Alain YVER

Alain YVER

NAS

NAS






http://www.facebook.com/Nas

http://www.myspace.com/nas

http://www.deezer.com/fr/artist/73

http://www.dailymotion.com/video/x3pq90_nas-ft-the-game-hustler-new_music#.UR9sGOgsnPA

http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/musique/article/video-l-hommage-du-rappeur-nas-a-la-chanteuse-amy-winehouse-fait-le-buzz-7753116024

http://www.public.fr/News/Nas-le-rappeur-new-yorkais-devoile-un-tout-nouveau-featuring-avec-Amy-Winehouse-baptise-Cherry-Wine-274293






Interview de Nas:
la recherche d'une authenticité Nouveau Rap


PUBLIÉ 15/01/2013
par 5XT

Regardez l'interview complète ici.
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.cypherleague.com/blog/editorials/nas-interview-searching-for-a-new-authenticity-in-rap/%3FBlogID%3D3906&ei=ZHIfUb_VKZSAhQf18YDADQ

Mercredi dernier, je me suis souvenu de ma mère qu'elle avait acheté des billets pour moi de voir Nas interviewé par Anthony DeCurtis à la 92 ème rue Y à New York. Je n'avais jamais été à la salle avant et l'intérieur ressemblait à de nombreux théâtres de Broadway avec un niveau de-chaussée et mezzanine supérieure semblable à la Barrymore. DeCurtis commencé par discuter de certaines des plages spécifiques du Nas dernier album, Life Is Good, avant de discuter de Nas single "Daughters", une chanson dans laquelle le MC de Queensbridge met sa fille souffle pour certains de ses pitreries de médias sociaux. Pour paraphraser Nas point de la chanson: "Ma fille a posté toutes sortes de choses sur Facebook et Instagram, prétendant qu'elle était« ghetto », et pour être franc, elle n'est pas. Je lui ai dit cent fois de le couper, mais elle ne voulait pas, alors j'ai décidé de prendre un itinéraire différent. "Le public éclata de rire après l'histoire en arrière, et l'interview a commencé à gagner une énergie   qui avait d'abord été absent.
Après la discussion obligatoire de Illmatic (où Decurtis honteusement mal cité l'emblématique: «Je ne sais pas comment commencer cette merde" (à partir de Nas "NY State of Mind"), la discussion se dirigea vers plus grands sujets concernant l'industrie et Nas carrière. La légende était assez humble pour se moquer de lui-même pour une partie de sa sélection rythme wack dans le passé, mais il a assuré l'auditoire qu'il n'écrit que s'il se sent vraiment ému par un instrumental.
DeCurtis commencé à prendre des questions de l'auditoire, provoquant une discussion sur le "gangster" persona dans le rap et l'évolution de Nas à partir des thèmes violents de Queens. Réponse de Nas a été extrêmement pensé provoquer (paraphrasé encore une fois): «J'ai été dans le jeu assez longtemps que je ne peux pas garder rapper sur la même merde vieux. Il ya un tas de vétérans de nous comme ça. C'est pourquoi quelques-uns des MCs âgées ne font pas plus albums. Parce que les jeunes gars veulent les vieux trucs, et les vieux gars sont fatigués de rapper sur les mêmes sujets. Je pense que certains MCs autres de New York doivent prendre note. "
Ce sujet est resté dans mon esprit tout au long du reste de l'entrevue. Il est intéressant de voir comment le rap, un genre qui a commencé assez saine, est devenu un genre associé avec des médicaments, des armes, de la violence, et les insultes. Dans le légendaire "Delight Rapper", un verset entier est dédié à quand vous passez à la maison de votre ami et la nourriture "n'est tout simplement pas rien de bon". Dans les années 80, si vous étiez à rapper, vous étiez un rappeur, et vous pourriez rap sur ce que vous vouliez sans avoir besoin de prouver vos qualifications en plus de rappeur.
Maintenant, quand les années 90 et enroulé autour de légendes du hip-hop comme le Wu-Tang Clan, Tupac, Biggie et a grandi à la notoriété, un tournant dans le rap s'est produite. BIG est devenu célèbre en racontant son histoire avec le personnage d'un trafiquant de drogue big time. Cependant, un examen de fond de Biggie révèle qu'il était seulement un courtier de niveau intermédiaire au plus. Malgré le jeu fissure étant une petite partie de son histoire, Biggie entendu que les sujets-femmes, la drogue et les armes-que, il frappa sur évoqué un sentiment de familiarité pour les jeunes noirs, l'un des plus grands du rap démographie. Que ce soit ou non les événements BIG abordés étaient vraies ou non n'a pas d'importance tant que la piste était racontable. Les années 1980 ont amené la musique rap de bien-être, mais il a aussi apporté l'épidémie de crack qui fait des ravages sur les communautés de New York. L'Amérique était devenue un lieu plus violent, et le rap reflète cette transition comme le gangsta rap persona fait son chemin dans le public par le biais des rappeurs célèbres.
Cependant, même après l'épidémie était terminée, les effets de l'ère fissure avait modifié le rap de façon permanente. Après les Death Row Records et Bad Boys dossiers feud, deux des plus grands rappeurs de tous les temps morts ont été laissés à la violence armée comme la raison. Les mères en deuil a condamné la violence et a même fait une apparition publique ensemble. Même après cette incroyable tragédie cependant, l'idée d'être gangster vécu. Les rappeurs qui n'avaient jamais été vendues médicaments ou impliqués dans des gangs ont commencé à utiliser ces thèmes pour saisir une carrière, même si le monde avait perdu deux de la meilleure grâce aux armes à feu. L'enfer, l'un des plus grands joueurs dans le rap game aujourd'hui a volé son nom d'un trafiquant de drogue réelle, "Freeway" Rick Ross. Oui, Rick Ross a même été poursuivi en justice par Freeway, un trafiquant de drogue ex qui ne lance son action en justice après avoir appris que Rozay avait déjà été employé comme agent correctionnel (hey, j'ai entendu dire qu'il était chillest la PO jamais).
Comme le rap est devenu de plus en plus commercialisables et acceptée, grands labels sauté sur le train en marche, en achetant des étiquettes plus petites rap et la création d'empires modernes rap. Les artistes qui ont signé à ces étiquettes, du moins quelques-uns qui ont fait pousser poids échangé leurs signatures pour leur vie d'armes à feu et de la vente de drogue.   Pourtant, malgré désormais faire de l'argent de la musique plutôt que des médicaments, ces rappeurs même encore parler de leur vie comme ils le sont encore dans le coin avec un glock dans leur ceinture. Cela pose la question: pourquoi ne rappeurs continuent de se présenter comme des trafiquants de drogue et des assassins quand ils ont soit quitté ce mode de vie derrière, ou n'ont jamais été une partie de celui-ci en premier lieu?
Prenons par exemple Big Sean. Le jeune rappeur de Detroit a commencé sa carrière en frappant sur l'abstinence et la sobriété dans les écoles locales. Loin d'être un gangster, Big Sean avait plus en commun avec un professeur d'école du dimanche d'un trafiquant de drogue, mais ces jours-ci, vous pouvez prendre le rappeur parle des mauvaises herbes et avoir besoin d'un AK47. Qu'est-il arrivé là?
Qu'est-ce qui s'est passé, son désir de gloire et de la volonté de changer son style pour le succès commercial. Sean est un gars intelligent, et lui et son label sais que rapper à propos de Jésus n'est pas ce que le public attend d'un rap "rappeur réel." En effet, le public s'attend à entendre parler les armes, putain de putes, bousculant roche fissure, et la fabrication du papier . Pour une raison quelconque, le public aime l'idée que ces rappeurs sont en baisse millions dans le club de striptease tout en vendant du crack hors de leurs maisons chères ...? Bien sûr que non, ils ne sont pas. Ils ne sont pas à vendre du crack hors de leurs maisons, et plus souvent qu'autrement, ils ne portent pas d'armes à feu (pistolets semblent être la seule chose qui peut réellement obtenir un temps de prison rappeur, TI appris à la dure), mais à moins qu'ils ' re discuter de ces sujets, ils ne seront probablement pas se rendre à la radio.
Avec les genres émergents littéralement dédié à la musique trafic de drogue comme Trap (le trafic de drogue musique du sud, surtout Atlanta), je ne peux que me demande quand le stigmate que les rappeurs doivent être des voyous de trafic de drogue se terminera. Rappeurs comme Mac Miller ont augmenté les rangs sans parler des «négros killin», mais même alors, Mac s'appuie toujours sur son personnage de mauvaises herbes rappeur de succès. Il ya plusieurs façons que tant de parler du club de strip tease, la cuisine crack, et de mettre cette chromé aller à votre dôme, mais il ya un million d'autres choses à raconter qui n'impliquent pas de violation de la loi, aussi. Il est difficile pour le rap de s'imposer comme un art aux générations plus âgées lorsque le jeune semble glorifier ces rappeurs pour tuer et vendre de la drogue. Comme nous nous dirigeons vers la deuxième moitié de cette décennie, je ne peux qu'espérer que nous n'avons plus de déterminer l'authenticité de la façon dont ghetto est un rappeur, mais la façon dont le rappeur rend justice à cette forme d'art. Vétérans comme Nas ont réalisé leurs journées dans les rues sont juste une petite partie de leur histoire, et il est temps pour d'autres MCs établies pour quitter soutenir les mêmes thèmes redondants, à la place, faire évoluer le genre à un talent au lieu d'un mode de vie.
Ce ne sera pas un processus facile à retirer les notions préconçues de ce qui fait un "authentique" rappeur, mais comme la génération dorée du hip-hop chiffres vieillit et plus sage, je pense que nous allons en apprendre davantage sur l'état de rap de quelques-uns des ancêtres du genre. Nas soutient qu'il a fait "Hip Hop Is Dead" pour que les gens commencent à discuter de l'état du rap game, et que la piste et de l'album certainement suscité beaucoup de controverse, une réponse qui Nas a dit qu'il voulait. Nous ne pouvons pas avoir evryone dans le rap jeu sur les clubs de striptease et de médicaments, mais nous avons aussi ne peut pas avoir tout le monde dans le jeu râler à ce sujet pour. La seule chose pire qu'un rappeur wack est un rappeur qui se plaint seulement de rappeurs wack, de sorte que le rap ne cesse d'évoluer, je vois une résurgence de varrying sujets comme s'opposer à la singularité de la «vie de rue" qui sévit dans le jeu pour la deux dernières décennies. Avec la hausse des rappeurs comme Kendrick Lamar se concentrer sur la narration encore une fois, ce n'est qu'une question de temps avant de voir les styles sensation rap bons ressurgissent des années 80 encore une fois.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.cypherleague.com/blog/editorials/nas-interview-searching-for-a-new-authenticity-in-rap/%3FBlogID%3D3906&ei=ZHIfUb_VKZSAhQf18YDADQ





Interviews
Nas
Par Ryan Dombal Décembre 6, 2006

Je suis assis en face de Nas dans un bureau de Def Jam quelconque surplombant le centre de Manhattan. Ses yeux sont, bien sûr, mi-clos. Comme il est assis derrière un grand bureau, il est à la fois à l'aise et sur ses gardes. Ce n'est pas le bureau de Nas, mais il possède certainement la pièce. Nas se détache aussi intimidant. Et déroutant. Et contradictoires. En gros, les mêmes caractéristiques qui font de lui un élément crucial, le rappeur complexe aussi lui faire un entretien difficile. Ainsi, au cours de notre demi-heure en tête-à-un, il lui arrivait de passer sur les tangentes sur Jim Morrison ou ouvertement s'opposer points qu'il avait à peine quelques secondes plus tôt au sujet de sa moissonneuse-Hop prêt record de Hip nouvelle Is Dead. Cependant, étant donné sa nature insaisissable, récits de torsion de telles internes ne sont pas très surprenant. Mais même avec son extérieur calme et en pleine forme, il y avait un moment de grâce candeur non scénarisées à un appel entrant sur son portable. "Hey Nas! Hey baby! Comment est Kelis belles?" dit une voix fortement accentuée sur haut-parleur. "Hey mec, je fais une interview en ce moment, puis-je vous rappeler dans 10 minutes?" Nas a répondu avec tact rejetant l'appelant excité. "Je suis désolé", at-il dit, en repliant le téléphone à distance. Il s'avère que Nas est en fait, comme, poli.
P: Dans une interview récente Rolling Stone, vous avez dit que vous essayiez de "inspirer un fils de pute à aller au-delà d'un bœuf ou d'aller platine" avec Hip Hop Is Dead. Mais vous avez également dit que le hip-hop »est révolu, le baiser, l'exploiter et pisser dessus." Ainsi, avec cet album, voulez-vous guérir ce qui vous amène à être maux de culture ou êtes-vous en profitant de ces maux pour essayer de vendre plus de disques? Qu'est-ce que le titre signifie pour vous exactement?
Nas: Certaines personnes disent que c'est gras. Certaines personnes disent que je dis ce qu'ils veulent dire. Certaines personnes ne sont pas d'accord. Certaines personnes sont outrés. Certaines personnes veulent voir ce que l'album est sur le point. Pour moi, le hip-hop est mort depuis des années. Nous devrions tous savoir que, come on. Cela étant dit, puis, le but du jeu consiste maintenant à faire de l'argent de l'exploiter. C'est ce dont il s'agit - obtenir cet argent. C'est en gros ce que je dis.
P: Mais n'est-ce pas un point de vue conflictuels? Vous dites que d'autres rappeurs essaient juste de gagner de l'argent et c'est ce qui porte le hip-hop vers le bas, mais alors que vous faites la même chose. Comment conciliez-vous cela?
Nas: Ce n'est pas seulement une entreprise pour des rappeurs, c'est un métier pour les maisons de disques. Il se passe de toute forme de musique. Ce n'est pas seulement le hip-hop qui est mort. La plupart du temps toutes les formes de la musique américaine est morte. Il est mort. R & B n'est pas vraiment bon. Vous avez une poignée de gars formidables - Ne-Yo, R. Kelly, Usher. Vous avez une poignée de grandes artistes féminines. Mais pour la plupart évolution du monde de la musique et le changement est bon. Vous devez faire des ajustements si vous voulez survivre dans ce monde. Vous commencez à penser à des moments créatifs - bonheur. Quand tout allait bien. Vous vous rendez compte que, par rapport à la façon dont le hip-hop a commencé, là où nous devrions être à l'heure actuelle n'est pas là. Pour ne pas dire wack tout le monde. Ou Nas est wack. Mais je suis en train de susciter la réflexion pour la mise en suivant et MCs à venir pour faire quelque chose de différent.
Pitchfork: Quel a été le point tournant quand vous pensiez que le hip-hop a commencé à aller dans la mauvaise direction?
Nas: Après Biggie et Pac est mort, il est parti avec eux.
Pitchfork: Comment pensez-vous que ce serait différent si elles n'avaient pas été tués?
Nas: Il aurait été mieux dans la mesure où la créativité, le talent artistique. Ils l'ai eu mal cependant. Je pense que les gens aiment leur plus qui ils sont partis. La jalousie qui était autour d'eux était si grande. Avec de la musique rap, parce que tout est tellement dans la rue, vous êtes traité comme un chat de la rue: «Très bien, vous avez été eatin 'assez, vous êtes gros, sortir de la voie maintenant et laisser quelqu'un d'autre trouver. " Ils n'auraient jamais ressenti l'amour qu'ils reçoivent aujourd'hui.
Pitchfork: Y at-il d'autres moments que vous pouvez penser quand le hip-hop a perdu son chemin?
Nas: Comme il est devenu vraiment mondial, il a aidé mais il a aussi mal en même temps.
P: Comment ça?
Nas: En devenant mondial on ne sait d'où il vient. Personne ne sait qui est-il en train de faire. Il fut un temps où tu savais que Jim Morrison était dope. Vous saviez que Kurt Cobain était dope. Vous saviez qu'ils étaient de la merde. Mais au moment où il se transforme en ce qu'il se passe maintenant, vous ne savez pas. Comment les enfants vont être inspiré pour créer quelque chose d'innovant quand ils sont influencés par une partie de la merde qui se passe maintenant, ce qui représente environ se contenter de copier et de le transformer en une entreprise? Vous n'avez jamais eu la chance de connaître Muddy Waters ou la merde que voulait vraiment dire quelque chose. Vous n'avez même pas attention.
P: Vous sentez-vous comme il y avait eu un moment où vous avez introduit dans ces aspects négatifs vous-même?
Nas: Tout à fait. On se perd dans la masse et le tourisme et l'argent et l'entreprise et le travail et le fonctionnement. On se sent bien parfois. Mais quand vous vous sentez comme vous voulez tirer en arrière et obtenir votre merde ensemble, vous ne pouvez pas parce que vous êtes si loin de nous.
Pitchfork: J'ai regardé le "Hate Me Now» vidéo sur YouTube récemment et - même si je pense qu'il détient vraiment bien - j'ai été frappé par la façon dont il est si différent de ce que vous faites maintenant. Regrettez-vous rien de tout cela vraiment over-the-top?
Nas: Nah. Moi et Diddy, nous avons commencé la chose bling. J'ai appelé moi-même le roi bling. Mon tout est à mettre sur le plus grand de la chaîne - de la glace sur l'étoffe. Puffy était de sortir et de se surpasser. Nous aimerions obtenir avec R. Kelly en tournée et il était venu avec plus de chaînes. Cela se passait sur 80 tours, mais ils ne l'appelaient pas bling et ils ne portaient pas de platine ou autant de diamants. Bien sûr, Cash Money et No Limit il a fallu à un autre niveau. C'est notre truc, nous avons commencé ce droit là. J'ai adoré ça. C'était comme si, avec «Hate Me Now", nous avons dû donner 'em quelque chose à nous haïr.
P: Mais quand vous voyez épisode de Master P de "Cribs" et il a, comme plaqués or fourches, pensez-vous que c'est un peu trop?
Nas: C'est son truc, c'est ce qu'il a fait [rires].
Pitchfork: réécoutant à Disciple Street, ça sonne comme un album indépendant - il est si intransigeant là-bas et lyrique. Avez-vous prendre une décision consciente d'elle régner dans de Def Jam sur cet album?
Nas: je l'ai fait au début, mais même quand j'essaie de le tirer en arrière avec les producteurs qui sont les plus connus pour le son actuel, il est toujours va tourner pour être ce que je veux faire. Lorsque je tente de ressembler à son contemporain, il ne tourne jamais comme ça [rires]. C'est juste moi.
Pitchfork: Y at-il des producteurs-vous particulièrement envie de travailler sur ce disque?
Nas: J'ai toujours voulu travailler avec Kanye West. Il serait le principal.
P: Oui, tu es à la fois sur Late Registration et l'avocat du médecin, et les deux Kanye et le jeu sont le Hip Hop Is Dead. Est-il sûr de dire que ce sont les deux gars plus jeunes que vous vérifiez le plus en ce moment?
Nas: Ouais. Le jeu est un monstre. Il est tout au sujet fais ce qu'il doit faire. Il va prendre sur le monde entier, s'il doit lui-même. Et c'est impressionnant.
P: Tu vois certains de vous dans tout cela?
Nas: Non, il fait ce qu'il fait.
Pitchfork: L'un des titres de l'album échantillons nouvelle "Unforgettable", qui est un geste audacieux ...
Nas: C'était incroyable. Qui se trouve totalement hors de moi, parce que c'est un classique chanson Nat King Cole, lui d'être le gars de son époque. C'est quelque chose que vous n'avez pas vraiment envie de toucher parce que c'est tellement grand. Mais je me sentais comme cet album a été un moment épique pour moi, alors pourquoi pas?
Pitchfork: Regard sur quelques-uns des grands noms du hip-hop qui sortent des albums de cette saison - vous, Jay, Ghost, Snoop - il ya beaucoup de rappeurs essaient de rester pertinent et un succès commercial avec leur sixième, septième, LP huitième, qui est une sorte de terra incognita pour le genre. Ne vous inquiétez pas à ce sujet? Est-il intéressant?
Nas: On va être le [longue pause] d'abord de vrais artistes de rap. Période. Et ça fait peur parce que j'ai toujours pensé que c'était Run-DMC, j'ai toujours pensé que c'était Rakim. Ils sont toujours les ancêtres. Mais nous entrer dans quelque chose qu'ils n'ont pas fait. Nous réinventons le jeu, et le hip-hop n'a jamais vu ça. La merde est fou.
P: Vous avez parlé de Gnarls Barkley comme un acte que vous pensez pousse les choses musicalement. Voulez-vous jamais envisager de faire un disque de rap moins traditionnelle s'apparente à un album?
Nas: Je ne fais pas ce que Gnarls Barkely faire, je viens de comprendre ce qu'ils ont fait et ce que musicalement Andre 3000 a fait musicalement - il suffit de la bravoure. Je pense Andre 3000 peut être l'un des plus braves artistes de la musique rap. Et Gnarls Barkley est la seconde venue de cela. J'adore ça.
Pitchfork: En même temps, il ya une différence entre être courageux et faire réellement la grande musique. Prince est un exemple évident de quelqu'un qui faisait des choses vraiment étranges qui étaient aussi incroyable et populaire. Mais je ne vous connais pas si on peut dire la même chose pour quelqu'un comme Dre ...
Nas: Eh bien, vous ne pouvez pas compter sur un homme parce qu'un dossier est allé ... une direction différente. Tu dois compter les choses qui ont obtenu, pas les échecs. Surtout quelqu'un comme André qui n'a pas eu beaucoup de ratés.
Pitchfork: J'ai interviewé récemment commune et lui a demandé à propos de certains rappeurs contemporains et il a dit qu'il n'écoute pas vraiment à ce que beaucoup de rap le plus vieux jazz et R & B de nos jours. Où êtes-vous aussi loin que se tenir sur les choses?
Nas: J'écoute tout ce qui est bon. C'est pourquoi je travaille avec jeu, il est dope. J'aime Kanye. Twista. Même la merde que c'est cool pour danser - je l'appelle la musique entracte. C'est les trucs que nous écoutons entre les fois que les bons artistes sortent.
P: Donc vous pensez qu'il ya une place pour des groupes comme Dem Franchize Boyz?
Nas: Certainement. Au crédit des pays du Sud, ils ont gardé les lumières allumées dans le hip-hop depuis au moins deux ans. Et je rock avec tous leurs dossiers. Le hip-hop n'est pas mort à cause du Sud, c'est un retard. Quand j'ai appelé l'album à l'origine, je pensais que je me suis mordu outre de plus que je pourrais mâcher mais tu serais un idiot de penser que je parle de la façon dont le Sud a tué le hip-hop ou comment New York n'est pas là où elle devrait être, ou où il était autrefois. Il m'a dit: "Merde, j'ai besoin d'expliquer cela?" Mais j'ai pensé: «Non, la preuve est là. Nous devons savoir ce que c'est." Je pense que le public hip-hop à l'avant-garde. Je veux qu'ils soient là où je suis ou au-delà où je suis.
Pitchfork: Quel est votre avis sur l'état du pays et les élections actuelles? Avez-vous voter?
Nas: Non jusqu'à ce que [Barack] Obama va ... ou peut-être même lorsque Mme Clinton s'exécute. Obama est un chat excitant.
P: Il semble que peu importe à quel point vous faites un album, tout le monde est comme, ". C'est bien ... mais ce n'est pas Illmatic" D'une façon bizarre ne jamais vous désirez Illmatic n'était pas si chaud?
Nas: je n'ai jamais pu veux souhaiter cela. Parce que s'il ya un dossier que je fais c'est aussi bon que Illmatic, il ne serait pas intentionnelle. Quand je dis aussi bon que Illmatic, je veux dire à ces fans Illmatic, à leur avis. Je veux que chaque album de dire quelque chose de différent et d'être mieux acceptée que la dernière mais je n'ai pas de point de surpasser n'importe quel album particulier de la mienne.
P: Avez-vous déjà écouter vos propres albums?
Nas: Peut-être une fois par an. Tout au plus peut-être trois fois par an.
Pitchfork: Envisagez-vous une tournée pour le nouvel album?
Nas: L'année prochaine. Probablement avec d'autres personnes, ne savent pas encore. Je ne veux tournée. Je veux faire quelque chose de différent sur scène. Quelque chose de plus excitant.
Pitchfork: J'ai été à l'origine récentes montrent au Radio City il ya quelques mois où vous êtes sortis pour faire une courte série avec eux.
Nas: C'était sympa avec un groupe live. C'est ce qui me fait vraiment envie de faire un peu la merde en direct.
P: Est-il possible de vous le faire beaucoup fait parler d'album avec DJ Premier bientôt?
Nas: Je l'espère. Nous devons terminer nos esprits autour de faire cela, et cela seulement. Tous les deux nous. Et il pourrait être passionnant.
P: Est-ce qu'un projet comme celui-ce possible avec toutes les étiquettes politique que vous auriez à aller au-delà?
Nas: Je suis sûr que nous allons rencontrer des obstacles sur la route, mais si c'est censé être cela se produira. Si nous mettre en place et de la chimie est là, ça va arriver.
Pitchfork: Réflexion sur l'histoire de la musique populaire américaine au cours des 50 dernières années, Motown finalement tombé après beaucoup de succès, et la roche a été considéré comme un déclin avant le punk pêle-mêle les choses dans les années 70 en retard. Pensez-vous que c'est inévitable pour des genres à stagner après un certain temps et devenir un regain d'énergie?
Nas: Tout à fait.
P: Et je suppose que vous pensez que l'appel d'un album Hip Hop Is Dead est la meilleure façon de le faire?
Nas: Tout à fait.
Pitchfork: Pensez-vous qu'il y ait quelqu'un d'autre suite à votre initiative?
Nas: Je pense que tout le monde va [rires].

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://pitchfork.com/features/interviews/6499-nas/&ei=ZHIfUb_VKZSAhQf18YDADQ







La controverse Nas et pourquoi rappeurs ont peur de Ghostwriters
Par Complexe Mag | 16 août 2012
Ecrit par Brad Wete

Le hip-hop a toujours eu à vivre jusqu'à un niveau d'authenticité artistique qui aucun autre genre must.

Cela fait plus de 10 ans que Sean Combs (P. Diddy puis) d'abord frappa un des plus hardis de son, le plus discuté, et les lignes les plus notoires. "Ne vous inquiétez pas si j'écris des rimes," at-il déclaré sur son 2001 single "Bad Boy for Life», «j'écris des chèques." A l'époque, ses mots sont venus comme une révélation immense, et aussi une confirmation de ce genre de remarques qui ont été habituellement juste chuchotait. Dans un moment de franchise qui était rare dans le rap-un genre qui détient les artistes à un niveau sérieux de realness, l'homme derrière l'empire Bad Boy, et une star du hip-hop dans son propre droit, a ouvertement avoué qu'il n'avait pas préoccuper de savoir si les fans connaissaient ses chansons n'étaient pas de son propre fait.
Plus que tout autre genre de musique, le hip-hop on s'attend à ce qu'il marche comme ils le parlent. Un rappeur révélant qu'ils n'ont pas écrit leurs propres textes n'a jamais été aussi cool. Certains pourraient appeler cela un double standard. R & B chanteurs comme Beyoncé, Usher, Mariah Carey et des légendes, même Dearly Departed comme Michael Jackson et Whitney Houston ha avons tous chanté des chansons partiellement ou entièrement écrites par d'autres auteurs. Pourquoi devrais-hip-hop en être autrement? Ce n'est pas comme les talents des artistes précités »vocales ne peuvent pas être apprécié indépendamment de paroles dont ils sont performants. Comme le grand et regretté MC Guru a dit: «C'est surtout la voix." Tonalité vocale et la circulation font tous partie de l'émotion qu'un grand morceau de hip-hop offre. Pour une raison quelconque, le rap porte un fardeau supplémentaire. La promesse tacite que ce que l'artiste dit vraiment qui leur est arrivé est ce qui sépare le genre de tout autre.

La promesse tacite que ce que l'artiste dit vraiment qui leur est arrivé est ce qui sépare le genre de tout autre.

C'est pourquoi l'écrivain célèbre et hip-hop Rêve causé par inadvertance historien Hampton tel tumulte dans la nuit de lundi, quand elle a affirmé lors d'une conversation Twitter que Jay Electronica et stic.man de la prez rap duo morts a écrit une grande partie de Nas Untitled album de 2008. La réaction de choc et d'incrédulité que son tweeter a suscité à travers l'Internet était analogue à un enfant de découvrir la maman et pop cadeaux posés sous le sapin de Noël, et pas bon vieux Nick Saint.
Hampton est pas si une discussion privée a commencé avec un ventilateur tweeter à son sujet activiste de charge récente de Harry Belafonte que si Jay-Z ne soutiendrait pas afro-américains causes et les œuvres de bienfaisance (qui, soit dit en passant, il le fait), il devrait au moins représenter l' la culture dans la lumière Nas a fait dans son album de 2008 Sans titre (anciennement intitulé Nigger). "Je pense que Jay écrit ce qu'il croit," Hampton répondu dans le tweet entendu 'autour du monde. "Nigger album de Nas a été en grande partie rédigé par stic de dead prez et Jay Electronica."
Comme les retweets multiplié, les amateurs de blessent et Stans semblait éteint. L'allégation n'a pas pu ha ve venir à un pire moment pour Nas, qui a actuellement le vent en poupe au large de la libération de l'un de ses meilleurs albums , La Vie est Belle. Plusieurs singles de l'effort, des compositions très personnelles au sujet de son divorce de l'ex-femme Kelis ("Bye Baby") et de son enfant premier-né («filles»), sont en rotation constante de radio aux côtés des oeuvres de Drake, Rick Ross, et 2 Chainz . Nas a eu chaud encore en racontant ses histoires. Sont à l'écoute à la question de savoir s'il avait besoin d'aide pour mettre ces pensées ensemble, aussi?
Nas n'a pas encore de parler de ces allégations récentes. Mais la semaine dernière, lors d'une visite au Quartier Big Boy sur KPWR 105.9 FM, l'artiste a demandé s'il a déjà utilisé un nègre. "Non," répondit-il froidement. «Vous savez qui sont mes nègres? Mes amis, les gens que je rencontre dans la rue. J'ai lu des choses ... Quelqu'un va dire quelque chose qui suscite en moi quelque chose. "

Nas a eu chaud encore en racontant ses histoires. Sont à l'écoute à la question de savoir s'il avait besoin d'aide pour mettre ces pensées ensemble, aussi?

Au cours des deux derniers jours à la fois des auteurs présumés Untitled ha ve apparemment refusé de faire soulever des objets lourds lyrique pour le Fils de Dieu. . Sur sa page Facebook stic homme a écrit: «En ce qui concerne les rumeurs sur moi-même et Jay Electronica ghostwriting pour Nas, laissez-moi vous dire ceci: Nas est l'un des, sinon les paroliers les plus prolifiques d'origine à jamais le faire. Ma contribution à son album étaient collaboration et un honneur et sous sa direction, de ce qu'il voulait faire passer et dire. Haters ne peut discréditer le génie de cet homme. Nas est le Don. "
Electronica suivi sur Twitter, en disant: «Nas est l'un des Greatest Ever. Jamais et ne sera jamais besoin d'un nègre. Plume que l'homme et son héritage est sans aucun doute. "
Leurs deux commentaires nécessitent des exercices en lisant entre les lignes. Ni dit catégoriquement qu'ils n'ont jamais écrit les paroles de Nas. Au lieu de cela, ils ont opté pour le louer.

Dans tweets plus tard, Hampton prétendu ha avons entendu "similaires", 6 chansons qu'ils ont contribué comme des références vocales pour Nas, ajoutant qu'elle "verser des larmes voyou» en raison de la déception qu'elle ressentait. Hampton dit qu'elle va s'en tenir à ses prétentions, "même si tout le monde participe le nie." Mais elle souligne également que «Nas serai toujours top 10 pour moi. Je me souviens d'être blessé à ce sujet à l'époque. Mais je m'en fous maintenant. "Dans une série de tweets plus tard, elle a ajouté:« Je souhaite rappeurs ont l'espace pour dire «je suis resté bloqué, en plus, je ne sais pas vraiment ce truc révolutionnaire comme ça, donc j'ai passé la plume ... Y'all devrait gi ve eux cet espace. "
Un autre acclamé par la critique artiste hip-hop, Talib Kweli, a offert quelques commentaires surprenants via Twitter en ce qui concerne l'écriture anonyme et hip-hop. "Nas pourrait laisser Rebecca Black écrire son prochain album pour tous les soins que je," il a commencé. "Il nous a donné des classiques trop souvent. Aucune donnant sur cet homme. Et si stic et Jay Elec veux contribuer à mon projet, je vais envoyer une voiture pour qu'ils crèches en ce moment, mon fils. "Son état d'esprit progressiste fut un moment de vraie conversation, soulignant que le produit final est tout ce qui compte. Ou à tout le moins, il ne fait pas de mal d'avoir des pairs dans le studio pour aider à éditer et remue-méninges. Pourtant, quelques-uns de ses pairs semblent désireux de se joindre à lui en prenant cette position publiquement.

Le fait est que toute personne impliquée dans l'industrie de la musique sait que les rappeurs utilisent ghostwriters tout le temps.

Deux célèbres rimeurs qui ha ve figurant sur les pistes avec Nas tout au long de sa carrière a refusé de commenter ou non Nas avait déjà utilisé un nègre ou même la politique d'avoir un ensemble. "En fait, je veux l'histoire allait mourir», dit l'un. Un éminent journaliste de l'époque de Hampton a refusé de commenter le dossier, mais il interrogé en privé sa motivation personnelle. "Si et quand Jay [Electronica] lui a dit qu'il a été écrit pour Nas, je suis sûr qu'il lui disait comme un ami et non pas pour elle de révéler à quelqu'un d'autre ce jour-là ou des années plus tard. Et qu'est-ce qu'elle a vraiment le savoir? Elle ne sait pas si il a juste eu blocage de l'écrivain et de les utiliser pour l'inspiration, s'il a utilisé une barre de lui ou des chansons entières. Et cela n'aide pas qu'elle est si proche de Jay-Z. "Hampton a écrit Jay-Z biographie abandonné, Le livre noir, ainsi que son livre 2010 Analyse lyrique décodé. "Maintenant, même elle ce qu'elle dit est vrai, il semble comme si elle a bardage avec Jay en raison d'une relation personnelle."
Bien Hampton a fait de son mieux pour minimiser ses allégations comme Nas pas une grosse affaire, d'autres ha avons évidemment pris comme tel. Mais le fait est que toute personne impliquée dans l'industrie de la musique sait que les rappeurs utilisent ghostwriters tout le temps. Bien qu'ayant clairement un écrivain n'est pas quelque chose à se vanter, il ya quelques exceptions à la règle. Sauce Money et Smitty sont mieux connus que ghostwriters que comme des rappeurs. Biggie a été largement supposé ha ve écrite pour Lil Kim, et Jay-Z pour Foxy Brown. Et il ya d'autres exemples.
Dans une récente interview Complexe Wu-Tang Clan de l'Homme Méthode membre a expliqué que Retourner Ol 'Dirty Barstard Pour Les 36 chambres de l'album: Dirty Version a été largement écrite par son compatriote membres RZA et GZA. «La majorité des versets sur cet album sont de vieilles comptines et des rimes RZA GZA," Meth dit. «Je me souviens GZA et ODB obtenu dans un argument d'une nuit. Et GZA était comme, 'Nigga, le plus de cette merde sur ton album est putain de mines de toute façon! "
Ice Cube aurait écrit pour Eazy-E quand ils faisaient partie de NWA Jay-Z aurait fantôme écrit pour Dr. Dre sur l'année 1999 "Still DRE" et Royce Da 5'9 "" The Message "de ce même album. Il semble raisonnable de supposer que Kendrick Lamar a écrit verset Dre sur leur «La recette», et qui peut dire qui a écrit les versets de «3 rois», sa récente collab avec Rick Ross et Jay-Z.
Même l'accusé Nas aurait écrit pour les autres. On dit qu'il a écrit grand club de Will Smith couper "Wit Jiggy Gettin 'It" ainsi que le verset Diddy Press Play sur le «Everything I Love».

Même l'accusé Nas aurait écrit pour les autres. On dit qu'il a écrit grand club de Will Smith couper "Wit Jiggy Gettin 'It" ainsi que le verset Diddy Press Play sur le «Everything I Love».

Dans une année 2010 entretien avec le New York Magazine , Diddy a expliqué qu'il ferait n'importe quoi pour l'amour d'une bonne chanson et qu'il n'était pas ve abo enrôlement écrivains de l'aide. «Je suppose que je suis béni avec la possibilité, comme un chanteur, qui peut travailler avec d'autres auteurs-compositeurs», at-il dit. "Dans le rap, il n'a pas nécessairement été cool, mais je pense que c'est mon allégeance à la chanson. Si quelqu'un pouvait m'aider à faire la chanson mieux, je ne m'inquiète pas vraiment ce que pensent les autres. Je sais que j'ai co-écrit plus de la moitié de mon album, qui est le plus que je n'ai jamais écrit dans ma vie. "
C'est peut-être bien pour Puffy, qui est célèbre en tant que producteur et homme d'affaires, aussi bien en tant qu'artiste. Mais peu importe combien Hampton tente de le minimiser, affirmant que l'emblématique MC-largement considéré comme un grand poète de son temps-didn't créer tout de son art est une affaire énorme. Nasir bin Olu Dara Jones n'est tout simplement pas rapper . Il est l'un des paroliers les plus célèbres du hip-hop, facilement classement de tous les temps sur toute critique du Top 5. Si c'était le cas Flo Rida ou LMFAO étant accusé d'avoir enrôlé des paroliers pour la location, le tollé serait pas loin d'être aussi fort.
Imaginez si John Lennon ou Bob Dylan a avoué que leurs classiques avaient été parqués par ghostwriters ou si quelqu'un de la note affirmé que Maya Angelou ou Gil-Scott Heron n'a pas écrit leurs propres paroles. Leurs fans serait aussi livide que Nas étaient cette semaine. De façon détournée, la quantité d'attention ces allégations ha avons reçu prouve à quel point un Nas artiste est et ce qu'il représente pour le hip-hop. Toutes les rappeurs ha ve est leur parole, mais certains ont plus de poids que d'autres. C'est juste la façon dont il est.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.complex.com/music/2012/08/the-nas-controversy-and-why-rappers-are-afraid-of-ghostwriters&ei=ZHIfUb_VKZSAhQf18YDADQ






Nas
sur Marvin Gaye mariage, au rôle parental et Rap Genius

par NPR
20 juillet 2012

Nas, qui à 38 ans vient de sortir son 10ème album, Life Is Good.
Avec l'aimable autorisation de Def Jam Records
Le vétéran rappeur Nas , qui a sorti son 10e album, Life Is Good, cette semaine, a parlé aux week-ends sur All Things Considered animateur Guy Raz de la rupture de son mariage avec la chanteuse Kelis , le rôle parental, son processus d'écriture et sa recherche de la paix intérieure. Entendre la version radio de la liaison audio et lire la suite de leur conversation ci-dessous.
GUY RAZ: Je voudrais commencer par poser des questions sur la couverture de ce nouveau record - vous portez un costume blanc et il ya une robe de mariée verte drapée sur vos genoux. Quelle est l'histoire de cette photo?
NAS: J'ai eu un divorce très public. Ils ne sont pas faciles - divorces - et il m'a fallu beaucoup de temps pour vraiment passer à travers. La pochette de l'album qui vous donne, il vous donne ce qui se passe avec moi, ce qui s'est passé pendant ma pause des albums solo. Je vous mettre au courant de là où je suis. Et il est là - en fait pas sa robe en entier, car il ne serait probablement pas en forme dans la photo parce qu'elle était si grande, mais cela faisait partie de sa robe, la partie qu'elle avait laissé derrière lui.
Il ya un thème réapparaître tout au long de cet album - il s'agit de trouver la paix, la paix intérieure. Bien sûr, cet album a été écrit avec la toile de fond de l'effritement de votre mariage. Quelles autres choses se passaient dans votre vie en ce moment?
Oui, beaucoup, mec. Que j'avais vécu, bien sûr, le divorce et j'avais été frappé avec des taxes qui m'a vraiment montré d'être prudent qui travaille avec vous et votre argent, et vous devez être celui qui est responsable de votre argent - vous pouvez " t confiance à personne et je l'ai fait et je suis tombé sur un problème. Un couple d'autres choses - en essayant de se regrouper, à essayer de comprendre où j'allais vivre et être un mec célibataire à nouveau. Mais j'étais bien, j'étais bon à travers toutes ces choses. Je n'essaie pas de faire une partie de pitié pour moi, je suis tout simplement en indiquant ce qui se passait.

Interviews Musique
Nas, Damian Marley Dig For African Roots Rap de
Je me demande pourquoi vous avez décidé d'ouvrir tant de choses sur votre vie personnelle sur ce disque. Vous vous êtes exposé d'une manière que vous n'avez pas dans le passé.
Dans le passé, j'ai dû faire face à des questions qui m'a frappé comme un jeune homme. Comme un homme qui n'était pas marié, qui n'a pas vraiment eu l'expérience que j'ai maintenant. Aujourd'hui, je suis un mec différent. Évidemment, je suis plus âgé. Je suis passé par beaucoup d'autres. L'affaire la plus forte sous réserve que j'écrivais à propos n'était plus sur moi et grandir.
Si chaque album de rap est de savoir comment vous êtes arrivé dans la hotte et comment vous avez eu à le faire hors de la hotte - J'ai 38 ans maintenant, ceci est mon 10ème album. Je ne voudrais pas d'entendre quelqu'un de l'ordre pendant une longue période à parler de la même chose. Je veux apprendre à connaître cette personne, je veux entendre l'artiste. Je veux les entendre me donner quelque chose que je peux rapporter à, autre que le fait que tout est à propos de se vanter. Donc, aujourd'hui, si je faisais un album juste pour vous vendre une histoire sur la façon dont je suis l'homme, il n'a pas vraiment montré aucun côté humain pour moi. Il est bon de parler de ce qui est réel et ce qui est pertinent.
J'ai lu que vous avez passé beaucoup de temps à écouter un disque de Marvin Gaye , un record séminal, ici, mon cher, ce qui est de la rupture de son mariage.
Oui, je suis un grand fan de Marvin, et je suppose ya environ 12 ans, j'ai entendu cet album, Here, My Dear. Et je pensais que c'était de la folie que du spectacle - il est difficile de trouver cette femme parce qu'il ya tant de femmes jetés sur nous et il ya cette chose la confiance là-bas, et bien sûr, nous sommes des artistes et nous avons besoin de quelqu'un avec un esprit compatible et de trouver que ce n'est pas toujours facile.
Marvin avait épousé la sœur de Berry Gordy. Elle était plus âgée que lui et elle était sophistiquée, elle a été voler. Elle avait les diamants, les perles. Elle savait comment vivre et elle lui a appris à vivre. Elle était son amour et il a fini et il a choisi de faire un album à ce sujet quand d'autres styles de musique sont de plus populaire à l'époque. Il aurait pu profité de ce nouveau style de musique qui a été frappé. Au lieu de cela, ce qu'il avait à faire - il avait ses problèmes fiscaux, toutes sortes de choses - ce qu'il devait faire, c'était donner à ce dossier pour elle, l'argent de l'enregistrement. Mais surtout, il a tourné le dossier dans un dossier à son sujet. Je ne voulais pas le faire. Il m'a inspiré, alors je voulais faire à ma façon.
Vous avez une chanson qui s'appelle "Daughters" et c'est quelque chose qui s'est réellement passé. Votre fille a posté une photo sur un site de médias sociaux et il y avait une boîte de préservatifs en arrière-plan. Vous avez écrit une chanson à ce sujet. Qu'est-ce qui se passait à l'époque et comment vous sentez-vous quand ont été tout cela est sorti?
Je me sentais comme si je n'étais pas là assez. Je me sentais comme elle met sur un acte pour le faire paraître comme si elle était la hanche. Elle est à la maison à faire ces choses et de parler comme elle est dans le monde et dans les rues et faire des mouvements - elle est à la maison tweeting ces choses. Donc, j'ai vu qu'elle avait besoin d'un peu d'attention, et je me sentais comme: «Quel genre de père que je suis pourri que je n'ai pas eu à son avance?" Des choses comme ça me dérange pas et il dérangé sa mère, ce qui est étrange que quand je mets le dossier "Filles" et je dis "Man, je l'aurais poussait à l'école plus, j'aurais été là plus." Je parle de moi-même, aussi. Je n'étais pas le meilleur, et sa mère a parlé publiquement contre ce phénomène. J'ai écrit une chanson sur elle pour y faire face.
Vous avez une ligne là: «. Dieu nous ramène Il nous fait avoir précieuses petites filles." C'est presque comme une ligne d'auto-dérision. C'est un peu comme: «Qui suis-je pour jeter la première pierre?"
Droite. Et c'est aussi dire que je sais que le monde qu'elle a grandi po j'étais gamin, aussi, et à un certain moment, je savais que beaucoup de femmes. Lorsque vous êtes un adolescent, vous voulez rencontrer beaucoup de filles - vous voulez obtenir le plus de filles. Vous ne savez pas quoi que ce soit une question de respect, tu ne sais rien au sujet d'être fidèle et loyal envers votre petite amie. Vous voulez juste être un acteur. Donc, je sais ce qui existe. Je sais ce qu'elle va rencontrer. Regardez ceci: le gars qui pensait qu'il était Casanova, il a une fille, qui doit faire face aux Casanovas là-bas.

YouTube
Vous avez une chanson sur ce disque avec le regretté Amy Winehouse . Vous avez collaboré avec elle dans le passé, et beaucoup de choses ont été écrites sur elle depuis son décès. Que voulez-vous que les gens sachent à son sujet qui n'a pas été écrit à peu près autant?
Amy était à vif. Amy diriez-vous à votre visage tout ce qu'elle ressentait, à tout moment, n'importe où. Amy était sur la musique. Amy, qui a vendu des tonnes de dossiers, a été la chose la plus importante dans le monde et a été en baissant les occasions d'affaires et de gauche à droite. Elle voulais juste vivre sa vie et elle a eu beaucoup de problèmes, beaucoup de démons. Nous le faisons tous.
Cette chanson est à propos de cette chose insaisissable qui est de trouver la personne parfaite, le partenaire idéal - quelque chose qui vous a échappé ainsi.
Eh bien, je pensais que j'en ai trouvé un, et je ne sais pas, mec. Je suis foiré ici, mec. J'ai eu l'occasion de rencontrer des gens du monde entier. Femmes brillantes, des femmes, des femmes hauts courts, les femmes minces, les femmes grosses, you name it. Mais, je ne les rencontrent pas. J'ai les possibilités d', et c'est un peu - je suis un peu timide, donc je ne les rencontrent pas et je ne sais pas qui est bon pour moi. J'ai regardé des gens comme Harry Belafonte - il a été marié trois fois, comme, Richard Pryor - il a été marié cinq fois, comme. Donc, beaucoup d'hommes riches sont confrontés à des problèmes à trouver l'amour. Je suis sûr que belle, les femmes riches sont confrontés aux mêmes choses parfois. Halle Berry n'arrive pas à faire une pause, vous savez ce que je veux dire? Donc, c'est juste quelque chose que je ne sais pas si nous aurons jamais comprendre. J'espère que je fais pendant que je suis ici.

Le dossier
Lorsque Old School était nouveau: Nas "It Aint Hard To Tell"
Je veux vous poser des questions sur l'arc de votre carrière. Votre premier album, Illmatic, n'était pas seulement acclamé par la critique rap, mais est maintenant largement considéré comme l'un des dossiers plus grands de tous les temps de tout genre jamais réalisé. Qu'est-ce que vous voulez dire par vos paroles à ce moment-là?
Je voulais dire ce qui n'a pas été dit. Je voulais donner aux gens une histoire vraie. Je voulais que les gens sachent gens comme moi existent dans le monde. Les grandes stars du rap, ils étaient trop gros, donc quand ma génération rap a commencé, c'était de vous amener à l'intérieur de mon appartement. Il ne s'agissait pas d'être une star du rap, c'était d'autre chose que.
Je veux que vous sachiez qui je suis: ce que le goût rues comme, envie, odeur. Que les flics parlent comme, marcher le souhaitez, pense le souhaitez. Qu'est-ce crackheads ne - Je voulais que tu le sentir, le sentir. Il était important pour moi que j'ai raconté l'histoire de cette façon parce que je pensais qu'il ne serait pas dit que si je ne l'ai pas dit. J'ai pensé que c'était un bon point dans le temps dans les années 1990 [New York City] qui doit être documentée et ma vie devait être racontée.
Avez-vous été surpris de voir comment ce dossier a été reçu? Avez-vous jamais revenir en arrière et écouter de la Illmatic?
Je reviens et je dis: «J'étais vraiment jeune pour penser comme ça. J'étais dans la tempête." J'ai réalisé la réalité pour cet enfant - qu'il ne voulait pas l'accepter, que la réalité. Il vous a dit à propos de sa réalité, mais en même temps il voulait plus de la vie. Il ne savait pas s'il allait vivre pour le voir, mais il savait qu'il n'y avait plus de vie. Je regarde ce gamin, et je suis comme, "Je vous remercie. Merci de faire ce que vous faisiez."
Quand avez-vous vous asseoir et prendre la plume et de commencer à écrire vos idées?
Peut-être autour de 9, 10.
Était-ce inhabituel? Ce que quelqu'un dans votre famille de sorte dire: «Oh, il ya encore Nasir, assis dans sa chambre écrire des mots en panne?"
Oui, tout le temps. J'avais l'habitude de garder un dictionnaire et de travailler avec elle et puis je me suis rendu il ya plus de mots qui existent dans la langue anglaise que il ya dans ce dictionnaire. J'ai besoin d'un plus grand dictionnaire. Pourquoi? Comment se fait qu'ils n'ont pas tous les mots? Et puis je me suis dit: «Attendez, il est impossible pour un livre à avoir chaque mot." Cela signifie donc que vous avez à acheter des dictionnaires multiples. Je suis tombé en amour avec les mots et je pense que fait mon sourire maman. Je pense que c'est cool pour elle.

YouTube
Quand vous vous asseyez à penser rimes, comment voulez-vous les construire?
Je veux pas sonner comme un instrument. Je veux que ma voix et mes mots pour épouser le rythme. Je pars avec le rythme de celui-ci et les mots commencent à venir à mon esprit et ces mots pourraient se fonder sur des choses qui a été dans mon esprit depuis la dernière année, le mois passé, la semaine dernière, peu importe, je l'écrire. Et ils viennent juste. Il vient à moi.
Il ya une chanson sur cet album appelé "Reach Out" avec Mary J. Blige. Il ya un lyrisme là où vous dites: «Quand tu es trop capot pour être dans les cercles hollywoodiens, vous êtes trop riche pour être dans la hotte que vous a donné naissance." Cela m'a frappé parce que je pensais: «L'homme, c'est presque comme si vous n'avez pas vraiment avoir une maison n'importe où."
A droite, c'est comme, où dois-je aller? Qu'est-ce qu'un endroit cool pour moi? Qu'est-ce qu'un endroit sûr? Je ne savais pas ce que je devais être prêt pour avant d'arriver ici, alors maintenant que je suis ici, que dois-je faire? Si je ne peux pas être dans la rue et je ne suis pas les gens d'Hollywood, vous savez ce que je veux dire?
Alors, que faites-vous?
Je fais ce que je fais. J'ai tout simplement se détendre. Je suis capable d'être dans les deux milieux, en fait.
Il s'agit d'un site entier que je sais que vous êtes au courant de ce qui est tout au sujet de l'analyse de hip-hop paroles, et ne jamais vous allez là-bas et voir comment les gens interprètent ce que vous avez écrit?
Je pense que nous parlons Genius Rap . Ouais, je vais là-bas et c'est cool parce que c'est un site Web qui est juste totalement sur les paroles et c'est quelque chose qui est vraiment cool pour les enfants partout. Je suis allé là-bas pour voir comment les gens interprètent les choses que je dis. Les gens me donner une meilleure compréhension de ce que j'ai dit, ou d'une manière différente de voir les choses. Je suis heureux que le site existe pour que je puisse les corriger des choses, car il les aide à comprendre exactement ce que je veux dire.
Je veux poser des questions sur la dernière piste sur ce disque, "Bye Baby». Nous vous entends parler tout le bien qui vient de votre mariage avec Kelis, et l'une des dernières lignes est la suivante: ".. Regarde-moi le refaire C'est une belle vie" Quelle est cette chose que vous allez faire à nouveau?
Mariez-vous à un moment donné. À un certain point, je le ferai encore. Ce serait génial. Je veux être de mieux en mieux. Je veux être le meilleur dans ce domaine. Je veux avoir du plaisir. C'est une belle vie. Vous apprenez, vous gagnez, vous perdez, mais vous vous levez.
Je voulais juste m'assurer qu'un enregistrement réel de cette situation. J'entends des artistes, des hommes, des mecs célèbres, pleurer quand ils ont entendu cette chanson et il souffle juste me away. D'une part, cela signifie que je l'ai cloué et pour moi, c'est le plus grand sentiment d'accomplissement. Vous ne voulez pas décevoir. Surtout quelqu'un comme moi qui a été hors de la musique depuis des années et n'a pas eu un album en quatre ans, comme. Je ne veux pas décevoir - c'est un cauchemar pour moi. Alors, quand j'entends les gens qu'il aime ou on aime ou même pleurer pour lui, il dit seulement: «Wow, j'ai fait quelque chose de bien je l'ai eu,... J'ai réussi à le faire, je ne suis pas tomber" Cette chanson, je devais le faire. C'était pour moi le dossier le plus important sur l'album.
Vous avez écrit au sujet des personnes que vous avez connues qui sont morts et ceux qui ne l'ont pas fabriqués à partir de Queensbridge - et vous l'avez fait. Tu ne viens pas m'en sortir; vous êtes devenu l'un des plus grands rappeurs de vie dans le monde. Pourriez-vous pu imaginer cela?
Non, je imaginé que les gens pensent que j'étais bon. C'était, d'ailleurs, ce serait mon but seulement pour les gens de dire: «Nas est vraiment dope. Nas est un rappeur dope." Je ne me vois pas faire cela de nombreux albums parce que les gars devant moi, ils maxed moins comme quatre albums et ceux qui étaient les plus grands. Ils étaient devant moi et j'ai regardé à eux si je me sentais comme si je pouvais obtenir un super album, puis mon nom serait là un peu parmi les plus grands. Pour voir ce qui s'est passé aujourd'hui pour moi, c'est génial, mec. Ouais, c'est génial.
Où pensez-vous que le monde du hip-hop est en ce moment?
Le hip-hop est une chose étonnante que les enfants veulent toujours le faire. Ils ne disent pas: «Pouah, c'est la musique des vieux." Non, ils sont plus jeunes que ce qu'ils ont jamais été que voulez entrer dans le hip-hop. Cela signifie que la musique est toujours de faire quelque chose pour eux dans un majeur, de façon majeure. Je pense que plus de gens veulent être rappeurs qu'autre chose.
Qu'en est-il où il va? Nous parlons maintenant de quelque chose qui existe depuis 40 ans. Nous parlons l'une des formes les plus importantes de l'expression américaine, l'expression culturelle. Quelque chose que dans 100 ans, nous allons regarder en arrière sur la façon dont nous regardons en arrière sur le jazz comme en ce moment. Quel est le prochain tour dans le hip-hop?
Eh bien, je ne sais pas encore. C'est une très bonne question. Je n'ai aucune idée pour le moment. Je connaissais, mais maintenant, ce qui est intéressant, c'est juste le fait que ma passion pour elle est toujours aussi bon. J'ai fait ça depuis que j'ai 16 ans - être sur un disque. Mon premier disque - c'était 1991. J'avais 16 ans. Mon premier album est sorti quand j'avais 20 ans. Donc, je suis ici depuis si longtemps et j'ai toujours la passion pour le faire.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.npr.org/2012/07/22/157043285/nas-on-marvin-gayes-marriage-parenting-and-rap-genius&ei=ZHIfUb_VKZSAhQf18YDADQ






"Je vous invite dans ma vie, dans mon monde..."

Entre la célébrité, une vie amoureuse peu stable et son rôle de père, Nas avoue avoir commis des erreurs. Il s'attarde sur cette question dans la chanson Daughters, racontant sa vie de papa d'une fille aujourd'hui adolescente. Le clip, très touchant, s'adresse aux pères et futurs pères du monde entier.
L'inspiration lui est venue après que Destiny, qui célébrera ses 18 ans le 15 juin prochain, a posté sur Instagram la photo d'une boîte pleine de préservatifs, puis une autre de sa première voiture, une Mercedes-Benz blanche qu'elle surnomme "Cocaïne". Dans le deuxième couplet, Nas revient sur cet événement : "This morning I got a call, nearly split my wig / This social network said 'Nas, go and get ya kid !' (...) She planted a box of condoms on her dresser and then she Instagrammed it / At this point I realized I ain't the strictest parent..." ("Ce matin, j'ai reçu un appel qui m'a sidéré / ce réseau social qui m'a dit : 'Nas, va récupérer ta gosse !' / Elle a pris une photo d'une boîte de préservatifs dans son dressing et l'a postée sur Instagram / C'est là que j'ai réalisé que je n'étais pas le père le plus strict qui soit...").
"I'm too loose, I'm too cool with her" ("je suis trop laxiste, trop cool avec elle"), une erreur selon The Don qui avoue avoir éduqué sa fille comme une petite princesse. C'est d'ailleurs à travers ses yeux que se déroule le clip réalisé par Chris Robinson, qui raconte l'enfance puis l'adolescence de Destiny, depuis ses premiers pas et ses premiers anniversaires jusqu'à sa remise de diplôme puis son déménagement sur le campus de l'université.
Ce titre, extrait de l'album Life Is Good qui sortira le 17 juillet, incite les pères à garder un oeil sur leurs enfants, fille ou garçon : "Not sayin that our sons are less important" ("Je ne dis pas qu'il ne faut pas faire autant attention à nos garçons"), martèle-t-il dans le refrain. En revanche, il en est une qui est loin d'être fan. Carmen Bryan, la mère de Destiny, juge que le format est mal choisi pour parler des problèmes de leur fille : "Il n'en parle pas, il le rappe. Il n'y a une énorme différence et je ne respecte pas ça."
Pour la majorité, Daughters est une plus une déclaration d'amour qu'autre chose. Après avoir fait le lover avec Nicki Minaj, Nas passe aux aveux avec ce mea culpa en chanson.
I.N.
http://www.purepeople.com/article/nas-raconte-ses-erreurs-de-pere-dans-daughters-contre-l-avis-de-son-ex_a101263/1






Nas prépare déjà un nouvel album
Par AdrienDV
Nas

Nas, l’un des meilleurs rappeurs de tous les temps, semble indiquer que le studio lui manquait et qu’il n’était pas victime du cauchemar de la page blanche. melty.fr non plus et vous le prouve…

A 39 ans, Nasir Jones, ou plus communément appelé Nas, qui avait dévoilé le clip Bye Baby, a, semblerait-il, des fourmillements dans la main. L’appel de la plume était bien trop forte pour que le rappeur ne passe à côté de l’écriture d’un tout nouvel album, faisant suite à « Life is Good » sorti en juillet de l’année dernière, onzième opus au compteur et qui plus est, a rencontré le succès auquel le public et l’artiste lui-même s’attendait après quatre longues années d’absence. Une annonce faite par le rappeur du Queens lors d’une interview avec le site américain le « Washington Post » où il déclare qu’il planche sur ce projet depuis décembre dernier et qu’il sera vraisemblablement la suite de « Life is Good ». Nastradamus ajoute également la possibilité que ce nouvel album voit le jour au cours de cette année 2013.

Nas s'apprête à sortir un nouvel album d'ici la fin de l'année.

Nas annonçait avant la sortie de son précédent album que « La musique que je fais est toujours dans l’air du temps », un jugement légitime quand l’on sait que sa carrière n’a pas subi la moindre fausse note depuis ses débuts en 1991. Celui qui est certainement tombé dans une marmite de rimes étant petit n’a rien à envier aux rappeurs Diddy et Cîroc puisqu’il vient d’être nommé en tant que qu’ambassadeur d’une marque d’alcool et pas n’importe laquelle car il s’agit de la célèbre marque de cognac Hennessy. Une petite voix nous dit que sur le futur opus de Nas, une collaboration avecKendrick Lamar qui a dévoilé Backseat Freestyle pourrait bien figurer sur la tracklist, voici les mots flatteurs du rappeur New-Yorkais envers le mc californien : "Sans manquer de respect à aucun autre rappeur, Kendrick Lamar est un génie. Je suis vraiment étonné de son album. Il vous donne de l'espoir pour tous ces jeunes qui vont prendre la relève, ce petit a un vrai talent...."

http://www.melty.fr/nas-prepare-deja-un-nouvel-album-a152039.html






Nas,
Common & Q-Tip : un super-groupe en perspective ?

Des rumeurs rapportent un possible supergroupe composé de Nas, Common et Q-Tip.

Rien n’a été confirmé pour le moment, mais un article du New York Daily News explique : « Bien que Q-Tip ait déclaré à l’automne qu’il était finalement prêt à travailler avec Common sur leur super-groupe, The Standard, une source proche du rappeur du Queens nous assure que ça n’arrivera pas dans l’immédiat. Car l’ancien leader d’A Tribe Called Quest est en studio en train de travailler sur son nouvel album. »
 
L’article poursuit : « Q-Tip et Common ont formé The Standard en 2007, sans avoir sorti de titres sous ce nom. Ils envisagent l’idée d’ajouter un autre MC au groupe, donc ne soyez pas surpris s’il s’agit de Nas. Bien que les représentants des trois rappeurs ont refusé de faire des commentaires, nous sommes récemment venus voir la légende d’’Illmatic’, qui finit également son nouvel album, et nous lui avons demandé s’il comptait travailler avec le duo, ce à quoi il a répondu : ‘Absolument’. »
 
Common et Nas avaient déjà collaboré ensemble par le passé, notamment sur le dernier single « Ghetto Dreams ». En interview, Common avait d’ailleurs confié qu’il travaillait sur un album commun avec Nas. A suivre.
 Source:
http://www.2kmusic.com/fr/rapus/news/nas-common-q-tip-un-super-groupe-en-perspective/575226






Biographie
    •    Nasir Jones naît le 14 septembre 1973 dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn (New York), d'un père musicien (le jazzman Olu Dara) et d'une mère employée des postes. La famille déménage rapidement à Queensbridge, dans le Queens (New York), le plus vaste complexe de logements publics aux Etats-Unis. Son père quitte le foyer familial alors que son fils n'a que treize ans et le jeune Nas abandonne l'école assez jeune. Il se forge lui-même sa propre éducation, par le biais de lectures sur l'histoire de l'Afrique, les courants religieux, mais aussi la Bible et le Coran et, bien sûr, le hip-hop.
L'apprentissage de Nas
Nas fait ses premiers pas dans le hip hop, accompagné de son voisin et ami Willy « Ill Will » Graham, dont il fait son DJ. A quinze ans, il fait la rencontre de William « Large Professor » Mitchell, lequel est âgé de dix-sept ans. Ce dernier lui présente son groupe Main Source et lui propose de poser un couplet dans « Live at the BBQ's » (sur l'album Breaking Atoms, 1991). Mais cela ne suffit pas à intéresser les majors et Nas retourne travailler avec Ill Will, lequel est tué d'un coup de feu le 23 mai 1992. Une histoire de plus qui sera posée sur le papier par ce poète, qui puise l'essence de ses textes depuis sa fenêtre. C'est en 1992 qu'il fait ses débuts en solo, sous le nom de Nasty Nas, avec « Halftime ». Produit par Large Professor, le morceau figure sur la bande originale de Zebrahead que supervise MC Serch (membre du trio new-yorkais 3rd Bass). La chanson attire l'attention sur le jeune rappeur, et lui vaut de flatteuses comparaisons avec le très influent Rakim. A l'instigation du producteur T-Ray, MC Serch invite Nas sur un morceau de son premier album solo, Return of the Product (1992), « Back to the Grill ». Découvrant qu'il n'a pas de contrat MC Serch s'arrange alors pour booster sa carrière et lui cherche un contrat. Bientôt, Nas signe chez Columbia Records, Faith Newman (responsable du développement artistique au sein de la maison mère, Sony Music) cherchant à contacter le rappeur depuis un an et demi. Pour la petite histoire, Russell Simmons refuse de le signer car il considère que l'artiste lui rappelle trop Kool G Rap.
IllmaticNas est désormais attendu au sein de la communauté hip-hop et confirme tout le bien que l'on pense de lui avec Illmatic. L'album, sorti en 1994, bouleverse le paysage rapologique alors en plein mouvement Gangsta Rap, avec ses textes fascinants appuyés par les producteurs les plus redoutables de l'époque, Large Professor évidemment, mais également Pete Rock (« The World Is Yours »), Q-Tip (A Tribe Called Quest), L.E.S. ou encore DJ Premier (« NY State of Mind »). Il reçoit également la certification d'excellence de The Source avec la note de 5 micros pour la première fois de l'existence du magazine. Columbia cherchant à surfer sur le succès d'un Notorious B.I.G. avec un éventail musical un peu plus large demande à Nas de gommer les aspects les plus rugueux de sa musique afin d'attirer un public plus vaste vers le phénomène. Nas change de manager, s'associant désormais à Steve Stoute, et laisse le duo de producteurs Trackmasters (« Tone » et « Poke ») assumer la majorité de la production de son second album It Was Written, qui sort à l'été 1996 et donne lieu notamment au célèbre tube « If I Ruled the World », en duo avec Lauryn Hill (The Fugees), et les collaborations de Mobb Deep et Jodeci. Sur ce second album, le rappeur laisse s'exprimer son alias mafieux, Nas Escobar. Cet alter ego était apparu pour la première fois en 1995, lorsque Nas collabora à deux morceaux : « Eye For an Eye », d'une part, qui figure sur l'album Infamous de Mobb Deep ; « Verbal Intercourse », de Only Built 4 Cuban Linx, album solo de Raekwon, membre du Wu-Tang Clan. Ce dernier morceau fait d'ailleurs de Nas l'unique non-membre du « Clan » à apparaître sur un de leurs titres.
The Firm et l'épisode I Am...
Nas constitue, toujours en 1996, un super groupe nommé The Firm avec AZ (qui apparaissait déjà sur Illmatic), Foxy Brown et Nature, signé sur le label de Dr. Dre, Aftermath, et co-produit par lui. L'album paraît en 1997 et marque le premier (semi) échec pour le producteur et ex-membre de N.W.A., même s'il parvient à être certifié platine. Mais Nas est déjà occupé avec d'autres projets : il co-scénarise puis joue dans Belly, premier film de Hype Williams (qui dirigeait les vidéos du rappeur), qui sort sur les écrans en 1998. Puis il se lance dans la préparation d'un double album autobiographique : I Am..., qui sort en 1999, est musicalement situé entre les deux premiers albums et chaque morceau est dédié à un épisode de son existence. Le premier extrait est « Nas Is Like », incroyable production de DJ Premier. Mais suite à la diffusion massive de l'album sur le net, Nas et Stoute repartent en studio et enregistrent suffisamment de nouveaux morceaux pour remplacer ceux diffusés sur la toile. « Hate Me Now », duo avec Puff Daddy, constitue la réponse de Nas aux critiques l'accusant de verser trop de champagne dans son rap de rue. La vidéo controversée représentant les deux hommes crucifiés sur l'autel des bien-pensants du mouvement hip-hop, diffusée la première fois le 15 avril 1999, vaut à Steve Stoute une visite des plus inamicales d'un Puff Daddy se sentant trahi dans son âme de bon chrétien. Par ailleurs, les morceaux piratés devaient initialement fournir la matière de l'album Nastradamus, mais Nas décide d'enregistrer à la hâte un nouvel album - bâclé - du même titre. (The Lost Tapes, sorti en septembre 2002, regroupe ces fameuses sessions d'I Am...).
La querelle
C'est alors qu'éclate la querelle avec Jay-Z. Même si le grand public sentait que les deux hommes n'avaient pas une grande estime l'un pour l'autre, ce n'est que 2001 que les piques présentes sur les albums de Nas et de Memphis Bleek (protégé de Jay-Z) rendent publique cette rivalité. Jay-Z ajoute un troisième couplet sur « Takeover » (sur The Blueprint), moquant l'existence imaginaire du gangster Nas Escobar. Nas répond sur « Ether », extrait de Stillmatic, toujours en 2001, l'accusant de recycler les rimes et le style des autres rappeurs - Nas inclus, bien sûr. Cet album est paradoxalement celui du retour pour un Nas ayant retrouvé du mordant. Jay-Z en rajoute une couche sur « Supa Ugly » sur lequel il confesse avoir eu des relations sexuelles avec Carmen Bryan, ancienne compagne de Nas avec lequel elle a eu une fille, Destiny. La dispute se poursuit en 2002, avec « Blueprint 2 » (issu de l'album du même titre), où Jay-Z accuse Nas d'être incohérent par rapport à ses anciens morceaux et de s'en prendre à lui pour relancer sa carrière plutôt sur la pente déclinante. Nas répond avec « Last Real Nigga Alive » (sur God's Son), retraçant chronologiquement les faits et révélant que Jay-Z l'a attaqué au moment où Nas avait d'autres obligations, occupé au chevet de sa mère atteinte d'un cancer, auquel elle succombe d'ailleurs cette même année 2002.

Décidément prolifique, le rappeur sort un véritable double album cette fois-ci avec Street's Disciple (novembre 2004), contenant une collaboration détonante avec son père Olu Dara sur « Bridging the Gap » dont le blues complémente à merveille le rap de son rejeton. Une collaboration avec Kanye West sur « We Major », un mariage avec sa compagne de deux années, la chanteuse Kelis, le 8 janvier 2005, de nouveaux échanges sur disques avec 50 Cent et sa clique de G-Unit et voilà que Nas et Jay-Z se réconcilient à la surprise de tous sur scène pendant le concert I Declare War de ce dernier en octobre 2005.

Hip Hop Is DeadNas signe en janvier 2006 chez Def Jam, avec à sa tête Jay-Z, les deux hommes devenant inséparables, et y signe Hip Hop Is Dead, générant une querelle sans fin entre les puristes du mouvement. Les rappeurs du sud prennent de manière personnelle cette attaque car le sud, même s'il est générateur de mouvements variés et divers ayant entraîné une mutation sonique du hip-hop, est également souvent critiqué pour le contenu extrêmement faible des textes, tellement éloigné des revendications originelles. Jamais à court d'ennemis, Nas a maille à partir, à l'été 2007, avec Bill O'Reilly, journaliste politique de Fox News. Invité à participer à un concert gratuit sur le campus de Virginia Tech, où avait eu lieu un sanglant massacre en avril, Nas se voit reprocher par le journaliste de cette chaîne américaine, ses condamnations passées liées au port d'arme à feu et pour ses textes, qui en glorifient parfois l'utilisation.
En novembre 2007, son ancien label Columbia édite Greatest Hits ; quant à son neuvième album, Nigger, annoncé pour décembre 2007, il sort en juillet 2008. Le titre (« Nègre ») provoque des réactions plutôt outragées, notamment de la part du révérend Jesse Jackson. La même année, Nas initie un nouveau projet musical avec Damian Marley, héritier du plus grand artiste reggae. La collaboration au sommet se traduit par l'enregistrement de l'album Distant Relatives mariant pour la première fois le rap et le reggae. Le disque également destiné à récolter des fonds pour la construction d'écoles en Afrique, convie Stephen Marley (co-producteur), K'naan, Joss Stone et Lil' Wayne ( « My Generation »). Les deux hommes entament une tournée américaine et européenne qui passe par la scène du Zénith de Paris le 28 juin.

En 2012, Nas montre qu'il trône sur le rap contemporain avec l'album Life Is Good. Produit par Salaam Remi, Swizz Beats, No-I.D. et Rodney Jerkins, cette dixième livraison comprend un duo avec la regrettée Amy Winehouse.
DaBee.
http://www.music-story.com/nas/biographie






Biographie Nas
Posté par : Muzik Spirit

Issu d'une famille d'artistes, c'est le fils du jazzman Olu Dara de son vrai nom Charles Jones III, petit fils d'instituteur dans le Mississippi chantant dans un quatuor de Jazz en 1952 et arrière petit fils de chanteur folk. C'est aussi le grand frère de Jungle (Jabari Jones), un des trois membres du groupe de rap Bravehearts, et est également le cousin du rappeur Millennium Thug (Nashawn Jones). Il commença à jouer de la trompette dans la rue dès l'age de 3, 4 ans[réf. nécessaire] mais à force de jouer sa lèvre commença à se déformer et donc son père lui fit arrêter. Il abandonna l'école tôt, en 8e année, et resta dans Queensbridge, quartier défavorisé de New York, un des endroits où est né le Hip Hop (avec de nombreux groupes et/ou rappeurs tels que Mobb Deep, Infamous Mobb, Juice Crew, Marley Marl, MC Shan, Blaq Poet, Capone, Tragedy Khadafi, Roxanne Shanté, Bravehearts, Cormega, Nature). Il a étudié seul la musique, la littérature, la culture africaine, la religion islamique et l'histoire du Hip Hop.[1] Il s'adonne alors durant quelque temps au breakdance sous le nom de "Kid Wave" avant de se faire finalement appeler "Nas" (initiales de son prénom mais qui voudrait dire également Nigga Against Society (Négro Contre la Société) comme il l'explique dans The Cross, ou encore Not All Surrender[réf. nécessaire] (Tous n'Abandonnent Pas). Il intégra ensuite le groupe "Devastating Seven".

En 1991, Nas débuta sa carrière avec un couplet sur la chanson « Live at the Barbeque » de Main Source. Il fut approché par MC Serch des 3rd Bass pour qui il réalisa le morceau Halftime qui figure sur la bande originale du film Zebrahead. Nas et Ill Will continuèrent à travailler ensemble jusqu'à ce que ce dernier fut assassiné le 23 Mai 1992. Nas a également collaboré avec le duo Mobb Deep formé de Prodigy et Havoc avec qui il a enregistré plusieurs morceaux.

Ensuite, Nas signa sur le label de Serch, Columbia, et sortit son premier album Illmatic en 1994. L'album contient les titres NY State of Mind (produit par DJ Premier, la moitié du groupe Gang Starr), The World Is Yours (produit par Pete Rock), One Love (en référence à l'incarcération de son ami Cormega, chanson produite par Q-Tip du groupe A Tribe Called Quest) et It Ain't Hard To Tell (produit par Large Professor).

Premiers succès commerciaux
Son deuxième album, It Was Written, est sorti durant l'été 1996 et est plus orienté vers la pop. L'album rencontra le succès[réf. nécessaire] avec les singles If I Ruled The World (avec Lauryn Hill) et Street Dreams. L'album comporte beaucoup d'invités, parmi lesquels Mobb Deep, Jo-Jo Hailey de Jodeci. Cela marqua ensuite les débuts de The Firm (groupe constitué de Nas, AZ, Foxy Brown et Cormega).

Après avoir signé sur le label Aftermath Entertainment du rappeur et producteur Dr. Dre, The Firm a commencé à travailler à son premier album. À la moitié de la production de l'album, Cormega fut exclu du groupe par Steve Stoute et sera remplacé par Nature. L'album Nas, Foxy Brown, AZ & Nature Present The Firm: The Album est finalement sorti en 1997. Mais le groupe ne durera pas.

En 1998, Nas tenta sa chance au cinéma dans le film Belly réalisé par Hype Williams et dans lequel il joue avec DMX et Method Man. Il commence à travailler sur un projet de double album qu'il voulait être à mi-chemin entre Illmatic et It Was Written qui devait s'appeler I Am... The Autobiography[réf. nécessaire]. Il fut cependant contraint de réduire l'album à un seul CD qu'il intitula I Am.... L'album inclut Nas Is Like (produit par DJ Premier) et Hate Me Now (avec Puff Daddy).

Son quatrième album, Nastradamus, est sorti en novembre 1999. Il contient notamment You Owe Me produit par Timbaland et avec Ginuwine ainsi que Project Windows qui devait initialement figurer sur le deuxième CD de I Am…. Bien que remportant un succès commercial[réf. nécessaire], l'album fut vivement attaqué par les critiques[Qui ?] qui accusèrent Nas de se tourner vers la pop commerciale.

En 2000, il forma également un collectif de rappeurs de Queensbridge et lança la compilation QB Finest. La compilation ne sera pas un gros succès commercial[réf. nécessaire]. De cet album sortit le single Oochie Wally avec le groupe de son frère Bravehearts, et le single Da Bridge 2001 réunissant Capone, Cormega, Marley Marl, MC Shan, Millennium Thug, Mobb Deep, Nature et Tragedy Khadafi.

Rivalité avec Jay-Z
Article détaillé : Beef Nas-Jay-Z.En 2001, sa mère Fannie Ann Jones meurt d'un cancer du sein. Cette année marque aussi le début de la rivalité entre les rappeurs East Coast, Jay-Z et Nas. En effet, sur son album The Blueprint, Jay-Z consacre un couplet entier de la chanson Takeover à dénigrer Nas, déclarant notamment que son seul vrai album est Illmatic et qu'il a couché avec la femme de Nas[réf. nécessaire]. La réponse de Nas eut lieu dans le morceau Ether qui comporte un scratch où l'on peut entendre 2pac dire « Fuck Jay-Z », Nas accusant Jay-Z de voler les paroles du rappeur décédé en 1997 The Notorious B.I.G. et de ne rapper que dans le but de s'enrichir[réf. nécessaire].

Ether est extrait du cinquième album du rappeur du Queens Stillmatic. Nas sera déclaré vainqueur du clash contre Jay-Z par les auditeurs de la radio hip-hop de New York Hot97[réf. nécessaire]. Par la suite, Jay-Z répondra à Ether avec le single Supa Ugly. Néanmoins en 2005, les deux rappeurs ont mis un terme à leur animosité lors d'un concert prônant le retour au hip hop, réalisant d'ailleurs deux sons en communs un sur Hip Hop is dead de Nas (Black republican) l'autre sur American gangster de Jay-Z.

Depuis 2002

Nas, tournée à Ottawa.En décembre 2002, Nas sort son sixième album God's Son avec des morceaux produits notamment par Eminem, Alicia Keys, Salaam Remi, Chucky Thompson, ou encore The Alchemist.

En 2003, après une collaboration avec le groupe KoЯn dans la chanson Play Me, Nas a sorti son septième album, un double-opus appelé Street's Disciple en 30 novembre 2004.

En janvier 2005, il se marie avec la chanteuse de R&B Kelis. Le rappeur 50 Cent s'attaque entre autres à Nas sur son second album The Massacre avec le titre « Piggy Bank ». Deux mois plus tard, Nas répond avec deux "diss tracks" : My Will (The Honeymoon is Over) et Don't Body Ya Self.

Initialement reparti en studio pour un album qui ne devait comporter que des productions de DJ Premier, avec qui Nas avait souvent travaillé dans le passé (« Represent », « NY State Of Mind », « Come Get Me », « Nas Is Like »), Nas a changé ses projets. Après une réconciliation médiatique avec Jay-Z lors d'un concert live, Nas a signé chez Def Jam, dont le tout nouveau président [CEO] est Jay-Z.

Hip Hop Is Dead, qui normalement aurait dû s'appeler "Nasdaq Dowjones"[réf. nécessaire] et comporte notamment un duo avec son ancien rival Jay-Z intitulé Black Republican est sorti le 19 décembre 2006. Le premier single Hip Hop Is Dead est en featuring avec Will.I.Am des Black Eyed Peas où il dénonce les rappeurs bling-bling. La production de cet album est notamment assurée par Scott Storch, Kanye West ou encore Dr Dre. Nas tient aussi de très bonne relation avec The Game , l'artiste de Compton, qui le considère comme son grand frère[réf. nécessaire] et avec qui il réalise son dernier single intitulé Hustlers puis Letter to the King sur l'album LAX de Game.

Au début de l'année 2008 Nas provoque la polémique en annoncant le titre de son futur album : Nigger soit nègre. Suite au boycott de la part de nombreux distributeurs [2], Nas ne donne pas de titre à son disque qui est appelé Untitled, soit sans titre. Dans ce disque Nas tente d'expliquer le sens du mot Nigger. Dans des titres comme N.I.G.G.E.R, the slave & the master (« N.E.G.R.E, l'esclave et le maître ») il décrit ce qu'il voit comme le problème des Afro-Américaines dans la société américaine.

En 2009 est annoncé son divorce avec Kelis et il fait un featuring avec les Beastie Boys dans leur dernier album, Hot Sauce Committee.

http://www.muzikspirit.com/artiste/nas/56#.UR9xOugsnPA







[Chronique] Nas, life is not a bitch
Par Sagittarius le 10 août, 2012

Lorsque Nas a explosé à la face du monde avec Illmatic, classique rap parmi les classiques, il rappait « Life’s a Bitch » avec son ami AZ. Pour son dixième album solo, c’est plutôt Life is Good, un titre qui n’a pas tant défrayé la chronique comme ce fut le cas précédemment avec Hip-Hop is Dead et Nigger (finalement devenu ‘sans-titre’) qui ont provoqué des débats houleux et passionnés. Mais ça, c’était avant qu’il ne dévoile la pochette de Life is Good (Def Jam), où sied Nas, très bien habillé, avec sur ses genoux, la robe de mariage verte de son ex-femme Kelis.
Les choses sérieuses avaient réellement débuté plusieurs mois auparavant, quand NaS a mis en ébullition NYC avec son excellent single « Nasty« . Ce street-banger brut (disponible sur la version Deluxe, j’y reviendrai plus tard) a marqué le retour aux affaires du rappeur, le retour à son quartier de Queensbridge. Puis vient ce moment où les rumeurs et les spéculations fusent. À un moment donné, il était même question d’un featuring de Tyler the Creator (why not), Frank Ocean sur une prod de Hit-boy (qu’il a perdue!) ou même Nicki Minaj (gloups). Finalement, le tracklisting a été plus contenu que prévu et c’est tant mieux. Ou plutôt logique, Life is Good est réalisé par deux très grands producteurs actuels, Salaam Remi et No I.D., le mentor de Kanye West (s’il faut encore le rappeler).
Pas d’introduction, NaS prend le micro d’emblée et brise en morceaux l’instrumental triomphal bien préparé par la J.U.S.T.I.C.E League. La quarantaine approche et il continue de rapper comme s’il en avait la vingtaine et ce grâce à la passion qu’il voue tout entier pour le hip hop. Comme le disait son ancien rival Jay-Z, « thirty is the new twenty ». Le son qui suit « Loco-motive » ne nous rajeunit d’ailleurs pas, Nasir le dédie à ceux qui sont « ancrés dans les années 90″ (« trapped in the nineties », NdR) : une ligne de basse menaçante, des notes de piano très graves qui évoquent lointainement « NY State of Mind« , la présence symbolique de Large Professor, celui qui l’a lancé au début des années 90 justement. Beaucoup de puissance découle de ce morceau où le flow de Nas coule comme au premier jour.
Enchaînement sur ce titre immense qu’est « A Queen’s Story« , l’art que développe Nas côtoie allègrement le classique, et la musique classique avec ces superbes violons qui animent les rimes de rappeur jusqu’à ce que le beat s’efface dans l’ultime couplet, couplet qui sert après de refrain à « Accident Murderer« . Nas maîtrise prodigieusement son flow, la preuve avec « World’s an Addiction« . Pas de beat, ne reste que les instrumentations dirigées par un Salaam Remi époustouflant et la voix du soulman Anthony Hamilton. Sur une note plus douce et soul jazz, « Stay » confine au sublime. Le saxophone est un élément important que l’on retrouve ici et là sur Life is Good. La maturité stylistique du rappeur s’exprime également sur cette rencontre idyllique, et malheureusement posthume, avec Amy Winehouse sur « Cherry Wine« . Réunis ensemble par Salaam Remi pour la seconde fois (la première « Like Smoke » sur Lioness: Hidden Treasures d’Amy, NdR), cette chanson magiquement soulful fait revivre de manière troublante la chanteuse anglaise pendant quelques instants, un an après sa disparition. Qui sait quelles relations entretenaient Amy et Mr Jones tellement ils forment un beau couple sur ce morceau…
L’album est entrecoupé par deux bangers plus ou moins réussis. Le premier est servi par Swizz Beatz, ce qui n’est pas de très bon augure. On se rappelle le mauvais souvenir qu’avait laissé « Braveheart Party » sur Stillmatic, le gros point noir de cette œuvre. « Summer On Smash » (feat Miguel) est certainement le moins bon titre de Life is Good, néanmoins pas si catastrophique grâce au flow de Nas qui s’est bien calé sur le beat. On est en 2012 et des MCs calent encore leurs flows sur le beat, qu’on se le dise. Soit dit en passant, on est pas étonné non plus de retrouver Rick Ross sur la piste « Accident Murderer« , s’inscrivant dans la lignée rap mafioso. Revenons-en à nos bangers si vous le permettez, le second s’agit du single « The Don« , co-produit par Da Internz et le regretté Heavy D. Sur un sample du raggaman Supercat, Nas démontre avec aise qu’il est l’un des rares lyricistes capable de rimer sur un tube orienté club.
L’introspection de Nas l’emmène, et nous avec, dans ses jeunes années et ça s’en ressent dans les ambiances des morceaux. L’exemple de « Reach Out » (co-produit par Rodney Jerkins et DJ Hot Day) est frappant. Ça commence par une rythmique New Jack, la voix de Mary J Blige, réminiscence de l’époque What’s the 411, et arrive avec Nas ce sample très connu de « Ike’s Mood » d’Isaac Hayes. Un sentiment bienvenu de nostalgie nous envahit également à l’écoute de « You Wouldn’t Understand » (produit par Buckwild) et « Back When« , sur lequel Nas porte des propos très durs sur le troisième verst. Intimiste entre les lignes, Nas dévoile un point de vue très personnel et touchant particulièrement sur « Daughters« , une chanson rap écrite pour tous les pères qui élèvent seuls leur fille et sur ce lien si particulier de la relation père-fille. Personnel parce que tiré de sa propre expérience, vu que lui-même vit cette situation depuis son divorce d’avec Kelis. A ce sujet, le rappeur narre comme il a vécu ce moment difficile sur « Bye Baby » (avec la voix samplée d’Aaron Hall de Guy qui nous transperce le cœur), l’incompréhension par rapport à la relation qu’il vivait avec elle. Nostalgie des bons moments, tristesse, pincement au coeur, mais au final il est heureux d’avoir eu un enfant de cette relation. La vie est belle!
Pour prolonger notre bonheur auditif, il faudra se procurer la version deluxe, incluant notamment le terrible « Nasty« . Trois autres tracks supplémentaires y figurent, dont « Black Bond » et son atmosphère sombre et élégante tout comme les films de James Bond et le superbe « Where’s The Love » avec en featuring Cocaine80, le groupe supervisé par No I.D.
Malgré les bouleversements qu’a connu le prodige de Queensbridge durant deux tumultueuses décennies, le Hip Hop et lui sont toujours restés fidèles l’un vis-à-vis de l’autre, quoi qu’il advienne. Nas est un très grand artiste rap et avec Life is Good, il reprend la plus haute marche du podium. Ce n’est pas par hasard que NaS s’écrit souvent avec deux majuscules.

http://www.nowplaying-mag.com/2012/08/chronique-nas-life-is-not-a-btch/





Nas :
Grand retour du Don, avec un clip hommage à New York

News publiée Le Mercredi 2 Mai 2012

Après quatre ans d'absence, le rappeur Nas fait son grand retour. En effet, le 17 juin 2012, sortira son dixième album studio, Life is Good. Un opus délicieux et actuel, a-t-il promis. A 38 ans, Nas, que tous s'accordent à reconnaître comme l'un des cinq meilleurs rappeurs de tous les temps, est productif mais de façon irrégulière. Brillant compromis entre deux chanteurs hors du commun, c'est son album Distant Relatives, en commun avec l'artiste reggae Damian Marley, qui a récemment fait parler de lui. En cette année 2012, il prépare également un album avec le rappeur Common : Nas.Com.
Mais avec la sortie du clip The Don, c'est l'album Life is Good que Nas met en avant. Le premier clip vient s'imposer comme un retour aux fondamentaux de l'artiste : sa ville, New York, lui qui rappait en 1994 New York State of Mind sur son premier opus Illmatic. Nasty, le premier single de ce nouvel album, est sorti en août 2011, produit par Salaam Remi, comme la plupart des titres de l'opus. Puis le second single, The Don, est sorti en avril, et vient d'être mis en images. Ce mois-ci, c'est le single Daughters que le public découvrira.
Moulé dans un costume de businessman, Nas joue à fond le rôle qu'il adore, celui de gangster, mais il reste lucide quant à sa création musicale : "J'aime bien faire du son qui me ressemble. Je pense que le style n'a pas de temps limité. Je l'ai entendu de la bouche de beaucoup de personnes et cela me rappelle à quel point la musique que je fais est toujours dans l'air du temps."
Life is Good, le titre de son album est révélateur de son optimisme à toute épreuve. Ces derniers temps, en effet, Nas a vécu des épisodes de vie pas franchement agréables. Après son divorce houleux d'avec la chanteuse Kelis, survenu au moment de la naissance de leur petit Knight en juillet 2009, Nas a également dû gérer des problèmes avec le fisc, qui lui réclament plus de 6 millions de dollars pour des impôts impayés...
Alors pour garder le cap, le rappeur propose le clip de The Don, et ses fans fêtent son come-back tonitruant.
N.D.
http://www.purepeople.com/article/nas-grand-retour-du-don-avec-un-clip-hommage-a-new-york_a99871/1






Biographie de Nas

Nas aka Nas Escobar, de son vrai nom Nassir bin Olu Dara Jones, est un chanteur américain né le 14 septembre 1973 à Brooklyn, New York. Il a été élevé à Queensbridge, un quartier défavorisé de New York par ses parents Olu Dara, musicien de blues et de jazz originaire du Mississipi, et Frannie Ann Jones qui travaillait pour la poste.
Issu d'une famille d'artistes, Nas baigne depuis son plus jeune âge dans la musique. Trompette à la bouche à seulement 4 ans, il est contraint d'arrêter car sa lèvre subit une déformation. Cependant son amour pour la musique ne cesse de s'accroitre. Il commence à écrire ses premières rimes à l'âge de 9 ans et c'est lorsqu'il termine le collège que Nas délaisse les bancs de l'école.
Avec son voisin Willie Graham, Nas découvre vraiment le hip hop, son intérêt pour la musique se décuple lorsque celui-ci lui fait découvrir des morceaux. Il fait de la danse hip hop sous le nom de Kid Wave avant d'adopter le pseudo Nas. Après cela, il commence à rapper avec son voisin mais son ami se fait tuer en bas de chez lui en 1991.
L'année 1991 est celle qui à lancé l'artiste. Il débute avec un couplet dans une chanson des Main Source et immédiatement, son talent attire les regards. La même année, il rencontre MC Serch des 3rd Bass qui devient son manager et lui fait signer son premier contrat chez Columbia Records. Il débute sa carrière solo sous le nom de Nasty Nas et avec le morceau Halftime sur la BO du film Zebrahead.
En 1992, Nas sort son premier album Illimatic. Cet album fait fureur et les critiques en parlent comme du meilleur album hip hop de tous les temps. Son deuxième disque sort deux ans plus tard. Il est baptisé It was written et, est plus orienté vers la pop. En 1997, Nas, Foxy Brown et Cormega forment le groupe The Firm sous le label de Dr Dre Aftermath Entertainment. Cependant, le groupe ne dure pas. En 1999, son quatrième album Nostradamus est disque de platine aux USA.
En 2011 sort son dernier album Magic Moment. Dessus, Nas à travaillé avec les plus grands comme Timbaland, Eminem ou encore Alicia Keys .
Côté coeur, Nas a été fiancée à Carmen Bryan avec qui il a une fille, Destiny. Nas. En 2005, après avoir fréquenté la chanteuse de RnB Kelis pendant deux ans, le couple se marie avant de ne divorcer en 2010. Ensemble, ils ont eu un film en 2009.

Discographie
2011 : Magic Moment
2008 : Untitled
2007 : Greatest Hits
2006 : Hip Hop Is Dead
2004 : Street's Disciple
2004 : Illimatic : 10th Anniversary Platinum Edition
2002 : God's Son
2001 : Stillmatic
1999 : Nastradamus
1999 : I Am...
1996 : It Was Written
1994 : Illimatic
1993 : Pre Illimatic Bootleg








A propos de Nas

    •    vendredi 14 septembre 1973 
Nas, de son vrai nom Nasir Jones, naît le 14 Septembre 1973 dans une clinique israélite de Brooklyn. Ce fils de musicien, petit fils d’instituteur dans le Mississipi chantant dans un quatuor de Jazz en 1952 et arrière petit fils de chanteur folk, abandonne l'école très jeune pour suivre les traces de son père: la musique, il jouait de la trompette dans la rue dès l’age de 3, 4 ans mais à force de jouer sa lèvre commençait à se déformer et donc son père lui fit arrêter.

Il s’adonne alors durant quelques temps au breakdance sous le nom de Kid Wave et commence à rapper avec le groupe Devastating Seven. Baignant dans la culture hip hop et celle de la rue depuis l’âge de 9 ans, il se fait remarqué en 1991 au cultissime « Live At The Barbecue » de Main Source, et sort dans la foulée son premier single « Halftime » présent sur la Bande Originale du film Zebrahead. Ces prestations lui vaudra la comparaison avec la légende du hip hop new-yorkais de l’époque : Rakim.

Après avoir signé son premier contrat avec la maison de disque "Columbia Records", Nas rentre en studio pour y préparer son premier album solo. Il bénéficie de productions de producteurs renommés tels que Pete Rock Dj Premier, Large Professor... 
L’attente de l'album du nouveau phénomène New yorkais ne sera pas vaine. Et en avril 1994, l'album est enfin terminé. C’est sans grande surprise qu' « Illmatic » connait un véritable succès, en raison de l’engouement, pour ce jeune artiste, de l'ensemble de la communauté hip hop de New-yorkaise. Ne tombant pas dans les clichés du rap gangsta, les rimes de Nas donnent une vision nouvelle, quasi-cinématographique, des ghettos de la côte Est, en y ressortant tout l’atmosphère et les parfums de ces quartiers. A cela s'ajoute une véritable culture de la rue, mais aussi de la littérature, et ceux malgré le fait qu'il est quitté les bancs de l'école très jeune. En plus de lyrics poétiques, Nas a une maîtrise parfaite de son flow ce qui fait de « Illmatic » un véritable chef-d’œuvre. 
Deux en plus tard, nous sommes donc en 1996 et Nas revient dans les bacs avec « It Was Written », album qui ne fait que confirmer tout son talent, et qui remporte un véritable succès commercial en atterrissant directement numéro un des charts, grâce à des singles comme "Street dreams" ou "If I Rule the World". Il fait cette fois confiance aux Trackmasters, Dj Premier, Havoc, Dre... le nombre de fan s’élargit de plus en plus

S’en suit une attente de 3 ans avant que l’on entende de nouveau Nasir Jones derrière un micro. En 1999 Nas sort deux albums avec seulement quelques mois d’écart ; « I Am » et « Nastradamus ». Deux albums quasi-semblables, où l’on ne reconnaît pas la précision d’écriture et le punch de « Illmatic », délaissés pour des refrains plus "pop".
Le deuxième single « Hate Me Now » essuie sévèrement la critique, notamment pour sa collaboration, sur ce titre, avec Puff Daddy, et en raison d'un clip, signé Hype Williams, où Nas apparaît crucifié sur une croix (faisant allusion à une scène de la Bible, où Jésus apparaît dans la même posture). 
Cependant les ventes de ces deux albums restent honorables. et on peut y retrouver quelques tubes, dont les singles « Hate Me Now », « You Owe Me », « Nas Is Like », produit par son vieil ami Dj Premier, et « Nastradamus » destinés principalement à un plus large public, ce qui a quelques peu déçu les fans de ses débuts. Il lui est ainsi reproché d'avoir abandonné les véritables valeurs du Hip Hop qui avait fait de lui une des icônes du rap new yorkais dans le milieu des années 90.

L'an 2000 est pour lui l'occasion de former un groupe composé de rappeurs New -yorkais qui prendra le nom de "The Firm" et dans lequel on peut retrouver entre autre, Az, Foxy Brown et Nature. 
Cependant, Nas n'oublie pas pour autant ses racines et fait le pari de former un collectif de rappeur issue du même quartier que lui, le Queensbridge. Le "QB Finest" voit le jour, et une compilation sortira la même année.

2001, sera pour Nas, une des années les plus mouvementées de sa carrière, qui semble alors décliner. Outre des problèmes dans sa vie personnelle (le cancer du sein qui lui ôta sa mère) et sentimentale, le rappeur se retrouve en froid avec la radio Hot 97 et se trouve également confronté à un clash avec son ennemi de toujours: le rappeur de Brooklin, Jay Z. Ce dernier sortira une des plus grande "diss track" de l'histoire du hip hop avec le morceau "Takeover», extrait de l'album intitulé "The Blueprint". Nas se hissera au niveau de son adversaire, avec sa réponse "Ether" qui figurera sur son cinquième opus, "Stillmatic", qu'il présente comme le digne héritier de son classique sortit en 1994. Le rappeur du QB atteint, alors, un niveau proche de ses deux premiers albums. Outre la réponse à son rival sur "Ether", Nas enfonce le clou sur le morceau suivant "Got u'r self a...». Un second clip sera issu de cet album. "One Mic" sera ainsi accueilli très favorablement par la critique et par les auditeurs, dont beaucoup le considère comme son clip le plus réussi. 
Le rappeur participera aussi, à l'écriture et à la production du film Sacred In The Flesh. Il jouera aux côtés de Steven Seagal et Dennis Hopper dans Ticker. En 2002 parait une nouvelle version de remix qu'il intitulera "From Illmatic to Stillmatic" ainsi qu'une sélection de titres inédits réunis sur "The Lost Tapes". Quelques mois plus tard, Nas sort son sixième album God's Son, qui une fois de plus sera très bien accueilli par les fans et par la critique, grâce , notamment à des titres comme "I Can", "Made you Look". Nas laissera, notamment, les commandes de la production de cet album au trio Salam Remi, Chucky Thompson, Alchemist. 

Suite à la sortie "God's Son", Nas continuera de faire quelques bons featurings, notamment sur les derniers albums de Korn: Take a look in the mirror et de Kelis: Tasty. Durant l'été 2004, Nas sortira le titre "Thief Theme" qui précédera son dernier album en date "Street's Disciple". Un double album qui marchera moins bien que ses dernières oeuvres au niveau des ventes, mais qui musicalement parlant, est considéré comme un excellent album. S'en suivra début 2005 un mariage avec la chanteuse Kelis, en attendant la possible sortie d'un nouvel album ...


Discographie
1994 : Illmatic
1996 : It Was Written
1999 : I Am…
1999 : Nastradamus
2001 : Stillmatic
2002 : The Lost Tape 
2002 : God’s Son 
2004 : Illmatic (10th Anniversary Platinum Edition) 
2004 : Street Disciple
2008 : Nigger

 http://www.2kmusic.com/fr/artiste/nas
















VIDEOS. Nas, une pointure du rap mondial
F.L. | Publié le 31.12.2012
New York, en 2011. Nas a vendu plus de 13 millions de disques aux Etats-Unis. | (AP/Brian Ach.)

Nasir Bin Olu Dara Jones, dit Nas, enfant de Brooklyn (quartier de New York), né en 1973, a débuté dans le rap dès 1991. Il sort son premier disque, « Illmatic », en 1994 puis enchaîne les tubes. La moitié de ses 8 albums a figuré au top des ventes lors de leur sortie. Plus de 13 millions de disques ont été vendus rien qu’aux Etats-Unis.
Nas est ainsi souvent cité parmi les plus influents rappeurs de l’histoire. La chaîne musicale MTV l’a d’ailleurs placé à la 5e position de son classement des meilleurs rappeurs de tous les temps. En France, c’est avec l’album « I Was Written » en 1996 qu’il se fait connaître du grand public, notamment grâce au single « If I Ruled the World » avec Lauryn Hill, des Fugees. L’année suivante, il tourne un nouveau clip d’« Affirmative Action » avec le groupe de rap français NTM.

Par la suite, il effectue des duos avec Amy Winehouse ou Santana. On l’a vu récemment jouer le rôle du petit ami de Nicki Minaj dans une chanson qu’elle partage avec Chris Brown.
En juillet 2012, Nas a sorti son dernier album, « Life Is Good », qui s’est classé en tête du Billboard Albums avec 149000 ventes dès la première semaine.
Fil RSS VIDEOS. Nas, une pointure du rap mondial  F.L. | Publié le 31.12.2012, 04h52 Envoyer New York, en 2011. Nas a vendu plus de 13 millions de disques aux Etats-Unis. New York, en 2011. Nas a vendu plus de 13 millions de disques aux Etats-Unis. | (AP/Brian Ach.) Zoom  Réagir  Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile  Nasir Bin Olu Dara Jones, dit Nas, enfant de Brooklyn (quartier de New York), né en 1973, a débuté dans le rap dès 1991. Il sort son premier disque, « Illmatic », en 1994 puis enchaîne les tubes. La moitié de ses 8 albums a figuré au top des ventes lors de leur sortie. Plus de 13 millions de disques ont été vendus rien qu’aux Etats-Unis.  SUR LE MÊME SUJET      Il a dessiné l’affiche du concert de Nas Il a dessiné l’affiche du concert de Nas  Nas est ainsi souvent cité parmi les plus influents rappeurs de l’histoire. La chaîne musicale MTV l’a d’ailleurs placé à la 5e position de son classement des meilleurs rappeurs de tous les temps. En France, c’est avec l’album « I Was Written » en 1996 qu’il se fait connaître du grand public, notamment grâce au single « If I Ruled the World » avec Lauryn Hill, des Fugees. L’année suivante, il tourne un nouveau clip d’« Affirmative Action » avec le groupe de rap français NTM.  Par la suite, il effectue des duos avec Amy Winehouse ou Santana. On l’a vu récemment jouer le rôle du petit ami de Nicki Minaj dans une chanson qu’elle partage avec Chris Brown.  En juillet 2012, Nas a sorti son dernier album, « Life Is Good », qui s’est classé en tête du Billboard Albums avec 149000 ventes dès la première semaine.

http://www.leparisien.fr/essonne-91/une-pointure-du-rap-mondial-31-12-2012-2444941.php







Nas est-il le rappeur le moins ambitieux de l’Histoire ?
by Aleks on sept 5, 2012

Il y a deux mois, Nas sortait son dixième album solo, Life is Good, en un peu moins de vingt ans de carrière. Et ce dans l’indifférence quasi général. Pourtant, toutes les critiques se sont montrées unanimes pour saluer « le meilleur album de Nas depuis longtemps ». Alors pourquoi ce désintérêt notoire pour l’un des rappeurs les plus doués de sa génération, pour ne pas dire de l’histoire du rap ? Retour sur une carrière gâchée.
Illmatic ou l’entrée dans la légende
Avril 94, un minot de 20 ans, bonnet vissé sur le crâne, fait une entrée fracassante dans le monde du rap. En l’espace de 40 minutes et dix titres, Nasir Jones va changer la face du hip-hop avec son premier album, Illmatic. Succès dans la rue, succès d’estime, l’opus devient un classique instantané. Aidé par les plus grandes gloires de l’époque (Dj Premier, Large Professor, Pete Rock, Q.Tip), Nas va installer la côte Est et plus particulièrement New-York au premier plan d’un genre  contrôlé ces dernières années par la West Coast, le G-Funk et ses icônes Dr Dre et Snoop Dogg. 
Fini l’ambiance porno-gangsta, retour à la triste réalité des blocks, de la prison et de la pauvreté. Jamais un rappeur n’avait aussi bien décrit l’univers sociologique ambiant dans les quartiers. Public Enemy ou Rakim, pour ne citer que les plus connus, avaient bien essayé, mais personne n’avait poussé l’écriture et le pouvoir des mots aussi loin. L’équation est donc toute trouvée: productions de légende + lyrics de très haute volée + flow hyper précis = victoire. 
Avec Illmatic, le natif de Queenbridge devient la figure de proue d’un genre qui verra fleurir quelques mois plus tard d’autres artistes ayant rejoint le gotha depuis, de Mobb Deep à Notorious Big, en passant par Jay-Z. Mais là où Nas s’assure une street credibilty de dingo, il échoue par la même là où Biggie ou Jay-Z réussiront juste après: le succès commercial. Le début des emmerdes.

Des choix de carrière douteux

La suite est en effet moins glorieuse. Il y aura bien It Was Written, deuxième album tant attendu, deux ans plus tard, qui ne fera que confirmer le talent au micro du MC. Mais déjà, on sent poindre un manque de direction artistique flagrant. Il y a bien du street, du grand lyricisme (The Message) et même un gros single (If I Ruled the World avec Lauryn Hill, la meuf la plus bankable de l’époque) mais difficile de voir un lien entre les trois mondes. Ce n’est rien comparé à la double vautre I Am…/Nastradamus, les deux albums sortis en 1999. C’est bien simple, il n’existe plus aucune logique. Alors ok, c’est sur l’un d’eux qu’il y a le meilleur titre de Nas voire du rap (l’immense Nas is Like produit par Primo) mais c’est à peu près tout. A la recherche du succès de vente, l’homme à la doudoune se perd et perd ses auditeurs. On peut nommer l’immonde Hate me Now en compagnie de P.Diddy ou encore le raté You Owe Me pourtant produit par Timbaland, producteur à la mode en cette fin de siècle. Rien n’y fait, la sauce-MTV ne prend pas et Nas de voir que n’est pas Jay-Z qui veut. En effet, le golden boy de Roc-a-Fella enchaîne les albums en tête des charts, les hits et les apparitions sur les plus prestigieux albums. Pire, au tournant des années 2000, « Jigga-man » vient secouer les puces de son meilleur ennemi sur le terrible Takeover avec cette phrase assassine « one hot album every ten year average » ou encore « So yeah I sampled your voice, you was usin’ it wrong/ You made it a hot line, I made it a hot song » pour une sombre histoire de sampling. Affront ultime, en plus du morceau, l’album sur lequel il apparaît (The Blueprint) devient le premier grand classique rap du siècle et va redéfinir les contours du game. 
Ce diss aura le mérite de réveiller la carrière de Nas qui entreprend enfin sa résurrection avec deux albums plus consistants, Stillmatic et God’s Son. Une fois de plus, on saluera plus le génie du rappeur que l’ensemble artistique de l’oeuvre. Ironie du sort, c’est sur le second nommé que Nas va connaître son quart d’oeuvre de gloire commercial avec I Can, sample de Beethoven à l’appui et refrain chorale d’enfant. Recette supra efficace mais tellement facile… qui renvoie directement à Its a hard knock life de.. Jay-Z, sorti quatre ans plus tôt. Encore un train manqué.
La parole du prophète 

L’âge et la maturité aidant, Nas comprend que son heure est passée et que son image de lyriciste de génie ne se mariera jamais à celle d’entertainer. L’album Street’s Disciple collera parfaitement à cet état d’esprit, un opus sans single, sans titre fort, juste riche en écrit. Et c’est à ça que se résume la carrière du bonhomme. Il aurait pu être écrivain que le résultat aurait certainement été le même. Il ne mettra jamais en avant la musicalité avant le discours, conscient voire malade de ne pas perdre le seul titre de prestige qu’il possède de meilleur lyriciste du rap jeu. C’est peut être pour ça qu’à chaque fois qu’il a tenté de s’acoquiner avec les producteurs en vogue, il n’en a jamais retiré les meilleurs instrus (Timbaland, Scott Storch, Will.i.am, Premier, Alchemist), sans parler de sa frigidité face à la nouveauté (jamais un son de Kanye West, Lil Jon ou les Neptunes). Ce manque d’ambition a forcément freiné sa créativité en même temps qu’il a fermé bon nombre de portes. 
Finalement, ses deux derniers grands moments de gloire auront lieu ailleurs que sur sa musique même: un mariage avec Kelis puis un contrat signé chez Def Jam… tout juste contrôlé par Jay-Z. Le buzz du morceau des deux géants n’aura pas l’effet escompté puisque l’album suivant au titre évocateur, HipHop is Dead a exactement les mêmes défauts que les précédents: du sens mais très peu d’originalité. 
Et comme toute recette, à force d’être fade, on finit par se lasser. L’homme aura beau tenter de refaire parler de lui avec le titre de son prochain album (Nigger finalement appelé Untitled), tout le monde s’en fout, lui préférant les Kanye West, T.I et autres Lil Wayne.

Rappeur pour le fun

Et aussi moche soit-il, c’est désormais à l’ombre de toute pression que l’homme prend des risques. En lançant le single The Don pour Life is Good, Nas a surpris son monde en posant sur une production dans l’air du temps. Et de quelle manière! Il n’a jamais paru tant agressif mais tant à l’aise. Un banger de gros niveau qui faisait espérer tout le monde d’une prise de conscience artistique. Il n’en fût malheureusement rien. Ok, à 40 berges tu vas pas chercher à rapper pour les teenages, OK les discours sont encore de toute beauté. Mais sérieux, quelqu’un en a encore quelque chose à foutre que Nas fasse un morceau avec Mary J Blige ? On est plus en 96, et ce genre de titres, c’est du même niveau que de revoir Peter & Sloane chanter leur seul tube sur les plateaux télés. Ca sent la naphtaline à plein nez. 
Le seul morceau, outre The Don, qui vaille vraiment le coup, c’est une production de Swizz Beatz(oui oui) où, là encore, Nas se frotte à la nouveauté. Et le pire, c’est qu’il paraît naturel et maitrise la prod. à la perfection. Limite, on s’en fout du passage foireux du chanteur/vendeur de burrito à la fin du morceau qui vient tout gâcher en espagnol, la prise de risque est là et c’est tout ce qu’on attendait depuis toujours!
Mais on a bien compris que c’est beaucoup trop tard désormais et tout le monde s’est fait une raison. Nas continuera de rapper pour sa génération et pour ses fans les plus hardcore. Alors, on peut espérer un album en exercice de style, sur du jazz pourquoi pas (aidé par papa ?) et on est sûr que ça sera de la balle. Mais connaissant le mec, il est capable de faire un album de reggae tout pourri avec un des fils Marley. Comment ça c’est déjà fait ?
Nas – The Don

http://wtfru.fr/nas-est-il-le-rappeur-le-moins-ambitieux-de-lhistoire/






Pour Nas le rap est toujours mort !

Posté le 11 Septembre 2012 , par Aros

Cette année, Nas a sorti son dixième album studio, Life is Good. Pour le rappeur de New York, le hip-hop n'a pas ressuscité ces dernières années.
« Le hip-hop que j'ai vraiment aimé est mort avec Biggie et 2Pac, lance-t-il lors d'un entretien accordé au magazine R.A.P. R&B. Depuis, il s'est perdu, il y a eu beaucoup d'imitations du hip-hop. On aime tous le rap, on rêve tous d'être parmi ceux qui donneront le meilleur pour lui. Et c'est le mieux que l'on puisse faire maintenant, faire de la musique à la mémoire du temps où il était réel. » En 2006, Nas avait sorti l'album Hip Hop is dead, dont le premier single du même nom, en featuring avec Will.I.Am des Black Eyed Peas, dénonçait les comportements superficiels des rappeurs bling-bling.
Selon Nas, certains courants musicaux venus du sud des États-Unis, tels que le dirty south ou le crunk, seraient à l'origine de la mort du rap. « Depuis la mort de Notorious Big, le but du rap n'est pas de produire de la bonne musique, mais de faire croire que son histoire c'est la même que celle de B.I.G. Mais la plupart des rappeurs aujourd'hui n'ont pas eu cette vie là. Ils s'en foutent de Kurtis Blow ou de Public Enemy. Tout ce qui importe, c'est de faire de l'argent et d'apprendre à rapper vite », déplore le natif de Brooklyn, qui fêtera ses 39 ans dans trois jours.
Sorti au mois de juillet, Life is Good a débuté en tête du billboard avec 149 000 ventes, dès la première semaine. Découvrez ci-dessous le clip du quatrième single extrait de cet opus, Bye baby.
http://www.booska-p.com/new-pour-nas-le-rap-est-toujours-morta-n8090.html#article-texte








Nas (rappeur)

Surnom
Nasty Nas
Nastradamus
Nas Escobar
Esco
Half-man Half-amazing
Nom
Nasir Bin Olu Dara Jones
Naissance
14 septembre 1973 (39 ans)
New York, États-Unis
Pays d'origine
 États-Unis
Activité principale
Rappeur
Parolier
Producteur exécutif
Acteur
Genre musical
Rap East Coast
Rap Hardcore
Rap Conscient
Jazz Rap
Rap Chrétien
Pop-rap
Hip-Hop Alternatif
Années d'activité
Depuis 1992
Labels
Columbia (1994 - 2005)
Def Jam (Depuis 2005)
Influences
Rakim
Kool G Rap
MC Shan
Slick Rick
Dr Dre
Site officiel
Site officiel de Nas

Composition du groupe
Entourage
Olu Dara
Diddy
Kelis
DJ Premier
Mobb Deep
Q-Tip
Salaam Remi
AZ
Dr Dre
Jay-Z
Cormega
Pete Rock
Damian Marley
Rick Ross

Nas (parfois appelé également Nasty Nas, Nastradamus, et anciennement Nas Escobar), de son vrai nom Nasir Bin Olu Dara Jones1, est un rappeur (parfois acteur) américain né le 14 septembre 1973 à New York (quartier de Brooklyn), il est considéré par la communauté hip-hop dont MTV comme l'un des plus grands MCs de tous les temps23.
Biographie
Jeunesse
Né au Jewish Hospital de Crown Heights dans le quartier de Brooklyn4, il est le fils du jazzman Olu Dara (Charles Jones III) et de Fannie Ann Jones. Il est issu d'une famille d'artistes : son grand-père, instituteur dans le Mississippi, chantait dans un quatuor de Jazz, son arrière-grand-père était chanteur de folk. Son petit frère Jungle (Jabari Jones), est membre du groupe de rap Bravehearts, et son cousin n'est autre que Millennium Thug (Nashawn Jones). Il a une fille, Destiny, qui est née en 1994 de son union avec Carmen Bryan, sa fiancée de l'époque.
Voulant très jeune suivre les traces de son père, il commença à jouer de la trompette. Cependant, à force de jouer, sa lèvre commença à se déformer et celui-ci lui fit donc arrêter.[réf. nécessaire] Sa famille vivait au départ à Crown Heights à Brooklyn avant de déménager dans le Queensbridge vers la fin des années 19705. Il abandonna l'école tôt, en 8e année, et resta à Queensbridge, quartier défavorisé de New York, un des endroits où est né le Hip Hop (avec de nombreux rappeurs tels que Mobb Deep, Infamous Mobb, Juice Crew, Marley Marl, MC Shan, Blaq Poet, Capone, Tragedy Khadafi, Roxanne Shanté, Bravehearts, Cormega, Nature).
C'est donc naturellement que Nas commença à s'intéresser au hip-hop avec ses amis, tout en étudiant parallèlement la musique, la littérature, la culture africaine, la Bible6,7, ou encore l'histoire du hip hop8 en autodidacte. Il s'adonna alors durant quelque temps au breakdance sous le nom de « Kid Wave », avant de se faire finalement appeler « Nas » ( diminutif ( ou apocope ) de son prénom mais qui est également un acronyme pour Nigga Against Society comme il l'explique dans The Cross, ou encore Not All Surrender, « tous n'abandonnent pas »9). Il commença ensuite à rapper avec son meilleur ami5, le DJ Ill Will (Willie Graham) avec le groupe Devastating Seven. Ses parents divorcèrent en 19855.
En 1991, Nas débute sa carrière avec un couplet sur la chanson « Live at the Barbeque » de Main Source. Ses rimes attirent rapidement l'attention sur lui au sein de la communauté hip hop, à tel point que ses prestations lui valent la comparaison avec la légende du hip-hop new-yorkais de l'époque : Rakim10. Il est ainsi approché par MC Serch des 3rd Bass pour qui il réalise le morceau Halftime, qui figure sur la bande originale du film Zebrahead11. Nas et Ill Will continuent à travailler ensemble, jusqu'à ce que ce dernier soit assassiné en bas de chez lui le 23 mai 1992. Nas nommera plus tard son label en son honneur.
Illmatic
Nas signe ensuite sur le label de Serch, Columbia, et sort son premier album Illmatic en 1994. L'album contient les titres NY State of Mind (produit par DJ Premier12, la moitié du groupe Gang Starr), The World Is Yours (produit par Pete Rock13), One Love (en référence à l'incarcération de son ami Cormega, chanson produite par Q-Tip, du groupe A Tribe Called Quest) et It Ain't Hard To Tell (produit par Large Professor). Cet album est considéré par la communauté hip hop comme l'un des plus grands classique du Hip hop. Il a été classé 400e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone.
Premiers succès commerciaux
Son deuxième album, It Was Written, sort durant l'été 1996 et rencontra le succès14 avec les singles If I Ruled The World (avec Lauryn Hill) et Street Dreams. L'album comporte beaucoup d'invités, parmi lesquels Mobb Deep, Jo-Jo Hailey de Jodeci.
Cela marqua ensuite les débuts de The Firm (groupe constitué de Nas, AZ, Foxy Brown et Cormega15). Après avoir signé sur le label Aftermath Entertainment du rappeur et producteur Dr. Dre (époque où étaient les collaborations entre artistes de la côte est et ouest), The Firm a commencé à travailler sur son premier album. À la moitié de la production de l'album, Cormega sera exclu par le producteur du groupe Steve Stoute15 et fut remplacé par Nature. L'album Nas, Foxy Brown, AZ & Nature Present The Firm: The Album est finalement sorti en 1997. Mais le groupe ne durera pas, et l'album sera critiqué, jugé trop commercial et peu créatif15.
En 1998, pour faire oublier cet épisode, Nas se montrera de plus en plus productif et tenta sa chance au cinéma dans le film Belly réalisé par Hype Williams et dans lequel il joue avec DMX et Method Man. Il commencera à travailler sur un projet de double album qu'il voulait être à mi-chemin entre Illmatic et It Was Written qui devait s'appeler I Am… The Autobiography. Mais ce projet échoua car la plupart des chansons furent illégalement téléchargés avant leur sortie16. Il sera donc contraint de réduire l'album à un seul CD qu'il intitula I Am.... L'album inclut Nas Is Like (produit par DJ Premier) et Hate Me Now (avec Puff Daddy).
Son quatrième album, Nastradamus, est sorti en novembre 1999. Il contient notamment You Owe Me produit par Timbaland et avec Ginuwine ainsi que Project Windows qui devait initialement figurer sur le deuxième CD de I Am…. Bien que remportant un succès commercial (disque de platine aux États-Unis14), l'album fut vivement attaqué par les critiques[Qui ?] qui accusèrent Nas de se tourner vers la pop commerciale.
En 2000, il forma également un collectif de rappeurs de Queensbridge et lança la compilation QB Finest. La compilation ne sera pas un gros succès commercial[réf. nécessaire]. De cet album sortit le single Oochie Wally avec le groupe de son frère Bravehearts, et le single Da Bridge 2001 réunissant Capone, Cormega, Marley Marl, MC Shan, Millennium Thug, Mobb Deep, Nature et Tragedy Khadafi.
Rivalité avec Jay-Z
Article détaillé : Beef Nas-Jay-Z.
En 2001, sa mère Ann Jones meurt d'un cancer du sein. Cette année marque aussi le début de la rivalité entre les rappeurs East Coast, Jay-Z et Nas. En effet, sur son album The Blueprint, Jay-Z consacre un couplet entier de la chanson Takeover à dénigrer Nas, déclarant notamment que son seul vrai album est Illmatic. La réponse de Nas eut lieu dans le morceau Ether qui comporte un scratch où l'on peut entendre 2Pac dire « Fuck Jay-Z », Nas accusant Jay-Z de voler les paroles du rappeur mort en 1997 The Notorious B.I.G. et de ne rapper que dans le but de s'enrichir[réf. nécessaire].
Ether est extrait du cinquième album du rappeur du Queens Stillmatic. Nas sera déclaré vainqueur du clash contre Jay-Z par les auditeurs de la radio hip-hop de New York Hot9717. Par la suite, Jay-Z répondra à Ether avec le single Supa Ugly. Néanmoins en 2005, les deux rappeurs ont mis un terme à leur animosité lors d'un concert prônant le retour au hip hop, réalisant d'ailleurs deux sons en communs un sur Hip Hop is dead de Nas (Black republican) l'autre sur American gangster de Jay-Z.
De 2002 à 2006

Nas, tournée à Ottawa.
En décembre 2002, Nas sort son sixième album God's Son avec des morceaux produits notamment par Eminem, Alicia Keys, Salaam Remi, Chucky Thompson, ou encore The Alchemist. Cet album sera un de ses plus personnels, parlant de sa mère décédée (Dance), de spiritualité (The Cross) ou encore d'espoir (I Can).
En 2003, après une collaboration avec le groupe KoЯn dans la chanson Play Me, Nas a sorti son septième album, un double-opus appelé Street's Disciple le 30 novembre 2004. Cet album sera quant à lui plus jazz-rap, avec de nombreux hommages et morceaux effectués avec son père Olu Dara.
En janvier 2005, il se marie avec la chanteuse de R&B Kelis18. Le rappeur 50 Cent s'attaque entre autres à Nas sur son second album The Massacre avec le titre « Piggy Bank ». Deux mois plus tard, Nas répond avec deux diss tracks : My Will (The Honeymoon is Over) et Don't Body Ya Self.
Initialement reparti en studio pour un album qui ne devait comporter que des productions de DJ Premier, avec qui Nas avait souvent travaillé dans le passé (« Represent », « NY State Of Mind », « Come Get Me », « Nas Is Like »), Nas a changé ses projets. Après une réconciliation médiatique avec Jay-Z lors d'un concert live19,20, Nas a signé chez Def Jam, dont le tout nouveau président [CEO] est Jay-Z.
Hip Hop is Dead
Hip Hop Is Dead, qui normalement aurait dû s'appeler Nasdaq Dowjones21 et comporte notamment un duo avec son ancien rival Jay-Z intitulé Black Republican est sorti le 19 décembre 2006. Le premier single Hip Hop Is Dead est en featuring avec Will.I.Am des Black Eyed Peas où il dénonce les rappeurs bling-bling ainsi que le dirty south, le crunk, la snap music, principalements venus du sud des États-Unis et qui, selon lui, ont tués le rap22. La production de cet album est notamment assurée par Scott Storch, Kanye West ou encore Dr Dre. Nas tient aussi de très bonnes relations avec Game, l'artiste de Compton, qui le considère comme son grand frère[réf. nécessaire] et avec qui il réalise son dernier single intitulé Hustlers puis Letter to the King sur l'album LAX de Game.
De 2008 à 2010
Au début de l'année 2008 Nas provoque la polémique en annonçant le titre de son futur album : Nigger (soit nègre). Suite à cette polémique et au boycott de la part de nombreux distributeurs23, Nas ne donnera pas de titre à son disque qui sera finalement appelé Untitled, soit sans titre. Dans ce disque Nas tente d'expliquer le sens du mot Nigger. Dans des titres comme N.I.G.G.E.R, the slave & the master (« N.E.G.R.E, l'esclave et le maître ») il décrit ce qu'il voit comme le problème des Afro-Américaines dans la société américaine. Sur la pochette de l'album, on peut voir Nas torse nu avec son nom écrit au dos, en cicatrice causé par un fouet, en référence à l'esclavage.
En 2009 est annoncé son divorce avec Kelis24 et il fait un featuring avec les Beastie Boys dans leur dernier album, Hot Sauce Committee. Il a aussi collaboré avec Carlos Santana en 2010 sur son album Guitar Heaven: The Greatest Guitar Classics of All Time pour une reprise de Back in Black.
Distant Relatives avec Damian Marley

Nas et Marley en concert à Wellington, Nouvelle-Zélande
Lors des Grammy Awards 2009, Nas confirme qu'il compte collaborer avec l'artiste reggae Damian Marley (fils de Bob Marley avec qui il avait déjà collaboré pour l'album Welcome To Jamrock avec le titre Road To Zion). Il affirme ensuite qu'il est un «grand admirateur de son père et donc bien sûr de ses enfants (…)»25. Une partie des bénéfices de l'album sont utilisés pour construire des écoles en Afrique26. C'est le Los Angeles Times qui pour la première fois affirme que le titre de l'album prévu prochainement allait s'appeler Distant Relatives27, qui sort finalement le 17 mai 2010.
2011 et Life Is Good
Très présent en studio ces dernières années[Quand ?], il a aussi collaboré avec des artistes comme Mobb Deep ("Dog shit" 28), Raekwon ("Rich & black") ou encore Common ("Ghetto Dreams"29 (Avec un clip) »30). La même année, le rappeur signe le duo "Like smoke" dans l'album posthume de la chanteuse Amy Winehouse, Lioness: Hidden Treasures, morte quelques mois auparavant.
Annoncé via Twitter dès 2011, il sortira son 11e album studio, Life Is Good31, en juillet 2012. Le premier extrait de l'album est "Nasty" qui est produit par Salaam Remi . "The Don" produit encore une fois par Salaam Remi, est le second extrait de l'album suivi par un troisième intitulé "Daughters", produit par No I.D.»32.

Discographie
Albums solo
    •    1993 : Pre Illmatic Bootleg
Sorties sous Columbia :
    •    1994 : Illmatic
    •    1996 : It Was Written
    •    1999 : I Am...
Sorties sous Ill Will/Columbia :
    •    1999 : Nastradamus
    •    2001 : Stillmatic
    •    2002 : God's Son
    •    2004 : Illmatic : 10th Anniversary Platinum Edition
    •    2004 : Street's Disciple
Sortie sous Columbia/Def Jam :
    •    2006 : Hip Hop Is Dead
    •    2007 : Greatest Hits
    •    2008 : Untitled
    •    2012 : Life Is Good
Albums en collaboration
    •    1997 : The Firm: The Album
    •    2010 : Distant Relatives avec Damian Marley
    •    2012 : Nas.Com avec Common
Compilations et EP
    •    1997 : Affirmative action (Seine Saint-Denis Style remix) feat. Suprême NTM
    •    2000 : Nas And Ill Will Records Present QB's Finest
    •    2001 : Death Of Escobar
    •    2002 : The Best Of Nas
    •    2002 : The Lost Tapes
    •    2002 : From Illmatic To Stillmatic: The Remixes EP
    •    2005 : The Prophecy Vol. 2
    •    2007 : The Lost Prophecy
    •    2010 : The Lost Tapes 2
Bandes originales
    •    Zebrahead (1992) : "Halftime"
    •    Street Fighter (1994) : "One On One"
    •    Men in Black (1997) : "Escobar '97"
    •    Bullworth (1998) : "Firm Biz" (The Firm)
    •    Belly (1998) : "Grand Finale" Feat. Method Man, DMX & Ja Rule
    •    White Lines (1998) : "I Wanna Live"
    •    In Too Deep (1999) : "In Too Deep"
    •    Baller Blockin' (2000) : "What You Gonna Do"
    •    Big Mamma (2000) : "I've Got To Have It" Feat. Jermaine Dupri & Monica
    •    Hors limites (2001) : "Gangsta Tears"
    •    8 Mile (2001) : "U Wanna Be Me"
    •    Like Mike (2002) : "Rule" Feat. Amerie
    •    Antwone Fisher (2002) : "The World Is Yours"
    •    Charlie's Angels 2 : Les anges se déchaînent ! (2003) : "Nas' Angels... The Flyest" Feat. Pharell Williams
    •    Les Infiltrés (2006) : "Thief's Theme"
    •    Blood Diamond (2006) : "Shine On Em"
    •    Rush Hour 3 (2007) : "Less Than An Hour" Feat. Cee-Lo
    •    Fish Tank (2009) : "Life's A B****" (Featuring AZ)
    •    Projet X (2012)  : "Nasty"
Jeux vidéo
    •    Grand Theft Auto IV (2008) : "War is necessary"
    •    Midnight Club: Los Angeles (2008) : "Hero" Feat. Keri Hilson
    •    Skate 2"" (2009) : "Made you Look"
    •    True Crime: New York City : "New York State Of Mind"
    •    Saints Row 2 : "New York State Of Mind"
Singles
    •    "Halftime" (1992)
    •    "It Ain't Hard To Tell" (1994)
    •    "Life's A Bitch" Feat. AZ (1994)
    •    "The World Is Yours" (1994)
    •    "One Love" (1994)
    •    "If I Ruled The World (Imagine That)" Feat. Lauryn Hill (1996)
    •    "Street Dreams" (1996)
    •    "The Message" (1996)
    •    "Affirmative action" Feat. NTM (1996)
    •    "Firm Biz" (The Firm) (1997)
    •    "Phone Tap" (The Firm) Feat. Dr. Dre (1997)
    •    "Nas Is Like" (1999)
    •    "Hate Me Now" Feat. Puff Daddy (1999)
    •    "K-I-S-S-I-N-G" (1999)
    •    "You're Da Man" (1999)
    •    "Did You Ever Think" Feat. R. Kelly (1999)
    •    "Nastradamus" (1999)
    •    "You Owe Me" Feat. Ginuwine (2000)
    •    "I've Got To Have It" Feat. Monica & Jermaine Dupri (2000)
    •    "Da Bridge 2001" (QB's Finest) (2000)
    •    "Oochie Wallie (Remix)" Feat. Bravehearts (2001)
    •    "Got Ur Self A Gun" (2001)
    •    "One Mic" (2002)
    •    "Ether" (2002)
    •    "Rule" Feat. Amerie (2002)
    •    "Made You Look" (2002)
    •    "I Can" (2002)
    •    "Thugz Mansion" Feat. 2Pac & J. Phoneix (2002)
    •    "Get Down" (2002)
    •    "I'm Gonna Be Alright (Remix)" Feat. Jennifer Lopez (2003)
    •    "Play Me" Feat. KoЯn (2003)
    •    "Thief's Theme" (2004)
    •    "Bridging The Gap" Feat. Olu Dara (2004)
    •    "Just A Moment" Feat. Quan (2005)
    •    "You Know My Style" (2005)
    •    "Virgo" Feat. Ludacris & Doug E. Fresh (2005)
    •    "Don't Body Yourself" (2005)
    •    "Both Eyez Open" (2006)
    •    "Hip Hop Is Dead" Feat. Will.I.Am (2006)
    •    "Black Republican" Feat. Jay-Z (2006)
    •    "Can't Forget About You" Feat. Chrisette Michele (2007)
    •    "Hustlers" Feat. The Game (2007)
    •    "Classic" Feat. Kanye West, Rakim & KRS-One (2007)
    •    "Less Than An Hour" Feat. Cee-Lo (2007)
    •    "Hero" Feat. Keri Hilson (2008)
    •    "We make the world go round" Feat. Chris Brown & The Game (2008)
    •    "Play me" Feat Korn (album de Korn) , "Take a Look In the Mirror"
DVD
    •    Nas & Mobb Deep - Queensbridge Motherfuckers (2000)
    •    Made You Look: God's Son Live (2003)
    •    Nas: Video Anthology Vol. 1 (2004)
    •    Beyond Beef: Jay-Z & Nas (2006)
Filmographie
    •    1998 : Belly
    •    1998 : White Lines
    •    1999 : In Too Deep
    •    2000 : East Coast Mix, Vol. 1: Another Reason To Rhyme
    •    2001 : Ticker
    •    2001 : Sacred Is The Flesh
    •    2002 : John Q
    •    2002 : Hip-Hop VIPs
    •    2003 : Uptown Girls
    •    2003 : Murda Muzik
    •    2005 : Miracle's Boys
Annexes
Articles connexes
    •    Rap
    •    East Coast
    •    Bravehearts
    •    Queensbridge
Liens externes
    •    (en) Lyrics de Nas
    •    (en) Site officiel de Nas
Notes et références
    1.    ↑ uk.askmen.com - Nas Biography [archive]
    2.    ↑ http://www.mtv.com/bands/h/hip_hop_week/2006/emcees/index7.jhtml [archive]
    3.    ↑ http://rateyourmusic.com/list/sagadgreat/top_50_greatest_mcs_of_all_time_ [archive]
    4.    ↑ (en) Nas documentary part. 1 [archive]
    5.    ↑ a, b et c (en) Cowie, Del F.. "Battle Ready" [archive]
    6.    ↑ Références chrétiennes [archive]
    7.    ↑ (en) NaS Biography [archive]
    8.    ↑ (en) Biographie de Nas. [archive]
    9.    ↑ (en) Rap Dictionary [archive]
    10.    ↑ (en) NAS & RAKIM [archive]
    11.    ↑ Zebrahead - Soundtrack [archive]
    12.    ↑ Prods. Primo [archive]
    13.    ↑ Nas and Pete Rock [archive]
    14.    ↑ a et b RIAA - Gold & Platinum [archive]. Ventes
    15.    ↑ a, b et c The Firm [archive]. Exclaim!
    16.    ↑ (en) I Am… by Nas - Download I Am… [archive]
    17.    ↑ (en) Hot97 feud [archive]
    18.    ↑ Le Mariage de Nas [archive]
    19.    ↑ Nas et Jay-Z main dans la main [archive]
    20.    ↑ (en) Reconciliation [archive]
    21.    ↑ Ado bio [archive]
    22.    ↑ (en) Is Hip Hop Dead? [archive]
    23.    ↑ Le nouvel album de Nas sera sans titre. [archive]
    24.    ↑ Nas et Kélis : un divorce tumultueux [archive]
    25.    ↑ (en) Exclaim! Canada's Music Authority [archive], Exclaim.ca. Consulté le 18-09-2010
    26.    ↑ (en) Nas Recording Album With Damian Marley [archive], Billboard, Nielsen Business Media, 10-02-2009. Consulté le 10-02-2009
    27.    ↑ (en) (en) Jeff Weiss, « Nas and Damian Marley to unveil new songs from 'Distant Relatives' on Friday at L.A. Live », Pop & Hiss, 26-03-2009 [texte intégral [archive] (page consultée le 26-03-2009)]
    28.    ↑ (en) News / Mobb Deep retrouve Nas pour "Dog Shit" [archive]
    29.    ↑ http://encoreunblogdemerde.com/2011/07/06/lyricistes-agrees-common-nas-sur-ghetto-dreams/ [archive]
    30.    ↑ (en) News / Common feat Nas : "Ghetto Dreams" en écoute [archive]
    31.    ↑ (en) Nas : Life Is Good, titre du nouvel album [archive]
    32.    ↑ (en) "Nasty" de Nas en écoute [archive]
    
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nas_%28rappeur%29











19/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres