Alain YVER

Alain YVER

PHILIPPE GILBERT

PHILIPPE GILBERT





//philippegilbert.com/

//www.google.fr/search?q=philippe+gilbert&hl=fr&safe=off&client=firefox-a&hs=8NE&rls=org.mozilla:fr:official&prmd=ivnso&source=univ&tbs=vid:1&tbo=u&ei=AVY5TbCTJMSp8APX-ciwCA&sa=X&oi=video_result_group&ct=title&resnum=4&ved=0CB4QqwQwAw



Principales victoires
5 classiques

Paris-Tours 2008 et 2009
Tour de Lombardie 2009 et 2010
Amstel Gold Race 2010
3 étapes dans les grands tours
Tour d'Italie (1 étape)
Tour d'Espagne (2 étapes)

Philippe Gilbert, né le 5 juillet 1982 à Verviers, est un coureur cycliste belge, membre de l'équipe Omega Pharma-Lotto. Coureur offensif, il a notamment remporté le Tour de Lombardie en 2009 et 2010, Paris-Tours en 2008 et 2009 ainsi que l'Amstel Gold Race 2010.


Début de carrière à la Française des Jeux

Philippe Gilbert passe professionnel en 2003 dans l'équipe La Française des Jeux après y avoir été stagiaire en 2002. Il signe sa première victoire sur le circuit professionnel la même année en remportant une étape du Tour de l'Avenir.

En 2005, il se révèle en gagnant la Coupe de France, notamment grâce à ses succès au Tour du Haut-Var, au Trophée des Grimpeurs et à la Polynormande. Il termine sixième de Milan-San Remo à l'issue d'un sprint massif. En fin de saison, il passe près d'une victoire sur Paris-Tours : échappé avec Stijn Devolder dans les 25 derniers kilomètres, il est rattrapé à 200 mètres de l'arrivée après que Devolder a refusé de le relayer, suivant les instructions de son directeur sportif[1].

En 2008 , il se distingue dès son début de saison, au Tour Down Under où il attaque à de nombreuses reprises. Onzième du général, quatrième de la cinquième étape, il remporte le classement de la montagne[2].

Il poursuit au Challenge de Majorque et s'impose au classement final ainsi qu'aux Trofeo Mallorca et Trofeo Soller[3].

Une semaine plus tard, il s'aligne au Tour du Haut-Var avec l'ambition de briller, comme en 2005, où il avait levé les bras[4], il y réussit une cinquième place, à neuf secondes du vainqueur, Davide Rebellin[5].

Lors du Circuit Het Volk, favori avant la course[6], il parvient à créer l'exploit, partant dans l'Eikenberg, à une cinquantaine de kilomètres de l'arrivée, il dépose ensuite, les uns après les autres, les échappés du jour, et arrive seul à Gand, comme lors de sa victoire en 2006[7]. Quelques jours plus tard, il remporte Le Samyn et, à la fin du mois, il monte sur le podium de Milan-San Remo et de la Flèche Brabançonne. En juillet, il se classe deuxième de la première étape du Tour de France à Plumelec, derrière Alejandro Valverde. Ayant décliné la sélection en raison notamment d'un parcours ne correspondant pas à ses qualités, il ne participe pas aux Jeux olympiques de Pékin en août[8].

Début octobre, il se présente comme un outsider au départ de la classique Paris-Tours, où il s'est déjà illustré les années précédentes en attaquant dans le final, ne se faisant reprendre qu'à quelques centaines de mètres de la ligne. Une nouvelle fois, il est à l'attaque dans les derniers kilomètres, et grâce au travail de son coéquipier Mickaël Delage - sorti quelques kilomètres plus tôt en compagnie de trois coureurs - dans la dernière ligne droite, remporte la "classique aux feuilles mortes", pour sa dernière course sous le maillot de La Française des Jeux. En effet, Gilbert a signé en juin un contrat de trois ans avec l'équipe Silence-Lotto. Il quitte ainsi en fin de saison l'équipe avec laquelle il a débuté sa carrière professionnelle[9].

2009- : leader chez Lotto

La saison 2009 de Philippe Gilbert commence par un abandon au Grand Prix la Marseillaise. Lors de Paris-Nice, il est contraint à l'abandon au cours de la cinquième étape en raisons de douleurs musculaires. Il mettra ces douleurs sur le compte d'une mauvaise adaptation au matériel de sa nouvelle équipe.

Lors de Milan-San Remo, le premier grand objectif de sa saison, il s'accroche dans la Cipressa et dans le Poggio pour basculer vers San Remo tout proche du groupe de tête. Il ne peut cependant pas disputer le sprint remporté par Mark Cavendish et se classe 23e. La forme de Gilbert s'améliore alors progressivement en vue des classiques flandriennes. On le retrouve notamment à l'attaque lors de la Flèche brabançonne où il prend la neuvième place. Au Tour des Flandres, il se montre à son avantage dans le Mur de Grammont et dans le Bosberg en accélérant en tête du groupe des favoris. Néanmoins, c'est Stijn Devolder, échappé à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée qui remporte le Tour des Flandres, Philippe Gilbert terminant sur le podium en réglant ce qu'il restait du peloton. Il fait alors l'impasse sur Paris-Roubaix pour mieux se concentrer sur les classiques ardennaises. Il prend la quatrième place de l'Amstel Gold Race aux Pays-Bas. Il prend part dans la foulée à la Flèche Wallonne où il termine loin du vainqueur Davide Rebellin. Arrive alors la « doyenne », Liège-Bastogne-Liège, la course qui fait rêver Gilbert, originaire de Remouchamps au pied de la célèbre côte de La Redoute. Il attaque à une trentaine de kilomètres de l'arrivée et aborde la côte de la Roche aux Faucons seul. Il ne peut rien faire face au retour d'Andy Schleck qui le dépasse et part seul vers la victoire à Liège. Gilbert termine quatrième, battu au sprint pour la troisième place par Rebellin, dont le contrôle positif aux Jeux olympiques de Pékin en 2008 est annoncé quelques jours plus tard.

Il décide alors de faire le Tour d'Italie plutôt que le Tour de France, Giro sur lequel il remporte l'avant-dernière étape sur les hauteurs d'Anagni après avoir attaqué peu avant la flamme rouge. S'ensuivent une victoire d'étape et du classement général au Ster Elektrotoer aux Pays-Bas et une deuxième place au championnat de Belgique derrière Tom Boonen. Après un stage d'entrainement à Livigno, il reprend la compétition fin juillet au Tour de Wallonie avant de prendre la direction d'Assen, aux Pays-Bas, pour le grand départ du Tour d'Espagne, tremplin en vue de peaufiner sa condition avant les Mondiaux.

Lors de la course en ligne des championnats du monde à Mendrisio, il ne parvient pas à prendre la bonne échappée au pied de la dernière difficulté et se classe sixième. Il concrétise sa forme en étant invaincu[10] dans les quatre courses disputées ensuite : il remporte en dix jours la Coppa Sabatini, Paris-Tours en devançant Boonen au sprint, le Tour du Piémont et le Tour de Lombardie. Il reçoit le Trophée national du Mérite sportif 2009 [11].
Il est aussi élu Sportif de l'Année par la presse sportive belge[12].
En tête de peloton lors de la septième étape de l'Eneco Tour 2006.

En 2010, il termine neuvième de Milan-San Remo après avoir lancé la bagarre dans le Poggio. Trois semaines plus tard, il termine une nouvelle fois troisième du Tour des Flandres.

Lors de l'Amstel Gold Race aux Pays-Bas, il s'adjuge la victoire à l'issue d'une accélération dans la dernière ascension et apporte à son équipe sa première victoire de la saison[13]. Le lendemain, il annonce qu'il prolonge son contrat avec Omega Pharma-Lotto de 2 ans[14]. Gilbert poursuit sa campagne ardennaise avec une 6e place sur la Flèche Wallonne, à une dizaine de secondes du vainqueur Cadel Evans. Fort de ces bons résultats, le coureur belge est annoncé comme le principal favori de Liège-Bastogne-Liège en fin de semaine, une course qu'il avoue rêver de gagner. Il y termine 4e comme lors de l'édition précédente, battu par Alejandro Valverde dans le sprint pour une place sur le podium. Ce dernier étant finalement suspendu[15], Gilbert récupère la troisième place. Il prend la tête du classement mondial[16]. Il perd sa place de leader suite à la victoire de Valverde lors du Tour de Romandie[17]. Après le déclassement de l'Espagnol[15], il récupère sa place de numéro 1, mais il la cède à Cadel Evans fin mai.

Son objectif suivant est le Tour de Suisse 2010. Pour cela, il se prépare sur le Tour de Belgique. Il remporte la première étape[18] et est longtemps à la lutte pour la victoire finale. Il termine finalement quatrième de son tour national[19]. Il rate son Tour de Suisse qu'il abandonne lors de la septième étape[20]. À la fin du mois, il termine une nouvelle fois deuxième du championnat de Belgique sur route, étant devancé cette fois-ci par Stijn Devolder qui s'impose en solitaire[21].

En préparation des championnats du monde, il remporte la troisième[22] et la dix-neuvième étape du Tour d'Espagne[23] et est durant cinq jours maillot rouge de l'épreuve. Favori des Mondiaux de Melbourne[24],[25], il avoue s'y préparer depuis plusieurs mois : « Je suis à 100%. Je me suis préparé comme jamais. Depuis quatre mois, tout ce que je fais, je le fais en pensant aux Mondiaux[26]. ». Lors de la course, il attaque lors de la première montée du dernier tour et se retrouve seul en tête. Cependant, il est rattrapé par le peloton à 3 kilomètres de l'arrivée et termine finalement dix-huitième[27].

Suite au championnat du monde, il remporte pour la deuxième année consécutive le Tour du Piémont[28] et le Tour de Lombardie. Cette dernière classique se dispute dans le froid, la pluie et le brouillard[29]. Philippe Gilbert termine troisième du classement mondial UCI[30].

Fin novembre, il annonce qu'il participera au Tour de France 2011.




   1. Å™ (en) Zabel's farewell present to T-Mobile [archive] sur cyclingnews.com, 9 octobre 2005. Consulté le 21 décembre 2008
   2. Å™ « Gilbert se voit déjà à Sanremo » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 1er février 2008.
   3. Å™ « La belle et folle semaine de Gilbert » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 15 février 2008.
   4. Å™ Gilbert : « Avec ma forme... » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 23 février 2008.
   5. Å™ « Rebellin remporte le Tour du Haut-Var » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 24 février 2008.
   6. Å™ « L'arme secrète de Gilbert » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 28 février 2008.
   7. Å™ « Gilbert triomphe au Circuit Het Volk » [archive], La Dernière Heure/Les Sports, 2 mars 2008.
   8. Å™ « Philippe Gilbert renonce aux JO » [archive], Le Soir, 27 mai 2008
   9. Å™ « Avec Gilbert, Silence veut faire du bruit » [archive], Le Soir, 5 juin 2008
  10. Å™ Gilbert le cannibale [archive] sur www.lequipe.fr. Consulté le 17 octobre 2009
  11. Å™ Le Mérite Sportif 2009 à Philippe Gilbert [archive], Belga, 2009. Consulté le 19/11/2009
  12. Å™ Philippe Gilbert sportif de l'année 2009 [archive], Velowallon, 2009. Consulté le 20/12/2009
  13. Å™ Gilbert paie sa tournée [archive], Eurosport, 2010. Consulté le 18/04/2010
  14. Å™ Omega: Gilbert prolonge [archive] sur eurosport.fr, 19 avril 2010
  15. Å™ a et b Communiqué de presse - Décision du TAS sur le cas d'Alejandro Valverde : réaction de l'UCI [archive]
  16. Å™ Philippe Gilbert, nouveau numéro 1 mondial [archive] sur sudpresse.be. Consulté le 27 mai 2010
  17. Å™ Gilbert n'est plus numéro 1 mondial [archive] sur dhnet.be. Consulté le 27 mai 2010
  18. Å™ (en)Gilbert satisfied with condition in Tour of Belgium [archive] sur cyclingnews.com. Consulté le 27 mai 2010
  19. Å™ Devolder se rachète [archive] sur eurosport.fr. Consulté le 31 mai 2010
  20. Å™ (en)Burghardt storms to second stage win [archive] sur cyclingnews.com. Consulté le 27 juin 2010
  21. Å™ (en)Devolder saves his season with Belgian title [archive] sur cyclingnews.com. Consulté le 27 juin 2010
  22. Å™ Gilbert en costaud [archive] sur eurosport.fr. Consulté le 30 août 2010
  23. Å™ Gilbert, c'est costaud ! [archive] sur eurosport.fr, 17 septembre 2010. Consulté le 3 octobre 2010
  24. Å™ Un monde à conquérir [archive] sur eurosport.fr, 2 octobre 2010. Consulté le 3 octobre 2010
  25. Å™ (en)World championships road race: the top 10 contenders [archive] sur cyclingnews.com, 28 septembre 2010. Consulté le 3 octobre 2010
  26. Å™ Gilbert assume tout [archive] sur eurosport.fr, 28 septembre 2010. Consulté le 3 octobre 2010
  27. Å™ (en)King Thor roars to Worlds victory [archive] sur cyclingnews.com. Consulté le 3 octobre 2010
  28. Å™ (en)Gilbert repeats at Gran Piemonte [archive] sur cyclingnews.com, 14 octobre 2010. Consulté le 14 octobre 2010
  29. Å™ (fr)La loi du plus fort [archive] sur eurosport.fr, 16 octobre 2010. Consulté le 16 octobre 2010
  30. Å™ UCI World Ranking - 2010 [archive] sur uci.ch. Consulté le 18 octobre 2010
  31. Å™ Gilbert viserait le Tour, et a coché cinq étapes [archive] sur velochrono.fr, 26 novembre 2010
  32. Å™ 2005 UCI Road Rankings [archive], UCI. Consulté le 11 juin 2010
  33. Å™ Classement Pro-Tour [archive] sur mémoire-du-cyclisme.net. Consulté le 11 juin 2010
  34. Å™ Classement mondial UCI [archive] sur uci.ch. Consulté le 11 juin 2010







Le "Vélo de Cristal"  pour Philippe Gilbert
Eric de Falleur

 Le Liégeois a devancé Devolder et Boonen et gagné un premier trophée. Jan Bakelants a été désigné meilleur jeune de la saison 2008.

Deux mois après avoir enlevé Paris-Tours, la première grande classique de sa carrière, Philippe Gilbert s’est vu décerner, hier soir au Domaine Maelestede de Kuurne, son premier trophée. Le Liégeois a en effet enlevé le 17e "Vélo de Cristal", de nos confrères du quotidien "Het Laatste Nieuws", au palmarès duquel il a succédé à Sven Nys.

A 26 ans, au terme d’une saison qui l’a vu s’imposer notamment au Het Volk, au GP Samyn et à Paris-Tours, Philippe Gilbert a donc été désigné par un jury de 92 votants (10 anciens lauréats du trophée, 28 personnalités cyclistes, 11 dirigeants et coaches de la LVB et 43 journalistes spécialisés du nord et du sud du pays) comme le meilleur coureur du pays, toutes disciplines cyclistes confondues, la particularité du "Vélo de Cristal" étant de placer en confrontation les routiers, cyclo-crossmans, pistiers ou vététistes.

La victoire du futur coureur de l’équipe Silence-Lotto ne souffre pas la moindre discussion, Philippe Gilbert ayant obtenu 62 points de plus que son suivant Stijn Devolder. Tom Boonen, qui avait, comme ces deux rivaux, gagné une grande classique cette saison, termine troisième.

L’Anversois, qui a payé les conséquences de son affaire de cocaïne, devra attendre pour espérer s’imposer une 4e fois.

D’autres prix é taient également décernés hier soir. C’est ainsi que Jan Bakelants, le vainqueur (entre autres succès) du Tour de l’Avenir, a obtenu le trophée du Meilleur Jeune qu’avait remporté Niels Albert il y a douze mois. Albert a fini 2e cette fois. Quant au titre de Meilleur Manager/directeur sportif il est revenu à Johan Bruyneel, pour la 5e fois. Il devance Patrick Lefevere.

Enfin, les lecteurs du "Laatste Nieuws" ont attribué la "Goutte de sueur" , appellation poétique du Meilleur équipier, à Mario Aerts. L’an dernier, c’est Johan Van Summeren qui avait été choisi.











Rencontre avec Patricia, la compagne, future épouse et supportrice n° 1 de Philippe Gilbert

“ Nous allons nous marier le 7 août ”

Séduite par son caractère d’Ardennais

BRUXELLES C’est bien connu, la femme est l’avenir de l’homme. Dans le cas d’un sportif de haut niveau, comme l’est assurément Philippe Gilbert, principal favori à l’obtention du titre de Sportif Belge de l’Année, demain au casino d’Ostende, elle est aussi son présent, son quotidien. Pas de grand(e) champion (ne) sans un(e) partenaire comme principal soutien.

Pour le Liégeois, il s’agit de Patricia, sa compagne depuis un peu plus de deux ans.

“Ça ne me dérange pas que Patricia apparaisse de temps en temps dans les journaux, mais je n’aimerais pas que cela se produise toutes les semaines”, affirme celui qui a gagné le Tour de Lombardie, Paris-Tours, le Ster Elektrotoer et une étape du Giro avant de conquérir, cet automne, la plupart des prix et trophées décernés aux quatre coins du pays. Philippe Gilbert aime à mettre, et on le comprend, des frontières entre sa carrière sportive et sa vie privée.

Néanmoins, en ces temps de peoplisation de plus en plus poussée, une rencontre avec celle qui est la supportrice numéro 1 de l’actuel champion belge numéro 1 s’imposait.

“Nous nous sommes rencontrés sur le Circuit Franco-Belge 2007”, explique donc Patricia Zeevaert, la future madame Gilbert (voir par ailleurs). “Je suivais le vélo, un sport que j’aime depuis longtemps. J’avais d’abord été attirée par la piste, puis un copain m’a amené à la route. Moi-même, j’ai pas mal roulé en VTT et je compte vraiment me mettre au vélo de route. Mais, chez nous, sur la Côte d’Azur, je dois faire attention, car je suis assez casse-cou...”

À vingt ans, la jeune femme a donc décidé de suivre son champion à Monaco et s’il est des endroits plus tristes et des vies plus pénibles, être la compagne d’un coureur professionnel, exilée, parfois seule, en principauté à l’âge où tous ses amis profitent de la vie avec l’insouciance de leur jeunesse, ce n’est pas nécessairement évident.

“Je savais que ce ne serait pas facile, mais c’est un choix, ça s’est fait naturellement”, sourit-elle. “Je vis vraiment avec Philippe à Monaco et je supporte sans trop de problème les séparations, parfois longues, dues à son métier, quand il se trouve sur les courses, comme cette année au Giro et à la Vuelta ou les stages. De toute façon, j’essaie d’aller le retrouver ou de l’accompagner le plus souvent possible sur les courses, mais je ne veux pas le déranger, ni lui ni son équipe. Je supporte sa vie, ses sacrifices, qui n’en sont pas, car moi aussi j’ai un tempérament plutôt sérieux. Ça ne me manque pas de ne pouvoir sortir tous les week-ends, jusqu’à toutes les heures. C’est vrai qu’on ne peut pas toujours faire ce que font les autres couples de jeunes de notre âge. Ce n’est pas grave, je l’aide, ça ne me pose aucun problème.”

Compagne d’un coureur professionnel, à fortiori quand il s’agit de quelqu’un d’aussi méticuleux et sérieux, avec les autres comme avec lui-même, comme l’est Philippe Gilbert, c’est en effet une véritable tâche de l’ombre, quasi un vrai sacerdoce.

“Je fais le maximum et modestement, je pense que sa réussite est aussi un peu la mienne grâce à ce que je fais pour lui”, avance Patricia. “Je l’aide aussi mentalement, quand il veut m’en parler, je lui donne des conseils, mon point de vue, après, c’est quand même lui qui prend la décision ! Je suis à ses côtés, je l’encourage, je l’aide, je fais du mieux que je peux, je n’ai que vingt ans, hein... D’ailleurs une carrière, ce n’est pas très long, cela dure quelques années à peine, après, il y a toute la vie.”

La saison 2009 particulièrement réussie du Liégeois a connu cet automne un prolongement qui devrait trouver son point d’orgue ce dimanche.

“Philippe mérite tous ces prix et trophées”, insiste Patricia avec le sourire. “Sa réussite cette saison et toutes ces victoires qu’il a remportées ne sont pas une surprise pour moi qui vit avec lui. Quand je le vois travailler comme il le fait, je me dis que ça ne peut que payer et qu’il le mérite vraiment. Je suis bien heureuse de tout ce qu’il a réalisé et de ses nombreux succès. Je suis fière, très fière de lui !”

Eric de Falleur
© La Dernière Heure 2009












21/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres