Alain YVER

Alain YVER

PEP VENTOSA

PEP VENTOSA




//www.pepventosa.com/

//www.facebook.com/PepVentosaPhotographs

//lifesparkleswith.blogspot.fr/2012/01/coup-de-foudre-artistique-pep-ventosa.html

//thebrightidea.over-blog.com/article-patchwork-de-photos-par-pep-ventosa-98599061.html

//thecreatorsproject.com/fr/blog/des-photomontages-qui-mettent-en-valeur-la-g%C3%A9om%C3%A9trie-de-paris-et-berlin








Emporté par son élan de créativité, Pep Ventosa nous emmène vers d’autres curiosités du monde.

Des instantanés, photographiés de la perspective préférée des visiteurs, constituent le point de départ de ses travaux. Ainsi, il crée des images, qui ont cependant une certaine familiarité, mais dont la fugacité crée une nouvelle expérience visuelle, qui place en leur centre, la collectivité du monde des images.

Horst Klöver


L'INSTANTANÉ COLLECTIF

Le projet de Pep Ventosa, "L’instantané collectif", rassemble des centaines de photographies en un patchwork d’images qui éveillent violemment l’appétit pour le « déjà trop vu ». Nombre de symboles tels le Golden Gate Bridge, vibrent d’énergie, la porte de Brandebourg fait un pas de danse, la tour Eiffel une pirouette et le Colisée bat le rythme dans la terre historique romaine. 

Le déchiffrage de ces images est un jeu charmant et les souvenirs de chacun prennent une toute autre dimension grâce aux méta-instantanés de Ventosa. L’artiste commente lui-même „Ce qui apparaît est un espace unique et narratif qui n’existe jamais tel qu’il est représenté. L’ensemble de cet espace a voyagé, mystérieusement, encore plus loin que les fragments appréhendés par l’appareil qui les a capturés. La composition se construit d’une part de souvenirs, d’autre part d’imagination. Un procédé qui n’est pas sans rappeler notre façon de voir. 

L’artiste espagnol a quitté Barcelone pour la baie de San Francisco. Spécialiste en matière de décompositions et d’arrangements, il imite et précise à sa façon le procédé de la vision. Son regard de globe trotter, différent de celui de touriste, fut remarqué par les curateurs du Musée Guggenheim de New York et d'autres institutions de renommée comparable, qui présentèrent ses œuvres au coeur de nombreuses collections, en particulier le long de la côte ouest des Etats-Unis.
Horst Klöver

//fr.lumas.com/artist/pep_ventosa/






Mosaïque de Photographies !

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? C’est surement avec cette contre citation en tête que le photographe Pep Ventosa s’est lancé dans cette aventure photographique originale et impressionnante ! En effet, pour réaliser ses oeuvres, l’artiste prend plusieurs photographies d’un seul et même lieu avec des éclairages, teintes et mouvements différents ! Il déconstruit ensuite ses clichés pour les recomposer avec d’autres afin de créer une mosaïque autour d’une seule photos !

//houhouhaha.fr/pep-ventosa








La photographie façon Pep Ventosa, l’esquisse du souvenir.

La photographie numérique est devenue un art « facile » (du point de vue de la technicité). Déjà le mec commence l’article par là, il est serein. Non mais, en relativité, bien sûr, avec la composition musicale évidemment ou la sculpture par exemple. J’ai bien dit, « devenue ». Aujourd’hui, n’importe lequel d’entre nous, avec un reflex, fera une photo de paysage visuellement agréable, pourvu qu’un pote lui ai montré Adobe Lightroom et c’est la fin des petits pois. Passons, ce que je voulais dire, autrement : c’est qu’il est plutôt rare de voir des photos avec un brin de créativité. Du cliché, et encore du cliché. Aujourd’hui, je vais vous présenter un Catalan qui séduit en prenant des photos de l’opéra de Sidney, de la Tour Eiffel, ou encore du Golden Bridge, à la différence qu’il les représente à sa manière.
Pep Ventosa est né en 1957 à Vilafranca del Penedès, près de Barcelone, passionné de photographie, ses parents lui offrent son premier appareil photo à l’âge de 10 ans. Il est allé apprendre la mécanique de la chambre noire à l’Escola d’Arts i Oficis Artístics de l’Alt Penedès et a plus tard enseigné lui-même les possibilités de la chambre noire numérique. Depuis il a émigré dans la baie de San Francisco en Californie.
Ses clichés sont déconstruits et reconstruits, ils sont comme l’esquisse d’un fou qui aurait synthétisé la perfection des courbes et d’une façon impressionniste dépeindrait les monuments connus d’aujourd’hui pour les revisiter de façon ingénieuse et onirique. Sa photographie ressemblerait en quelque sorte au souvenir, à l’imaginaire, l’artiste lui même dit : « Ce qui grandit constitue un champs unique pour un tout nouveau récit qui en réalité ne se déroule jamais, là où tout a voyagé mystérieusement plus loin que ce que l’appareil documente. Moitié souvenir, moitié imagination. Pas si différent de la manière dont nous voyons les choses. »
Il fut sélectionné par le regretté Robert Rosenblum (Rest in Peace) pour être exposé à New York au Solomon R. Guggenheim Museum, au Musée d’Art Contemporain de Chicago, et à la Royal Photographic Society de Madrid, entre autres. Son art est aujourd’hui décortiqué et analysé pour l’enseignement pédagogique dans quelques écoles de photographie.

//the-chemistry.net/la-photographie-facon-pep-ventosa-lesquisse-du-souvenir/






« Reconstructed Works »
de Pep Ventosa

7, fév 2012 Vincent (Vanguard)

Pep Ventosa est un photographe espagnol qu’on peut également qualifier de véritable artiste. Avec son idée de « déconstruire » et reconstruire les images, Pep réalise des compositions visuelles inédites !
L’idée est assez simple : prendre plusieurs dizaines de photos du même sujet et les rassembler tel un puzzle en sachant pertinemment qu’il y aura des changements de luminosités, de contrastes ou même d’éléments qui composent le sujet.
Des photos réalisées principalement dans des villes d’Europe occidentale ou des Etats-Unis.

//www.vanguardfrance.com/reconstructed-works-de-pep-ventosa






Coup de foudre artistique : Pep Ventosa

 Love at first sight. Voilà ma première pensée quand j'ai découvert par hasard ces magnifiques clichés de Pep Ventosa. Je suis inexplicablement fascinée par les carrousels depuis toute petite. Et je suis amoureuse des grandes villes, de leurs merveilles architecturales, de leur agitation envoûtante et de leurs réverbères. Tout ce que ce photographe et artiste formidable capture avec son objectif. Il n'aurait pas cinquante-cinq ans et les cheveux légèrement grisonnants, j'aurais presque pu penser : He's the one...
     Il n'empêche, ses photos sont magnifiquement retravaillées et le résultat artistique est sublime. Il a même été honoré plusieurs fois au prestigieux Prix de la Photographie de Paris (Px3). Dans son esprit, ses photographies ont « une part de mémoire, une part d'imagination. Un peu comme notre façon de voir...».

     La première série s'intitule Carrousel, In the Round. Chaque image est créée à partir de plusieurs clichés d'un même manège, pris sous des angles différents en tournant autour de celui-ci. Il les a ensuite esthétiquement fondus afin d'obtenir des images teintées de féerisme et de surréalisme. L'illusion de mouvement est surprenante, et les images produites sont parfois fantasmagoriques, les enfants semblant voltiger dans les airs de manière irréelle.

La deuxième série s'intitule Street Lamps. « This serie focuses on the solitary urban sculptures that stand witness to city life ». C'est ainsi que Pep Ventosa décrit son œuvre.
     Ses clichés sont une superposition de moments de la journée auxquels assistent les sculptures urbaines d'un quartier. Les lampadaires se font témoins de la vie qui gesticule tout autour, et les images respirent l'atmosphère, l'ambiance, et la couleur de différents faubourgs de Paris, New York, San Francisco, Barcelone et autres villes du monde.
     Je raffole des réverbères. Ils apportent aux photos un côté délicieusement rétro que j'adore. Je m'arrange souvent pour qu'un réverbère se glisse plus ou moins furtivement dans les photos que je prends. Cette série photo en honneur à l'effervescence des villes et à ses spectateurs inanimés m'a donc profondément inspiré...

La troisième série s'intitule The Collective Snapshot. L'impression qui s'en dégage est très forte. C'est comme si l'on redécouvrait plusieurs monuments historiques célèbres, à travers le regard de tous les hommes du monde entier qui les ont un jour contemplé. Chaque image est un fondu de douzaines de clichés différents du même lieu, afin de créer une sorte de "mémoire collective".

//lifesparkleswith.blogspot.fr/2012/01/coup-de-foudre-artistique-pep-ventosa.html







Palpitations à l'unisson
Les images que crée Pep Ventosa sont comme des palpitations. Dans sa série des « Collective snapshots », il combine les images du même lieu prises par des dizaines de personnes différentes, comme autant de battements de coeur réunis sur un seul souffle. Une sorte d’image à l’unisson… 

 

 
 
 
 
Photographe à plein temps depuis deux ans seulement, Pep Ventosa est un artiste heureux.

Ses créations photographiques sont des constructions méticuleuses, qui demandent des mois de travail. Nous avons choisi de présenter tout particulièrement sa série des « Collective snapshots , une superposition de photographies du même lieu, prises par différentes personnes, à des moments différents. « Je voulais rendre hommage au snapshot (l’instantané). C’est la forme la plus commune en photographie. Cela correspond aux photos que tout le monde fait. Imaginez par exemple combien de personnes sont en train de prendre la Tour Eiffel en photo, au moment où nous parlons ! ». Pep Ventosa récupère toutes ces images… 

//www.azart.fr/index.php/photographie/les-artistes/item/165-pep-ventosa







Exposition : Parcours Urbain à la Galerie Lumas
Vendredi 30 octobre Par Geoffroy.B

 Du 25 septembre au 3 novembre 2009, la galerie Lumas au cœur de Paris nous invite à découvrir au travers de 7 regards d'artistes les villes du monde. De Paris à New York en passant par Rio, le monde s'expose sur les toiles de la galerie.
 
La ville, une source d'inspiration inépuisable. Déjà les impressionnistes avec leurs gares parisiennes utilisaient cette muse. Aujourd'hui c'est 7 artistes qui exposent leur vision de la métropole. Véritables citadelles individualistes pour certaines, fourmilières humaines pour d'autres, ces villes sont toujours en mouvement et en mutations. Parmi eux, l'Australien Stephen Haley qui cherche à relier nos villes du 21e siècle à l'époque de la Renaissance. Il utilise les structures de notre monde – immeubles, bureaux... - ainsi que des images de villes en 3D pour représenter notre mode de vie contemporain. Une vision qui ressemble de près à celle des artistes de la Première Renaissance qui montraient des bâtiments ordonnés dans les villes de cette époque. De son côté, Samuel Zuder, Allemand, utilise la photographie pour montrer l'extrême diversité des mégapoles. Ces villes, aux couleurs éclatantes, qui semblent ne jamais s'éteindre, s'étalent en arrière-plan sur les larges panneaux de l'artiste. Henning Bock, quant à lui, nous offre les plus beaux panoramas des villes, qui par leur angle, par leur lumière, reflètent la personnalité unique de chacune d'elles. Une impression de rêve s'échappe des oeuvres de Pep Ventosa. Des lieux connus empreints d'une certaine fugacité comme s'ils étaient insaisissables. Une nouvelle façon de redécouvrir le pont de la Tour de Londres. Cette exposition pose un regard neutre et réaliste sur nos cités, que l'on voit ici, sous un autre jour.
 
Parcours Urbain, du 25 septembre au 3 novembre 2009, Henning Bock, H.G. Esch, Stephen Haley, Klaus Thymann, Pep Ventosa, Sabine Wild et Samuel Zuder, Galerie Lumas, 40 rue de Seine, 75 006 Paris.

//cultureclik.over-blog.com/article-exposition-parcours-urbain-a-la-galerie-lumas-38448956.html












17/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres