Alain YVER

Alain YVER

PAUL FRANKEUR

PAUL FRANKEUR




COMMENÇONS PAR LE DÉBUT:
LES DIALOGUES ENTRE PAUL FRANKEUR & JEAN GABIN " D' UN SINGE EN HIVER " TIRÉ D' UN LIVRE D'ANTOINE BLONDIN DU MÊME NOM.
LE SCÉNARIO ???
AUDIARD BIEN SUR, MAIS CET IMMENSE ACTEUR, DONT LA FILMOGRAPHIE EST IMPRESSIONNANTE AURAI PU TOUT AUSSI BIEN VOUS LIRE LE BOTIN ET VOUS FAIRE VIBRER.
VOILÀ MA FAÇON DE LUI RENDRE HOMMAGE.


- Matelot Hénault Lucien, veuillez armer la jonque, on appareille dans cinq minutes.
- C'est parti
- Albert, je vous en prie, vous n'allez pas encore tout me saloper comme la dernière fois.
- Madame, le droit de navigation sur le Yang Tse Kiang nous est formellement reconnu par la convention du 3 août 1885. Contesteriez-vous ce fait ?
- Je ne conteste rien. Je vous demande simplement de ne pas tout me casser comme l'autre jour.
- Oh... mais pardon ! L'autre jour, les hommes de Chung Yang Tsen ont voulu jouer au con. Heureusement que j'ai brisé la révolte dans l'oeuf, sans barbarie inutile, il est vrai. On n'a coupé que les mauvaises têtes ; le matelot Hénault peut témoigner.
- Sur l'honneur.
- Bon. Nous allons donc poursuivre notre mission civilisatrice. Et d'abord, j'vais vous donner les dernières instructions de l'Amiral Guépratte, rectifiées par le Quartier-Maître Quentin ici présent. Voilà : l'intention de l'Amiral serait que nous perçions un canal souterrain qui relierait le Wang-Ho au Yang-Tse-Kiang.
- Le Yang Tse Kiang... bon...
- Je ne vous apprendrais rien en vous rappelant que Wang Ho veut dire fleuve jaune et Yang Tse Kiang fleuve bleu. Je ne sais si vous vous rendez-compte de l'aspect grandiose du mélange : un fleuve vert, vert comme les forêts comme l'espérance. Matelot Hénault, nous allons repeindre l'Asie, lui donner une couleur tendre. Nous allons installer le printemps dans ce pays de merde !

ÉCOUTÉ LES DIALOGUES ICI
//www.audiard.net/#singe




Paul Frankeur est un acteur français né Paul, Louis Frankeur le 29 juin 1905 à Paris dans le quartier de Belleville et décédé le 28 octobre 1974 à Nevers dans la Nièvre. Il est inhumé au cimetière de Chitry-les-Mines (Nièvre)


Un solide acteur de second plan. Sa bonne bouille lui vaut des emplois style patrons de café. Il va surtout se trouver associé avec son ami Jean Gabin (12 films ensemble) : patron de dancing dans "Touchez pas au Grisbi", marin dans "Le sang à la tête", Monsieur Esnault, ex-copain de viré devenu bistrot dans "Un singe en hiver"... On le retourvera plus tard dans "Le charme discret de la bourgeoisie" (1972) l'un de ses derniers rôles...


À la télévision, Paul Frankeur s'illustre entre autres dans la série de Gilles Grangier, Max le débonnaire (1967).

Il fut sucessivement ouvrier du cuir, conducteur de triporteur, terrassier et colporteur d'encyclopédies, Paul Frankeur multiplie les petits métiers tout en fréquentant assidûment Saint-Germain-des-Prés. De sa rencontre avec le comédien Yves Deniaud naît le numéro Les duettistes barbus au cabaret d'Agnès Capri.

Pour Jean Gabin, il fut un fidèle et merveilleux partenaire. Il appréciait son côté populaire, un peu provocateur, bourru parfois. Leur association porta sur treize films et se révéla à tout point bénéfique.


  


BIOGRAPHIE

     
   
C'est à Paris, en 1905, que naquit Paul Frankeur. Il passa toute sa jeunesse dans le 14e arrondissement, rue Brézin. Sa mère, une blanchisseuse, avait l'habitude de recueillir chez elle tous les déserteurs qu'elle pouvait rencontrer, et cette atmosphère « anarchiste » ne fut pas sans influencer le jeune Paul. C'est donc logiquement qu'il quitta l'école très tôt pour exercer plusieurs métiers : ouvrier du cuir, conducteur de triporteur, terrassier, colporteur d'encyclopédies, etc. Mais, bien entendu, il n'était pas fait pour ce type de métier. Son refus de toute autorité et de la stabilité dans ce qu'elle peut avoir de sclérosant, le poussait à toujours changer, à faire autre chose, quoi que ce fût. Paul fréquentait alors, dans les années trente, un Saint-Germain-des-Prés déjà riche en intellectuels et « marginaux ». Il s'y sentait comme un poisson dans l'eau et c'est là qu'il eut l'occasion de se lier à Jacques Prévert et au groupe Octobre. Mais, si cette vie était fort agréable, elle ne lui donnait pas de quoi vivre...

C'est alors qu'il rencontra Yves Deniaud, avec qui il créa un numéro – « Les Duettistes barbus » – au cabaret d'Agnès Capri. Ce furent là ses premiers pas sur les planches et très rapidement, il se rendit compte qu'il avait enfin trouvé sa voie. Il continua à faire un peu de théâtre et de music-hall et deux ans plus tard, en 1941, Louis Daquin lui offrit son premier rôle au cinéma dans Nous les gosses. Il interprétait un secrétaire de commissariat et, bien que ce rôle fût intime, il fut tout de même remarqué par un critique. Malheureusement, ce dernier avait le double défaut d'être. collaborateur (nous sommes en 1941) et antisémite ! Il désirait engager Paul pour des films à forte coloration propagandiste et raciste. Inutile de préciser que l'accord ne se fit pas !.

Cela n'empêcha pas la carrière de Paul Frankeur de se poursuivre. Cinq films en 1942, dont Le Voyageur de la Toussaint, de Louis Daquin et La Nuit fantastique, de Marcel L'Herbier. Deux films en 1943. Un film en 1944: Les Enfants du Paradis, de Marcel Carné, dans lequel il incarnait un inspecteur de police (rôle qu'il eut souvent l'occasion de reprendre). Six films en 1945 dont Jéricho, d'Henri Calef. Il était maintenant lancé et il n'allait plus arrêter de tourner. En tout, plus de quatre-vingts films en trente-trois ans de métier, ce qui constitue un riche palmarès. Son talent, son désir de toujours se renouveler, lui ont permis d'interpréter des rôles très variés : journaliste, commissaire, coiffeur, résistant, bourgeois, palefrenier, maire, patron de bistrot, forain (qu'il fut d'ailleurs réellement au cours de sa vie), etc.

Et pourtant, ce ne fut pas toujours facile pour lui. Comme le lui disait Pierre Laroche : « Mon vieux, tu es drôlement difficile à placer. Quand je te propose pour un rôle, on me répond : "Oh ! la la ! Paul Frankeur, mais c'est un rouge !". Ce qui n'était pas tout à fait vrai. Paul était trop indépendant, trop provocateur pour être "rouge". N'est-ce pas lui qui, très jeune, écrivit dans le journal L'En-Dehors un essai sur l'inceste ? Il y prêchait l'amour libre bien avant les années soixante, et déclarait tout simplement qu'une mère devait apprendre à faire l'amour à son fils bien avant Le Souffle au coeur ! De tels propos, qui passeraient encore très mal de nos jours, ne furent pas acceptés à l'époque et contribuèrent à créer la légende de "Paul Frankeur-le-Rouge", "Paul Frankeur-le-Provocateur" ou, disons le franchement, "Paul Frankeur-le-Fouteur de m..." ! »

Tout cela ne l'empêcha pas de continuer à jouer. De nombreux metteurs en scène avaient su reconnaître son talent et « faire la part du feu ». Paul fut l'un des rares acteurs professionnels qui joua sous la direction de Jacques Tati. Il eut également l'occasion de tourner sous la direction de réalisateurs aussi importants que René Clément (Le Père tranquille), Marcel Carné (Thérèse Raquin), Jacques Becker (Touchez pas au grisbi), Julien Duvivier (Marie-Octobre), où il fit l'une de ses plus belles compositions, etc. Henri Decoin, André Cayatte, Jean Dréville, Gilles Grangier (avec qui il tourna huit films) firent régulièrement appel à lui pour incarner ces personnages extraordinaires dont il avait le secret.

Sa renommée dépassa même le cadre de l'Hexagone et il tourna quelques films à l'étranger, entre autres La viaccia sous la direction du très grand Mauro Bolognini.

Dans l'interview qu'il accorda à Guy Tesseire en 1972, Paul Frankeur citait son ami René Lefèvre qui déclarait : « Ma parole, ils ne font plus de films qu'avec des orphelins... Ils n'ont plus de père, plus d'oncles, plus de grands-pères... Du coup, nous voilà au piquet ! ». S'il est malheureusement exact que pour beaucoup de seconds rôles, surtout féminins, les emplois se raréfient passé la cinquantaine, il n'en fut pas de même pour Paul qui put continuer à tourner avec de grands metteurs en scène jusqu'à la fm de sa vie.

En 1966, il joua un rôle très intéressant dans La Longue Marche, d'Alexandre Astruc. Puis, en 1968, ce fut La Voie lactée et la rencontre avec Luis Bunuel. Paul Frankeur déclara un jour, en substance : « Un comédien, c'est : "On sonne et je monte.,." Quand c'est un grand monsieur comme Bunuel qui tire le cordon, ça fait toujours bien plaisir. » Il eut l'occasion de tourner deux autres films sous la direction de ce grand cinéaste : Le Charme discret de la bourgeoisie, en 1972, et Le Fantôme de la liberté, en 1974, qui fut son dernier rôle. Paul Frankeur fut en effet terrassé par une crise cardiaque, le 27 octobre 1974. Sa carrière fut riche et, en général, de très bonne qualité. Il nous restera de lui le souvenir d'un excellent acteur de composition, à très forte personnalité, un peu « anar » – dans le sens où il ne suivait pas toujours le chemin de M. Tout-le-monde – et bourré de talent. Le souvenir d'un vrai «saltimbanque », dans le plus noble sens de ce terme.

Source : Didier Thouart et Jacques Mazeau. les grands seconds roles du cinéma français.

   
   



Filmographie



1941 - 1949

    * 1941 : Nous les gosses de Louis Daquin - Le secrétaire du commissaire
    * 1941 : Le Mariage de Chiffon de Claude Autant-Lara - Un mécanicien de l'avion
    * 1942 : Croisières sidérales de André Zwobada - Le premier bonimenteur
    * 1942 : La Nuit fantastique de Marcel L'Herbier - Le patron du bistrot
    * 1943 : Une étoile au soleil de André Zwobada
    * 1943 : Le Voyageur de la Toussaint de Louis Daquin - non crédité
    * 1943 : Madame et le mort de Louis Daquin
    * 1943 : Adieu Léonard de Pierre Prévert - Le cordonnier
    * 1943 : La boite aux rêves de Yves Allégret
    * 1943 : Le ciel est à vous de Jean Grémillon - Alfred
    * 1944 : Service de nuit de Jean Faurez - Un réparateur de lignes électriques
    * 1944-1945 : Les Enfants du paradis "Le boulevard du crime" de Marcel Carné - L'inspecteur de police
    * 1945 : La Cage aux rossignols de Jean Dréville - non crédité
    * 1945 : La fille aux yeux gris de Jean Faurez
    * 1946 : Étoile sans lumière de Marcel Blistène - Le reporter
    * 1946 : Fille du diable de Henri Decoin - L'aubergiste
    * 1946 : Le Père tranquille de René Clément - Simon
    * 1946 : Messieurs Ludovic de Jean-Paul Le Chanois - M. Séguin
    * 1946 : Le Couple idéal de Bernard-Roland - Le coiffeur
    * 1947 : Contre-enquête de Jean Faurez - Teddy "coffre-fort"
    * 1947 : Les Amants du pont Saint-Jean de Henri Decoin - M. Girard
    * 1948 : Les Frères Bouquinquant de Louis Daquin - Le commissaire
    * 1948 : Les casse-pieds ou La Parade du temps perdu de Jean Dréville - Le blageur
    * 1949 : Jour de fête de Jacques Tati - Marcel, un forain
    * 1949 : Le point du jour de Louis Daquin - Bac
    * 1949 : Monseigneur de Roger Richebé - Le forain
    * 1949 : Retour à la vie "Le retour de Louis" de Jean Dréville - Le maire
    * 1949 : Histoires extraordinaires de Jean Faurez - Mr Dugelay

1950 - 1959

    * 1950 : Au p'tit zouave de Gilles Grangier - L'inspecteur chef
    * 1950 : Justice est faite de André Cayatte - M. Jouvillon
    * 1950 : Premières armes de René Wheeler - Victor
    * 1951 : Sous le ciel de Paris de Julien Duvivier - Milou
    * 1951 : Passion de Georges Lampin - Jacques Charbonnier
    * 1952 : Nous sommes tous des assassins d'André Cayatte - Léon, le surveillant des condamnables
    * 1952 : Le Banquet des fraudeurs de Henri Storck - Auguste Demeuse
    * 1952 : Horizons court métrage pour la C.G.T, réalisation anonyme
    * 1953 : Suivez cet homme de Georges Lampin - M. Mallet
    * 1953 : Jeunes mariés de Gilles Grangier - Le brigadier
    * 1953 : Horizons sans fin de Jean Dréville - Soupape
    * 1953 : Thérèse Raquin de Marcel Carné - Le contrôleur SNCF
    * 1954 : L'Étrange Désir de monsieur Bard de Geza Radvanyi - Le curé
    * 1954 : Avant le déluge de André Cayatte - M. Boussard
    * 1954 : Touchez pas au grisbi de Jacques Becker - Pierrot
    * 1954 : Huis-clos de Jacqueline Audry - Gomez, le compagnon de Garcin
    * 1954 : Le petit nuage "Jacht op de Wolken" de Antoine Allard et Armand Bachelier - Le régisseur
    * 1955 : Interdit de séjour de Maurice de Canonge - Le commissaire Bernard
    * 1955 : Le dossier noir de André Cayatte - M. Boussard
    * 1955 : Le crâneur de Dimitri Kirsanoff - Georges
    * 1955 : Nana de Christian-Jaque - M. Bordenave
    * 1955 : Des gens sans importance de Henri Verneuil - Emile Barchandeau, le restaurateur routier
    * 1955 : Razzia sur la chnouf de Henri Decoin - Le patron de la brigade
    * 1955 : Je suis un sentimental de John Berry - Jacques Rupert
    * 1956 : Les assassins du dimanche de Alex Joffe - Lucien Simonet
    * 1956 : Le sang à la tête de Gilles Grangier - Drouin, le capitaine du bateau
    * 1956 : Les Copains du dimanche de Henri Aisner - Le directeur
    * 1957 : Reproduction interdite ou Meurtre à Montmartre de Gilles Grangier - Michel Kelber, vendeur de tableaux
    * 1957 : Le rouge est mis de Gilles Grangier - Frédo
    * 1957 : Œil pour œil de André Cayatte - L'opéré
    * 1958 : Une balle dans le canon de Michel Deville et Charles Gérard - Pépère
    * 1958 : Marie-Octobre de Julien Duvivier - Lucien Marinval, mandataire aux halles
    * 1958 : Le Désordre et la nuit de Gilles Grangier - L'inspecteur Chaville
    * 1959 : Le fauve est lâché de Maurice Labro - Raymond Maroux
    * 1959 : Archimède le clochard de Gilles Grangier - Mr Grégoire, le premier bistrot
    * 1959 : Maigret et l'affaire Saint-Fiacre de Jean Delannoy - Le docteur Bouchardon
    * 1959 : Minute papillon de Jean Lefèvre - Moraga
    * 1959 : Rue des prairies de Denys de La Patellière - Ernest
    * 1959 : Voulez-vous danser avec moi ? de Michel Boisrond - Le commissaire Marchal

1960 - 1969

    * 1960 : Quai du point du jour de Jean Faurez - M. Pierre
    * 1960 : Le panier à crabes de Joseph Lisbona - M. Clavier
    * 1961 : La Viaccia "Les mauvais chemins" de Mauro Bolognini - Ferdinando
    * 1961 : En votre âme et conscience ou "Jugez les biens" de Roger Saltel - Mr Cassel
    * 1962 : Le Gentleman d'Epsom de Gilles Grangier - Arthur
    * 1962 : Le Voyage à Biarritz de Gilles Grangier - Le chauffeur de la locomotive (non crédité)
    * 1962 : Un singe en hiver de Henri Verneuil - M. Esnault, le bistrot
    * 1963 : Maigret voit rouge de Gilles Grangier - Antonio
    * 1964 : Nick Carter va tout casser de Henri Decoin - Antonio
    * 1965 : Fermez votre porte épisode de Le commissaire mène l'enquête ou "Fantaisie conjugales" de Fabien Collin et Jacques Delisle - L'inspecteur Reboux
    * 1965 : Pour qui sonne le... épisode de Le commissaire mène l'enquête ou "Fantaisie conjugales" de Fabien Collin et Jacques Delisle - L'inspecteur Reboux
    * 1965 : Le geste d'un fanatique épisode de Le commissaire mène l'enquête ou "Fantaisie conjugales" de Fabien Collin et Jacques Delisle - L'inspecteur Reboux
    * 1965 : La corde au cou de Joseph Lisbona - L'inspecteur Bruno
    * 1965 : Le Tonnerre de Dieu de Denys de La Patellière - Le gendarme
    * 1966 : On a volé la Joconde de Michel Deville - L'encadreur
    * 1966 : La Longue marche d'Alexandre Astruc - M. Morel
    * 1966 : Le Deuxième Souffle de Jean-Pierre Melville - Le commissaire Fardiano
    * 1968 : Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages de Michel Audiard - Mr Ruffin
    * 1969 : La Voie lactée de Luis Buñuel - Pierre
    * 1969 : Mon oncle Benjamin d'Édouard Molinaro - Le docteur Minxit

1972 - 1976

    * 1972 : Le Charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel - M. Thévenot
    * 1973 : Poil de carotte de Henri Graziani - Le parrain
    * 1973 : Dédé la tendresse de Jean-Louis Van Belle - film inédit
    * 1974 : Le cri du coeur de Claude Lallemand - Jean
    * 1974 : Le Fantôme de la liberté de Luis Buñuel - L'aubergiste
    * 1976 : La balançoire à minouche ou Un tueur, un flic, ainsi soit-il de Jean-Louis Van Belle réalisé en 1973 - M. Dutour

Télévision

    * 1953 : La parole est au prophète de Stellio Lorenzi
    * 1953 : Volpone de Stellio Lorenzi
    * 1958 : L'étrange mort de Paul-Louis Couturier de Stellio Lorenzi
    * 1958 : Si c'était vous de Marcel Bluwal
    * 1961 : Le nain de Pierre Badel - Barnabum
    * 1961 : Hauteclaire de Jean Prat - Le docteur Torty
    * 1964 : Le commandant Watrin de Jacques Rutman - Le commandant Watrin
    * 1964 : Trois cent vingt cinq mille francs de Jean Prat
    * 1967 : Le cercle de craie Caucasien de Jean Prat
    * 1967 : L'étranger dans les vignes épisode du téléfilm L'Espagnol de Jean Prat - Lucien
    * 1967 : Les dernières vendanges épisode du téléfilm L'Espagnol de Jean Prat - Lucien
    * 1967 : L'enfant prodige épisode du feuilleton Malican père et fils de Marcel Cravenne
    * 1967 : Un bon petit Jules épisode du feuilleton Max le débonnaire de Gilles Grangier - Max, le truand retiré des affaires
    * 1967 : De quoi je me mêle épisode du feuilleton Max le débonnaire de Yves Allégret - Max, le truand retiré des affaires
    * 1967 : Le point d'honneur épisode du feuilleton Max le débonnaire de Jacques Deray - Max, le truand retiré des affaires
    * 1970 : Le Chien qui a vu Dieu de Paul Paviot - Lucioni
    * 1971 : Prière pour Elena de Abder Isker
    * 1971 : le tambour du bief de Jean Prat - Antoine
    * 1974 : Prière pour les vivants de Claude-Jean Bonnardot - Maurice et Pierre Massoubre
    * 1975 : Pays de Jacques Krier

  


22/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres