Alain YVER

Alain YVER

YARN BOMBING

YARN BOMBING






Magda Sayeg la reine du yarnbombing
//www.magdasayeg.com/

//mailleapart.blogspot.fr/

//tricotpourlapaix.wordpress.com/

//www.facebook.com/yarnbombing


//yarnbombingrennes.tumblr.com/

//www.tumblr.com/tagged/yarn%20bombing

//trickco-lacompagnieduyarnbombing.blogs.marieclaireidees.com/archive/2012/08/29/mais-au-fait-c-est-quoi-le-yarn-bombing.html

//blog.flickr.net/en/2013/02/06/yarn-bombsphotos-of-guerrilla-knitting/

//urbanknittingzaragoza.blogspot.fr/2012/09/nuestra-accion-de-octubre-en-marcha.html






Yarnbombing, littéralement "attentat au fil",

au fil de laine bien sûr, est un phénomène mondial. Force d'impact du Net sur fond de morosité, sans doute. Envie de donner des couleurs à un quotidien que l'on voudrait plus souriant. Pas de doute. Moins agressive que le peinture, la laine s'impose. Fait marquant, toutes les générations s'y mettent ! Des plus agées - qui possède la technique ! - crochet ou point mousse au plus jeunes qui apprennent. Le "knitted graffiti" ou graffiti en laine, autre appellation, fait sortir les lainages de la maison. Nous verrons plus avant les précurseurs du phénomène.

//www.natures-paul-keirn.com/article-street-art-art-de-rue-yarnbombing-knitted-graffiti-knit-art-les-rues-s-habillent-de-laine-116307269.html#.UVa22hkslsM





Yarn bombing

Le "Yarn Bombing", un univers parallèle en pure laine inventé par Magda Sayeg, qui vit à Austin dans le Texas. Magda marque son territoire avec des tags qu'elle tricote. Dans les centres villes ou en banlieue, le principe est le même: plus c'est moche et plus c'est déshumanisé, mieux ça rend.
Ce reportage en vidéo

//www.arte.tv/fr/tracks-millesimes-les-sujets-cultes-de-tracks-qui-ont-bien-vieilli/3629444.html#19

C'est le collectif américain Knittaplease regroupé autour de l'artiste Magda Sayeg qui a eu l'idée d'un méTISSAGE du tricot et du graffiti. Cette mode a franchi l'Atlantique, et désormais, des manchons en laine, en fil de couture ou en ficelle ornent des combinés de téléphone dans des cabines téléphoniques, des poteaux de lampadaires et de parcs-mètres dans plusieurs des grandes villes d'Europe de l'Ouest. Mais ça ne plaît pas à tout le monde, et les activistes munichois du yarn bombing rassemblés autour de l'artiste Klaus Dietl ont déjà eu plusieurs fois maille à partir avec la police. L'Autrichienne Christine Pavlic ne se laisse pas démonter pour autant et continue patiemment à recouvrir de broderie quelques bancs publics dans lesquels elle a minutieusement percé des trous au préalable.

Livre

"Yarn Bombing - The Art of Crochet and Knit Graffiti"
de By Mandy Moore et Leanne Prain
aux éditions Arsenal Pulp Press

//www.arte.tv/fr/yarn-bombing/3100134,CmC=3101854.html





Le yarn bombing (appelé aussi « knit graffiti ») est une forme d'art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot ou les fils colorés1.

Principe

Le yarn bombing investit la rue en utilisant et en recouvrant le mobilier urbain de tricot : bancs, escaliers, ponts, mais aussi des éléments de paysage naturel comme les troncs d'arbre, ainsi que les sculptures dans les places ou les jardins.
L'un des objectifs est d'habiller les lieux publics en les rendant moins impersonnels, en les humanisant et en suscitant la réaction des passants.
Le yarn bombing reste une pratique illégale lorsqu'il ne s'agit pas d'une commande des pouvoirs publics.
Histoire
Le mouvement est né en 2005 lorsque Magda Sayeg a eu l'idée de recouvrir la poignée de la porte de sa boutique de laine à Houston, aux États-Unis.
La pratique s'est ensuite largement diffusée, notamment en Europe de l'Est et en Angleterre. C'est en effet à Londres qu'a eu lieu la première aventure de tricot collectif, appelée « Knit the City » (« Tricote la ville »)2.
En France, la ville d'Angers a proposé à ses habitants de contribuer, en tricotant, à une action de yarn bombing dans la ville dans le cadre du festival d'art urbain Artaq en mai 20123. À cette occasion, Magda Sayeg a recouvert de tricot le pont Confluences4.
Références
    1.    ↑ De l'anglais yarn : fil (à tricoter ou à tisser) [archive].
    2.    ↑ Knit the City [archive].
    3.    ↑ Voir sur le site de la ville d'Angers. [archive]
    4.    ↑ « Le pont Confluences vêtu de laine pour Artaq » [archive]

suite et couplément ici
//fr.wikipedia.org/wiki/Yarn_bombing





Le Yarnbombing

Quoi? Vous connaissez pas le Yarnbombing?
Ok pour faire simple :

Vous connaissez le tricot? Ce loisir pour personnes âgées à ne pratiquer uniquement qu'en compagnie d'un chat obèse et devant soit une cheminée, soit une rediffusion de Derrick.
Vous connaissez le graffiti? Ces peinture murales faites par de jeunes loubards, représentant le plus souvent des lettres illisibles ou des formes abstraites faites avec de la peinture en bombe.
D'accord, mais où est le lien entre ces deux activités que tout oppose?
Bah le lien, c'est le yarnbombing!
Pas clair?
Ok
Remettons d'abord les pendules à l'heure!
Le tricot dans un premier temps n'est pas uniquement destiné à nos grand-mères. Aujourd'hui on peut tricoter des choses magnifiquement tendance, uniques, originales et même Geek (Ou, vous avez bien lu, geek!). D'ailleurs, vous portez quoi en hiver pour vous tenir chaud? Un sweet en polaire ou des petits pulls tendance?
Le Graffiti c'est un véritable art, il existe des choses magnifiques et de plus en plus de collectivités locales font appel à des graffeurs pour décorer certains éléments urbains. De nombreux artistes du graffiti sont reconnus et depuis un certain temps d'ailleurs ( Jean-Michel Basquiat dans les années 80 a été l'un des pionniers du genre)
Le yarnbombing, c'est faire du graffiti avec des pièces tricotées. Ce mouvement artistique né aux USA arrive en France et nous en faisons partie.
Aux Etats Unis, c'est Magda Sayeg la reine du yarnbombing, nous vous invitons à consulter son site knittaplease.
 Les pionnières et références du genre en France sont les trois artistes du Collectif France Tricot.

Et les tricoteuses de la rue dans tout ça?
Le groupe officie principalement à Nantes et se compose de trois membres fondateurs, et nous vous invitons à consulter la page pour plus d'info.

//tricoteusesdelarue.wordpress.com/a-propos/






Le Yarnbombing
Clemence Le Brun mars 20th, 2012

L'art urbain qui tient chaud.

Pacifiste 100 % tout doux, le Street Tricot ou Yarnbombing, mouvance artistique au carrefour du Land Art, Pop Art et Street Art renouvelle le graff en version rainbow warriors. Le tricot se fait matière plastique, en collection automne hiver. Les pull-over multicolores habillent troncs d'arbres et lampadaires; pour fêter l'arrivée du printemps, vélos, façades et bus se déguisent en bonbons acidulés, bariolés.
Parce qu'elles investissent l'environnement urbain de manière décalée et poétique, les tricoteuses de rue, selon Samantha Longhi, rédactrice en chef de Graffiti Art Magazine « se situent au summum de la caractéristique essentielle du street art: la gratuité, le don de soi aux passants ». Les galeries d'art leur font de l'oeil, les happenings artistiques se multiplient et le MOMA (Musée d'Art Moderne de New York) a acquis il y a peu quelques oeuvres…
© Knitta Please!© Knitta Please!© Knitta Please!© Knitta Please!© Knitta Please!
Le Yarnbombing a pris racine en 2005 à Austin avec le groupe Knitta Please! dont Magda Sayeg fait office de figure de proue. Depuis, le gang de tricoteurs anonymes a officié à Houston, New York, Mexico, Londres ou Paris. Décomplexés des aiguilles, les guérilleros du mérinos fleurissent désormais partout dans le monde.
Agata Olek, une artiste urbaine polonaise a, en guise de voeux pour la nouvelle année 2011, recouvert le «Charching Bull» de Wall Street d'une seyante liquette en camaïeu de mauve, le tricot ayant été conçu comme un hommage au sculpteur de la statue inaugurée en 1989, Arturo Di Modica. De Melbourne avec le Yarn Corner fondé par Bali Portman à Montréal et le groupe des Ville-laines en passant par Christine Pavlic à Vienne ou encore Carol Hummel, la maille se démocratise au nom d'une révolution toute de douceur vêtue.
Un livre en porte l'étendard: « Yarn Bombing, The Art of Crochet and Knit Graffiti » de Mandy Moore et Leanne Prain aux éditions Arsenal Pulp Press.
© Agata Olek© Agata Olek© Yarn Corner© Carol Hummel© Carol Hummel
L'hexagone n'a pas échappé au vent venu du Texas, le Collectif France Tricot, né en hiver 2009, regroupe cinq tricopathes qui dégainent leurs pelotes entre Nice, Lyon et Paris. Pour Solène Couturier, une des fondatrices du collectif, le Street Tricot, « c'est un mode d'expression. Nous faisons très peu de tricot utilitaire et préférons le tricot de rue. Sauf que nos revendications, c'est juste de faire des choses rigolotes, douces, chaleureuse, et d'interpeller les gens dans l'environnement urbain ». En mai 2009, le Collectif France Tricot a participé à la première « Nuit du Street Art » place Saint Sulpice à Paris puis exposé à la Galerie 13 en 2010 sur le thème «un monde sans publicité» avec une installation de logos tricotés.
Cette semaine, tous les street-tricoteurs du monde poussés par la fièvre du point mousse sont invités à la deuxième semaine internationale du fil de rue à l'initiative du blog collectif Fil 2 rue pour distiller où bon leur semble leurs créations emmaillotées.
Bol d'air frais sans prétention dans l'univers du street art, le Yarnbombing, souvent bourré d'humour ou poétique, jamais intrusif, est la branche moelleuse et câline du graff urbain.

//www.boumbang.com/le-yarnbombing/





Yarn bombing :
l'art urbain
des tricoteuses
et des crocheteuses

genre, prend de l'ampleur. Il y a les créatives, qui agissent de façon isolée, comme Julie Adore avec son pioupiou devant une boutique de luxe, et il y a des collectifs s'organisent, le plus souvent par région (comme dans le milieu du graffiti). Par exemple, il y a les Tricoteuses de la rue à Nantes, les "yarn bombeuses" de Rennes. D'autres rassemblent des "taggeuses" de toute la France comme Fil 2 rue.
Alors, le yarn bombing, ça vous tente ?

C'est de l'Art ?
Réaliser une création qui risque d'être chipée, jetée ou dégradée, passer des heures sur une petite œuvre d'art qui ne restera peut-être que quelques instants en place ? Oui, c'est ça la beauté du truc. Tout comme le graffiti, le yarn bombing est un art urbain mais il se différencie en cela que c'est une forme d'art fugitive et fragile. Cette pratique, qui reste, au même titre que le graffiti, illégale, a de beaux jours devant elle (on voit mal un policier arrêter une crocheteuse, en train d'habiller un lampadaire !)

La yarn bombing et la France
C'est évidemment autour des blogs que le réseau français de yarn bombing s'organise. Le mouvement, insufflé par l'Américaine Magda Sayeg , considérée comme l'inventrice du
 
La revendication ? 
Humaniser la ville, lui redonner des couleurs et attirer l'attention des passants. Le plus souvent, que les réalisations plaisent ou qu'elles ne plaisent pas, le yarn bombing donne le sourire. Cette pratique étant encore peu répandue, il est très surprenant de tomber nez à nez avec un arbre habillé d'un tricot flashy ! Ça ne peut pas laisser indifférent.
Qu'est-ce que c'est ?
Le yarn bombing commence à faire des émules en France. Et pour cause, cette révolution colorée à tout pour plaire. Tout commence avec une passion, le tricot ou le crochet. L'idée ? Réaliser des créations pour habiller la ville. Arbre, banc, bicyclette, cabine téléphonique… tout y passe ! Une seule règle : mettre de la couleur.
le 27 septembre 2012 - photos : DR
La yarn bombing s'installe en France ! Cet art urbain d'un genre nouveau (appelé également "knit graffiti") vient tout droit des Etats-Unis. Le concept ? Donner de la couleur à la rue avec des créations éphémères, tricotées ou crochetées…
Tricot et crochet

//www.pureloisirs.com/rubrique/tricot-crochet_r5/yarn-bombing-l-art-urbain-des-tricoteuses-et-des-crocheteuses_a301/1






C'est quoi, le Yarn Bombing ?
Samedi 24 septembre 2011
Alors ça les amis,
 
C'est le truc le plus incroyable qui soit arrivé
au tricot ces dernières années!
 
Vous avez vu? Les magazines de mode se jettent
à fond dans le revival sixties-seventies, avec des blouses
aux motifs effrayants orange, marron et blanc, ou
jaune à fleurs, et le blouson et les bottes en mouton
retourné ne sont pas loin. Pour les meubles, c'est
pareil, on redécouvre le textile (comme je disais dans
mon article précédent...) Abat-jour en tricot, tapis velus
en peau de chèvre, et je vous parie que le crochet et le
macramé vont faire un come-back dans pas longtemps.
J'ai d'ailleurs vu une chaise tricotée il y a quelques jours
il faut que je vous montre !
 
Du coup, tricoter c'est IN. Voui.
Mais il y en a, qui érigent ça au rang d'une religion,
voire même au fanatisme d'un groupe terroriste,
d'où le nom "bombing." (Yarn signifie : fil).
 
Tout a commencé avec cette nana, Magda Syed,
aux Etats-Unis, et quelques autres.

Elle tenait un magasin de laine et elle a commencé
à habiller tout et n'importe quoi en tricot. Ici, un parcmètre,
(pour qu'il aie bien chaud en hiver).
Le virus a pris les filles qui travaillaient avec elle, et dans
d'autres parties des Etats-Unis aussi, on s'est mis à
tricoter, tricoter, tricoter... Jusqu'à la folie ...
Et c'est devenu un livre :
 La nouveauté, ce n'est évidemment pas le tricot, car
ces jeunes dames ne font pas mieux que leurs grand-mères;
mais c'est d'amener le tricot dans la rue, sous forme de
"graffiti". Définition du graffiti : oeuvre d'art (illégale) dans
la rue. Les tricoteuses vont se mettre à graffer non
seulement le milieu urbain, avec tout ce qu'il comporte
comme objet qui traîne, ou comme signalétique, mais
elles vont amener le processus un cran plus loin, carrément
dans la nature. Emballer un galet ou un arbre en tricot, quoi
de plus fou ? Eh ben moi, je trouve ça radicalement génial.
 
Je vous laisse admirer leurs oeuvres !

 A force, le yarn bombing a acquis une véritable
puissance de message : Il véhicule des valeurs de pacifisme
(revival 70s, qu'on vous dit !),

Et aussi, en rhabillant les oeuvres d'art déjà exposées dans
la rue, les tricoteuses attirent à nouveau l'attention sur
elles, car à force les passants blasés finissent par se lasser
de les regarder. L'art est donc bien toujours au centre de
l'affaire !

Moi, ce qui m'a le plus plu, ce sont les habillages de la nature.
Regardez-moi ça !

 C'est-y pas génial ?
Et sur ce, je vous laisse, car j'ai décidé d'aller peindre un arbre.
 
A +
Les loulous !
 
So6 en tricot
les images de so6 ici

//saucisseintrinseque.over-blog.com/article-c-est-quoi-le-yarn-bombing-85055269.html






Le YarN BoMbinG

Armées d'aiguilles à tricoter et de pelotes les nanas (et même parfois les hommes;) s'affolent!
En effet, de nombreuses personnes tricotent goulûment et assidûment afin de pouvoir décorer à qui mieux mieux le mobilier urbain, abri de bus, poteaux et fontaines qui nous entourent!
Et ceux depuis 2005 quand au TEXAS une jeune femme du nom de  Magda Sayeg  a eu l'idée géniale d'habiller les arbres, bus, marches d'escaliers, motos, vélos et autres objets et mobiliers insolites.

Cette activité et on peut même prononcer le mot passion s'est répandue très rapidement partout dans le monde et même en France. Il s'agit d'humaniser la ville et de lui redonner des couleurs.
On appelle cela le Yarn Bombing (appelé également « knit graffiti ») ou Street Art! Mais n'oublions pas que comme le Tag de rue, le Yarn Bombing est interdit par la loi et ne reste pas en place plus d'une semaine en générale. A moins qu'une demande des pouvoirs publics ait été faite au préalable comme cela peut-être le cas notamment aux Etats-Unis où il a été demandé à la fameuse Magda (que je prend pour exemple pour ses nombreuses créations) d'habiller des monuments américains pour promouvoir l'art contemporain.
Mais revenons un peu en France où on habille même les bouteilles de Smoothie  YES! et pour la bonne cause en plus! La marque « Innocent » a lancé l'opération:  »mets ton bonnet » il y a 6 ans en partenariat avec l'association Les Petits frères des Pauvres. De nombreux cafés tricots sont organisés afin que les tricoteurs en herbe ou confirmés se rejoignent et fabriquent à l'aide de leurs aiguilles de jolies bonnets qui feront la parure des Smoothies! en 2012, 250 000  bonnets ont été fabriqués! Quel succès!
Des cafés-tricots sont organisés dans plusieurs régions de France où les artistes se rencontrent avant de déposer leurs oeuvres sur « la voie publique »! Ce sont officiellement des tricoteurs de la rue qui mettent de la couleur dans notre vie de tous les jours.
Reunion à Rennes pour préparer une performance lors du prochain festival Urbaines de l'Antipode.
Le tricot est devenu un moyen de créer du lien social et le « Do it Yourself » est à la mode.Les annonceurs pourront peut-être s'inspirer de cette tendance dans le futur pour faire passer des messages publicitaires… qui sait?!
Margaux Parfait

//blog-mastere2-360.ecs-paris.com/actu/le-yarn-bombing















05/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Photo & Vidéo pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres