Alain YVER

Alain YVER

VERSUS

VERSUS





Le 1er Album (MR blue)




Leur site
//versusmusic.org/

MR blue
//www.youtube.com/watch?v=mVJUO1UxvWM

//canalstreet.canalplus.fr/musique/artistes-de-a-a-z/versus



Versus, est un groupe français composé d’une bande de mélomanes élevés en écoutant de la Motown  et en jouant du hip hop !

Leur premier album « Mr. Blue » (dispnible à partir du 30 avril) est un véritable polar hip hop et raconte l’épopée d’un certain Mr. Blue sur fond de musique soul & jazz. Vous retrouverez Juan Rozoff, Beat Assailant et Black Sifichi parmi les featurings.







Versus – Mr Blue (Album Teaser)
Posté par Laura dans Actualités • Album

Mr Blue, premier album du groupe français Versus, se présente comme un « polar Hip Hop Blaxploitation », racontant l’épopée d’un certain Mr Blue sur fond de musique soul & jazz… Un projet qui rassemble plus d’une dizaine de musiciens dans la plus pure tradition Soul/Funk, et où l’influence des disques de Motown & Stax est palpable à chaque note.

Avec des guests aussi prestigieux que Juan Rozoff, Beat Assailant et Black Sifichi ainsi que des remixes à la sauce de Blundetto, 20Syl, Booster ou encore Ji Dru, Mr Blue va nous faire attendre le 30 avril (date de sa sortie) avec impatience! Pour écourter l’attente, vous pouvez au choix écouter le teaser de l’album ci-dessus, ou plonger dans l’ambiance très réussie de la







Mr Blue - Versus
Sortie : 30 avril 2012

//mocassins-disco.blogspot.fr/2012/05/album-mr-blue-versus.html
 
 Mr Blue, l'unique titre de Versus dont nous avons parlé ici a fait couler de l'encre. Une dose de musique pure que tout le monde s'est arraché, Grant Phabao l'a remixé ici, de même que 20 Syl, et beaucoup d'autres. L'album éponyme vient de sortir, et il va faire très mal. Fruité à souhait, Mr Blue est une petite douceur. Epicé comme il faut, Mr Blue est un Ovni. Oubliés les débats, le maréchal Pétain, et la TVA !

L'intro pose les bases de l'album. Ca scratche, ca sample, ça vibre sec !

Sans vergogne, accueillons maintenant Monsieur Bleu ! On va pas épiloguer dessus, parfait je vous dis !
 
Nom d'une trompette ! Qu'entends-je ? De la flute ! Marauders te casse les dents. La basse qui tournoie annonce un rythme afro-beat violent. La flute affronte le synthé à grand coups de solos interposés. Et les violons font passer les changements de tonalités comme avec de la vaseline !

Ensuite, après Alerte une interlude qui n'a besoin que d'1 minute 15 pour faire ses preuves, arrive Theme from Bobbin Street. Amis biboyes, c'est à vous.

Mais qui voilà ? Beat Assailant, qui nous fait un petit présent pour Play the Game. L'instru est encore phénoménale, les flutes oscillent dans un phrasé très éthiopien, plusieurs changements de tonalité rendent l'harmonie très complexe sans l'empêcher de glisser doucement vers des jours heureux.

Et on enchaîne avec Almost Noon, on retrouve un flow plus classique typique des années 90 du Hip-Hop. Les nappes de flutes complètent un refrain qui titille la Blue Note. Le morceau est une fois de plus progressif, en plusieurs parties distinctes qui s'accordent parfaitement, nous concoctant une recette qui fait mouche.

La voix suave de the Letter, nous introduit Everybody Fever, qui semble n'être qu'un petit funk au premier abord, mais l'unisson subtile du Rap, de la Flute et des Cuivres nous emmène vers des chemins agréables. Roy Ayers, ceci est pour vous !

Puis,the Don Walks in nous claque un groove d'Afghan ! La flûte avait rarement été aussi intelligente depuis Short Cuts de Magic Malik.

 L'avant-dernier titre est Museum of Life, toujours à la frontière entre Fela et Q-Tip, il nous assène un coup sec et vif dans le bide. Oui, oui, à bout de souffle. A bout de souffle.  

End Credits conclue logiquement l'album en se passant de bla-bla. Je ne sais plus quoi dire.

Finalement, Mr Blue est là. Il se pose. Comme le CD va se poser dès demain dans ma discographie, dès que je l'aurai acheté. Sans plus d'éloges, salut !







Versus, Mr. Blue
Le chef-d'oeuvre groove de Donnie, sa bande, son Keyser Söze


Il suffit de traîner un peu devant la façade peu amène de chez Donnie's, sur la page d'accueil du site officiel du groupe Versus, et de s'attarder par hasard sur l'affiche placardée tout en haut, pour sentir de quoi il retourne : "Extra old flavor / Republica del groove / High quality blend." Une saveur old school, du groove, du mélange : ça, ce n'est pas de la pub mensongère, c'est exactement la partition de Versus, un projet que Lawkyz (Sébastien Charpiot), un de ses moteurs, installait en début d'année, après la sortie de l'EP Almost Noon, en interview pour ADNSound dans un registre hip hop-jazz-funk (vous pensez à The Herbaliser ? Dans le mille !) ou hip hop-jazz-blaxploitation.

A l'heure du sample roi, ce crew-là déploie pour son premier album, Mr. Blue (un authentique coup de maître, dispo depuis le 30 avril 2012, et en écoute sur Deezer), des efforts et des effets de composition carrément étourdissants, s'inscrivant dans la revendication d'un hip hop orchestral de grande facture auquel The Roots a conféré ses lettres de noblesse, et qui a pu compter en France sur des représentants comme La Cédille ou Hocus Pocus. Versus, d'ailleurs, ne se défend pas de son affiliation à Puppetmastaz, The Herbaliser, ou encore du groupe d'afrobeat australien The Liberators, préférant revendiquer ses influences ("On ne peut pas cacher ses influences, mais on doit écrire de nouvelles chansons", résume joliment Bruce Sherfield).

Mais ce n'est pas tout, loin s'en faut. L'instrumentation à profusion, le groove et le smooth vintage, les scratchs modèles, le flow de Bruce Sherfield, neuf et classique à la fois, toute cette excellence musicale se met au service d'un projet narratif extrêment ambitieux et élaboré. Lequel, pour le coup, peut éventuellement faire penser, de par son exigence diégétique et son atmosphère, à l'atypique et inattendu Lipopette Bar de l'esthète Oxmo Puccino avec the Jazzbastards - autour de la diva Billie (inspirée de la chanteuse Billie Holiday), une galerie de personnages pittoresques (Tito, Black Popeye...) se croisait au Lipopette Bar, dans une ambiance de film noir...

Une bande de truands virtuoses et un nouveau Keyser Söze pour une trilogie groovy...

Ici, les protagonistes se nomment Donnie Bass (The Bartender, contrebassiste et maître des lieux), Charlie Keys (The Player, pianiste et pro du poker), Shawn Washington (The Don, flûtiste et apprenti-parrain aux dents longues) et Jesus Crise (The Cop, un ripoux bien pourri). Une bande de truands-musiciens qui a établi son QG au Donnie's bar : le clip très graphique du morceau-titre Mr. Blue sert de scène d'exposition, pour faire les présentations. Utile, car la bande, autour de Seb et Charles (Charles Françoise, aka Charlie Keys), a grossi au fil des rencontres et des acoquinements, le plus emblématique étant la collaboration nouée avec le MC Bruce Sherfield, aka Bluce, The Narrator (narrateur de l'histoire) de Mr. Blue. Et cette fine équipe n'est pas là sans raison, comme l'a souligné le capo de ce projet, Sébastien Charpiot, dans son interview avec ADNSound, où il dévoilait un synopsis pensé pour une trilogie d'albums : "Le premier album, c'est vraiment la présentation des personnages. Au début, on était deux avec Charles, ensuite on a été vite quatre avec Mr. Tos, le DJ, et Yann Cléry, le flûtiste, qui est aussi chanteur ; Bruce est arrivé très vite, après que je lui ai fait écouté les deux singles Mr. Blue et Almost Noon ; et derrière sont arrivés Nicolas Rajao, le batteur, Gérald Bonnegrace, le percussionniste, et Tchiky (Jérôme Perez), le guitariste, qui a apporté une touche funky assez incroyable... Le premier album, c'est la présentation de toute cette équipe. Le deuxième album : cette équipe n'est pas là par hasard, il va se passer quelque chose. Le troisième album : a priori, ça va pas bien se passer..." Et de rendre à Mr. Tos ce qui lui appartient : "DJ Tos a tout scénarisé, 3-4 pages qui racontaient l'album, et après, Bruce avait ce support, assez magique pour un MC je trouve : des noms, des lieux, une histoire, un concept..."

Ce qui ne nous dit pas pour autant qui est Mr. Blue... Et à son propos, Lawkyz entretient le mystère : "Mr. Blue, personne ne le connaît, mais lui a un rapport direct avec chacun des personnages. C'est un peu le Keyser Söze de notre histoire. Qui est Mr. Blue ? Est-ce que c'est l'un d'entre nous ? Une femme ? Un personnage fictif ? On ne le sait pas sur ce premier album." La référence cinéphilique à Usual Suspects n'est pas tout à fait anecdotique, tant elle renvoie à la dimension cinématographique de Mr. Blue et à son travail de bande-son : "Ma volonté, avec Charles, avec qui je travaille depuis le départ sur ce projet-là, ça a été de créer et raconter une histoire, et on aime beaucoup tout cet univers blaxploitation, et ces gens comme Lalo Schifrin [Bullitt, L'inspecteur Harry, Mission: impossible, ou encore, Mannix et Starsky et Hutch en télévision, NDLR] qui ont fait des bandes originales de film, ou Isaac Hayes avec Shaft."

Poussez la lourde porte du Donnie's Bar, ne craignez rien. Entrez dans la combine, roulez pour Versus. Mr. Blue est déjà un classique. To be continued...

Guillaume Joffroy

On récapitule la distribution de Mr. Blue :

Lawkyz (Sébastien Charpiot) est Donnie Bass, The Bartender (Bass, Doublebass, Production)
Charles Françoise est Charlie Keys, The Player (Keyboards, Production)
Yann Crazy Flute (Yann Cléry) est Shawn Washington, The Don (Flute, Flute Alto, Arrangements)
Mr. Tos est Jesus Crise, The Cop (Scratches, Story)
Bruce Sherfield est Bluce, The Narrator (Vocals)
Nico Rajao est Mr Big, The Screwdriver (Drums)
Gerald Bonnegrace est Ray Waterboy, The Tech Guy (Percussions)
Jérôme Tchiky Perez est Tchiky Wah, The Storyteller (Guitares)
Aleksander Terris est Aleksander Fenderhodski, The Stock Guy (Keyboards)







[Chronique]
Versus,
quand le Jazz, la Soul et le Hip-Hop entrent en collision


//www.nowplaying-mag.com/2012/05/chronique-versus-quand-le-jazz-la-soul-et-le-hip-hop-entrent-en-collision/

Les formations Hip-Hop/Soul/Jazz acoustiques se suivent et ne se ressemblent pas. Le mélange de ces genres urbains conduits à une multitude de variantes. Celle que propose ce live band français Versus est une très intéressante, élaborée autour d’un concept de polar suivant les traces du mystérieux Mr Blue (Sound Sculpture, Musicast).

Durant quarante-cinq minutes, l’auditeur devient à la fois mélomane et spectateur de cette fresque cinématographique où la musique Soul/Jazz est à la fois bande-son et histoire, que narre le rappeur de la bande Bruce Sherfield. Les parties de scratches créant un puzzle de dialogues renforcent le caractère filmesque de cette oeuvre. Cela apporte même une dimension abstract hip-hop à Mr Blue. L’autre atout majeur de Versus, leur flûtiste qui survole le groove avec ses airs inspirés, ou expirés pour être exact. L’atmosphère de l’album fait travailler notre imagination et les influences Blaxploitation accentuent le côté seventies de Mr Blue. On perçoit également de fines influences acid-jazz dans un ou deux morceaux, ou scènes, c’est selon. En vous souhaitant une très bonne écoute, ou film, ça aussi c’est selon.



16/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres