Alain YVER

Alain YVER

ROMAIN BOUTEILLE

ROMAIN BOUTEILLE





//www.imdb.fr/name/nm0100283/

//saidachurchill.org/galog/

//www.theatreonline.com/indexation/a/detail_artiste1962.asp

//www.google.fr/search?q=ROMAIN+BOUTEIL&hl=fr&safe=off&client=firefox-a&hs=kJu&rls=org.mozilla:fr:official&prmd=ivns&source=univ&tbs=vid:1&tbo=u&ei=t09bTaOsK4GIhQeCmbD8DA&sa=X&oi=video_result_group&ct=title&resnum=2&ved=0CCIQqwQwAQ

//video.google.fr/videoplay?docid=-3003278697126320351#





Romain Bouteille est un acteur, chanteur et humoriste français né le 24 mars 1937 à Paris.

En 1968, il rencontra Coluche avec qui il fonda le Café de la Gare, tandis qu'il se séparait la même année de sa compagne Sotha qui épousera Patrick Dewaere (tous les deux faisaient également partie de la troupe).

Il est l'auteur de près de trente pièces de théâtre.

Il vit actuellement dans la Beauce, après avoir passé trois ans à Marseille où est né son fils Shams, en 1997. Il est marié avec la comédienne Saïda Churchill, avec laquelle il vit depuis vingt ans.

Coluche disait de lui "Ce qu'il ne m'a pas appris, je le lui ai piqué".


Anecdotes

Romain Bouteille a décidé de construire une maison il y a trente ans dans une vallée à la frontière de l'Ardèche et de la Haute-Loire. Cette maison construite à partir de la seule base au sol d'une ancienne bergerie, devenue un immense tas de pierres, est maintenant une très belle maison dans le style de la région mais cependant atypique par l'alliance d'un mur de pierres, d'un toit en lauze et d'une immense verrière. Il y passe régulièrement ses vacances avec son épouse (Saïda Churchill) et leur fils Shams. La maison devient petit à petit, une curiosité que les gens des alentours viennent parfois regarder, et demandent même parfois à visiter!

Un soir dans la loge, après une représentation de "L'échappée Belle", alors que des spectateurs sont venus les féliciter, Henri Garcin et lui, de leur prestation, un vieux monsieur est resté assis dans le fauteuil, silencieux. Henri Garcin le salue, et celui-ci répond "Le sketch, là, que vous avez présenté, vers la fin du spectacle (il s'agissait de "La vie")", j'aurais voulu l'avoir écrit. Henri Garcin le remercie du compliment et lui demande ce qu'il fait dans la vie, à quoi il répond: "Je m'appelle Ionesco"...








Romain Bouteille
Les droits des hommes courbes


Est-il nécessaire de présenter Romain Bouteille pour son quatrième passage aux wagons ?

A l’inverse de ses comparses du Café de la Gare, Romain Bouteille a toujours refusé d’entrer dans le système. Romain Bouteille est un humoriste de talent, c’est aussi un philosophe, un militant et un grand poète, qui trimballe sa verve et sa voix rocailleuse sur des scènes de toutes tailles.

Celui qui s’est toujours félicité « d’avoir découvert un job nécessitant moins de trente minutes d’obéissance quotidienne et aucun diplôme ni qualité particulière » viendra vous présenter « Les droits des hommes courbes ».

Il s’agit d’un harangueur de foule, entre un clochard, Diogène le philosophe, un médecin, un elfe noir d’Alfortville et la Mort.

Tout est dans sa façon particulière de vociférer et de démonter la mécanique sociale en vers classiques. Tout y passe, bien qu’à proprement parler on n’y apprenne rien, si ce n’est  que quelqu’un, quelque part, peut penser et dire des choses pareilles sans que le ciel ne lui tombe sur la tête. On sort de là en se trouvant plus intelligent qu’à l’entrée, ce qui n’est pas peu dire, mais un effet secondaire subsiste, sous forme de doutes pas forcément compatibles avec le respect de ses collègues, le bon usage de sa carte bleue et un sommeil réparateur.








ROMAIN BOUTEILLE
L’ ORDINATEUR OCCIDENTAL


l y a des humoristes comme ça qui ressemblent à des légendes vivantes. Il y avait Coluche bien sûr. Il reste Romain Bouteille, quelques rides en plus mais toujours cet incroyable facilité à … dérider son public. Aussi, lorsque le père fondateur du café-théâtre (Le Café de la Gare) remonte sur scène, mieux vaut ne pas le manquer …Celui qui s’est toujours félicité « d’avoir découvert un job nécessitant moins de trente minutes d’obéissance quotidienne et aucun diplôme ni qualité particulière » fait plus que jamais figure de philosophe d’un hilarant royaume d’ « absurdit ». Indispensable à tous ceux qui ne veulent pas rire idiot. En bref, un grand numéro d’acteur vous attend !
Côté presse
« La plume de Romain Bouteille n’aura jamais été aussi cinglante et douce à la fois ; ciselée, charmeuse juste ce qu’il faut, et diaboliquement agile au rayon brassage d’idées. »
Le Progrès
« Romain Bouteille est une espèce en voie de disparition. Et c’est tragique… Restés superbement fidèle à de vieux principes égalitaires, il œuvre depuis 1969 à une certaine idée du spectacle. »
Figaroscope







Romain Bouteille :
misère intellectuelle
    
N’épargnant rien ni personne, cet authentique anarchiste dissèque avec une férocité jubilatoire ce qui survit en l’homme à travers les siècles. Un petit chef-d’oeuvre, fait de coups de gueule, de réflexion sur le théâtre et la société. Du grand, très grand Bouteille !    








« Les oreilles du chef » Romain Bouteille

ROMAIN Bouteille. 50 ans de métier pour celui qui, en 1968, fonda avec Coluche le désormais mythique Café de la Gare. Bien qu’il soit à l’origine de la découverte de tant de talents comiques, il est resté fidèle à ses convictions anarchistes, prenant systématiquement en horreur toute forme de hiérarchisation sociétale. L’humoriste nous revient aujourd’hui avec son nouveau spectacle, qu’il a lui-même écrit et mis en scène : « Les oreilles du chef-Tragi-comédie pour un penseur déçu ». L’intrigue est à l’image du personnage : un orchestre philharmonique de Haute-Auvergne se retrouve par accident inscrit et nominé au Prix International Furtwängler, un concours d’orchestres tellement prestigieux que les prix Nobel de littérature sont tolérés comme ouvreuses! L’œuvre qu’ils devront interpréter obligatoirement : « la Symphonie Fantastique », d’Hector Berlioz. Alors, l’orchestre, pas du tout au niveau et entouré de techniciens qui se contrefichent de la musique, embauche un chef d’orchestre tellement roublard que le triomphe, contre toute attente, devient possible.

Ce spectacle est un prétexte pour Romain Bouteille à exprimer ses points de vue moqueurs. Et tout le monde y passe, à commencer par Berlioz, sans parler des médias, des politiques, des dogmes artistiques, de l’obsession de la modernité… Très bon acteur à la voix éraillée, Romain Bouteille parvient à tenir en haleine l’assemblée pendant toute la durée du spectacle. Vous pourrez le vérifier



16/02/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres