Alain YVER

Alain YVER

PARIS PARIS PARIS

07 février 2010

age-or-maisons-boudard.1265565467.JPGIl y a eu dix ans le 14 janvier 2010 qu’Alphonse Boudard a calanché. Boudard, contrairement à Bob Giraud , je l’ai rencontré.

Ah, je ne peux pas prétendre avoir été son ami, ça serait bien me vanter. Je l’ai invité deux fois à l’Obsidienne, la librairie que je tenais avec mon amie Hélène Bachet, à la Bastille, de 1989 à 1991.

Affable et chaleureux, Boudard possédait une espèce de prestance, une élégance mâtinée voyou, comme dirait Claude Dubois, qui n’incitait pas à lui taper sur les cuisses en sortant des vannes un peu graveleuses. Bref, c’était un monsieur.

Mais pas un de ces messieurs au cerveau calciné par des humanités acquises à grandes pelletées. C’était un monsieur qui avait vécu.

Ses livres on le sait puisaient du côté de l’autobiographie. Sa vie était un roman. Et lui un grand bonhomme qui, sans compter, accorda du temps au journaliste débutant que j’étais.

J’ignorais alors que Boudard avait connu Bob. Il faut dire qu’à l’époque, je ne connaissais pas ce dernier (ceci explique cela…).

Peu après la sortie de l’Age d’or des maisons closes (Albin Michel, 1990),  l’auteur étant venu le dédicacer dans ma librairie, je lui avais proposé de l’interviewer dans l’idée de placer le papier quelque part.

Je viens de retrouver notre discusion en classant de vieux papiers. Le voici en exclusivité, 19 ans après !

Vous remarquerez au passage que les propos d’Alphonse Boudard à propos des maisons closes et de la prostitution en général n’ont pas pris une ride…

(Spéciale dédicace à Jean-Michel Moret qui sait pourquoi)

Olivier Bailly : A quand remonte votre intérêt pour les maisons closes ?

Alphonse Boudard. Je vais essayer de vous expliquer exactement la genèse de tout ça. J’ai toujours vécu avec ces histoires de bordels, de prostitution en toile de fond parce que ma mère se défendait comme ça.

Quand on m’a fait des reproches sur le fait que je choisissais ce sujet j’ai dit que j’étais mieux placé qu’un autre pour en parler. Bon, historiquement, il fallait que j’apprenne des tas de choses, mais enfin, pour l’essentiel, j’avais compris un petit peu de quoi il s’agissait. J’ai évoqué les maisons dans différents livres, par exemple dans Bleubite où il y a une scène célèbre dans un bobinard, mais je n’avais pas l’intention du tout d’écrire là-dessus. Un jour, j’ai raconté à un ami, qui est directeur littéraire chez Laffont, ce que je savais sur la mécanique de la Fermeture. Il me dit « Faut faire un livre ».

Moi je lui réponds que ça ne me paraît pas intéressant, suffisant, que tout ça est anecdotique seulement. Il en parle à Robert Laffont qui me rencontre, on discute et, de fil en aiguille, on en arrive à un contrat et un livre qui s’appellerait La Fermeture et qui serait inclus dans une collection, Ce jour-là dans laquelle il y avait eu le 6 juin 1944 le jour le plus long, le 14 juillet 1789 la prise de la Bastille, etc. et je pensais que finalement dans l’histoire les mœurs ont beaucoup d’importance et que le 13 avril 1946 est une date historique qui est d’ailleurs passée inaperçue parce que c’est une chose qui paraissait à l’époque un détail. Et puis la collection s’est arrêtée entre-temps, mais on a fait le livre qui s’appelle donc La Fermeture, le 13 avril 1946. Quarante ans après, en 86.

fermeture.1265566242.jpg

OB : Maintenant ça fait 45 ans. On va faire une fête… les rouvrir ?

AB : Ben oui… Pourquoi pas ? Non, ce n’est pas possible de les rouvrir parce que c’est le passé. La marine à voile, quoi. Ça ne pourrait se rouvrir que sous une forme très, très différente. D’abord, légalement, on ne peut pas le faire parce qu’on a adhéré à une convention européenne sur le traitement des êtres humains en 1949, donc on ne peut pas. On a supprimé la peine de mort, on ne peut pas revenir sur cette question à cause de cette fameuse convention. C’est pareil avec les maisons closes. Bien sûr, on peut toujours se débrouiller de casser avec les autorités européennes sur ce problème, mais enfin on ne va pas s’amuser à ça. Et puis, surtout, les choses ont évolué tellement depuis 45 ans… On ne se rend pas compte, mais on a évolué dans la plupart des domaines infiniment plus en 45 ans qu’en 800 ans auparavant.

Les mœurs s’en sont ressenties. L’éclatement de mai 68 fait partie de cette évolution. Alors, ce que je dis, par rapport à 1946, c’est que, si l’on n’avait pas fermé les maisons (parce qu’on ne les a pas fermées pour des raisons sociales ou morales, mais pour des raisons politiques), elles auraient continué, mais différemment. Parce que les filles qui viennent dire aujourd’hui « c’étaient des ghettos épouvantables… » ne le pourraient plus. Maintenant, les maisons seraient contrôlées par la police, par la sécurité sociale et les filles qui y travailleraient bénéficieraient toutes de l’assurance sociale, des congés payés et de la retraite comme les autres travailleurs…

OB : Des fonctionnaires du sexe…

AB : Oui, des espèces de fonctionnaires du sexe et ce serait encore le meilleur moyen pour contrôler le proxénétisme. Le gros défaut des maisons, c’est qu’elles étaient l’affaire des proxénètes et de la police, alors…

OB : Pourquoi de la police ?

AB : Parce que les proxénètes les contrôlaient et elle savait beaucoup de choses par les maisons. Maintenant les flics vous disent qu’ils s’en foutent, qu’ils ont les écoutes et que c’est bien plus intéressant que le bordel. Alors vous voyez que les choses ont évolué.

boudard-mandor.1265564951.jpg

Photo Mandor 

OB : A l’époque, la police a t-elle tenté d’exercer des pressions pour que les pressions restent ouvertes ?

AB : Oui, elle a essayé, mais elle ne le pouvait pas. Elle n’était pas assez forte. Pendant une période d’environ trente ans elle a essayé de faire marcher les clandestins, ce qu’on appelait les « clandés », c’est-à-dire des maisons qui avaient une autorisation des flics et qui continuaient à fonctionner. Marcellin est arrivé en place et a démantelé tout ça. Après, il y a eu les systèmes des flics qui contrôlaient les hôtels de passe. On a aussi démantelé ça en faisant tomber les patrons des hôtels pour proxénétisme hôtelier. A chaque fois on a cassé un peu le système, mais il renaissait toujours d’une autre façon et, la grande difficulté, c’est que, quand il renaît, on le contrôle encore moins et il est encore plus douloureux peut-être pour les prostituées.

Je veux dire qu’elles avaient plus de protection dans un bordel que dans le Bois de Boulogne, plus même dans un hôtel de passe qui était pourtant lamentable que dans le Bois de Boulogne. Quand Madame Barzach a été se balader naïvement dans le Bois, elle est revenue horrifiée en disant qu’il fallait rouvrir les maisons.

C’était une réaction de femme qui ne connaissait pas le problème. Les flics répondent à ça d’une part on ne peut pas les rouvrir à cause de la convention que j’ai évoquée et d’autre part qu’il vaut mieux les garder dans le Bois de Boulogne parce que pendant qu’elles sont là elles ne sont pas ailleurs et, au moins, on sait où elles sont… Mais pour en revenir à cette évolution dont je parlais tout à l’heure, je vois trois choses formidables depuis 1945 : il y a mai 68 et deuxième il y a la drogue. Autrefois, les macs tenaient les filles par le violon, la sérénade ? «  j’t’adore », etc. Et puis il les mettaient au tapin et les tenaient ensuite par la violence. Maintenant, il y a la came. Et c’est terrible ! On met accroc les filles… Et puis tertio, qui va compliquer tout : le Sida. A ajouter à cela, que je rattache à 68 dans l’explosion des mœurs : les travestis, l’homosexualité. Alors, vous voyez que ce n’est plus la même chose. Quand on parle de nos histoires de l’âge d’or des maisons closes avec Romi, on parle du bateau à voiles, on parle de choses disparues.

OB : Ça fait partie de l’histoire

AB : Ça fait partie de l’histoire. Alors je ne vois pas pourquoi (agacé)…C’est là où j’ai été assez choqué. Parce qu’il y a des libraires qui ne me mettaient pas en vitrine ou qui disaient « nous on ne peut pas beaucoup vendre ce livre parce que notre clientèle ne comprendrait pas.. ». J’ai eu des gens qui venaient faire signer le bouquin en disant « mettez pas mon nom surtout ».

OB : Ou « c’est pour un ami »

AB : Ouais, c’est pour un ami ou « ah oui, j’aime bien lire vos livres, mais je ne peux pas prendre celui-là, je ne peux pas le laisser dans ma bibliothèque… ». On en est là. Des contradictions. ! D’un côté tu as Canal+…Minuit… T’as un film hard. Et de l’autre t’as des gens qui te disent ça. Tout cohabite, c’est curieux.

petot-portrait-boudard.1265566428.jpg OB : C’est vachement plus puritain qu’il y a 45 ans

AB : Ah oui ! On  en parlait plus facilement parce que ça existait. On disait bon y’a le bordel et puis voilà.

OB : C’était une institution, en somme ?

AB : Dans une petite ville il y avait l’église, il y avait le bistrot du coin, le bordel et le couvent des oiseaux, enfin il y avait différentes choses qui cohabitaient. Et c’est fini. C’était une espèce de tissu social qui était autour du village, autour de l’artisanat, de la paysannerie, qui n’existe plus. Evidemment, on parle de marine à voile, c’est bien d’en parler parce qu’on dit « il est magnifique ce voilier, il est formidable », mais il y a les mecs dans la galère qui rament aussi, puisqu’on est sous Louis XVI… Donc, c’est beau, c’est une très belle chose à voir, mais, bien sûr, il y a toujours le côté noir… Ceux qui travaillent dans les soutes.

OB : Vous ne prenez jamais parti ?

AB : Ah je peux pas ! Je peux pas ! D’abord, je ne suis pas juge. Je ne dois pas me placer d’un point de vue ou d’un autre. Il est évident que quand je parlais des grands criminels, j’ai essayé de faire la part des choses. D’un côté les circonstances atténuantes et de l’autre les circonstances aggravantes. Prenons le cas de Bonnot. On vient de chez Maxim’s, on bouffe, on se conduit comme des procs devant ce qui type qui est seul au  monde. Mais auparavant, quand il est venu de Lyon avec son copain l’anarchiste et qu’il raconte comment il l’a blessé et achevé pour qu’il ne souffre pas et comment il lui a piqué son pognon… Là il se conduit vraisemblablement comme la pire des crapules. Mais c’est pourtant le même homme. Quand je prends le cas de Landru. Il s’occupe de sa famille, il a quatre gosses, il n’est pas si mal (rires)…

OB : C’est un bon père de famille !

AB : Oui, mais même quand il est avec sa maîtresse, il est un remarquable amant, et pas seulement au lit, mais dans le comportement. C’est ça le comportement des hommes. Il faut tout dire. Et c’est pareil pour les bordels. Il faut dire ses splendeurs, ses attraits, ses drôleries et puis il faut dire aussi la tôle d’abattage, les horreurs. Je trouve qu’on ne peut pas faire une étude sérieuse sur les bordels sans lire par exemple le livre de Maxence Van der Meersch Femmes à l’encan qui a exprimé des choses justes.

OB : Donc il y avait maisons closes et maisons closes  ? Il y avait les maisons de société où la fine fleur du tout-Paris venait prendre un verre sans forcément consommer et puis il y avait les tôles d’abattage, immondes…

AB : Si vous voulez, au départ, quand il y a les maisons, dans la première période du XIXème siècle, elles existent, on sait qu’elles sont là, on sait que les militaires vont dans ces endroits et que les messieurs qui ont des petites envies ou des passions particulières y vont également, mais on n’en parle pas. Et puis, à partir du moment où les artistes commencent à en parler, ça explose. Alors Lautrec, alors Maupassant, alors Lorrain, etc. Mais elles ne sont pas encor, à ce moment-là, au point de devenir ce qu’on appellera des maisons de société. La première expérience dans ce domaine c’est le Chabanais qui l’inaugurera. Le Chabanais est d’abord réservé aux membres du Jockey-club. Là, on fait dans le snob. C’est là que va venir le futur roi d’Angleterre, le Prince de Galles qui sera Edouard VII. C’est là que vont venir une quantité de gens chics, les présidents, les rois en vadrouille… Ils viennent tous faire un tour là et, par la suite, en 1920 et quelque, quand Jamet ouvre le One two two, il invente la formule club, il fait une sorte de complexe. Alors il y a le bordel avec les filles, il y a le restaurant où on fait le bœuf à la ficelle et puis il y a le club et les gens viennent. Ça va faire le renom de la maison parce que tout le monde va y passer.

OB : C’est une sorte de salon. Il faut en être ?

AB : C’est ça. Et le fait qu’on voit Maurice Chevalier, Tino Rossi ou Colette donnera de l’éclat à la maison. Forcément, c’est rare que des types du niveau de Maurice Chevalier ou Tino Rossi grimpent devant tout le monde avec une pute. Mais il y a d’autres clients qui sont des célébrités comme Georges Simenon ou Michel Simon qui y vont carrément et on le sait et ils ne s’en cachent pas du tout. Mon ami Romi, lui, allait faire des dessins. Il finissait par être copain avec la patronne, elle était contente, puis après il gardait les dessins et c’est comme ça qu’il a des témoignages. Il gardait les cartes de visites, les cendriers parce que c’est un collectionneur et c’est un peu un esprit savant. Alors ça, c’était la nouvelle formule. Après, il y a eu le Sphinx qui était une espèce de club, également, et les choses auraient pu encore évoluer. On aurait vu Régine qui aurait tenu à la fois sa boîte, un bordel, un restaurant, etc. Elle aurait été fabuleuse, là-dedans ! D’ailleurs, on a eu un projet de film ensemble sur un sujet comme ça. Elle collait bien.

OB : Un peu avant 1946, au moment de la guerre, il y avait déjà des rivalités entre les grandes maisons. Certaines étaient pro-allemandes, d’autres non…

AB : Ah oui…Bof…On a raconté ça après… Mais il y avait des rivalités sérieuses qui étaient des rivalités commerciales, si je puis dire. C’était comme Leclerc et Carrefour. C’était ça…. Sous l’occupation, à mon avis, il s’est passé la chose suivante : vous comprenez qu’un type qui fait un business où il vend des bonnes femmes, c’est un voyou. Souvent il vient de la plus basse truanderie et il a monté les échelons parce qu’il est intelligent. Quand l’occupation est arrivée, ils ne savent pas ce qui va se passer. Personne ne le sait. Alors, les Allemands filent des règlements, réquisitionnent des maisons pour eux et puis s’arrangent avec les voyous.

Les Allemands avaient un fric fou qui leur était donné par le gouvernement de Vichy au titre de l’indemnité journalière de guerre. Ce fric, ils le dépensent et il va alimenter tout. Il y a le marché noir, il est là, tout près, parce que vous pouvez pas tenir des maisons de luxe sans faire du marché noir. Vous n’allez pas là-dedans pour bouffer des rutabagas et boire de l’eau fraîche. Donc, il sont  très liés aux Allemands et ils sont liés au marché noir et les Allemands savent que le marché noir est une bonne façon de tenir les gens.

Les plus intelligents parmi eux ne viennent pas en disant « dites donc, on va faire ça, si vous ne nous donnez pas ça, vous serez fusillés ». Non, ils corrompent, ils se démerdent, ils s’arrangent, c’est plus malin. Les seuls tauliers qui auront un esprit vraiment à peu près résistant sont des gens par exemple qui sont d’origine juive. Ils comprennent très vite de quoi il retourne et eux sont forcément coincés. Quelques-uns uns. Mais dans l’ensemble ils attendent l’évolution de la situation et quand l’année 43 arrive, le vent tourne, ils prennent des garanties : ils ont caché trois Juifs dans la cave, ils ont planqué un parachutiste anglais, ils donnent de l’argent à la résistance qui traîne par là, de façon à être peinards.

Mais la plupart ont été très mouillés avec les Allemands au point que beaucoup de grands tauliers, ceux qui tenaient les taules d’abattage, en croquaient avec la Gestapo. C’était une super police qui était au-dessus de la police française et qui pouvait envoyer chier les flics français en s’appuyant sur les Allemands.

OB : C’était une époque idéale pour la pègre qui régnait impunément

AB : Bien entendu. Quand la Libération est arrivée se sont conjuguées deux choses : les moralistes qui venaient du MRP, parti chrétien qui était contre le bordel, et les communistes qui parlaient au nom de la patrie. Vous ne pouviez pas demander aux autres de ne pas suivre. Il est évident que quand l’affaire se déclenche on ne voit pas la nécessité absolue de s’occuper de fermer les bordels. Ce qui a sauvé les choses à ce moment-là, ce qui a sauvé les abolitionnistes, ces les antibiotiques. Si les antibiotiques n’étaient pas arrivés en même temps on avait une situation qui grimpait dans le domaine prophylactique… Un recrudescence de maladies vénériennes genre syphilis. Alors on aurait fait machine arrière.

Et là, boum ! tout d’un coup, ils arrivent. Parce que les anti-abolitionnistes avaient dit « attention ! si vous fermez, vous allez voir, ça va grimper. Parce que les filles sont surveillées, ici ». Il y avait même des endroits, les fameux bordels qui étaient tenus par les Allemands, où la capote anglaise était obligatoire.

OB : Malgré son nom ?

AB : (Rires). Malgré son nom, c’est que j’allais dire…Donc, la situation était grave et, tout d’un coup ça a été le miracle. C’est à ajouter à ce que je disais tout à l’heure à propos de l’évolution des mœurs. Il y a eu en 46-47 l’arrivée des antibiotiques qui suppriment les maladies vénériennes importantes de l’époque.

OB : A l’époque ça ne pardonnait pas…

AB : Sauf que le syphilis n’était pas mortelle à tous les coups et qu’on pouvait parfois en guérir… Si elle était prise à temps et même avant les antibiotiques. Et puis sont arrivés la pilule et tous les contraceptifs possibles plus la loi qui autorise la loi sur l’avortement. Autant de choses qui ont compté dans cette fameuse évolution des mœurs.

OB : Venons-en à Marthe Richard. Vous avez découvert à son sujet des choses inavouables. Etait-elle complètement pure ?

AB : Ah non, non… Pas du tout. Je suis sévère avec elle quand elle se place sur le plan où elle s’est placée en disant « je suis une moraliste qui a fait fermer les maisons ». Ça , c’est une blague. Là, je démonte tout le truc et ça n’a été possible qu’après sa mort parce qu’elle avait bénéficié d’une loi d’amnistie en 47 et on ne pouvait évoquer un certain nombre de choses dans sa vie, entre autres le fait qu’elle avait été elle-même prostituée et qu’elle avait eu des problèmes pour des affaires de drogues et des complicités d’escroquerie avec des personnages qui émargeaient à la Gestapo du boulevard Flandrin. C’était donc on ne peut plus noir. Elle a cependant réussi ce tour de passe-passe de devenir le symbole de la lutte contre la prostitution.

OB : Elle s’est refait une vertu

AB : Ah oui ! Totalement ! Et elle n’a joué que de la vertu, après. Elle est morte à 92 ans, avec la Légion d’honneur. On disait « Marthe Richard, la mère la vertu ». C’était pas ça du tout ! C’était le contraire. Voilà. Quand j’ai écrit le livre j’en ai consacré la moitié à Marthe Richard pour démontrer point par point qu’il s’agissait d’une légende. Je l’ai fait avec des documents très sûrs, de police. J’ai eu la fiche des renseignements généraux entre les mains eh bien, malgré cela, on entend toujours les gens dire « Ah ! Marthe Richard qui a fait fermer les maisons…Cette dame est respectable, c’est formidable ». Bon, elle n’a pas toujours eu 80 ans. D’où viennent les vieilles dames !

OB : Revenons à la maison. Ou plutôt aux maisons. Filles du trottoir et filles des bordels bénéficient-elle du même traitement artistique ?

AB : On trouve une littérature autour des filles du trottoir. Chez Carco, chez les auteurs de la Série noire…Parce qu’il y a le lieu. Vous ne retrouverez pas cette jubilation ni ces artistes autour des taules d’abattage. Il y a quelques croquis, il y a des histoires, mais elles sont assimilées à peu près aux filles de la rue. Ce qui a provoqué l’intérêt des artistes autour des maisons c’est précisément parce qu’il y a eu le cadre, il y a une espèce de cérémonie, un lieu d’amour, le temple de l’amour physique, et puis il y a « Madame », il y a une ambiance et puis les gens, comme du One two two, du Chabanais, de la rue des Moulins où Toulouse-Lautrec avait sa chambre, ont créé un certain climat.

OB : Une mythologie ?

AB : Une mythologie. Et ils sont revenus en cela à l’Antiquité…Ce que l’on peut reconstituer de Pompéi, on le doit aux artistes de ce genre. Voilà pour les maisons luxueuses. Les maisons de qualité moyenne, si je puis dire, ont été reconstitué par des gens comme Lorrain ou Maupassant dans leur côté convivial, province, etc. C’est vrai que si vous imaginez des gens qui sont par exemple représentants de commerce, ils arrivent dans une ville, à Yvetot, à Carpentras, le soir, ils sont au restaurant, je les ai vus, j’ai été dans des endroits comme ça pour des films ou des livres, ils bouffent puis ils vont regarder la télé et ils vont se coucher. S’ils ont des envies d’aller draguer ou de chercher une fille, ils ne trouvent rien ! Il y a des fois des espèces de boîtes qui sont à 25 kms, puis barka ! Ils ne vont pas aller se fatiguer là toute la nuit. Quand ils avaient le bobinard, ils connaissaient, ils y allaient, ils se retrouvaient entre copains, ils y venaient pour consommer une fille ou simplement pour prendre un verre, une coup de champ’, je ne sais quoi… Ils discutaient avec la patronne, elle les connaissait, c’étaient le gars qui vendait le Pernod ou qui vendait des bas ou de la porcelaine [lire l’excellent Femmes blafardes de Pierre Siniac, Rivages. Ndr]… C’était ça.

OB : Il y avait donc un aspect très social

AB : Ah complètement, complètement ! C’était des bistrots avec des « montantes ». C’était ce que racontaient des gens comme Maupassant.

OB : Au moment de la Fermeture, des gens se sont retrouvés sur le sable, et pas seulement les filles.

AB : Les macs se sont pas trop mal débrouillés. Ils ont pris des prête-noms qui ont tenu les hôtels de passe et puis eux ils sont allés se retirer à la campagne, pécher à la ligne, taper le carton… certains, qui avaient des maisons de luxe, des maisons très célèbres, n’ont pas pu se recycler parce qu’on ne pouvait pas remplacer, refaire autre chose d’équivalent au One two two ou au Chabanais et ils ont été plus ou moins ruinés. Ils ont essayé de se lancer dans d’autres activités, mais ce n’était plus pareil. Alors le bluff a été pour les filles. Parce qu’on racontait « bon on va fermer les maisons et le problème est résolu », mais il n’est pas résolu du tout et elles se sont toutes retrouvées sur le trottoir. Elles avaient les mêmes macs, les mêmes structures, elles étaient autour des hôtels et elles faisaient le tapin dans la rue Saint-Denis ou à Barbès-Rochechouart. C’était exactement la même chose.

OB : Pire peut-être ?

AB : Peut-être pire, en tous cas, parfois, elles étaient carrément dehors et quand il fait froid…Alors il y a des gens, très respectables d’ailleurs, qui veulent sauver des filles de joie et qui leur proposent des lieux genre petite pension de famille où on va les rééduquer, leur apprendre un métier, mais ça a marché que pour des putes qui étaient en bout de parcours. Ils sont à côté de la plaque parce qu’ils font des choses tout à fait honorables, utiles, mais pour une infime minorité…

OB : Que sont devenus les objets baroques, les objets particuliers que l’on trouvait dans les maisons closes ?

AB : ça a été baladé de tous côtés, mais la plus grande vente a été faite après la Fermeture par Maître Maurice Rheims qui est aujourd’hui à l’Académie française. Romi, lui, a récupéré certaines choses.  Le fameux siège et la baignoire en cuivre rouge en forme de cygnes se sont retrouvés chez Alain Vian, le frère de Boris, et chez Dali. C’est Dali qui a acheté la baignoire. Il trouvait que c’était un objet éminemment surréaliste. Le siège a été revendu en salle des ventes où il a fait 22 millions de centimes et c’est la descendante de l’ébéniste qui l’avait fabriqué qui l’a acheté.

OB : Est-ce qu’il y encore de signes visibles, des preuves de l’existence de ces maisons dans Paris aujourd’hui ?

AB : Il y a encore des petites traces par-ci par là, mais les principales maisons n’existent plus. Le Chabanais, par exemple, est toujours là. Il y a des gens qui y vivent. Rue des Moulins, il n’y a plus rien. Je crois qu’il y a une agence de voyage à la place. L’immeuble où était le Sphinx a été démoli, boulevard Edgar-Quinet. Reste comme témoignage évident celui où, dit-on, le Maréchal Goering est venu baiser un jour de 1941 au 50, rue Saint-Georges.  Au 9, rue de Navarin il faut que vous essayiez de rentrer sous le porche et de regarder de côté. Là on comprend tout de suite. D’abord, il y a une façade curieuse. Il y a des fenêtres en forme de hublot et puis, sur le côté, on peut découvrir ce que c’était.

Au 106 boulevard de La Chapelle était une taule d’abattage célèbre qui est devenue après la Fermeture et pendant 25 ans environ le siège de l’Armée du salut. Et puis maintenant c’est un bazar nord-africain. Au One two two, 122, rue de Provence, c’est maintenant le syndicat des cuirs et peaux…Je crois qu’il y a eu un grand tort… On aurait du garder le Sphinx, le Chabanais, le One two two, la rue des Moulins, il y en a eu plusieurs comme ça… Enfin, on aurait pu en garder deux, trois. C’est des pièces historiques. On va bien voir la Conciergerie. C’est une taule, hein ? C’est moins gai encore

OB : Vous avez travaillé en collaboration avec Romi pour ce bouquin. Son nom évoque malheureusement peu de choses pour les lecteurs d’aujourd’hui. Pourriez-vous nous en parler ?

AB : Ah Romi ! Romi est un type formidable ! C’est un homme qui a tous les dons possibles. Il dessine très bien, il écrit très bien et il s’intéresse à tout ce qui est la petite histoire et aux choses qui paraissent être sans importance, mais qui finalement en ont. Il a fait de nombreux bouquins. Il y a quelques années il a sorti un livre tout à fait intéressant sur les célébrités oubliées. Il a regardé depuis 1789 les types qui, en leur temps, tout à coup, ont été aussi célèbres qu’aujourd’hui pourrait l’être Tapie et puis qui sont oubliés. Il s’est beaucoup occupé de l’histoire des mœurs puisqu’il a fait des livres sur la prostitution et il a une documentation, une iconographie fabuleuse. Il s’est intéressé à l’art, aux surréalistes notamment, et à l’art naïf.

 

doisneau-chez-romi1196631945.1265565972.jpg

Robert Doisneau

C’est un homme qui toute sa vie a collectionné des choses autour de lui. Il est âgé, il a un esprit absolument de jeune homme. Il est en train de faire un bouquin sur l’histoire anecdotique du pet depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours ! Je lui fais une préface. C’est un volume énorme. Il a été chercher des parties de pétomanie sous Louis XIV ! C’est formidable ! Il a un esprit curieux. On peut lui parler de n’importe quoi, il sait tout. Il a fait un n0 du Crapouillot sur les monstres. Non, mais vraiment, c’est un type qui m’épate ! Il a donné dans le fait-divers aussi. Enormément. Je suis certain que c’est un auteur qu’il faudra redécouvrir, qu’il faudra rééditer. Au même titre que Marcel Montarron qui a été le grand homme du fait-divers depuis la naissance de Détective jusqu’à ce qu’il s’arrête. Je voudrais bien qu’on redécouvre Romi parce que c’est aussi très précieux, ça fait vraiment partie de la culture, beaucoup plus que des spéculations intellectuelles.

OB : A part ça, quoi de neuf ?

AB : Eh bien, je prépare une série d’émissions pour la télé sur des faits-divers. Je vais en tirer un bouquin…

OB : Et un roman ? Bientôt ?

AB : Pas maintenant. J’en ai un dans les tiroirs en préparation, mais ce n’est pas pour maintenant.

boudard-cepdivin.1265565090.jpg Alphonse Boudard et François Vignes. Archives François Vignes

 


31 janvier 2010

cointepas.1264954747.jpg

Robert Cointepas, derrière son comptoir depuis 1951. Avec Bernard Thibault, l’éternelle conversation à propos de Simenon, dans le « tabac » qui a servi de modèle à la « Brasserie Dauphine » de Maigret (lire l’article de Marcel Leroy sur Trussel.com )

“A la Taverne Henri-IV, sur le pont Neuf, face à la statue du roi, le téléphone sonne. Robert Cointepas décroche.

- Ici Henri IV”. (Robert Giraud, les Lumières du zinc, Le Dilettante )

bonne-lumiere.1264956020.JPG

Robert Cointepas ne répond plus. Le patron de la Taverne Henri-IV où se retrouvaient Blondin, Bob Giraud, Doisneau, Lars Bo et tant d’autres s’en est allé en début d’année.

« L’emplacement du « Tabac Henri-IV », écrit Bob Giraud dans l’Auvergnat de Paris (12 juillet 1975), bien qu’unique à Paris, au rez-de-chaussée d’une des maisons Louis XIII, à l’angle de la place Dauphine, n’est pas le seul facteur de la réussite de l’établissement. Bien sûr, le cadre attire la curiosité, c’est normal et justifié, mais il n’est qu’un complément, de poids, il faut le dire, au plaisir de se retrouver dans un lieu où le propriétaire a choisi une fois pour toutes de faire apprécier les meilleurs vins de notre terroir.Le « Tabac Henri-IV » a bien changé depuis 1933 si l’on prend pour référence l’esquisse qu’en faisait Georges Simenon dans son roman l’Ecluse numéro 1 publié à cette époque… ».

cointepas-ter.1264955672.jpg Pour Monsieur Bob j’avais rencontré Robert Cointepas. C’est le 12 mai 2005. Il faisait beau ce jour-là et l’ancien patron de la Taverne Henri IV, qui sortait d’une longue maladie, était attablé devant une planche de charcuterie et un verre de je ne sais plus quoi. Mais c’était bon. Je m’en souviens, j’en ai bu aussi.

Avant de parler de Bob nous avions évoqué Simemon dont le portrait est toujours fixé au mur, à droite en entrant : «La Taverne Henry IV apparaît dans 14 romans de Simenon, m’avait dit Cointepas. D’ailleurs c’était le Tabac Henri IV quand j’ai pris la gérance. Il y avait un poêle au milieu. Ça plaisait beaucoup à Simenon parce qu’il y avait beaucoup de mariniers ».

Michel Carly, spécialiste de Simenon écrit dans Maigret traversées de Paris (Omnibus, 2003) que « dans l’Ecluse n°1, l’armateur de péniches Emile Ducrau révèle ici à Maigret que ce café n’est pas comme les autres. Quotidiennement, les patrons y trouvent ouverte une bourse d’affréteurs. Au comptoir en zinc, des mariniers parlent affaires.

Cette bourse a réellement existé. Belges, Wallons comme Flamands, Hollandais, Alsaciens venaient chercher ici du travail. La petite salle surchauffée par le poêle Godin avec ses buses retenues par des fils résonnait des divers accents ».

ecluse-1.1264957922.jpgTrès vite le bistrot était devenu un de ces lieux qui comptent pour les amateurs d’une certaine littérature sans cravate, de zincs et de discussions jusqu’à pas d’heure : c’est ici, notamment, que dès la fin des années cinquante « se regroupent en effet, dixit Bob lui-même, les gosiers les plus raffinés des deux rives » : outre Giraud lui-même, Blondin, Pierre Chaumeil, Robert Doisneau, Lars Bo, le bouquiniste William Fallet, des plus jeunes comme le peintre Gilles Sacksick ou le galeriste Dominique Halévy. Un fameux cénacle.

« C’est grâce à Bob que j’ai été connu dans la presse gastronomique, se souvenait Cointepas. On s’est connu chez Bébert Fraysse, rue de Seine. Chez Fraysse il y avait plein d’artistes comme le peintre Toto cheval, il y avait le fantôme. On l’appelait le fantôme parce qu’il avait une triste figure. J’avais entendu parler d’un bistrot à vins, rue de Seine, le tabac de l’Institut (chez Fraysse). Un peu plus loin il y avait le père Constant. Chez Fraysse, il y avait un bon beaujolais, un bon morgon. Bob, on l’appelait le pic-verre. On a sympathisé un petit peu. Je l’ai plus fréquenté après.

Je suis arrivé ici en 51 comme garçon. Les patrons s’appelaient Vigouroux, ils étaient de l’Aubrac. Je suis devenu patron en 58-60. Il y a eu Jean Navier (la patron actuel des Négociants) comme garçon et puis les frères Fabre qui ont gagné la course des garçons de café. Ils étaient champions, alternativement, des garçons de café. Il s’entraînaient. C’était bon pour la réputation du métier parce qu’en général les garçons sont buveurs, tricheurs, etc. Quand j’ai acheté c’était un tabac. Et puis dans les années 80, peu à peu, j’ai mis des bouteilles et j’ai arrêté le tabac ». Pierre Chaumeil s’en souvient encore, du fameux tabac : « Cointepas vendait des cigarettes. Un jour on sort des cigarettes, Bob et moi, et Cointepas nous dit on ne fume plus ! « Quoi ? Tu as vendu des cigarettes pendant des années et maintenant que tu n’en vends plus tu nous interdis de fumer ? » Depuis, nous étions les seuls à fumer dans son bistrot ». Cointepas sourit : «J’avais soi-disant un sale caractère. Que j’entretenais ! ».cointepas-bis.1264955712.jpg

« J’ai toujours été dans le pinard, me confiait-il. Un jour j’ai trouvé une place de garçon de café à Montrouge et puis ça a été vendu. Mes parents étaient bistrots au 69, boulevard de la Gare (Aujourd’hui Vincent Auriol). Tous les bistrots faisaient du vin. Mon père vendait du vin de Bercy, du temps que Bercy était honnête.

Et puis la guerre est arrivé, il y avait le marché noir, le vin trafiqué. Et en plus il devenait cher. Dans les années trente les bistrots ne descendaient pas en Bourgogne acheter  leur vin aux vignerons. Ils venaient à Bercy et acheter leur vins aux négociants.

Et puis il y eu la guerre, les trafics en tous genres. Après la guerre les gens se méfiaient des négociants de Bercy soupçonnés d’avoir traficoté leur vin. Alors on a commencé à avoir l’idée d’aller en chercher à la campagne, dans le Beaujolais, à Villefranche s/Saône.

On avait chacun nos secrets. J’allais chez René Miolane. C’est Jean Tixier, journaliste à l’agence Havas qui m’a connaître le Beaujolais ».

Dans son article paru dans l’Auvergnat de Paris, Bob énumère les boissons servies par Cointepas (et leurs éleveurs) : « « Parmi les blancs, les côteaux de l’Aubrance, le Jurançon de chez R. Guirardel, le Montllouis de P.Mignot, le Sancerre de R.Vattan, le Muscadet de G.Ripoche, le Cheverny de R.Dorléans. Dans les rosés, le Cheverny, le Sancerre, l’Anjou Cabernet de de R. Régnard.

Les vins rouges sont représentés par l’Anjou de chez G. Chauvin, le Morgon de P. Piron, le fleurie de A.Clément, le Beaujolais de R.Miolane, le Bourgueil de P.Maître, les Côtes de Beaune de M.Mallard, le Saint-Emilion de Ch.Querre… ». A la votre !

Ses vins, Cointepas les entreposaient à la cave, au deuxième sous-sol de la Taverne : « Tous nos vins vivent au sous-sol, dans nos caves Louis XIII, indique une pancarte accrochée au-dessus du comptoir. C’est vrai, et Aimé, le réputé caviste de la maison, soigne avec une attention particulière les milliers de bouteilles de la réserve », écrit Bob dans l’Auvergnat.

 

roger-henrard-1958.1264955657.jpg

Roger Henrard

« Ici, dans l’île de la Cité comme dans l’île St-Louis, il y a trois sous-sols. Au deuxième sous-sol, quand j’ai repris, c’était plein de gravats que j’ai fait débarrassés», m’avait expliqué Cointepas qui avait reçu la Coupe du meilleur pot en 1961 : « On faisait une espèce d’amicale avec Marcel-Emile Grancher, créateur à Lyon de la coupe du meilleur pot. On a fait venir cette coupe.

Dans l’amicale il y avait Fraysse, Bernard Perret à Denfert, Roussillon au Pré Saint-Gervais. Celui qui m’a remis la coupe, je ne me souviens plus qui c’était. Mais moi je l’ai transmise à Henri Vergne qui tenait le Sauvignon, rue des Saints-Pères. Personne ne pouvait la garder, elle se transmettait. Je suis le premier parisien à l’avoir reçu. Bouscarel de la Tartine la eue après moi ». Si vous vous rendez à la TaverneHenri IV, vous pourrez apercevoir, au fond de la salle, au-dessus de l’escalier, la photo de la fameuse coupe.

cointepas-guardian.1264957231.JPG

Robert Sabatier m’avait confié que c’est là qu’il avait rencontré Blondin pour la première fois : « Il avait bu et comme chaque fois qu’il avait bu il devenait agressif. Et je me souviens quand je suis entré, sans me connaître, il est venu vers moi en m’engueulant et en brandissant ses poings. Alors je lui ai dit : « ah ! tu es Antoine Blondin. Alors tu voudrais battre un ami de ta mère ». Il me dit : « tu connais ma mère ? ». Je lui répond : « Ecoute, ta mère a écrit un livre à la Table ronde, un roman intitulé « Archibald. Si tu lis la dédicace imprimée, tu liras : « solitaire comme un gueux, solitaire comme un prince. Robert Sabatier ». Parce qu’imagine toi que ta mère m’a demandé la permission de prendre un de mes personnages d’un mes romans qui s’appelle Archibald pour en faire elle-même un roman ». Alors à ce moment-là Blondin m’a dit « embrasse-moi »…

Terminons sur Bob : « c’est le seul type, se souvenait Cointepas, que j’ai vu passer une journée au comptoir sans manger et en fumant. Il y avait un tas de mégots à sa place ».

Paix à leurs cendres.

02507_henri_cartier_bresson.1264955700.jpg

Henri Cartier-Bresson

 

 

 




02/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres