Alain YVER

Alain YVER

MICHAEL WESELY

MICHAEL WESELY







son site
//www.wesely.org/wesely/index.php

//www.wesely.org/wesely/gruppe.php?var=potsdamerplatz

//www.wesely.org/wesely/gruppe.php?var=biographie

//itchyi.squarespace.com/thelatest/2010/7/20/the-longest-photographic-exposures-in-history.html

né en 1963 à Munich, Allemagne
Michael Wesely vit à Berlin









Travaux photographiques de Michael Wesely
Le mangeur de temps pourrait t-on le surnommer.


En effet, il travaille sur les longues expositions, quand je dis de longues expositions, c'est réellement de très longues expositions (de quelques mois à quelques années...).

Pour Open Shutter le travail par lequel je l'ai découvert chez mon padre, il a pris comme objet de mesure le musée d'art moderne de New York, le temps de pose est de l'ordre de  presque 2 ans (9.8.2001 - 2.5.2003). Oui vous avez bien lu, presque 2 années entières ce qui lui permet de capterlittérallement le temps qui passe et de rendre à notre vue des fragments de ce temps capturé, de cette lumière happé dans ces boîtes magiques dont le secret nous échappe. La capture de la lumière et du temps qui passe permet de rendre compte en transparence des infimes variations du temps, du temps vécu mais du temps immobile également. La vie qui passe se concentre alors sur lesbâtiments, construction inamovible au fil des mois, des années qui deviennent une réalité tangible in fine. Les hommes, dans ces constructions de temps disparaissent quasi littérallement ce qui permet de se poser la question de l'existence humaine à l'échelle du temps. En effet, dans la mesure où ces caméras photographique capteles mêmes instants de manière continue ce qui reste ancré dans la pellicule c'est ce qui est stable, redondant, cyclique. Ainsi on pourra voir un flot continu de lumière, évocation d'une route et de son flux de voitures mais l'humain qui prend des directions aléatoires, divergentes ne fait presque plus parti de ce monde.Étonnant parcours en tout cas qui mérite que l'on s'y arrête un temps que l'on lise Open Shutter pour connaître un peu plus de Michael Wesely.

Pour information et ceux qui auront la chance d'y aller, Michael Wesely est exposé jusqu'au 8 juillet 2007 au Gemeentemuseum à la Haye au Pays Bas. Dans cette exposition d'après ce que l'on peut voir sur le site du Musée, il s'agit de mesurer toujours le temps qui passe mais ici celui de la vie végétale. Le temps de pose est calé sur la vie même des fleurs, suivant les variétés celles-ci s'étiole, s'affaisse, s'effrite, et cet entrecroisement permet de voir des morceaux de temps se juxtaposer les uns aux autres et voir défiler la vie en quelque sorte...

Pour en connaître plus sur Michael Wesely et ses différents travaux, retrouvez le sur son site Internet qui n'est par contre pas franchement optimisé, il vaut mieux lire ses écrits ou voir ces expositions me semble t-il.... A vous de jouer...












Michael Wesely :
Quand la durée d'exposition se calcule en années…


//photoslaves.com/open-shutter-by-michael-wesely/

Après le microscope pour voir le petit, le téléscope pour voir loin, voici que Wesely nous permet de voir la durée du temps étirée, et que ce faisant il nous révèle du nouveau, comme la photo à ses débuts nous révelait ce que l'instant occultait.  Ici c'est ce que la durée occultait qui est révelé.

Ce photographe expose des négatifs durant des années, sa plus longue exposition durant 3 ans.  Durant tout ce temps la pellicule capte la lumière sans arrêt grâce à des ouvertures de diaphragme microscopiques (j'ai lu quelque part f : 1250, c'est Bazin qui serait content pour la profondeur de champ !).  Le photographe, en plus de pousser une technique à des niveaux jusque-là insoupçonnés, a également trouvé une application intéressante pour son innovation ; il pose ses caméras devant des sites qui vont être métamorphosés, démolis puis reconstruits.  Sur les photos qu'il avait au Moma, on pouvait apercevoir l'ancien musée en fantôme, très pâle, la structure de ce qui est devenu le nouveau musée, puis la nouvelle « peau » de l'actuel musée, également en transparence.  Voilà pour l'édifice, mais l'intérêt le plus fascinant de ces photos réside peut-être dans l'enregistrement du temps qu'il effectue, des saisons avec le fuillage fastasmagorique des arbres, dont les feuilles (foncées) qu'ils portent durant deux saisons sont effacées par un fond plus pâle.  Les trainées lumineuses que les phares des voitures laissent auxquelles nous sommes habitués dans les photos de nuit deviennent une masse, mais contraste moins à cause de la refléxion du soleil sur l'asphalte.  Le soleil lui même trace des arcs lumineux par son passage dans le ciel, lorsque les caméras sont orientées vers le sud.  Des petits S de lumière au bord des trottoirs nous désignent les stationnements en parallèle que des milliers de voitures ont effectués au même endroit durant la photo, et le grand manquant, le personnage invisible de cette toile de la vie : l'homme.  Car nul n'est resté en place assez longtemps, en refléchissant assez de lumière pour être enregistré par la pellicule, et voilà que dans l'une des villes les plus denses du monde, la race humaine brille par son absence (en fait, si elle aurait brillé, elle aurait pu s'inscrire).











Michael Wesely – Pause Longue

//one360.eu/blog/?p=9095

avril 6th, 2012
Michael Wesely

Le photographe berlinois Michael Wesely est un spécialisé dans la photographie avec un temps d'exposition très long. En enregistrant sur négatif le temps, il va saisir pendant des années des sites démolis puis reconstruits.

Michael Wesely est né à Munich et travaille à Berlin, Allemagne. Avec l'utilisation de boitiers de grand format (4Å~5 pouces), il s'empare de la lumière de ses objets en monochrome ou en couleur. En 1999 il a photographié la transformation de la Potsdamer Platz à Berlin pendant 14 mois.

En 2001, il est invité par le Musée d'Art Moderne de New York pour enregistrer le re-développement de leur immeuble. De 2001 à 2004, il va saisir la construction du nouveau «Museum of Modern Art» avec une installation comprenant huit boitiers photographiques en direction du chantier en laissant l'obturateur ouvert pendant jusqu'à 34 mois.

Les lignes de lumière que l'on peut voir dans le ciel sont créées par le mouvement du soleil au cours des mois. L'artiste prétend qu'il pourrait faire des expositions presque indéfiniment, jusqu'à 40 ans !









Potsdamer Platz
1997 - 1999

Avec jusqu'à l'exposition de deux ans de longues Michael Wesely documenté la construction se fait sur la Potsdamer Platz à Berlin entre 1997 et 1999. Le projet a été commandé par DaimlerChrysler. Les images ont été prises à partir de cinq positions de caméra différents et transformer les séquences chronologiques de l'activité de construction dans une action simultanée, par laquelle un nombre infini de moments individuels se chevauchent jusqu'à ce qu'ils forment une structure complexe de fragments de la réalité. Avant et après fusionner en ce que le précédemment, l'horizon sous-développés est encore visible à travers les bâtiments nouvellement construits. Cela confond notre compréhension visuelle. Les constructions massives semblent presque transparent, mais les rayons du soleil dans le ciel qui exposent les différents postes saisonniers du soleil, acquérir un niveau surprenant de materiality.These documents fascinants et détaillées sur les événements de Europes chantier le plus important a été présenté avec New York Verticaux sous la devise Iconografias Metropolitanas au XXV. Alors Paulo en 2002.

traduit par google

//www.wesely.org/wesely/gruppe.php?var=potsdamerplatz






Michael Wesely
Publié par Slaves 12 décembre 2009

Quand j'ai entendu parler de projet de Michael Wesely de photographier toute la construction du Musée d'Art Moderne comme une exposition unique de trois ans j'ai été étonné et intrigué. Le concept de faire une exposition de trois ans est assez courageux et audacieux; Wesely a été en mesure d'obtenir des résultats spectaculaires. Malheureusement, ma curiosité technique sur la façon dont il a été accompli n'a pas répondu. Je suppose qu'il a besoin de garder ses sécrète.
En 2001, le Musée d'Art Moderne sous allé une rénovation de trois ans et l'expansion; ils ont invité photographe allemand Michael Wesely d'apporter sa vision unique de ce changement important. Wesely installer ses caméras sur mesure en quatre endroits autour du site de construction du musée. Malheureusement, il a eu quelques problèmes et a dû prendre quelques caméras vers le bas avant leur arrivée; que ses images montrent avec le passage du temps, les choses changent.
J'ai vu l'exposition ouverte de l'obturateur au MoMA, l'exposition était de trois photos format murales montrant chacune un détail incroyable et la complexité du changement. Les photos contiennent les fantômes des bâtiments car il est construit; stries du soleil tout au long du ciel, et des centaines de petites entailles, des sentiers et des instances qui échappent à quelque chose qui se passe au cours de la longue exposition. Les bâtiments qui l'entourent se solide et stable, une présence constante dans un environnement en mutation autrement.
Je suis impatient de voir plus du travail de Michael Wesely à l'avenir. Il parle des expositions dix, vingt et même 40 années, certainement courageux et audacieux.

//photoslaves.com/open-shutter-by-michael-wesely/






Michael Wesely: une personne qui a capturé l'heure

Expositions de plusieurs secondes dans une photo ne surprendre personne. En quelques minutes, cependant, aussi. A quelques heures? Même si ce n'est pas si rare et arrive parfois. Qu'en est-il de quelques jours? Semaines? Années? Il s'avère que ça se passe! Travaux de Michael Wesely - un photographe allemand qui vit à Berlin - sont vraiment superbes. C'est un homme qui était réellement capable de photographier le temps.

//www.chronos.msu.ru/ARTS/english/wesely.html







Temps à photographier: Michael Wesely
27 février 2012

Il ya quelques semaines, je suis tombé sur l'année longue exposition de Michael Chrisman de l'horizon de Toronto et me suis dit, "Wow, toute une année?" Eh bien, figurez-vous, il ya un autre homme qui l'a fait pendant 3 ans! Lire à ce sujet après le saut!
 Photo par Michael Wesely via Musée d'Art Moderne
Michael est Wesely le nom de l'homme qui a décidé de saisir le temps. Sa vision du monde comprend rien (ou tout) changer et il se mit lui-même un but - pour saisir ce changement.
Cependant, il ne l'a pas fait en utilisant des techniques de mélange à l'aide de Photoshop et avait une photo prise quotidienne d'une durée de 2-3 ans. Il a effectivement eu simples, 2-3 ans, les longues expositions, de quelque changement qu'il essayait de capturer!
1/6|previous photo|next photo|show all photos

Photos de Michael Wesely via Musée d'Art Moderne
Au premier regard, vous ne verrez rien qui pointe vers une exposition de 3 ans. Mais si vous regardez un peu plus près, vous commencez à remarquer les choses. Vous remarquerez que les grues de construction disparaissent lentement (ou émergentes), vous remarquez bâtiments prennent forme, vous voyez les stries de lumière dans le ciel et reconnaître le mouvement du soleil en eux. C'est assez incroyable à mon avis.
Malheureusement, Michael Wesely n'a pas encore partagé son secret, les détails de la façon dont il a pris ces photos. Évidemment, il doit être un appareil à sténopé-like. Mais je ne pense pas que ce soit suffisant d'informations pour nous de tenter une expérience comme celle-mêmes, sans être extrêmement déçu d'avoir «gaspillé» 3 ans de nos vies en attente d'une image qui a été surexposée au point de destruction après 3 mois, simplement parce que nous n'avons pas utilisé le film bon ou du papier photographique.

//www.lomography.com/magazine/lifestyle/2012/02/27/photographing-time-michael-wesely





















12/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres