouffroy tels que Raynaud, Pommereulle, Dietman, ou encore Malaval, Jacquet, des membres issus de Fluxus comme Filliou ou Vostell, du groupe Zéro tel que Günther Uecker, les Américains néo-dadas, Rauschenberg, Stankiewicz, Johns, Bontecou, Chamberlain...) seront incluses, afin d'évoquer la multiplicité des courants qui ont animé Le Nouveau Réalisme et de ne pas réduire, comme on l'a trop souvent fait, ce mouvement à la déclinaison emblématique et schématique de quelquesgestes.
La genèse

Klein, Raysse, Arman, Dufrêne, Villeglé, Hains, Spoerri, Tinguely et Restany lui-même signent le 27 octobre 1960, la Déclaration constitutive du Nouveau Réalisme - geste emphatique mis en scène par le critique pour un groupe qui, selon Arman, ne durera que vingt minutes. C'est davantage et de manière plus large une attitude, un mouvement que l'on nommera Nouveau Réalisme, qui relie ces artistes signataires ainsi que les autres, proches, Deschamps, Niki de Saint Phalle, Rotella, Christo.

Le site du Grand Palais

 

 

 


 

 


08/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres